min : 25°C   max : 40°C
saison : feuilles vertes
aléa climatique : sécheresses et orages
voir les assemblées et baptêmes en cours (www)
À L'ATTAQUE [EVENT] ~ Avec les 2 Troupes



 

À L'ATTAQUE [EVENT] ~ Avec les 2 Troupes

Kayl GO

avatar

Hidoï crachant la Lave
Puf/Surnom : Kayl
Âge du perso : 52 lunes
Messages : 25
Date d'inscription : 27/05/2018
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Hidoï crachant la Lave, Sam 8 Sep 2018 - 16:39

À l'attaque !

Hidoï paraissait sûr de lui, comme toujours. Il ne souriait pas ; il ne souriait que lorsqu’il était avec des chatons, et leur insouciance était communicative, mais aujourd’hui il n’y avait aucune raison de sourire. Les chatons étaient malades, les Chasseurs aussi. Ils étaient tous malades, plus ou moins, et ils attendaient de mourir comme s’il n’y avait plus d’autre solution.
Pourtant il y en avait une, de solution. Il y en avait une et Denaï comptait là-dessus. Hidoï était toujours confiant et il ne montrait rien ; pourtant il avait peur, lui aussi, comme eux tous. Il avait peur de se tromper, peur de la mort, peur de voir tout ce qu’il connaissait s’effondrer.
Il monta pourtant sur le rocher pour convoquer l’Assemblée.

« Troupe Inondée ! Les félins de la Troupe adverse ont un remède, mais ils ne nous le donneront pas. Denaï est malade, mais il m’a chargé de vous emmener récupérer ce remède. Nous allons survivre ! »

Hidoï devait emmener tous les guerriers encore debout, tous ceux qui n’étaient pas tombés malades ou qui étaient assez forts pour se battre. Il avait peur que ce ne fût déjà trop tard. La Troupe Embrumée, s’ils avaient ce remède, devaient être forts et en bonne santé à présent. À moins que le remède n’eût pas encore d’effet. La guérison était longue malgré les bons soins, alors ils devaient en profiter.
Taper dès qu’ils le pouvaient. Ils allaient combattre, il y aurait même des pertes, c’était inévitable et ils le savaient tous. Mais ils devaient essayer.

Ils allaient survivre, il fallait encore y croire aujourd’hui. Hidoï fit un signe à tous les Chasseurs et Novices en état de se battre. Ils étaient prêts, ils devaient l’être. Ils n’avaient pas le choix. Le grand mâle s’engouffra dans la forêt, à travers les plaines, menant les autres sur un champ de bataille.
Il n’avait pas envie de se battre, il n’avait pas envie de mourir. Mais il continuait d’avancer, il ne semblait pas hésiter une seule seconde. Il se montrait fort, pourtant il ne niait pas qu’il avait peur, lui aussi, comme tous les autres. Parce que c’était naturel d’avoir peur pour ceux à qui il tenait.

Ils arrivèrent bientôt tous tout près du camp de la Troupe Embrumée. Ils devaient se montrer silencieux, à présent. Il ne fallait pas qu’on les remarquât juste ici. Encore quelques secondes de plus, et ils pouvaient enfin débarquer dans le camp adverse. Hidoï avait mal à la gorge, mais ça n’allait pas l’empêcher de se battre. Lui était vivant, lui était debout.
Contrairement à ceux qui n’avaient pas eu cette chance. Il avait peur pour les plus faibles, et c’était pour eux qu’il se battait.

« À l’attaque ! Trouvons ce remède ! »

La Troupe Embrumée devait être réellement surprise. Ils ne pouvaient pas s’attendre à ce que les membres de la Troupe Inondée sussent pour le remède, et que les Chasseurs leur tombassent dessus aussi vite.
Il n’y avait pas de temps à perdre. Hidoï se jeta en avant, cherchant l’antre de Liwa, la Botaniste de la Troupe Embrumée. C’était forcément là qu’ils gardaient ces plantes.
Il remarqua que certains ici étaient toujours malades ; ainsi, le remède n’avait été trouvé que peu de temps auparavant, se disait-il. Mais plus le temps d’y songer. Il fallait attaquer.

(c) Sun for Kayl ♥️ only



Contexte : Donc, la Troupe Inondée a entendu des rumeurs comme quoi la Troupe Embrumée aurait un remède. Denaï lance un assaut, mais étant malade, c'est Hidoï qui est à leur tête. Ils arrivent dans le camp ennemi, et C'EST À VOUS


Et merci N'amour :keur:


Merci moi-même :keur:

avatar

Ndranghet
Puf/Surnom : Kayl
Âge du perso : 19 lunes
Messages : 65
Date d'inscription : 18/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Ndranghet, Jeu 13 Sep 2018 - 9:25


A l'attaque




La fièvre a fini par passer. Je crois que je suis presque guéri, en fait. C’est grâce à Liwa je pense, elle m’a soigné et maintenant je vais bien. Malheureusement ce n’est pas le cas de tout le monde. Ils sont malades aussi, les autres. Et Liwa, La et Varda ont beaucoup trop de travail maintenant. Ils ne peuvent pas soigner tout le monde comme ça, même moi ça a pris beaucoup de temps. Pourtant on a besoin de proies pour nous nourrir aussi, de Chasseurs capables de chasser. Et il y en a de moins en moins.
C’est ce qui me fait peur. Qu’on commence à avoir faim alors qu’il y a tant de proies sur notre territoire. C’est une ridicule façon de mourir, non ?

Je reste près de Nzeru. Je fais attention à ce qu’elle ait tout ce dont elle a besoin. Je protège aussi ma famille, j’apporte des proies aux malades et j’essaie de faire au mieux pour toute la Troupe. Même si la famille passe avant tout, je ne veux pas qu’il y ait des morts. Pas pour ça. J’ai vraiment peur à présent, c’est une sensation qui m’oppresse tout le temps, à chaque seconde, chaque fois que je vois les félins écroulés par la fièvre et que j’entends tous les chatons qui toussent.
Ça prend de l’ampleur. Jusqu’où ? Je suis résistant et j’ai été le premier à être malade. Et si tout était ma faute ? Pourtant je ne suis pas sorti, je n’ai pas été en contact avec les autres. Puis Liwa est tombée malade mais ça c’est à cause de moi.

Je ne sais plus ce que je dois faire.Peut-être que ça ne durera pas, peut-être que bientôt plus personne ne sera malade. Je ne sais pas pourquoi je ne parviens pas à y croire, pas alors que je vois peu à peu tous les félins tomber, les uns après les autres. Sans nourriture, sans plantes pour nous soigner, combien de temps cela prendra avant qu’on ne dépérisse tous ?
Je refuse de les regarder mourir. Je vais aller chercher des plantes pour les aider, pour aider Liwa ma soeur et Licaï, qui sont Botaniste et guérisseur. Ils ont besoin de… J’irai leur demander. Je pense qu’ils ont besoin de miel, et je sais où chercher. Ensuite, j’aurai besoin d’aide pour les autres plantes.

Je vais sortir et leur faire la surprise, en trouvant du miel. Et en le ramenant ici. Mes frères guériront ainsi. Soudain, des odeurs étrangères pénètrent dans le camp. Qu’est-ce que… Des intrus ? Un flot de félins déboule dans notre camp sans prévenir, et je les reconnais aussitôt ; la Troupe Inondée. Certains des leurs semblent aussi malades, et j’ignore pourquoi ils nous attaquent. Car c’est bel et bien une attaque. Toutes griffes sorties, ils écartent nos Chasseurs et cherchent…
Qu’est-ce qu’ils cherchent, au juste ?
Je n’ai pas le temps de me poser la question que déjà, un félin adverse me tombe dessus. Mais moi je ne suis ni faible ni malade, et je défendrai mon camp.

Je me bats, feulant et grognant, tout en donnant des coups de griffes là où je peux. Ils cherchent Liwa. Pourquoi ? Je ne vois que deux possibilités en fait. Soit ils veulent qu’elle leur fabrique un remède, ou qu’elle leur donne ce qu’elle a - pas grand chose, malheureusement pour nous tous. Soit ils veulent la tuer et empêcher notre Troupe de bénéficier de son savoir, et par conséquent, nous donner une mort lente et douloureuse.
Non.
Ils n’auront pas ma soeur. Je ne les laisserai pas faire.

Je tranche encore la peau du Chasseur devant moi, avant de me tourner, pour combattre un deuxième.

©️️ Codage par Neph pour Kayl seulement





Merci Lunette:
 




admin luny

avatar

Liwa
Puf/Surnom : Luny
Âge du perso : 38 lunes
Messages : 147
Date d'inscription : 25/10/2015
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Liwa, Jeu 13 Sep 2018 - 19:49

Elle avait réussi. Elle avait réussi à aider son frère suffisamment pour qu’il puisse retourner chasser et combattre. Elle avait fait vingt milles mélanges pour essayer de stabiliser ses symptômes, mais elle n’était pas sûre que tout cela ne soit réellement efficace. Quelque chose en elle lui hurlait que c’était le système immunitaire de Ndranghet qui avait fait le plus gros du travail en battant le virus et en lui permettant une meilleure récupération. Parce qu’Eliwan était toujours malade et Nihas montrait aussi des symptômes très légers. Ses enfants. Ses filles. Kohei montrait également des symptômes. Bon sang, son fils. Son merveilleux fils. Et ses filles. Ses enfants. Elle donnerait tous pour les guérir, les sauver, prendre tout ce qu’ils avaient sur elle, absorber leur maladie.

Elle ne savait plus où donner de la tête. Presque toute la Troupe se trouvait affectée par le mal étrange qui les prenait, dont elle qui avait pris le risque en faisant la toilette de son frère et en se collant contre lui alors qu’il était tremblant de fièvre. Elle s’en fichait totalement, c’était son frère et elle ne l’aurait jamais laissé seul, et jamais elle ne l’aurait laissé se sentir seule. Pas grave si elle était malade et il fallait admettre que ses poumons en arrachaient un peu tellement elle bougeait à essayer de soigner tous ceux qui étaient là, étendus par moment sur des lits de mousse. Les guérisseurs et elle leur avaient clairement dit d’éviter de bouger parce que fallait les soigner. Il n’y avait même plus assez de place dans la tanière, il fallait faire des nids en dehors. C’était tellement épuisant de voir la Troupe dans cet état et surtout, de ne pas savoir comment faire pour les guérir. Liwa parvenait à les rendre assez en forme par moment, mais beaucoup vivaient des rechutes désagréablement intenses. Elle ne pouvait pas enrayer le virus et ¸ça lui mettait du plomb au coeur de voir qu’elle ne pouvait rien faire. Elle possédait ce sentiment de se battre pour rien, même si elle pouvait sentir la présence rassurante de la Terre et de l’Eau qui se battaient avec elle. Elle sentait leur présence. Et bien heureusement, sans quoi elle aurait sans doute déjà déchantée. Il y avait bien trop de malades. Depuis combien de temps n’avait-elle pas véritablement dormi ? Elle ne saurait pas vraiment compter le temps. Parfois, La lui disait qu’il fallait qu’elle dorme et ne lui donnait pas vraiment le choix. Alors Liwa l’écoutait. Mais même quand elle se posait pour dormir, la maladie prenait le dessus et elle toussait brusquement. La toux perturbait le sommeil.

Un sentiment d’urgence la prenait au coeur, elle n’aurait vraiment su le définir. Un sentiment comprimant sa poitrine comme si quelque chose était pour se produire, mais elle n’aurait pas vraiment pu dire quoi, elle ne le savait pas vraiment non plus, au final. Alors elle se contentait encore de tout donner pour apporter des remèdes, donner du miel, tout ¸ça, pour essayer de stabiliser les constantes des malades sans jamais penser à s’aider elle. Et puis soudain. Tout bascula. Elle comprit. Elle comprit ce qu’il se passait. Elle se terra dans la tanière, en y faisant rapidement rentrer les plus malades, ceux qui n’étaient pas en état de se battre, les plus faibles, certains aînés, des chatons. Ses enfants. Surtout. Ses enfants. Et puis son pelage se gonfle et elle se poste à l’entrée de son gîte quand un chasseur se fait voir près. Elle ne laissera jamais personne faire du mal à sa Troupe, à sa famille, encore moins quand celle-ci est malade et donc pas en mesure de se défendre. Elle tremble de rage. Elle voit à peine La qui se met entre elle et le chasseur de la Troupe Adverse - qui n’est pas Konoha - et elle dégage sa camarade pour s’attaquer à ce chasseur qui était déjà bien amoché. Elle réussit à le toucher, planter ses griffes dans le pelage de cet ennemi et puis elle se fit envoyer valser. Le choc contre le sol provoqua une intense quinte de toux et elle prit du temps à se relever. Elle n’eut pas la force de retourner à l’attaque, elle avait le sentiment de tomber dans un trou noir tout en restant consciente, le souffle court. Évidemment, ne pas dormir, toujours être en contact de malade, les soigner en permanence, ça ne devait sans doute pas aider son système à combattre le virus. Elle regarda La qui s’interposa de nouveau. Elle n’avait pas la force de se battre, mais si on cherchait à atteindre plus loin dans son gîte, elle donnerait tout pour les éloigner. Peut-être même les tuer.



Merci maman *^* :
 


MERCI TERRY C'TROP BEAU:
 

avatar

La
Puf/Surnom : Innocente Espé et tous les dérivés /paf/
Âge du perso : 11 lunes
Messages : 147
Date d'inscription : 16/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par La, Sam 15 Sep 2018 - 19:53

PERSONNE ne s'attaque à ma Troupe, vous m'entendez ? - Les deux Troupes with La qui perd les pédales ~
La s’est levée tôt, aujourd’hui. A vrai dire, elle n’avait pratiquement pas dormi de la nuit, s’étant écroulée que lorsque Varda lui avait ordonné de trouver le repos. Ce serait trop bête que les guérisseurs tombent malades, avait-elle dit, alors qu’ils avaient tant besoin de nous. Pourtant, La ne se sentait pas malade. Elle allait vraiment bien. Elle n’avait aucun des symptômes décrits par les malades, ses poumons étaient libres.

Elle se demandait pourquoi elle était encore debout alors que le monde s’écroulait autour d’elle. Elle n’avait rien de plus que les autres, elle était même encore plus faible que les valeureux chasseurs et pourtant, ceux-ci tombaient comme des mouches alors qu’elle restait debout.

Même leur botaniste, Liwa, était malade. La lui avait donné un somnifère pour trouver le sommeil, mais sa maladie l'inquiétait. Elle aimait Liwa, l’admirait, et le fait que leur Botaniste tombe, elle aussi, était très décourageant.

Elle ne savait pas pourquoi, mais elle remerciait la Terre et l’Eau et priait continuellement pour que les malades guérissent. Elle essayait toutes sortes de remèdes, mais rien ne marchait. Elle sombrait petit à petit dans le désespoir.

Elle sortait dehors, et inspira profondément. L’air glacé entra dans ses poumons et lorsqu’elle expira, il forma de petits panaches de buée. Elle s'assit délicatement devant la tanière des Guérisseurs, afin que les malades puissent l’entendre, et elle chanta, elle chanta le Matin. Elle chanta jusqu'à en perdre haleine.

Tandis qu’elle chantait, le soleil se levait, réchauffa le sol glacé et dispersa un souffle de vie à travers la Troupe. Il n’y avait pas beaucoup de chats qui étaient réveillés, ce qui fait qu’elle entendit les oiseaux chanter en harmonie avec elle. Elle chanta, elle chanta encore; et les oiseaux se taisent respectueusement, et lorsqu’elle finit sa mélodie, elle entendit les oiseaux la reprendre, la chanter entre eux comme des ballons de musique qu’ils se passaient entre eux. C’était magnifique, elle souriait et un peu de son désespoir s’envola.

Elle se tourna vers ses malades et vit leur visage crispé par la maladie se soulager; la musique les aidait, et elle sourit. Elle chantait pour eux, pour l’espoir et la vie.

Soudain, elle entendit les oiseaux. Des cris dissonants parmi la douce mélodie; des notes plus hautes. Ils poussaient des cris d’effroi. La se tournait vers l’entrée du camp, et elle entendit un gigantesque bruit, des cris de guerre, le sang, la mort… Elle resta pétrifiée tandis que les chasseurs de la Troupe Inondée débouleaient dans le camp.

Au début, La était perdue. Elle ne savait pas ce qu’elle faisait ici, à ne rien faire pendant que les chasseurs ennemis attaquaient sa Troupe, versant le sang sur leurs terres, criant des cris qui percèrent ses oreilles. Elle avait tellement mal.

Elle vit Ndranghet s’élancer dans la bataille, tel le guerrier courageux qu’il était. Mais il répandait le sang, lui aussi. Elle en avait tellement marre du sang. Tellement marre de ce sol gorgé de haine à cause d’eux.
Elle voyait Liwa, agir au quart de tour, emmener les malades loin d’ici, et elle s’en voulait. Elle s’en voulait de rester immobile; comme un poids, comme rien du tout. Elle voulait l’aider, elle voulait tellement de rester immobile, de ne rien faire.

Elle se demandait bien ce qu’ils pouvaient chercher. Ils n’avaient rien, strictement rien. Aucun remède par rapport à la maladie, ils étaient aussi faibles et malades qu’eux.  Soudain, elle vit un chat, un chat imposant s’approcher de la Tanière des Botanistes, de Liwa, et elle surgit.

Elle n’entendit pas Sol qui lui disait d’aller se cacher, elle n’entendit rien. Elle senti juste un sentiment jusque là inconnu, qu’elle n’aurait jamais dû avoir, grandir chez elle comme un ballon. La colère. Elle était en colère contre ces chasseurs qui osaient s’attaquer à sa Troupe, sa famille, ses amis. Elle était folle de rage et elle bondit à travers sa direction, lui coupant le chemin.

Bien sûr, elle savait qu’elle n’était pas de taille à se battre contre lui, n’ayant jamais appris le combat et n’ayant pas le physique adéquat. Mais elle pouvait le ralentir, laisser le temps à Liwa de s’enfuir. Liwa qui était malade, tout comme le chat en face d’elle. Elle, elle avait l’avantage d’être saine. Mais elle doutait de son pouvoir.

Elle inspira, et, le regarda de toute la haine dont elle n’a jamais été capable, cria de sa voix habituellement si douce :

- Pourquoi ? Pourquoi vous vous attaquez à ma Troupe ? Que cherchez-vous ? Nous n’avons RIEN. RIEN, VOUS M’ENTENDEZ ? RIEN. Nous n’avons aucun remède, rien qui ne pourrait vous intéresser ! Cessez cette attaque, cessez de verser le sang ! Allez crever ! ALLEZ CREVER ! PERSONNE NE S’ATTAQUE A MA TROUPE, VOUS M’ENTENDEZ ! PERSONNE ! PERSONNE !


Elle s’écroula, fatiguée, épuisée, et en larmes. Elle était seule, seule au monde. Elle entendait les gémissements des chats de sa Troupe, des gémissements d’agonie. Pourtant, elle ne pouvait pas bouger. Elle ne pouvait pas bouger, et, aveuglée par les larmes, elle ne put strictement rien faire lorsque Liwa, la Botaniste malade de leur Troupe, sauta sur le Flambeau ennemi en faisant couler le sang. Elle ne faisait strictement rien, immobile, statufiée. Elle laissait le sang couler.

Il fallait se relever, elle le savait, mais elle n'arrivait pas. Elle n'arrivait pas. Mais elle n'avait pas le choix. Elle se releva, le pelage poussiéreux et empli de larmes, d'espoirs déchus. Elle n'avait pas le choix, elle était saine, elle devait protéger Liwa. Même si elle faisait ses gestes automatiquement, elle se releva, elle se releva et reprit sa position, ignorant ce que les chats de sa Troupe pouvaient penser, eux qui ne l'avaient jamais vu dans un tel état. Elle n'avait pas le choix.

Elle était leur Guérisseuse.

Oh, Terre et l’Eau, est-ce vraiment nécessaire ? Est-ce vraiment nécessaire de souffrir autant ? Pitié, je vous en supplie, arrêtez ça. Faites que tout s’arrête, je vous en conjure. Je vous en conjure.

Copyright Doorn for Espé Only

avatar

Irin
Puf/Surnom : Feuille
Âge du perso : 51 lunes
Messages : 14
Date d'inscription : 22/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Irin, Dim 16 Sep 2018 - 20:25


À l'attaque


Ft les deux troupes


Irin venait tout juste de se lever et pourtant la chasseuse au pelage noir semblait déjà épuisée. En effet, cela faisait déjà plusieurs jours que la femelle de la troupe Inondée avait commencé à présenter les symptômes de cette terrible maladie qui frappait de plus en plus ses camarades. A présent, sa toux semblait devenir beaucoup plus violente et ses poumons la faisaient tellement souffrir que parfois elle avait l'impression d'étouffer. Cependant, elle pouvait au moins se réjouir du fait que pour l'instant, elle n'avait pas à s'inquiéter pour ses filles qui avait l'air d'être encore en bonne santé.

Soudain, la chasseuse noire vit Hidoï grimper sur le rocher. Où était Denaï ? Est-ce que la maladie avait eu raison de lui ?! Si c'était le cas pourquoi est-ce que ce n'était pas Asuna qui était à sa place, elle ne pouvait quand même pas avoir succomber elle aussi ...

"Troupe Inondée ! Les félins de la Troupe adverse ont un remède, mais ils ne nous le donneront pas. Denaï est malade, mais il m’a chargé de vous emmener récupérer ce remède. Nous allons survivre "

Irin en resta bouche bée, comment pouvait-il suggérer d'attaquer la troupe ennemie alors qu'ils étaient quasiment tous malades ? C'était un véritable suicide, ils n'arriveront jamais à vaincre des chasseurs sains. Il serait sans doute plus sûre de demander de l'aide même si cela revenait à admettre leur faiblesse par rapport à la troupe Embrumée, la chasseuse noire ne voyait aucune autre solution pour éviter un carnage. Malgré son désaccord face aux intentions de son meneur, Irin n'osa pas prendre la parole pour protester et suivit les autres hors du camp. D'ordinaire les malades restaient au camp mais ces derniers temps les chats sains étaient devenus aussi rare que des proies pendant le temps d'Ivoire c'est pourquoi malgré la douleur qui l'habitait elle se força à suivre les autres. Son état n'était pas aussi terrible que certains de ses camarades et honnêtement Irin préférait mourir au combat que dans la tanière des guérisseurs à attendre la mort en agonisant.

Dès qu'ils furent à proximité du camp de la troupe Embrumée, ils furent obliger de ralentir un peu pour ne pas faire de bruits, il fallait être le plus silencieux possible pour conserver l'effet de surprise. Irin quant à elle pria silencieusement la terre et l'eau pour qu'ils protègent chacun des membres de sa famille face à ce combat qui allait très certainement être un bain de sang pour sa troupe.

"À l’attaque ! Trouvons ce remède !"

L'assaut avait été lancé et Irin pénétra rapidement dans le camp de la troupe Embrumée qui semblait complètement ahuri par cette attaque. Cependant, la chasseuse au pelage noir remarqua très vite que beaucoup des membres de la troupe ennemie avaient l'air malade. Il ne lui fallut pas plus de temps pour comprendre qu'ils n'avaient aucun remède et que les informations de Hidoï étaient fausses. Malheureusement il était trop tard pour faire demi-tour les autres avaient déjà commencé à se battre. Irin quant à elle se jeta dans la mêlé pour aider ses camarades. Même si elle savait déjà que cette bataille était inutile la chasseuse ne pouvait pas abandonner sa troupe ...

Copyright by Feuille



Contenu sponsorisé
message posté par Contenu sponsorisé,

Page 1 sur 1


Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum