min : -15°C   max : 5°C
saison : neiges
aléa climatique : forte neige
voir les assemblées et baptêmes en cours (www)
[EVENT] i'm hoping you'll stay forever the same so we can be always friends - Nuage Rose



 

[EVENT] i'm hoping you'll stay forever the same so we can be always friends - Nuage Rose

admin luny

avatar

Ara
Puf/Surnom : Luny
Âge du perso : 15 lunes
Messages : 17
Date d'inscription : 22/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Ara, Jeu 13 Sep 2018 - 19:17

Elle tremblait. Autant de peur que de fièvre. Elle craignait que cet épidémie ne s’éternise, ne se perde. Parce que d’autres chats avaient commencé à tousser, mais personne n’était dans l’était où elle se trouvait et c’était tellement prévisible en sachant à quel point son système immunitaire se retrouve bien trop faible pour battre un virus d’une ampleur qu’elle ne pouvait connaître. Soupir puissant. La douleur pulsait dans sa tête encore alors qu’elle avait passé la dernière journée à dormir et se faire soigner par sa mère. Sa mère qui n’aurait jamais dû l’être au final lorsqu’on prenait en compte les règlements qui étouffaient les chats des Clans. Parce que sa mère se trouvait malheureusement à être en même temps la guérisseuse du Clan du Tonnerre et que les guérisseurs devaient se tenir loin de l’amour et de la vie de famille. Mais les erreurs arrivaient, n’est-ce pas ? Les erreurs ne pouvaient être prédits et elle était née. Pas toute seule. Non. Elle avait deux frères. Petit Arbre - Nuage d’Arbre aujourd’hui, il lui semblait. Et Patte Spatiale maintenant Nuage Spatial. Elle était la seule à encore se faire appeler Petite Étoile parce qu’elle était bien trop faible pour être une guerrière, trop souvent malade, à toujours tout attraper, chaque bactérie ne serait-ce qu’un peu nocive s’installait dans son corps pour la faire tomber malade et la plaquer contre le lit de mousse de la tanière de la guérisseuse. Elle soupira légèrement. Elle était épuisée. Épuisée de toujours être malade. C’était dur sur le corps, mais encore plus sur l’esprit qui ne pouvait ainsi pas profiter d’un moment de répit. L’esprit devenait lessivé de ne rien pouvoir faire comme les autres, de toujours devoir se battre pour garder un certain moral et le moral de la petite faiblissait peu à peu.

Elle qui, au départ, était pleine d’idées et d’envies, d’idéaux, comme de guérir son frère de sa surdité pour qu’il puisse voir ce que ça faisait d’entendre, elle lui voulait lui offrir une vie tellement merveilleuse qu’il ne souffrirait jamais vraiment de son handicap. Au final, lui était apprenti guerrier à se démener et elle ne savait pas comment il réussissait et elle, elle ruminait ses désirs d’enfant dans une tanière aux effluves apaisantes des plantes qui semblaient lui rappeler un peu quelque chose. Quelque chose qui lui échappait encore. Elle ne saura le dire. Ses yeux se fermèrent, lourds, et l’image de son cauchemar récurrent lui revint. De ce fait, elle ouvrit de nouveau rapidement les paupières malgré cette envie de s’enfoncer encre dans le sommeil. Ces derniers temps, elle rêvait toujours d’une femelle noire et blanche qui se retrouve dans ce qui semblait être la tanière de sa mère, et elle triait les plantes. Et puis, l’instant d’après, elle est allongée sur le sol, le corps prit de terribles soubresauts et elle l’observe en même temps de ressentir cette douleur intense dans tout le corps, comme si elle partageait en même temps le corps de l’étrangère de son rêve. Ce rêve revenait encore et encore, comme s’il tentait de lui dire quelque chose. Encore quelque chose. Petite Étoile avait le sentiment que tout se trouvait à être terriblement vague dans sa vie actuellement. Même le virus qu’elle avait contracté se retrouvait impossible à comprendre et identifier. Et malheureusement, plus le temps passait, plus il lui semblait qu’elle s’enfonçait. Alors que peu de temps s’était écoulé depuis l’apparition des symptômes les plus intenses. Elle se battait avec sa mère pour que la fièvre demeure assez stable, pour ne pas que ses organes ne tombent en défaillance et ne puissent plus fonctionner.

Petite Étoile avait peur. Elle ne le disait pas. Elle ne le disait plus. Elle l’avait admis une seule fois et elle ne le disait plus, gardait cette frayeur tout contre son coeur, la réchauffant comme pour s’accrocher à une bouée de sauvetage qui l’empêcherait de couler encore plus profondément. Tant qu’elle avait peur, elle était assez lucide pour ressentir une émotion qui avait un tant soi peu de sens et c’était ce à quoi elle se raccrochait. Elle avait peur que son corps ne  supporte pas toute cette souffrance, peur que son coeur ne finisse par lâcher, peur de ne pas survivre. Peur de mourir. Elle avait peur de mourir et elle ne pouvait pas s’échapper à cette peur qui la dévorait au même rythme que le virus dont elle ne connaissait rien, qui lui semblait si nouveau, elle qui tombait toujours malade et donc en connaissait un rayon sur les bactéries malfaisantes de la forêt. Celle-ci était nouvelle. Et quelque chose tout au fond d’elle lui disait qu’elle serait bien plus dangereuse qu’elle ne le semblait en apparence chez les autres. Depuis toujours, Petite Étoile avait le sentiment de toujours en savoir un peu plus que les autres, de toujours mieux comprendre les attentes que les autres, toujours mieux comprendre le ciel et les éléments, comme si on lui parlait directement et à cette image, elle s’était légèrement rapprochée de Silence des Étoiles qui ne pouvait que la comprendre. Il s’était adonné à quelques confessions, il se disait être une étoile sur terre. Petite Étoile ne pensait pas que c’était possible, mais elle ne lui disait pas. Il comprenait juste ce que c’était de toujours mieux comprendre que les autres. Comprendre la nature, comprendre des signes que les autres ne voient juste pas. Et ainsi, elle avait ce sentiment que le virus serait plus dangereux que ce que l’on pouvait s’attendre.

Elle fut secouée d’une quinte de toux tandis qu’elle s’était levée en vacillant du lit de mousse dans l’intention de quand même aller chasser pour ramener une proie ou deux. Elle ne voulait pas être un poids mort, un être totalement inutile qui ne pouvait rien faire, pas même aider un peu. Alors elle sortit du camp lentement, en s’arrêtant souvent pour tousser, frissonnant et manquant trop souvent de tomber. La tête semblait être encore comprimée par deux roches lourdes et elle haletait. Elle peinait à respirer correctement.  On aurait dit qu’un serpent s’était installé sous sa peau pour compresser ses poumons de sorte à ce que l’air n’y passe plus que par un tout petit trou et donc qu’elle se retrouve à étouffer. Elle devait souvent s’arrêter et elle ne pouvait même pas prendre en vitesse sans que son coeur n’accélère en lui donnant le sentiment d’avoir couru pendant des heures. Elle ne savait pas trop comment elle pourrait attraper une proie dans ces conditions. Une effluve d’une souris coupa court à ses pensées et elle se mit le plus rapidement possible en position en se retenant de tousser et elle sauta… pour finir par trébucher, s’étaler sur le sol en toussant ses poumons et voir la souris fuir bien au loin. Elle se releva et se secoua, ce qui la fit vaciller sur le côté et elle percuta alors un autre être vivant passant par le coin. Elle se retourna doucement et reconnue son amie qui avait une soeur sourde, elle aussi. Nuage Rose. Petite Étoile s’empressa de mettre une certaine distance entre elles deux. Elle ne voulait pas que l’apprentie ne tombe elle aussi malade. « Hey ! Comment se passe ton entraînement ? » Quinte de toux qui l’obligea à s’arrêter de parler. « Est-ce que mon frère et ta soeur s’en sortent ? Je suis contente de te croiser et oh je-» Une autre quinte de toux encore plus violente… son coeur tambourinait aux tempes. « Je voulais te remercier de passer me voir assez régulièrement.» Petite Étoile comptait bien parler de ce qui la tracassait à son amie. Parce que Nuage Rose était une de ses seules amies et une véritable amie. Elle comptait beaucoup sur la novice et aimait la confiance qu’elles avaient une envers l’autre.

avatar

Fragrance des Roses
Puf/Surnom : Biket
Âge du perso : 13 lunes
Messages : 34
Date d'inscription : 27/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Fragrance des Roses, Jeu 27 Déc 2018 - 11:50




Nous ne sommes pas seules
Nuage Rose avait peur. Oh, pas sur le moment non, en général. Elle n’avait pas peur pour elle, elle avait peur pour sa soeur, sa si chère soeur. Déjà, elle s’inquiétait pour elle de manière générale, lui demandant très souvent comment se passait les entraînements, si elle s’entendait bien avec son mentor en lui assurant qu’elle irait de ce pas lui arracher les parties intimes pour les lui faire bouffer si jamais il ne la traitait pas à sa juste valeur. Enfin, elle l’avait expliqué un peu plus poliment à Nuage d’Orchidée mais le fond de sa pensée était resté le même. Mais à présent, elle s’inquiétait pour elle à cause de la maladie qui rongeait le camp de l’intérieur. Les malades se multipliaient et la jeune apprentie craignait que ce ne soit plus qu’une question de temps avant que tout le Clan ne soit contaminée. Alors, pour oublier ces pensées qui la déprimaient, elle faisait tout pour s’occuper de quelque manière que ce soit. Elle se donnait à deux cent pour cent à l’entraînement, n’hésitait pas à partir chasser en solitaire pour essayer de trouver plus de gibier, les proies se faisant rare à cause de la saison des neiges. Elle rendait visite aux anciens avec qui elle jacassait le plus possible pour oublier que dehors, le mal rôdait toujours. Pourtant, elle ne pouvait pas passer à côté, pas éternellement.
Si Nuage d’Orchidée avait été épargnée par ce mal étrange dont le remède restait toujours inconnu, une très bonne amie de Nuage Rose avait été touchée par la maladie. Il s’agissait de Petite Étoile qui, il semblerait, était atteinte très sévèrement, à l’instar d’une autre poignée de camarades. Mais Nuage Rose se fichait bien de ces quelques camarades qu’elle ne connaissait guère, tout ce qui lui importait était que son amie était malade et qu’elle se sentait impuissante. Alors elle passait la voir, régulièrement, pour s’assurer de sa guérison ou au moins de la stabilité de son état. Nuage Rose n’avait jamais été le genre de personne à craindre la mort, elle n’avait jamais eu peur de mourir. Depuis sa plus tendre enfance, elle avait compris que la vie avait une fin mais cela ne l’avait pas déprimer comme bien d’autres, au contraire cela lui avait même donné un coup de fouet, la décidant à vivre une vie remplie d’expériences multiples et plus folles les unes que les autres. Mais c’était là la première fois qu’elle se retrouvait confrontée à la mort sous une autre forme. La mort d’une personne qui lui est chère. Elle ne l’avait encore jamais vécu et cela ne figurait absolument pas sur la liste des choses qu’elle voulait vivre avant de mourir. Pourtant, elle savait que ce serait inévitable, que sa mère mourrait sûrement avant elle, que bien des guerriers seraient enterrés six pieds sous terre avant que ce ne soit son tour mais elle n’y avait jamais été confrontée aussi directement. Surtout pas par le biais d’une amie du même âge qu’elle, une amie calme, qui compensait toute son énergie à elle et en qui elle avait une grande confiance. 
Aujourd’hui elle avait décidé de s’éloigner un peu du camp et de toutes ces pensées négatives qui lui venaient en tête chaque fois que ses yeux verts se posaient sur la tanière d’Agate Étoilée. Quelque part, l’apprentie était contente de ne pas être à la place de la guérisseuse qui avait fort à faire et beaucoup à s’inquiéter. Elle devait avoir tant de poids sur les épaules, Nuage Rose savait qu’elle, elle n’aurait jamais eu la force de supporter toute cette pression. Elle admirait Agate Étoilée, sincèrement. Certains ne l’aimaient pas trop à cause du scandale des chatons, deux lunes plus tôt mais elle, elle s’en fichait bien. Elle avait bien le droit de vivre comme elle le voulait. Il y avait plein de guerrières qui se faisaient engrosser et qui ne foutaient rien pendant des lunes sans qu’on ne leur dise rien alors que la guérisseuse avait dû reprendre le travail tout de suite et n’avait pas pu élever ses enfants sinon cela se serait vu. Oui, vraiment, Nuage Rose admirait Agate Étoilée pour son courage et sa force. 
Perdue dans ses pensés, l’apprentie ne remarqua pas la présence d’un autre être vivant qu’elle percuta sans toutefois trop de violence. Elle se retourna et reconnut Petite Étoile qui avait plus tôt été au centre de ses pensées, une coïncidence qui eut le mérite d’arracher un léger sourire en coin à Nuage Rose.

« Hey ! Comment se passe ton entraînement ? »

L’apprentie s’apprêtait à répondre mais elle se demanda alors ce que son amie faisait ici. Elle était gravement malade et la quinte de toux qui l’interrompit en témoignait, elle n’aurait jamais dû se trouver hors du camp, surtout par cette saison ! Il fallait retourner au camp, il ne fallait pas que Petite Étoile n’attrape autre chose que ce qu’elle avait déjà !

« Est-ce que mon frère et ta soeur s’en sortent ? Je suis contente de te croiser et oh je… Je voulais te remercier de passer me voir assez régulièrement. »

Une nouvelle quinte de toux l'interrompit et Nuage Rose préféra rester silencieuse en attendant qu’elle finisse sa phrase et lorsqu’elle le fit, elle se contenta d’esquisser un sourire. Cela lui paraissait normal, d’aller voir son amie. Elle n’allait pas la laisser seule pour affronter cette dure épreuve, peu importe à quel point elle avait peur de la perdre. Justement, cette peur lui donnait d’autant plus envie de passer le plus de temps possible en compagnie de Petite Étoile.

« Oui, tous les entraînements se passent bien. » répondit-elle.

Elle qui était si bavarde d’habitude ne trouvait pas les mots pour exprimer ce qu’elle voulait. Peut-être était-ce parce qu’elle était toujours gênée d’avoir pu passer apprentie alors que sa camarade était toujours considérée comme un chaton. Néanmoins, elle ne voulait pas aborder le sujet, pas aujourd’hui, pas maintenant. Peut-être jamais, même. 

« Tu devrais être au camp à te reposer, qu’est-ce que tu fais là ? »demanda-t-elle doucement d’un ton soucieux.
(c) Biket


https://sketchtoy.com/68739298



Merci Kayu, c'est superbe :keur:
Page 1 sur 1


Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum