min : 5°C   max : 20°C
saison : feuilles mortes
aléa climatique : aucun
voir les assemblées et baptêmes en cours (www)
Depuis que je t'aime, ma solitude commence à deux pas de toi [Alone]



 

Depuis que je t'aime, ma solitude commence à deux pas de toi [Alone]

Ray admine

avatar

Étoile Fragmentée
Puf/Surnom : Ray
Âge du perso : 51 lunes
Messages : 552
Date d'inscription : 20/06/2014
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Étoile Fragmentée, Sam 8 Déc 2018 - 22:32



• Depuis que je t'aime, ma solitude commence à deux pas de toi •


Alone
La nuit tombe. Il fait frais, mais pas encore froid. Pas encore, oui. Je sais que ça va prendre du temps. Ça prend toujours du temps. Étoile Mortelle avait pris du temps, alors pourquoi serait-ce différent pour moi ? Je jette un coup d’oeil au ciel. Il y a quelques étoiles. Peut-être les mêmes qui plus tard dans la soirée viendront me voir. Dire que je ne suis pas excité serait mentir. En réalité, je suis au bord de la crise de nerfs. Mais une bonne crise de nerfs, quelque chose de positif. Je ne sais pas comment décrire ce que je ressens. C’est nouveau et surtout … Ça ne ressemble à rien que j’ai connu jusqu’ici. Je crois bien que je stresse. J’ai la frousse. Je tremble, je frissonne, sans vraiment savoir si c’est le froid ou l’excitation.

La coutume veut que je sois accompagné. Je ne la respecte pas. Pas que je ne le veuille pas, non, loin de là, mais je ne peux pas me permettre d’amputer mon clan de son seul guérisseur depuis qu’Oeil de Violette nous a laissés. Je ne peux pas me permettre de laisser Spectre de Lumière m’accompagner. Il a bien mieux à faire depuis que cette épidémie s’est déclarée … Elle m’inquiète, d’ailleurs. De plus en plus des chats de mon Clan tombe malade, un par un. J’ai peur pour mes enfants, j’ai peur pour ceux que j’aime, mais aussi pour ceux avec lesquels je n’ai pas les plus fortes affinités. J’ai peur pour eux, peur pour l’avenir du Clan de l’Ombre.

Je secoue la tête. Il faut que je pense à autre chose. Juste pour ce soir. Demain sera une autre journée et je pourrais me consacrer à mon clan entièrement. Pour l’instant, mon nouveau rôle m’impose de me rendre à la Pierre de Lune. Alors, silencieusement, alors que le clan s’endort dans la pénombre, je prends le chemin des Hautes Pierres. J’ai demandé à quelques guerriers de monter la garde en mon absence. Ça ne change pas vraiment de d’habitude.

Le vent souffle dans ma fourrure. Je frissonne, mais de froid cette fois. Mon épaisse fourrure ne me protège pas, sur le coup. C’est bien utile de devoir me la trimballer partout. J’hume l’air. Je n’y suis jamais allé. Je ne suis jamais parti de ce côté, je ne me suis jamais rendu aussi loin. Du moins, pas par là. C’est nouveau, pour moi. Je crains de me perdre. Juste un peu. Mais j’ai confiance en moi. Je trouverai, non ? Je trouverai, si. J’y arriverai. Ça ne doit pas être si compliqué.

C’est long. C’est très long. Je ne suis même pas sûr d’être dans la bonne direction, sur la bonne voie. J’ai un peu peur de m’être gouré de chemin. Spectre de Lumière aurait su m’y conduire. Il l’a déjà fait, ce chemin. Mais bon, je ne perds pas espoir. Je ne vais pas commencer à me lamenter pour si peu. Je suis adulte, responsable : je saurais trouver mon propre chemin. Le sol n’est plus aussi meuble que chez nous. Les petits cailloux se multiplient, grossissent au fur et à mesure que j’avance. Je me rapproche, je le sens. Je suis dans les Hautes Pierres. Ça ne peut pas être compliqué.

Je crois que je le vois. L’endroit. Le fameux endroit. Je crois bien que c’est ici. Ça pourrait ne pas être ici. Il y en a tellement, des grottes, dans les Hautes Pierres. Elles se ressemblent toutes. Alors pourquoi celle-là m’attire plus que les autres, pourquoi m’inspire-t-elle ? Je reste interdit, mais m’avance et entre dans la grotte. La lune est déjà bien haute dans le ciel.

Je n’y vois rien. Rien du tout. Il n’y a pas de lumière, ici, rien. Pas un seul rayon de lune n’entre dans cette grotte si sombre. Je marche sur quelque chose, trébuche, me relève. Je ne suis pas habitué à cette obscurité. Personne ne l’est. Je crois que j’ai peur. Un peu. J’ai peur de ce qui peut m’attendre, ici, dans ces ténèbres. J’ai peur que l’on m’ait suivi, peur que l’on me saute dessus d’un moment à l’autre, que l’on me blesse, que l’on m’assassine. Je ne peux pas mourir tout de suite. Pas maintenant.

Et soudain, une faible lueur. Faible, si faible, que j’ai l’impression d’halluciner, premièrement. Je cligne des yeux dans cette obscurité pour m’assurer que je ne rêve pas, mais non, c’est bien vrai, elle est bien vraie, cette lueur. Je m’approche. Elle semble émaner d’un rocher. Je suis au bon endroit. Un petit soupir s’échappe de ma gueule, signe de soulagement. Je ne me suis pas trompé. Spectre de Lumière m’a dit comment cela se passait. Il me suffisait de poser mon front contre la pierre. Je ne peux pas me tromper de pierre, il n’y a que celle-là.

Je m’approche et colle mon front à cette dernière. Elle est froide. Glaciale. Je frissonne, à nouveau, juste le temps de m’habituer à cette température. Bon. J’attends. Que dois-je attendre ? Je ne sais pas. J’attends, j’attends … J’attends longtemps. Du moins, ça me semble être longtemps. Je n’ai aucun repère temporel. J’attends, et le temps passe, et il ne se passe rien. La peur me saisit, à nouveau. Et s’ils ne voulaient pas de moi ? Et si j n’étais pas destiné à être chef ? Et si … Et si ces chats n’existaient pas ? Et si mes rêves n’avaient jamais été que des rêves ? Non, je ne veux pas ça. Je ne veux pas cette réalité. Je veux la réalité où Nuage du Jade me rend visite, la vérité où Shira me rencontre pour la première fois … Je veux y croire.

Mais il ne se passe rien. Toujours rien. Ça ne peut pas être possible. Le découragement s’empare de mon esprit. Je ne peux pas retourner au camp ainsi. Que penseront-ils de moi ? Mais ce qui me fait le plus mal, c’est de me rendre compte que Nuage du Jade n’a jamais été un rêve. Que ce n’est pas elle qui venait me voir durant ces nuits, juste mon imagination. Une larme s’échappe de mon oeil. Je ne peux pas rentrer au camp. Je ne veux pas.

Alors, la fatigue et la tristesse m’emportent. Je m’endors, là, au pied de ce rocher quelconque, sur le sol froid de cette grotte similaire à tant d’autres. Ce n’est pas mon destin. Je dois me résigner.

Je me réveille. La grotte est éclairée. C’est la pierre qui l’éclaire. Elle brille plus que tout à l’heure. Pourquoi ? Je relève la tête. Je sens quelque chose. Il y a quelqu’un, ici, avec moi. Je ne rêve pas. Je ne pense pas rêver. Il y a une présence. Je commence à paniquer, me relève. J’hésite à parler. Je ne vois rien. Il n’y a personne, et pourtant, je sens cette présence nouvelle. Et soudain, ils apparaissent.

Eux, les chats des temps passés. Les guerriers, chatons, reines, anciens, chefs, guérisseurs. Ils sont tous là. Presque tous là. J’ai un mouvement de recul. Je ne me suis pas trompé. Je suis au bon endroit. Au bon moment. Ils m’attendaient.

Une des figures étoilées s’approchent de moi. Elle est faite de la même texture que Nuage du Jade lorsqu’elle vient me rendre visite. J’y suis, maintenant, c’est sûr. Avec le Clan des Étoiles.

Fragment de Neige … Bienvenue.” Je connais cette voix, je connais cette silhouette. Je l’ai déjà vue. Je sais. C’est Étoile de la Mélopée. Cheffe du Clan de l’Ombre avant Étoile de Lave. C’est elle, c’est elle que l’on a assassinée. C’est elle, oui, que Chant de Vie a vu mourir. C’est elle. Je m’incline, en signe de respect. “Où devrais-je te nommer Étoile Fragmentée ?” Je me fige. Je ne sais pas quoi dire, pas quoi répondre. Étoile Fragmentée. Ce n’est pas joyeux. C’est synonyme de malheur, de tristesse. C’est synonyme d’une âme réduite en pièces. Je ne sais pas. Je ne sais pas quoi en penser. Pourquoi donc ce nom ? Étoile des Neiges, ça ne pouvait pas aller ? Je ne réponds rien, la laisse continuer, approuve d’un signe de la tête.

Étoile Fragmentée.


Étoile Fragmentée, avec cette vie, je t’offre la Justice. Utilise-la pour régner sur le Clan de l’Ombre justement et pour prononcer sentences avec équité.” Première vie. Étoile de la Mélopée touche mon front de son museau et je ressens comme un frisson, une vague de froid, une onde électrique qui se met à parcourir mon corps subitement. Première vie.

Un figure imposante s’approche, forçant Étoile de la Mélopée à reculer. Je la connais. Cette fourrure rousse et blanche. Je relève la tête, laisse échapper un sourire. Mon père. Neige Ambrée. Je le fixe, nous échangeons un long regard. Il n’a pas changé. Pas d’un poil. Il a toujours cet air sérieux sur le visage, si bien que je ne saurais dire s’il est heureux de me voir ici ou pas. J’aimerais tellement lui parler. Lui raconter. Tout, tout, lui parler de tout. Mais il doit déjà tout savoir. J’aimerais pouvoir échanger avec lui. Quelques minutes, ne serait-ce que cela. Il s’approche tandis que je reste assis. “Avec cette vie, je te donne la Loyauté. Utilise-la à bon escient pour connaître ta valeur et celle de ton Clan.” Je le regarde. La loyauté. Évidemment. Qu’est-ce qu’aurait-il pu me transmettre d’autre ? Existait-il seulement un guerrier plus loyal que mon père ? Non.

Il repart comme il est arrivé. Froid, intransigible. Pour laisser renaître après son départ une flamme de vie. Une flamme de joie. Une flamme de bonheur. Ma mère. Shira. Je n’ai jamais connu son véritable nom. Pour moi, elle a toujours été Shira. Ce n’est pas la première fois que je la rencontre en rêve. Elle est déjà venue me voir, il y a bien longtemps. Très longtemps, alors que je n’étais encore qu’un apprenti. Je la regarde, et ressens immédiatement ce manque qui s’était enterré pendant trop longtemps. Ma mère. “Comme tu as grandi … Ce que tu es beau, mon fils. Regarde tout le chemin que tu as fait ... ” Elle s’avance, pose sa tête contre la mienne, ce à quoi je réponds en enfonçant la mienne dans son cou. Elle reprend en me murmurant à l’oreille : “Avec cette vie, je te donne la Charité. Avec elle, je te donne la force d’aimer ton prochain et d’accepter les déshérités”.

Elle se retire, et j’attends. En fait, je n’attends qu’une personne. Je n’attends qu’une seule et unique personne depuis le début. Elle. Nuage du Jade. Je l’attends. Je l’attends depuis que je suis parti du camp, depuis qu’elle ne vient plus dans mes rêves. C’est elle que je veux voir. C’est pour elle que je suis venu. Rien que pour elle.

J’attends, et elle ne se montre toujours pas. J’essaye de discerner sa silhouette dans la foule, mais je n’y arrive pas. Leurs fourrures étoilées se ressemblent toutes. Et elle serait du genre à se tenir derrière, en arrière-plan, à m’observer de loin, discrètement. Oui, ça, ce serait Nuage du Jade. Une femelle s’approche de moi. J’ai grand espoir. Mais plus elle s’approche, moins elle ressemble à celle que j’attends. Cependant, je la connais. Elle n’a pas grandi depuis qu’elle … Qu’elle est morte. Nuage de Pivoine. Un amour enfantin. Je lui souris, elle me répond. Ça me fait si bizarre, de la voir ainsi. “Étoile Fragmentée, avec cette vie, je te donne l’Humilité. Sache toujours te rappeler d’où tu viens et ce que tu as vécu, sache toujours respecter ceux qui n’ont pas autant de privilèges que toi.” Je la remercie d’un simple mouvement de la tête, et déjà, elle s’en va.

J’attends. J’attends toujours. Je la veux, je veux la voir elle. Personne d’autre.

Plume d’Ombre, sa fourrure noire, son air triste, sa beauté timide. Ma belle-mère et celle que j’ai considérée comme ma mère après. La mère de Chant de Vie. Elle doit savoir. Oui, elle doit savoir que c’est sa fille qui a permis tout cela. Elle doit être si fière d’elle. “Étoile Fragmentée, avec cette vie, je te donne la Force. Puisses-tu trouver la trouver quand tu en auras besoin, pour surmonter les plus dures épreuves, pour la transmettre à ton Clan.

Elle s’en va, et j’attends. Le temps passe, les chats passent.

Étoile Fragmentée, avec cette vie, je t’offre la Compréhension. Utilise-la pour accueillir ceux qui sont en souffrance et pardonner ceux qui ont péché.” miaule Oeil de Violette, ma cousine. Personne d’autre n’aurait été plus avisée que notre ancienne guérisseuse pour le faire.

Nuage du Jade, où es-tu, bon sang ? Pourquoi ne viens-tu donc pas ? J’ai besoin de toi …

Je te lègue le Courage à l’aide de cette vie. Utilise-le pour affronter la dure réalité qui t’attend.” Scourge, mon mentor, un sourire fier sur les babines. “Je ne te décevrai pas.

Je ne suis venu que pour toi. S’il te plaît. Cesse de te cacher. Viens à moi, par pitié …

Une fourrure blanche, propre, scintillante s’approche de moi. Lumière Angélique. Je me souviens avoir parlé de lui avec Feuille de Poirier. Il lui manque. Il me manque. J’aimerais bien lui dire, mais je ne trouve pas les mots. Ils ne sortent pas. Il me salue, un air franc sur le visage, trahissant le bonheur qu’il a de me revoir. C’est réciproque. “Étoile Fragmentée, je sais que nous n'avions pas toujours été en bons termes, mais j'ai appris à te connaître et tu es devenu un ami pour moi. Avec cette vie, je t'offre la Sincérité pour que jamais tu ne commettes la terrible erreur de mentir à ton clan. Le mensonge te perdra, comme il a perdu Étoile de Lave et Étoile Mortelle. Le clan ne te sera que reconnaissant pour ta transparence.” Je confirme sa question par un simple hochement de tête. Il peut avoir ma parole.

Viens. C’est à toi. C’est à toi de venir. Je n’attends plus que toi. Il n’y a plus que toi qui peut venir. C’est ma dernière vie. Je veux que ce soit toi qui me la donne. J’ai besoin de toi.

Une toute petite chatonne s’approche. Quel âge a-t-elle ? Pas plus de deux lunes. Je lui souris. Je faillis dire que je ne la connais pas, mais maintenant, elle me revient. C’est la soeur de Petit Désert. La fille de Souffle d’Espérance. Boule Nostalgique, ou Boule Mélancolique, je ne sais plus. Mais c’est elle. C’est elle qui s’avance vers moi, et pas Nuage du Jade. Elle n’est pas là. Elle me fuit. Je suis tellement désolé.

Avec cette vie, je t’offre l’Espoir. Utilise-le pour mener ton Clan dans la lumière malgré les ténèbres qui s’approchent, et pour protéger les êtres qui te sont chers.” Sa minuscule voix monte jusqu’à mes oreilles. L’Espoir. Elle me donne l’Espoir. Je reste interdit, continue de la fixer. Je n’arrive même pas à lui sourire alors que j’en ai véritablement envie. Son museau quitte le mien, et tout commence à devenir flou. Ils s’effacent, ils s’en vont. Je me relève, regarde autour de moi, essaye de m’avancer, essaye de voir parmi la foule. Non, non, non … Elle doit être là. Quelque part. Elle ne peut pas me laisser comme ça. Je panique. La peur monte en moi.

Où es-tu ? Pourquoi ? Pourquoi n’es-tu pas venue me voir ? Je suis désolé, oh, si désolé, si tu savais, Nuage du Jade … Je t’aime. Viens à moi.

J’essaye de lutter, mais tout se brouille. Ils disparaissent, un à un, m’abandonnant.

Je me réveille. Je suis seul. Plus seul que jamais. Elle n’est pas venue me voir. Elle ne s’est même pas montrée. C’est ma faute. Tout est de ma faute. Une larme coule le long de ma joue. Elle ne viendra pas. Elle ne viendra plus. Je le sais, je le sens. Je l’ai trop fait souffrir. Elle ne veut plus avoir à faire avec moi. Je l’ai abandonnée.

Je me lève. Étoile Fragmentée. C’est ce que je suis. C’est la personne que je suis. Des fragments de moi-même.

Et elle seule pourrait me réparer.






Gifts:
 
Page 1 sur 1


Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum