Météo
Indéniablement, la saison des feuilles vertes est là. Le soleil brille pendant toutes les journées, qui sont particulièrement longues. Les proies sont nombreuses mais la chaleur est accablante ; les chats de CerfBlanc et au-delà sont épuisés par les températures qui vont de 30 à 40°.

Infos
saison des feuilles vertes
aléas naturels : sécheresse
évènement : Assemblées et baptêmes en cours

Top-Site

Vote pour nous toutes les deux heures !
La vie est simple, mais nous insistons à la rendre compliquée. [ft. Chou]



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Vote !
N'oubliez pas de voter ici (click) !
Design d' Été en place !
Tumblr du fow
Regarde par ici et propose tes idées par !
Recensement des Vacances
N'oubliez pas d'aller vous recenser ! Cliquez ici si ce n'est pas fait !


Partagez | 
 

 La vie est simple, mais nous insistons à la rendre compliquée. [ft. Chou]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Equi admin
avatar

Je suis
Mora
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Equi e.e
Âge du perso (en lunes) : 17 lunes
Messages : 21
Date d'inscription : 23/05/2016

Feuille de personnage
Mentor / apprenti :
Relations :


Mer 12 Oct 2016 - 2:04




La vie est simple, mais nous insistons à la rendre compliquée

ft. Chou


Je marchais sans cesse, depuis au moins des lunes ! Bon, j’exagère peut-être un peu, mais c’est parce que je suis encore jeune, mes pas sont plus petits que ceux des adultes. Mais, ça ne m’empêche pas pour autant de vouloir visiter le monde ! Aujourd’hui, Jane ne peut pas me rejoindre, parce que sa mère veut qu’elle reste près, et comme ma meilleure amie est plus petite que moi, elle ne peut pas faire ce qu’elle veut ! Bon, elle n’a pas beaucoup de lunes en moins, mais ça fait la différence, pour une mère ! Je scrutais les alentours, ces alentours que l’on découvrait pour la première fois. Ces alentours que l’on observait d’un oeil admirateur et ce, parce que l’on adorait découvrir de nouveaux horizons qui s’offraient à nous, dans le plus grand des calmes. Comme ce que je faisais, en ce moment. Et j’adorais ça.

Je m’étais infiltré dans un endroit à haute teneur en poissons, si je me fiais à l’odeur forte autour de moi. Je n’avais jamais attrapé de poissons, j’étais beaucoup trop jeune, mais mon père m’avait dit qu’il me montrerait, bientôt. J’avais hâte, mais je m’étais dit que je pourrais me pratiquer un peu, en attendant, ainsi, je serai meilleure lorsqu’il m’apprendra ! Je lui ferais plaisir, ainsi, et ça me ferait plaisir, parce que j’aimais faire plaisir ! Ça me rendait toute joyeuse, sans que je sache trop pourquoi. Peut-être que j’étais seulement faite comme ça, après tout, et que c’était dans ma nature. C’est comme Nemera, je crois que s’il pouvait parler, il le ferait ! Je regardais au loin, et je vis une silhouette, proche d’un point d’eau. En temps normal, j’aurais dû fuir, parce que maman m’avait dit qu’on ne devait pas parler aux étrangers, mais c’était si tentant ! Et papa, il dit qu’il y a personne de réellement méchant, alors je ne crains rien !

Je m’avance, toute joyeuse de faire une nouvelle rencontre. Il a l’air assez jeune, je crois qu’il est encore chaton. Dommage, j’aurais bien voulu apprendre à pêcher. Bon, c’est pas grave, je peux toujours me faire un ami, non ? Ça m’intimidait un peu de devoir parler, pour tout avouer, mais si je voulais me faire des amis, il fallait que je parle. Ils ne viendraient pas à moi, sans que j’aie quoi que ce soit à faire, parce que ce n’était pas ainsi que cela fonctionnait, et ce ne sera jamais le cas. Pour rencontrer de nouvelles personnes, il fallait dialoguer avec l’autre, et un dialogue comprenait l’implication des deux dans la discussion, de préférence de façon égale, sans quoi la chaîne se transformera en monologue, et ainsi, se faire de nouvelles connaissances est tout bonnement impossible.

“Coucou toi ! T’es qui ?”

Codage non LDD pour Equi ONLY

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Je suis
Nuage du Sacrilège
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Luny
Âge du perso (en lunes) : 11 lunes
Messages : 24
Date d'inscription : 16/06/2016
Localisation : Loin, dans les méandres du mensonge, sauras-tu me trouver ?


Ven 23 Juin 2017 - 23:33

Le soleil n’est pas haut dans le ciel, mais je peux déjà pressentir que cette journée sera une journée de liberté, parce que le ciel est ma seule limite : je suis le vent, je suis l’oiseau qui vole, qui se dirige partout et qui, quelque part, veille. Cet oiseau que l’on peut observer lorsqu’on est dans la petite partie de forêt qui borde notre territoire, celui-là même qui nous regarde de ses yeux vifs et intelligents, sachant déjà qu’il ne descendra pas tant qu’on ne sera pas parti, puisqu’il veille et qu’il sait que nous en ferons notre proie. Il n’est pas une proie, alors il ne fera pas en sorte qu’on puisse s’en prendre à lui et c’est l’acte le plus compréhensible de la terre. Il n’est pas du tout une proie, non, lui c’est l’oiseau qui observe, qui retient et qui ne dit rien, ne fait rien. Il n’est pas une proie, il est celui qui protège, il n’est même pas prédateur. Ni proie ni prédateur, seulement observateur du monde qui se déroule sous ses yeux alors qu’il se tient sur une branche beaucoup trop haute pour nous. Je le vois souvent quand je pars du camp secrètement et il m’annonce la beauté du jour ou sa laideur, dépendamment. J’aime bien quand l’oiseau me le dit. Il piaille et je comprends.

Alors aujourd’hui, je suis lui. Aujourd’hui, je suis l’oiseau que je vois à chaque fois que je sors du camp en cachette, je prends sa place pour parcourir des kilomètres dans le ciel et à chaque fois, revenir sur la même branche pour observer les chats des Clans qui pensent pouvoir me manger alors que je suis leur observateur. Je sais que ça ne viendrait pas le déranger, parce que parfois, on a besoin de quelqu’un pour prendre notre place quelques instants, l’espace d’un moment et je pense sincèrement que l’oiseau ne peut pas veiller toujours perché dans l’arbre sans se sentir épuisé d’être lui. Je peux maintenant parcourir la terre entière, mais je finirais essoufflé. Il faut que je me pose, parce que voler c’est un peu comme marcher et que ça finit toujours par te donner envie de te reposer et de boire un peu. Mais pour le moment, je suis parfaitement capable de poursuivre ce vol. Je pourrais voir le ciel, la galaxie et je pourrais toucher les nuages et les étoiles. C’est la sensation la plus agréable qui soit. Avoir le monde à sa portée.

Je vole et vole jusqu’à ce que je m’épuise et me pose pour observer le monde sans même faire de cas concernant le fait que je n’ai pas réellement avancé sur les territoires du Clan puisque je regarde là où l’oiseau aurait été. Mais maintenant, je suis à sa place parce que je suis l’oiseau. Alors c’est moi qui observe et veille en cet instant précis. Je ne resterais pas longtemps, je ne peux pas accomplir ce rôle pendant un trop grand moment parce que ce n’est pas ce rôle primaire que j’ai eu alors je n’ai pas les capacités pour l’assurer pendant un trop long moment, mais pour l’instant, je le suis et j’en profite. Je sais que quelque part, il en profite aussi puisque son rôle doit quand même être vachement épuisant. Quelques heures, ça peut aller, mais tous les jours, ça doit sûrement peser énormément. D’ailleurs, je me demande ce qu’il est advenu de l’oiseau pendant que je prends sa place. Est-il devenu un chat ? Ça le démange sûrement de comprendre pour les félins veulent toujours attraper les oiseaux et le meilleur moyen de le comprendre, c’est d’en devenir un. Devenir son ennemi pour mieux le comprendre. J’aimerais bien connaître ses conclusions, mais je ne pense pas que je pourrais, on ne se comprend toujours pas après tout.

Maintenant, je suis épuisé parce que j’ai trop volé. C’est le risque à prendre quand on est nouvellement oiseau : oublier que le vol, c’est comme la marche donc qu’on peut se retrouver à être épuisé. Quand on marche ou court trop, notre corps perd en énergie et nous demande de prendre une pause pour se ressourcer : c’est la même chose lorsqu’on se retrouve à trop voler par erreur de débutant. Alors moi, je suis maintenant exténué et je m’arrête à la rivière. Lentement, tout lentement, je redeviens un chat, un chaton qui n’aurait jamais dû sortir du camp, je perds mon identité d’oiseau, je lui redonne son rôle d’observateur et je sais très bien que je n’ai pas volé du tout, seulement marché, mais la réalité fade ne me tente pas, ne m’intéresse pas, alors je m’enferme dans mon imagination beaucoup plus amusante. Je suis à la rivière alors je me penche et je bois pour me désaltérer, parce que tout ça m’a vraiment assoiffé. L’eau dévale ma gorge et me satisfait. J’ai toujours adoré l’aventure qui transforme la réalité en quelque chose de bien plus beau, de bien plus agréable. L’imagination a ce tour de force et aujourd’hui, les histoires sont à ma portée, si près de ma patte que je n’ai qu’à la tendre pour les attraper.

Mais pour le moment, je prends une toute petite pause. L’oiseau m’a épuisé et j’ai besoin de rester là où l’eau coule pour que mon corps reprenne toutes ses forces. Je soupire un peu. Je le fais souvent quand je suis fatigué, une habitude. Je lève alors la tête et je me fige de surprise. Un chat est là, au loin, et je ne peux pas sentir l’odeur du Clan de la Rivière. Un solitaire ! L’excitation se dispute à une certaine forme de peur dans mon corps tandis que je demeure figé, immobile. Je cligne plusieurs fois des yeux et je m’avance d’un peu. Je ne tremble pas et la peur s’atténue quand je remarque que non seulement c’est une femelle, mais qu’en plus, elle est toute jeune. Bon, plus vieille que moi, mais jeune quand même ! Elle ne semble même pas méchante, elle me demande seulement qui je suis et je l’observe tout en me demandant qui elle est et d’où elle vient. Ici, maintenant, je laisse tomber toutes les histoires.

« Je suis Petit Sacrilège ! Digne et fier membre du Clan de la Rivière...»

Pas tout à fait, quand je disais que je laissais tomber les histoires.

« L’enfant préféré du chef et destiné à le remplacer lorsque j’en aurais l’âge ! Et toi donc, qui es-tu ? »
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Simple mais tellement vrai ! ...
» Devinette [trèès compliquée et simple à la fois xD]
» Une Waltham militaire toute simple mais bien finie
» Pak! pak! pak! Ne courez pas, nous venons en paix!!!
» repro deux queue simple mais un petit queue double ?


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La guerre des clans RPG :: CerfBlanc :: Clan de la Rivière :: Champ de roseaux-