Météo
Chaleur, herbe verte, ciel bleu et fleurs resplendissantes… Nul doute, la saison des feuilles vertes est là. La chaleur se fera plus forte que jamais, mais une douce brise viendra de temps en temps rafraîchir vos fourrures. Attention aux orages et à la sécheresse. Il fera chaud : les températures iront de 20 à 35°C.

Infos
saison des feuilles vertes
aléas naturels : orages
évènement : Assemblées et baptêmes en cours

Top-Site

Vote pour nous toutes les deux heures !
When the sun goes down, stars come out ~ Ft Cristal de Rose, Souffle Lunatique et Cascade de la Liberté



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Effectifs
Troupes Inondée et Embrumée PRIORITAIRES!
Effectifs
Préférez les guerriers aux apprentis et aux chatons (qui sont fort nombreux).
Vote !
N'oubliez pas de voter ici (click) !
Design des Exams en place !
Tumblr du fow
Regarde par ici et propose tes idées par !


Partagez | 
 

 When the sun goes down, stars come out ~ Ft Cristal de Rose, Souffle Lunatique et Cascade de la Liberté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Kayl AdminKayl Admin
avatar

Je suis
Kayl
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Kayl
Âge du perso (en lunes) : 48 lunes (physique), 74 lunes (en vrai)
Messages : 1563
Date d'inscription : 05/07/2014

Feuille de personnage
Mentor / apprenti : Nuage de Lune
Relations :


Sam 21 Jan - 23:07


When the sun goes down, stars come out

Cristal de Rose ~ Souffle Lunatique ~ Cascade de la Liberté


Larme d’Améthyste scintille et resplendit mais ses yeux ne brillent plus. Ses yeux se sont éteints en même temps que son âme il y a plus de quinze lunes. Quinze lunes que la vie l’a quitté et qu’il a rejoint prématurément le Clan des Étoiles. Quinze lunes qu’il n’a plus revu ses enfants, ses trois filles qu’il aimait tant, et qui ont bien grandi depuis. Deux d’entre elles sont même passées guerrières et la troisième fera son baptême bientôt. Car même si cela fait quinze lunes, il veille toujours depuis la toison argentée. Il observe Lys Roux, et ses yeux bleus perdent leur éclat lorsqu’il pense à elle, lorsqu’il voit que son regard s’est terni. Quinze lunes qu’elle n’a pas fait son deuil et qu’il l’attend.

Pourquoi est-il là aujourd’hui ? Il aurait pu, il aurait dû rester avec les morts au sein du Clan des Étoiles, comme il se devait. Il ne devrait pas fouler le sol gelé de la lande alors qu’il est mort depuis quinze lunes. Mais il a une mission aujourd’hui, une mission importante qu’il se doit de réussir. Cela ne concerne pas sa famille, ni même son Clan à proprement parler. En fait il s’agit d’un félin en particulier, Songe Mortel. Le mâle a fait partie du Clan du Vent, il y a bien longtemps. Aujourd’hui mort, le félin se retrouve au Clan des Étoiles aux côtés du guerrier grisâtre, et la mission consiste à discuter avec trois félins, de Clans adverses, afin de leur faire des déclarations. Une déclaration qui pourrait bouleverser leur vie.

Songe Mortel, le père de Cristal de Rose. Une jeune guerrière du Clan du Vent qui n’a que trente lunes à présent. Déjà trente lunes. Dire qu’elle en avait quinze lorsque Larme d’Améthyste a quitté cette terre pour mourir. Et il se demande toujours pourquoi c’est à lui de faire ça, alors que Songe Mortel aurait très bien pu. Ç’aurait été logique que le père de Cristal de Rose aille lui annoncer qui sont ses deux autres chatons, d’un Clan différent qui plus est, mais apparemment c’est au mâle gris de le faire. Peut-être qu’il pourra voir ses filles ou sa compagne en passant. C’est la seule raison qui l’a poussé à accepter cette mission d’ailleurs. Pouvoir voir une dernière fois sa famille, vivante. La prochaine fois qu’il les reverra, ce sera certainement lors de leur mort. Cette pensée serre la gorge du mâle qui se force à penser à autre chose.

Mais les souvenirs reviennent toujours. La nostalgie s’immisce en lui tel un poison douloureux, lui étreint le coeur. Le passé lui revient sans cesse en mémoire et il ne parvient pas à trouver la paix, même après tant de temps passé dans le Clan des Étoiles en compagnie de tous les autres félins qui ont péri. Il n’a pas passé cette étape du deuil, c’est inconcevable pour lui. Il aurait l’impression de trahir Lys Roux, il ne veut pas l’oublier et se raccroche à l’image de la femelle rousse, souriante, joyeuse, qu’il a toujours connue. Celle qui l’invitait dans ses jeux malgré les différences, malgré les tensions avec son frère, malgré…
Et maintenant tout a disparu, envolé, emporté par la caresse du vent froid de la saison des feuilles mortes. Le souffle d’un meurtrier, une goutte de sang et tout s’est arrêté.

Même le temps, l’espace de quelques secondes. Il se souviendra toujours de cette dernière journée où il était vivant. Cette journée où il était heureux, avant que le destin ne décide de tout changer, de tout bousiller. De tout lui enlever. Oeil du Ciel n’avait pas le droit et pour une histoire d’amour il a tué Larme d’Améthyste. La haine et la fureur le rongent, il aimerait tant se venger, mais ce ne serait pas digne d’un guerrier honorable. Aujourd’hui encore il regrette de n’avoir rien pu faire pour empêcher ce drame. C’est trop tard pour les remords à présent, cela fait quinze lunes et c’est du passé. On ne revient pas en arrière.

Larme d’Améthyste arrive au camp et contemple les lieux. Rien n’a réellement changé si ce n’est les félins eux-mêmes. Ils ont grandi, les chatons sont devenus guerriers et même reines, et sa mère… Sa mère, Chant de la Colombe, n’est plus la grande chef qu’il a connue. Elle reste toujours sa mère et il regrette de n’avoir rien pu faire pour rester en vie et profiter de cette mère qui n’a pas pu l’élever. Maintenant elle se retrouve bien seule, alors qu’elle n’a pas eu que cette portée. C’est comme si le destin s’acharnait sur elle en l’empêchant de pouvoir aimer ses petits, les chérir comme elle le voudrait. Larme d’Améthyste s’attarde longuement sur la contemplation de la femelle brune.

Il ne doit pas se détourner de son objectif principal. Il cherche du regard la silhouette grise de Cristal de Rose. Pas celles rousses de sa compagne ou de ses filles, mais celle de la fille de Songe Mortel. Il ne doit pas se laisser déconcentrer, pourtant c’est dur, tellement dur. Et il la voit. Il voit cette guerrière devenue forte. Elle seule peut le voir. Il a été envoyé ici pour elle seulement et ses filles ne pourront pas le voir, il n’y a que Cristal de Rose. Le guerrier défunt au pelage argenté s’approche d’elle d’un pas souple, n’oubliant pas pourquoi il est venu. Elle sera surprise de voir un guerrier du Clan des Étoiles en direct mais ça importe peu. Il y a plus important pour l’heure et il n’a pas le temps de s’attarder sur les autres, quand bien même il s’agit de sa famille.

“Viens avec moi. Je dois te montrer quelque chose.”

Il ne peut pas lui révéler de telles choses au sein du camp, déjà parce que Cristal de Rose devrait répondre et que personne d’autre ne voit le guerrier mort, donc les félins présents la regarderaient comme si elle parlait seule ou… À un fantôme. Et surtout, ce n’est pas quelque chose qu’on peut annoncer comme ça, comme on annonce qu’on part chasser. Il faut qu’il parvienne à trouver la deuxième portée de Songe Mortel, et il devrait y arriver car aujourd’hui n’a pas été choisi par hasard. Aujourd’hui le destin devait réunir les trois félins issus du même père, et c’est Larme d’Améthyste qui doit s’y coller. On ne sait toujours pas pourquoi d’ailleurs.

Il tourne le dos et ne regarde plus le camp, c’est trop douloureux. Il faut juste que Cristal de Rose le suive en silence jusqu’aux gorges, et ensuite tout devrait se passer.


Codage by Kayl



HRP : Ordre de passage : Krys, Amét, les riviéreux and on tourne :D


Dernière édition par Kayl le Lun 6 Fév - 10:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Je suis
Cristal de Rose
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Krys/ Champicoeur (Kirby) / Grande sœur (foxy;Fuyu) /Brochette et maman (Doorn)
Âge du perso (en lunes) : 36 lunes
Messages : 270
Date d'inscription : 23/12/2015
Age : 15

Feuille de personnage
Mentor / apprenti : Nuage d'Ange
Relations :


Dim 5 Fév - 21:13



When the sun goes down, stars

come out

Ft.Larme d'Améthyste/Cascade de la Liberté/Souffle Lunatique

Cristal de Rose avait de moins en moins de force ces temps-ci, mais refusait catégoriquement de l’assumer, ne trouvant aucun intérêt à accepter ses faiblesses. Ses yeux reflétaient sa fatigue et même la chasse, son domaine de prédilection, lui demandait d’énormes efforts. Elle n’avait plus le courage d’aller et venir comme à son habitude, et moins de patrouille elle faisait, mieux elle se portait. Pourtant, quand ses tâches quotidiennes le lui permettaient, elle sortait s’entrainer. Ne voulant en aucun cas se ramollir ou perdre des qualités, elle puisait dans le peu d’énergie qu’elle avait encore pour aller s’entrainer, souvent sur des proies, à l’abri des regards qui pourraient critiquer ses méthodes. Comment ça éventrer lentement un rongeur en regardant la lueur de ses yeux s’éteindre progressivement c’est sadique ?

Aujourd’hui elle n’avait pas grand-chose à faire. Aucun rôle de mentor à assurer avec les autres, aucune patrouille pour leur apprendre le territoire. Elle n’avait pas non plus de patrouille avant ce soir, ce qui lui laissait le temps de s’épuiser avant. Super. Sa journée était libre et elle comptait ce servir de ce temps pour s’entraîner à nouveau. Cela faisait au moins trois jour qu’elle n’avait pas pu y aller et sa rage avait eu le temps de grandir en elle. Il fallait qu’elle extériorise.

Elle prit son courage à deux pattes et se leva de sa tanière. Elle s’étira, fit un brin de toilette et laissa ses pattes la guider vers la sortie. Le soleil n’avait pas atteint son zénith mais il était levé depuis un moment déjà, ce qui laissa penser la jeune guerrière que la patrouille allait revenir. Elle se dirigea donc en dehors du camp, s’efforçant de ne pas laisser ses pattes trembler. Un fois cela fait, elle se permit une pause pour humer l’air. Le froid commençait à s’estomper et, étant une chatte qui détestait le froid, la femelle en était plus qu’heureuse. Ses muscles engourdis par le froid n’allaient pas être plus efficaces en étant congelés par la température de la saison des neiges.

Elle prit la décision d’aller s’entraîner dans les champs, il y aurait sûrement quelques lapins, même rentrés dans leurs terriers. Elle se laissa donc aller, observant autour d’elle en silence pour repérer une proie éventuelle sur le chemin. Aucun son ne lui parvint malheureusement mais elle ne perdit pas espoir, elle approchait de son lieu d’entraînement de la journée. Lorsqu’elle posa la patte dans un champ, elle s’immobilisa. Son ouï avait perçu un bruit, du mouvement. Elle ferma les yeux quelques instant, se concentrant pour voir l’invisible. Elle réussit au bout de quelques instants à repérer le lapin, qui était sûrement une lapine puisqu’elle se trouvait dans son terrier en présence de ses petits. Elle se lécha les babines et, approchant du terrier, se mit en position de chasse pour faire le moins de bruit possible. Elle repéra plus difficilement le trou qu’elle ne l’avait prévu, et se plaça tout proche.

Elle commença par renifler sa trouvaille, et réussit à compter trois enfants déjà bien grands et leur mère. Elle commença par introduire sa patte à l’intérieur, toutes griffes sorties, pour se délecter de l’odeur de peur que cela produisait. Elle ne fut pas déçue et, sentant son ventre gargouiller, tenta d’attraper un des lapins. Elle avait dû gratter le trou pour pouvoir y rentrer plus facilement, mais il n’était pas encore assez grand pour y rentrer autre chose que la patte avant. Elle sentit sa griffe frôler un pelage assez doux et se prit à rire de sa cruauté. Elle allait en tuer deux sur le coup et en laisser deux s’échapper pour s’entraîner à les traquer. Ou bien elle en laisserait un vivant, les pattes arrière cassées pour pouvoir jouer avec.

Lorsque que ses griffes en agrippèrent un, elle se précipita de le ramener à la surface, non sans résistance de l’autre côté. Il s’agissait d’un des petits, qui d’ailleurs ne bougeait pas. Etait-il pétrifié par le peur ou faisait-il le mort ? Son petit cœur s’agitait frénétiquement dans sa poitrine et la chatte grise ne prit pas longtemps à le transpercer de sa griffe. L’odeur et le gout du sang lorsqu’elle lécha cette dernière lui ramenèrent des sensations qu’elle aimait tant. Elle laissa tomber le cadavre à ses pattes et creusa d’avantage la terre, jusqu’à apercevoir un deuxième petit corps chaud. Elle le saisit à son tour et, plantant ses crocs dans le coup de l’animal, le tua sans remords. Et heureusement qu’elle n’avait pas de remords à chacun de ses meurtres, autrement elle serait rongée par ceux-ci.

Lorsque la mère et le petit restant essayèrent de s’enfuir, elle attrapa la lapine à la volé et lui brisa une de ses pattes arrières. Elle n’en aurait pas besoin pour le bébé, il ne devait pas être très vif. Elle les laissa s’enfuir et prit la poursuite du petit. Sa fourrure noire se détachait dans le champ gelé à certains endroits. Elle prit soin de ne pas courir trop vite au début puis, sans prévenir, fit une accélération et lui bondit dessus. Elle l’envoya d’abord en l’air, contre le sol, le secouant dans sa gueule, puis acheva sa souffrance d’un coup de mâchoire mortel dans la nuque. Revenant à elle après sa poussée meurtrière, ses muscles la firent horriblement souffrir. Elle tenta d’oublier la douleur jusqu’à avoir tué la mère encore en fuite. Elle devait être partie depuis quelques temps et Cristal de Rose avait peu de chance de la retrouver. Mais elle se souvint lui avoir cassé une patte, ce qui allait lui faciliter la tâche.

Elle revient au terrier et flaira le sol quelques instant afin de repérer la direction qu’avait pris la mère. Elle se précipita ventre à terre vers l’odeur, priant pour ne pas s’être trompé. Si elle l’attrapait, elle s’autoriserait à la manger elle et un des petit, et ramènerait les deux autres au camp. Ils n’étaient pas bien gros mais si l’un de ses camarades se plaignait, il aurait le même sort. Elle ralentit un instant après avoir entendu comme un bruit de course non loin devant. Elle suivit le bruit et découvrit sans grand étonnement la maigre lapine qui se trainait non sans difficulté vers la limite des champs. La guerrière trottinait tranquillement vers elle, se délectant des regards apeurés que lui lançait sa proie.

D’un coup de patte elle l’envoya valser contre une pierre, riant des craquements que ses os produisaient. Elle la rejoignit et l’acheva enfin puis, sans aucune prière envers les ancêtres qu’elle ne prétendait même pas croire existants, retourna prendre les proies. Un fois au terrier maintenant vide, elle commença son repas avec sa dernière victime. L’odeur de peur mêlée à celle de la mort l’exaltait au plus haut point. Finissant enfin sa première proie, elle entama le premier petit. Elle était plutôt fière d’être tombée sur un terrier en cette période, et manger allait sûrement la renforcer un peu. Il fallait absolument qu’elle récupère des forces pour compenser ses nuits tourmentées. Elle n’avait pas pu revoir son père, ni l’inconnu, mais maintenant les insomnies et les cauchemars la hantaient à tour de rôle.

Lorsqu’elle eut fini, elle se releva en s’étirant et prit en gueule les deux lapins restant. Petits et maigre comme ils étaient, elle n’eut pas de mal à les prendre tous les deux à la fois. Elle prit alors le chemin inverse qu’à sa venue pour rentrer au camp. Le chemin se fit sans encombre et le soleil avait passé son état le plus chaud quand elle franchit l’entrée. Quelques rares rayons de l’astre du jour faisaient leur apparition de temps en temps, mais pas assez souvent pour réchauffer l’air froid de la journée. Elle rajouta ses proies à la petite pille de gibier et repéra du coin de l’œil un coin tranquille prêt de sa tanière. Elle s’y installa.
Elle n’eut pas le temps de s’assoupir qu’une faible lumière vint vers elle. Elle tourna la tête et fut plus que surprise en y découvrant un chat clair, semblable à une étoile.

« Viens avec moi. Je dois te montrer quelque chose »

Si Cristal de Rose se leva et le suivit, c’est qu’elle voulait savoir. Il s’agissait d’un chat défunt. Il n’avait rien de vivant et personne d’autre n’avait semblé le remarquer. Etait-il du Clan des Etoiles ? Existaient-ils vraiment alors, et pas que dans les histoires pour chatons ? Ou faisait-il partit de la forêt sombre et allait-il enfin répondre aux questions qui la rongeaient ? Quelque chose, la curiosité peut-être, la poussait à suivre ce mort, qu’elle ne connaissait pourtant pas. Mais elle se stoppa soudain, ils arrivaient presque aux gorges. Elle voulait savoir.

« Qui es-tu ? D’où viens-tu et d’où me connais-tu ? T’ai-je tué toi aussi ? Pourquoi es-tu là ? »

Elle avait dit ça d’un ton agressif et intrigué à la fois, et, bien que nombreuses soient les questions qu’elle venait de poser, il avait tout intérêt à répondre vite.


Codage by Kayl pour Krys only
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Kayl AdminKayl Admin
avatar

Je suis
Kayl
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Kayl
Âge du perso (en lunes) : 48 lunes (physique), 74 lunes (en vrai)
Messages : 1563
Date d'inscription : 05/07/2014

Feuille de personnage
Mentor / apprenti : Nuage de Lune
Relations :


Lun 6 Fév - 18:35


When the sun goes down, stars come out

Cristal de Rose ~ Souffle Lunatique ~ Cascade de la Liberté


Larme d’Améthyste resplendit dans la lande. Il marche et son pelage scintille tel un ciel nocturne illuminé de petites étoiles. Le félin se souvient encore de son enfance, de lorsqu’il n’était un chaton bégayant ne connaissant rien de la vie. La vie qui lui en a fait voir de toutes les couleurs. La vie qu’il aimait et qui n’existe plus pour lui. Il remarque les flancs de la guerrière grise qui se soulèvent à un rythme régulier. Il remarque ça et contemple son ventre désormais immobile. Lui ne respire plus, lui n’a pas besoin de respirer puisqu’il est mort. Lui n’a plus le droit de voir ses filles et sa compagne. Un instant, le mâle beige se demande si Lys Roux retrouvera l’amour avant de le rejoindre. Bien sûr, ça le ferait souffrir mais il préférerait qu’elle soit heureuse.

Et elle ne sera jamais heureuse à nouveau si elle ne cesse pas de songer à lui, à leur passé. Un jour il sera heureux à nouveau, mais il a déjà retrouvé sa famille morte, et c’est déjà pas mal. Les deux chatons qui n’ont pas survécu à une attaque de renard tandis que lui et son frère, Esprit des Bois, ont grandi. Et l’apprentissage, avec Lys Roux, et son frère, et cet apprenti… Oeil du Ciel. Larme d’Améthyste ne s’est jamais vraiment entendu avec tous les autres félins, bien trop renfermé sur lui-même, solitaire et instable. Aujourd’hui il n’est plus rien qu’un ancien guerrier descendu du ciel pour annoncer des révélations peut-être difficiles à encaisser.

“Qui es-tu ? D’où viens-tu et d’où me connais-tu ? T’ai-je tué toi aussi ? Pourquoi es-tu là ?”

Elle ne peut la connaître, il est mort bien trop tôt. Elle était si jeune, Cristal de Rose… Elle a tellement changé. Il va falloir lui annoncer certaines choses qu’elle ne veut pas forcément connaître. Il n’a pas le temps de s’arrêter, le félin pâle avance sans répondre encore quelques instants. Il ne répondra pas tout de suite à ces questions, car il faut que les deux autres soient là. Les deux félins du Clan de la Rivière, ces trois chats qui sont des Clans-mêlés. Ces trois seuls chats qui sont capables de voir le mort aujourd’hui, avant qu’il ne disparaisse à nouveau, happé par le Clan des Étoiles. Larme d’Améthyste, tué par Oeil du Ciel. Tué à cause d’une jalousie qui a tout détruit. Parfois la haine reprend le dessus. Parfois c’est uniquement le vide.

“Attends encore un peu. Tu sauras tout en temps voulu.”

Larme d’Améthyste, une fois qu’il est parvenu aux gorges, s’arrête. Il s’assoit, le visage fermé, aucune expression ne pouvant transparaître dans ses yeux bleus. Il attends de longues secondes et observe le ciel. La patrouille composée du frère et de la soeur devraient arriver dans peu de temps. C’est rare, qu’ils partent en patrouille tous les deux, et c’est la raison pour laquelle Larme d’Améthyste est là aujourd’hui. Pas demain, pas un autre jour, mais bien aujourd’hui, et c’est sa seule chance. Leur seule chance de connaître enfin une vérité qu’on a voulu leur cacher. Qu’on n’a pas eu le temps de leur dire, puisque Songe Mortel est mort avant. Mais c’était trop tard, il avait déjà eu deux portées. Une dans le Clan de la Rivière et l’autre dans celui du Vent. Et étrangement c’est Larme d’Améthyste qui est là ce matin pour leur révéler.

Après avoir attendu assez longtemps, les deux silhouettes se découpent enfin. Larme d’Améthyste les observe s’approcher. Ils sont en territoire ennemi, maintenant. Sur la frontière entre le Clan du Vent et de la Rivière. Une frontière des plus dangereuses, puisqu’il y a les gorges ici. Celui qui chute perd la vie. Trop de chats sont morts ici. Le guerrier mort se redresse de toute sa hauteur. Il n’écoute plus le vent qui souffle et la rivière qui tombe en cascade. Il n’écoute plus rien et il attend que les deux félins de la Rivière les remarquent, qu’ils s’approchent. Et ils s’approchent, puisqu’ils doivent assurer la protection des frontières. C’est le devoir des guerriers de Clan après tout. Il faut toujours surveiller les frontières, les protéger et se battre s’il le faut. Mais aujourd’hui il n’y aura pas de bataille.

“Salutation, Cascade de la Liberté, Souffle Lunatique. Nous avons des choses à nous dire, alors asseyez-vous. Mais ne prenons pas trop de temps.”

Froid, distant, comme une étoile tombée du ciel. Larme d’Améthyste n’est pas grand chose d’autre. Il n’est qu’un mort, redescendu pour parler. Il faut parler, il faut connaître certaines vérités. Parfois c’est difficile d’accepter, et même de la dire. Mais cela ne le concerne pas. Rien de tout cela ne peut concerner un félin déjà mort. Le mâle gris pâle scintillant n’est là que pour cela, et ça ne le dérange pas. Il a au moins pu revenir ici, alors que le Clan des Étoiles ne voulait pas qu’il retourne sur terre, par peur que ça le détruise. Et c’est vrai que s’il était resté, ça l’aurait détruit. Mais il ne restera pas, il est là seulement pour dire une phrase, et ensuite ce sera terminé pour lui. Il est mort et sa place n’est pas sur terre. Sa place est avec les autres morts. Une seule phrase et il sera mort à nouveau.


Codage by Kayl



HRP : Euh du coup les Riviéreux répondent, pis je sais pas si Krys a besoin Ensuite, je réponds pour annoncer le bordel, puis vous pour les réactions :’)
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Je suis
Souffle Lunatique
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Sun, Sunny, Nakin
Âge du perso (en lunes) : 56 lunes
Messages : 64
Date d'inscription : 30/10/2016


Dim 19 Mar - 9:37


When the sun goes down, stars come out


Grumpf.

Ouais, t’avais pas envie de te lever, ton fils te manquait et la vie ne te plaisait pas. Mais qu’importe, mon vieux. Tu vivais dans un clan et t’avais des devoirs envers lui. Tu devais te réveiller, tu devais te lever, et tu devais aller écouter la répartition des patrouilles qui se faisait dehors. Et ouais, c’est la vie. c’est peut-être dur parfois mais il faut faire avec. Même sans ton fils. Même avec tes regrets.
Tu ouvres un œil.
Une fourrure sombre, aucune lumière.
Tu grognes, et tu pousses sur tes pattes pour te relever. On dirait un vieux papi, alors que t’as que 53 lunes. Tu bailles. Tu t’étires en vitesse, tes poils collés par la crasse restent immobile. C’est dégueu. Tu t’en fous. Tu n’as même plus de fils devant lequel tu voudrais être convenable. Alors tu laisses les chanceux dormir et tu sors. Et tu entends ton nom. Puis celui de ta sœur. Tu pestes. Tu n’as envie de te la coltiner tout au long d’une patrouille. Et pourtant, tu feras comme on vous l’a demandé et tu partiras avec elle. Parce que c’est ton devoir. Et parce que tu n’as plus rien d’autre à faire en attendant que ton fils te revienne.

Tu ne la salues même pas. Tu passes devant elle sans même la regarder, sans même la regarder. Tu marches, tu sors du camp et tu te diriges vers la rivière. Elle te suit parce que tu entends ses pas près de toi. Elle garde le silence, et tu aurais voulu faire de même. Mais tu ne peux t’empêcher de la titiller. Tu ne peux t’empêcher de lui faire remarquer que tu n’as aucune envie d’être là avec elle. Lui faire la vie dure, c’est ton rayon. Tu sais la faire sortir de ses gonds, tu sais comment déclencher les cris lors de vos rares discussions. Qui ne finissent jamais comme devraient l’être des discussions, plutôt comme des disputes. Tu ne sais plus si tu la hais ou si tu l’apprécies, mais tu ne la supportes pas. Et tu préférerais être partout ailleurs qu’à cette patrouille de chasse en sa compagnie.

— Pourquoi t’es pas restée dans la Pouponnière avec tes pauvres chéris ?

Elle a une excuse pour ne pas venir, et on lui dit de partir en patrouille. Avec toi. Tu n'es pas d'accord. Tu ne comprends pas pourquoi on vous a assigné une patrouille en duo, alors qu'ils ne sont sûrement pas assez idiots pour ne pas remarquer que vous ne vous appréciez pas particulièrement. Et puis, autant que ces braillards mal élevés qu'elle a eu l'audace de mettre au monde servent à quelque chose. Mais non, apparemment pas.

— C'est sûr que t'aurais pu partir avec ton fils... Oups, j'avais oublié, il s'est barré.

Tu t'arrêtes net. Et si elle avait été juste derrière toi, elle te serait rentrée en plein dedans. Tu te retournes lentement, et la folie et la rage dansent dans tes yeux. Je crois que tu fais peur. Mais tu as peur aussi, au fond de toi. Parce qu'elle a raison et que tu espères toujours que ton fils revienne, mais tu n'as aucune idée de ce qui lui est arrivé. Tu espères qu'il va bien, quelque part, et qu'il reviendra bientôt. Tu espères étrangement et tu la regardes avec un mélange de haine et de tristesse. Elle n'est pas invulnérable, elle non plus. Et peut-être que ta raison d'être est de le lui rappeler. Elle aussi, elle a des gosses. Et ces derniers peuvent aussi bien disparaître que Nuage du Caïman. Ou pire. Ils pourraient tout aussi bien rejoindre leur frère. Tu n'es pas un félin que l'on traite comme rien. Tu es dangereux. Peut-être que ta sœur a besoin de s'en souvenir.

— Le tien aussi pourrait disparaître.

Ton froid. Sec. Impersonnel.
La tension retombe. La tienne, en tout cas. Et tu repars.

Tu repars et tu ne fais que quelques pas. Et ce n'est pas à cause de ta sœur. C'est plus loin, quelque part de l'autre côté de la rivière, plus près des gorges, encore plus en amont. C'est une brindille qui craque ou un caillou qui roule. Tu ne sais pas. Qu'importe. C'est un bruit qui n'aurait pas dû être là. Alors tu tends l'oreille et elle aussi. Tu écoutes. Tu croises son regard et vous avancez, silencieusement, vers l'amont. Vers le bruit inhabituel.

La première chose que tu vois, c'est la lueur. Parce que là-bas, plus loin, de l'autre côté de la rivière, il y a deux chats. Et l'un d'eux brille. Il brille vraiment, pas juste parce qu'il est extrêmement propre, non il brille faiblement comme une étoile, comme si une lueur blanche l'entourait. Ça t'intrigue. Et tu finis par arriver juste devant eux. Tu ne les reconnais pas ni l'un ni l'autre, mais celui qui brille devient vite une évidence. Il n'est pas vivant. Ça t'effraie. Mais tu refuses de le montrer et tu tentes tant bien que mal de paraître calme.

— Salutation, Cascade de la Liberté, Souffle Lunatique. Nous avons des choses à nous dire, alors asseyez-vous. Mais ne prenons pas trop de temps.

Quoi ? Comment ça ? Tu ne les connais pas. Ils ne peuvent pas avoir des choses à te dire. Ils ne peuvent pas venir du passé. Ils ne peuvent pas savoir ce que toi-même tu as oublié. Ils ne peuvent pas venir te chercher. Non, non, non... Ils ne peuvent pas...
Je te retiens de paniquer, parce que tu ne peux pas te ridiculiser devant eux, ce serait du pire effet. Ni devant ta sœur, auquel cas tu en ferais les frais durant des lunes entières. Mais tu les observes et tu as peur. D'ailleurs, tu es resté debout. Pas elle, qui s'est assise comme demandé et tourne soudain sa tête vers toi.

— C'est qui ces gogoles ?

Euh... Il n'y a sûrement qu'elle que ça fait rire. Il n'y a pour toi rien de drôle à la situation, et ton regard valse maintenant d'elle aux étrangers. Tu ne sais plus quoi faire. Et tu as la gorge trop nouée par la peur pour les presser à parler. Quoique tu préférerais qu'ils partent tout simplement, mais ils n'ont pas l'air enclins à cela. Tu attends sans parler et l'intervention de Cascade de la Liberté t'a un peu détendu, mais tu restes effrayé. Leur tête ne te revient pas.

© Codage by Ella'
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Ray admineRay admine
avatar

Je suis
Cascade de la Liberté
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Ray
Âge du perso (en lunes) : 52 lunes
Messages : 277
Date d'inscription : 10/09/2014
Age : 17
Localisation : CHANTILLY

Feuille de personnage
Mentor / apprenti :
Relations :


Dim 19 Mar - 12:02




When the Sun goes down
ft. Kayl, Krys & Sun

Je respirais, confiante. Il faisait froid. Couchée bien sagement dans la pouponnière, je regardais sans vraiment y faire attention Petit Cauchemar et Petit Astre, dormant. Mes deux iris vertes traduisaient encore cette habituelle sensation d'éloignement spirituel. Le silence pesait depuis une bonne lune si ce n'était deux dans la tanière réservée aux reines et leur portée. Que de calme. Et dire que moi qui avait toujours aimé les silences, je regrettais les piaillements de mes rejetons. Oui, tout cela était devenu trop calme avec la saison des neiges. Ce que je pouvais avoir changé. C'était étrange. Étrange et nouveau. Avais-je réellement pu changer si rapidement, si radicalement ? Pourtant les relations que j’entretenais avec les autres chats du Clan n’avaient en rien migré vers autre chose. Froide pour la grande majorité, distante pour les autres. Oh, toujours ces mêmes tensions traditionnelles. L'indécision, le désir de ne jamais rien vouloir changer, me quitter petit à petit, me fuyant. Et je continuais de reporter la faute sur Salem, comme toujours. Du moins, comme je le faisais depuis que je le connaissais. Oui, sa faute, rien que sa faute, jamais la mienne. Et le grand mâle noir avait tellement raison lorsqu’il disait que j'étais trop fière pour admettre avoir tort. C'était moi, ça. Tout moi. Ne jamais baisser les bras, même lorsqu'on est tellement dans le faux. Et ce silence qui m’asphyxiait, encore et encore. Et eux qui dormaient, alors que le soleil s'était déjà levé depuis un bout de temps déjà.

Je sortais, toujours aussi sûre de moi. Quelques mètres, quelques pas, juste pour me dégourdir. J’attendais, à vrai dire, que Goutte de Rosée se dépêche de m’annoncer mes partenaires de patrouille, comme je lui avais demandé. Car, comme Étoile de l'Équinoxe avant elle, elle s'entêtait à ne pas vouloir m'inclure dans les patrouilles, en prenant comme excuse contre moi Petit Cauchemar, Petit Astre, et la prétendue fatigue qu'ils étaient censés me faire endurer. Foutaises. Jamais de ma vie je ne m'étais sentie aussi en forme, aussi énergique, aussi confiante. Même si j’avais douté au début, douté lorsque quatre petits êtres avaient décidé d’élire domicile en mon sein. Je respirais l’air frais, aspirant une grande bouffée d’air, avant de jeter un coup d’oeil vers la pouponnière, apercevant Lueur de Topaze et sa flamboyante fourrure rousse ; elle saurait prendre soin des chatons insupportables auxquels j’avais donné naissance. Enfin, j’entendais mon nom. Et à sa suite le nom de mon frère. Merde. Mes oreilles, instantanément, se couchèrent vers l'arrière, mes muscles se crispèrent. Bon sang. Ça allait être sympa, cette patrouille de chasse, vraiment. De tous les chats qui composaient le Clan de la Rivière, il avait fallu que notre nouvelle lieutenante choisisse Souffle Lunatique. Mes mâchoires se rapprochèrent avant de se sceller entre elles, faisant crisser quelques unes de mes dents.

Au moins, nous allions chasser, c’était toujours mieux que d’inspecter les frontières coude à coude. Je soupirais d’avance en pensant déjà à la longue matinée qui m’attendait. Préférer le silence était la meilleure chose à faire. Aucun mot, c’était l’idéal. Je faisais alors de ma gueule une forteresse de laquelle rien n'était censé sortir. Mon frère, fidèle à lui-même, pris les devants de notre patrouille réduite. Et la seule chose que je fis de rationnée fut de ne pas l’en empêcher. La seule chose, oui. Et à peine étions-nous sortis du camp que les choses s’enflammèrent. Il a bien fallu que cet idiot ouvre sa gueule puante, alors que je conviais, je priais le Clan des Étoiles de ne pas le faire. Très utiles, ces prières, dis-donc. “Pourquoi t’es pas restée dans la Pouponnière avec tes pauvres chéris ?” dit-il, se trouvant toujours aussi hilarant. Ah, nous avions au moins un point en commun ; aucun de nous ne savait vraiment jouer avec l’humour. Sarcasme, quand tu nous tenais. Mon visage restait de marbre, ne laissant rien transparaître. Ne rien dire, ne rien dire, faire comme si je n’avais rien entendu, faire comme si tout allait bien … Oh, quels jolis petits gazouillis d’oiseaux aujourd'hui … Bon, ça marchait pas. Surtout pas avec moi. Je me retenais, mais je sentais, je sentais que ce sentiment de vengeance montait en moi, que tout un tas d'idées de réponses n'attendaient qu'à être lâchées dans la nature. Allez, une petite réplique, une petite pique … trop tard.

C’est sûr que t’aurais pu partir avec ton fils … Oups, j’avais oublié, il s’est barré.” touché coulé, j’avais trituré une corde sensible. Trop tentante celle-là aussi. Et nous savions très bien, tous deux, qu'à ce moment, les choses allaient empirer. L'atmosphère, en moins de quelques secondes, était devenu électrique. Le Vent s'était tu, nous laissant, mon frère et moi, dans ce même silence que j’avais fui, le même silence que celui qui comblait la Pouponnière. Et, comme si le temps s’était arrêté, la masse crasseuse qui recouvrait la carcasse de Souffle Lunatique se tourna lentement vers moi. Et je savais qu’il méditait sur ce que je venais de lui balancer à la figure. Qu’il cherchait même, peut-être, quelque chose à répondre. Ou bien qu'il s'était emporté trop vite et était près à me sauter dessus. Mais j'étais prête, et toujours aussi confiante. Son regard croisa enfin le mien, et ses yeux bleus, furieux, étaient infusés d’une rage que je commençais à bien connaître. Une seconde, deux secondes, toujours rien. Juste ce terrible silence embarrassant. “Ton fils aussi pourrait disparaître.” et il tournait les talons, abandonnant sûrement tout idée de vengeance qui lui serait passé par la tête. J’en fus étonnée. Rien, pas d’attaque physique. Juste ces cinq mots qui en disaient tant. Menaçants. Et l’évocation, la reprise d’un moment, d’un secret. Ce secret, terrible secret, par lequel nous étions mêlés, lui, Salem et moi. Cette terrible nuit.

Et pourtant rien n’était dit. Mais ce silence voulait tout dire. J'allais répondre. Je savais quoi répondre. Souffle Lunatique lui aussi devait probablement savoir ce que j'allais répondre. Et ma gueule s'ouvrit, prête à déverser ces torrents de reproches. Mais un son, un bruit, attira mon attention. Mon frère l’avait-il entendu ? Peu importait. Après être restée un bon moment - trop longtemps même - dans la Pouponnière, mes réflexes naturels n’avaient pas été très sollicités. Mais je n’avais rien perdu. Si, Souffle Lunatique l’avait entendu. Il s'avançait déjà vers l’origine du bruit. À quelques pas derrière lui, je le suivais, sagement. “Salutation, Cascade de la Liberté, Souffle Lunatique. Nous avons des choses à nous dire, alors asseyez-vous. Mais ne prenons pas trop de temps.” pas d’odeur rien. Voilà pourquoi. Un mort. Je me raidissais. Un membre du Clan des Étoiles. Qui semblait nous connaître, qui plus est. Quelle était encore cette mauvaise blague ? Par pur respect, je m’asseyais, bien plus affectée par cette mystérieuse apparition que par autre chose. Mais son visage ne me disait rien. Ses yeux verts, si marquants pourtant ne me rappelaient rien du tout. Et derrière lui, un autre chat. L'odeur du Clan du Vent. Les poils de mon échine se hissèrent. Certes, nous étions aux gorges, quasiment du côté de nos ennemis, mais ils ne s’en approchaient pas tant, d'habitude.

Et je la sentais. Je sentais la panique, la peur de mon frère. Je la sentais comme si elle avait été une véritable odeur. Si proche, si intense. Oui, il y avait de quoi. Je pensais immédiatement à son fils. Qu’allaient donc nous annoncer ces deux-là ? Je savais mon frère terriblement instable. Mais là n'était vraiment pas le moment et l'endroit choisi pour lui annoncer un décès. Surtout pas celui de Nuage du Caïman. Il ne fallait pas qu’il perde ses moyens. Vite. Trouver quelque chose. “C’est qui ces gogoles ?”. Ah, bien joué ça. Super réputation.

Codage de Sun pour Ray <3 seulement

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Kayl AdminKayl Admin
avatar

Je suis
Kayl
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Kayl
Âge du perso (en lunes) : 48 lunes (physique), 74 lunes (en vrai)
Messages : 1563
Date d'inscription : 05/07/2014

Feuille de personnage
Mentor / apprenti : Nuage de Lune
Relations :


Dim 19 Mar - 13:46


When the sun goes down, stars come out

Cristal de Rose ~ Souffle Lunatique ~ Cascade de la Liberté


C’est le moment de leur dire. Larme d’Améthyste, dont le pelage grisâtre scintille d’argent, reste silencieux et ne répond pas aux remarques des deux guerriers de la Rivière. C’est sans doute l’une des seules fois qu’on les verra ensemble, et la seule fois où Cristal de Rose peut les croiser seule. C’est donc le seul moment idéal pour leur annoncer. Ils sont tous ensemble, telle une petite famille réunie. C’est presque beau à voir, si seulement ils le savaient. Si seulement tout n’était pas aussi compliqué. Larme d’Améthyste ne pensait pas avoir à annoncer ça un jour, car ce n’est pas à lui de le faire, de toute évidence ; lui n’est qu’un messager, un félin qui passe sur la terre des vivants juste pour ça.

Il n’a rien à voir avec Cristal de Rose et n’est même pas de sa famille, et encore moins de celle de ces deux félins de la Rivière. Pourtant c’était à lui de descendre ici, pour leur dire, comme si leur père était incapable de le faire lui-même. Peut-être qu’il l’est vraiment, et après tout ça n’a pas d’importance. Car ce qui est important, pour l’instant, c’est que ce soit lui qui soit là. Lui qui apprend à ces trois chats leur origine commune. Eux qui vont écouter un inconnu sorti de nulle part, sinon des étoiles, dans le seul but de leur dire une vérité qu’ils n’ont pas forcément envie de connaître. Qu’ils n’ont même pas forcément besoin de connaître, pourtant il va leur dire.

Larme d’Améthyste les observe l’un après l’autre. Ils ont tous le pelage gris. C’est sans doute ça qui les rapproche, tous. Sinon, comment savoir qu’ils sont de la même famille ? De toute façon il y a tant de chats gris que ce n’est pas ça qui veut tout dire. Non, ce sont ces quelques mots, soigneusement préparés, par le mort redescendu sur terre. Quelques mots et un seul nom qu’ils reconnaîtront sans doute. Tout le monde le connaissait, non ? Tout le monde connaît les guerriers les plus connus, cela va de soi. Cela étonne un peu le revenant que les deux du Clan de la Rivière n’ait pas reconnu le Clan des Étoiles. On remarque tout de suite le pelage étrange et on peut reconnaître Larme d’Améthyste, car son meurtre a fait du bruit aux Quatre Chênes.

“Songe Mortel, que vous connaissez sans doute, anciennement membre du Clan du Vent, est votre père. À tous les trois.”

Il ne sait même pas pourquoi il doit annoncer ça. Ce n’était pas à lui de faire une chose pareille, pourtant ça doit être moins dur pour un inconnu. Et ça l’est ; Larme d’Améthyste ne les connaît pas plus que ça et ça lui suffit, d’être revenu pour eux. Pour cette chatte sanguinaire du Clan du Vent, pour ces deux frère et soeur de la Rivière. Ils ont besoin de quelqu’un pour leur révéler et Songe Mortel n’a pas pu se déplacer. Alors c’est le félin gris qui l’a fait. Il commence déjà à disparaître, happé par une force mystérieuse, happé par la mort qui le rappelle. Il ne peut pas rester, assister à leurs réactions, les aider. Il ne peut plus rien faire à présent, puisqu’il a déjà fait son devoir.

Alors il disparaît, il devient transparent, il s’évapore. Il les laisse là, seuls, tous les trois à la frontière. Tous les trois d’une même famille dont ils ignorent tout. Après tout ça n’a aucune importance. La famille de Larme d’Améthyste est décimée. Il ne reste plus que les chatons, qu’il n’a pas eu le temps de revoir. Il est rappelé au Clan des Étoiles, il ne reverra personne aujourd’hui. Ce n’est pas grave, il sait qu’un jour il va les retrouver. Un jour ils vont se revoir et il espère que ce sera dans longtemps. Le plus longtemps possible. La mort posera son voile sur eux un jour, de toute façon. Aujourd’hui, demain, peu importe. Tout le monde doit mourir. Il faut seulement retarder ça. Lui n’en a pas été capable.

Il a disparu et il ne reste plus que trois félins, trois demi-frères.


Codage by Kayl


Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Je suis
Cristal de Rose
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Krys/ Champicoeur (Kirby) / Grande sœur (foxy;Fuyu) /Brochette et maman (Doorn)
Âge du perso (en lunes) : 36 lunes
Messages : 270
Date d'inscription : 23/12/2015
Age : 15

Feuille de personnage
Mentor / apprenti : Nuage d'Ange
Relations :


Ven 7 Avr - 20:28



When the sun goes down, stars

come out

Ft.Larme d'Améthyste/Cascade de la Liberté/Souffle Lunatique

Eenie meenie miney moe
Depuis combien de temps n'avait-elle pas vue son père? Il l'avait quitté il y a de cela 25 lunes et pourtant il semblait encore plus présent que de son vivant. Était-ce possible qu'il soit resté auprès de sa fille pour s'assurer qu'elle ne s'en sortait pas, pour lui mener la vie dure? Était-il si mauvais que ça? Cristal de Rose avait toujours été proche de Songe Mortel, pourtant il lui semblait parfois qu'il s'agissait d'un amour faux, malsain. Envers lui elle éprouvait une admiration sans pareil, un amour paternel pour celui qui avait toujours été là, et une fierté d'être sa descendante. Mais à travers elle il ne voyait qu'une machine à former, qu'un moyenne d'assurer sa suite, qu'elle puisse gouverner si il devait partir. Et il avait pourtant réussi. Elle était devenue un monstre et, même si elle aimait ça, on l'avait forcé à le devenir et cette sensation d'impuissance face à sa propre personnalité faisait grandir en elle une rage incontrôlable. Peu à peu, lorsqu'il avait commencé à superviser son apprentissage secret, certains sentiments l'avaient définitivement quittés. Plus aucun amour ne parvenait au cœur de l'apprentie de l'époque et il avait réussi à convaincre son cerveau qu'elle était née pour suivre son père, pour être lui. Mais plus le temps avait passé plus cette idée s'était évaporée elle aussi. A présent seule ses envies gourmande de domination et de sang la poussaient à poursuivre sa quête jusqu'au sommet.
Catch a kitty by his toes
Mais après tout, si son géniteur avait passé sa vie à manipuler sa fille pour en faire un robot à son image, pourquoi ne l'aurait-il pas fait avec sa mère? Son amour envers elle n'était-il lui aussi que mensonge et manipulation, superficialité et ironie? Peut-être n'avait-il voulue qu'une femelle naïve pour assurer sa descendance. Mais alors pourquoi ne pas avoir choisit une chatte aux même idées que lui, au même état d'esprit dérangé? Cœur de Nuit, sa mère, n'était que douceur et gentillesse et, bien qu'elle se soit faite assassinée sous le regard de sa fille unique, elle ne méritait rien. Ce n'était aux yeux de Cristal de Rose qu'une simple membre stupide du clan, qui n'aurait même pas dut être autorisée à naître. Oui elle lui avait donné la vie mais c'était tout ce qu'elle avait réussi dans sa pauvre vie. Était-elle dure dans ses paroles? Surement, mais elle est était désormais indifférente à cette femelle morte.
If he screams don't let him go
Lors de son enfance, mère et fille étaient très proche et, même si son paternel était également présent, elle passait moins de temps de jeu avec lui. L'époque où elle était une chatonne sans cervelle lui faisait pitié. Cette ancienne elle lui faisait pité.

"C'est qui ces gogoles ?"

Non mais pour qui elle se prenait celle là? Le grognement menaçant de la guerrière au regard de glace s'éleva dans les gorges malgré le doux grondement de l'eau. Elle commençait sérieusement à s'impatienter et si ce pauvre fou qu'était le défunt à ses côtés ne se décidait pas à parler, elle s'en irait le plus loin possible de ces cervelles de moineau. Que faisait-elle encore là? Pourquoi la curiosité l'avait-elle poussé à le suivre et à attendre? Elle n'en pouvait plus et avait mieux à faire. Si il n'était pas déjà mort, elle se serait chargée de mettre fin à ses jours..

"Songe Mortel, que vous connaissez sans doute, anciennement membre du Clan du Vent, est votre père. À tous les trois."

C'était enfin bon, il avait accouché elle pouvait... Attendez quoi? Comment ça est votre père à tous les trois ? Était-ce une blague de très mauvais gout? Assez rigolé non ça ne suffisait pas? D'où Songe Mortel avait eu d'autres chatons avant elle avec une autre chatte et dans un autre clan ? Comment.. Comment avait-il put lui mentir autant, l'abandonner de la sorte? Peut-être n'était-elle finalement qu'une compensation, une autre enfant pour combler le vides des deux autres.. L'avait-il aimé? Oh et puis après tout qu'est-ce qu'elle en avait à faire ? C'était un monstre et elle aussi, elle en avait conscience. Mais c'était SON model, et elle sentait la rage monter en elle rien qu'à la pensé qu'il ai put en entraîner d'autre. En avait-il fait le même chose qu'elle? Non. Elle était la seule et en était fière. Et puis ils avaient beau avoir le même père jamais elle ne considérerait ses deux renard putris de frères et sœurs. Ils étaient laids et stupides, rien à voir avec son génie et sa supériorité. Et elle comptait bien les remettre à leur place si ils osaient l’appeler "sœur" ou autre insulte pour sa fierté. Une rage meurtrière avait prit place aux côtés de la haine de son cœur. Sa noirceur était profonde et elle n'avait qu'une envie : leur sauter à la gorge. Autant les remettre à leur place d'inférieurs immédiatement avant de provoquer un bain de sang. L'envie ne lui manquait pas mais elle n'avait pas assez d'énergie pour s'en enfiler deux.
Elle se leva, montrant les crocs et hérissant ses poils, courbant le dos et leur feulant dessus. Il fallait qu'elle parte vite.

"Vous n’êtes rien pour moi, vous n’êtes rien tout cours. Mon père vous a mis au monde mais ça s’arrête là, vous ne représentiez rien pour lui si il vous a abandonné. Le premier qui ose me compter dans votre fratrie minable aura la peau arrachée et je vous prévient : n'essayez même pas de créer de pitoyables et inutiles liens."

Qui es-tu pour oser t’immiscer dans ma guerre?

Codage by Kayl pour Krys only
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
admine Biketadmine Biket
avatar

Je suis
Nuage du Jaguar
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Alice
Âge du perso (en lunes) : 8 lunes
Messages : 224
Date d'inscription : 14/10/2016
Age : 15


Jeu 15 Juin - 16:50

Up ~
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://ella-code-forumtest.forumactif.org/t345-8-lgdc-rpg-me-mys

Je suis
Contenu sponsorisé
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••




Revenir en haut Aller en bas

 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» [Reproduction] www.bauhaus-stars.com
» A Noël, les stars se mobilisent ...
» Stars Tour II
» Les stars d'Hollywood !!!
» Les maisons des stars


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La guerre des clans RPG :: CerfBlanc :: Clan du Vent :: Gorges-