Météo
Chaleur, herbe verte, ciel bleu et fleurs resplendissantes… Nul doute, la saison des feuilles vertes est là. La chaleur se fera plus forte que jamais, mais une douce brise viendra de temps en temps rafraîchir vos fourrures. Attention aux orages et à la sécheresse. Il fera chaud : les températures iront de 20 à 35°C.

Infos
saison des feuilles vertes
aléas naturels : orages
évènement : Assemblées et baptêmes en cours

Top-Site

Vote pour nous toutes les deux heures !
We were a promise meant to be broken || feat Fragment de Neige alias Ray



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Effectifs
Troupes Inondée et Embrumée PRIORITAIRES!
Effectifs
Préférez les guerriers aux apprentis et aux chatons (qui sont fort nombreux).
Vote !
N'oubliez pas de voter ici (click) !
Design des Exams en place !
Tumblr du fow
Regarde par ici et propose tes idées par !


Partagez | 
 

 We were a promise meant to be broken || feat Fragment de Neige alias Ray

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar

Je suis
Fantôme.
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Une identité ? I don't think so. Well, vous pouvez prendre le pseudo de ce compte.
Âge du perso (en lunes) : Sans âge
Messages : 68
Date d'inscription : 10/01/2015

Feuille de personnage
Mentor / apprenti :
Relations :


Sam 4 Fév - 3:01



Nuage du Jade

Est-ce qu'un jour seulement elle aurait pu s'imaginer regretter autant ? Ressentir autant ? De ces émotions qui s'invitent même dans les veines, en bouillonnant. Elle n'aurait pas dû, rester là, immobile, et laisser agir la force des choses. Non, définitivement, elle aurait dû bouger. Qu'a-t-elle, ainsi, raté en bas ? Un novice, un guerrier, un mâle pour qui elle se serait entièrement dévouée rien que pour pouvoir afficher sur son visage le plus beau des sourires et faire résonner le plus beau des rires. Son sourire la faisait toujours toucher les étoiles... au sens figuré. Son rire, lui, était l'ivresse même, la transportait si haut dans le ciel. Elle aurait tout donné pour le voir sourire encore et encore, indéfiniment, pour que le vbonheur illumine ce coeur si sombre, si triste, elle aurait tout donné pour s'oublier elle au profit de cet être qui méritait ce qu'elle n'avait, elle, jamais connu : le bonheur même d'exister. Elle aurait définitivement tout donné, même sa propre personne, même son propre sourire, pour que le coeur de celui qui remplissait le sien puisse devenir illuminé d'un bonheur à n'en plus finir, d'une joie de vivre touchante.

Pour qu'il vive.

Elle ferma les yeux, inspira profondément et expira dans un sanglot étouffé, rappelant son regard tourmenté, et ses yeux rougis. On parlait toujours des morts en terme élogieux, on se disait qu'ils veillaient et protégeaient les vivants, que le Clan des Étoiles était salvateur, qu'il pouvait tout guérir. Qu'à la mort, on pouvait voir son âme s'élever et se retirer de tout trouble. Il n'en était rien lorsque les regrets plombaient l'âme. Pas même la mort n'effaçait ces regrets persistants, qui serraient le coeur et pas même la mort ne pouvait effacer l'amour, pas même la mort n'effaçait le manque. Non, il n'y avait rien qui ne pouvait atténuer de telles vagues puissantes qui s'abattaient si souvent sur elle, tentant de la noyer. Des ressentiments si puissants qui ne la lâchaient pas, la gardaient bien éveillée lorsqu'elle devrait fermer les yeux et laisser un étrange sommeil l'amener loin, si loin, dans des rêves irréalisables.

Et elle se trouvait là, sur des terres continuellement remplies en gibier, le coeur qui menaçait même d'exploser d'amour et de manque, de tristesse et de remords, regrets. De traumatismes qui la rendaient toujours, parfois, si timide, même si son caractère, ici, s'affirmait bien plus. Un peu moins timide, un peu moins hésitante, mais toujours tellement elle. Toujours tellement faible. Toujours tellement peu entreprenante. Les larmes roulèrent doucement sur ses joues puis s'évaporèrent. Et elle aspirait à le revoir. Elle aspirait tellement à entendre à nouveau la voix qui pouvait lui faire croire que le monde, il devenait rose lorsque le soleil se levait. Elle désirait tellement revoir son beau visage devant elle, qui la regardait, et la douleur lui serrait le coeur encore, à nouveau. Ici, elle voyait la nuit tomber sur la Forêt qu'elle avait parcouru autrefois, et elle voyait ce mâle qui avait tant grandi, devenu guerrier qui s'en allait choir dans un lit de mousse. Elle aurait dû y être, elle aussi. Leur chemin s'était séparé au final, mais l'amour, lui n'avait pas quitté Nuage du Jade. Elle l'aimait toujours autant, depuis toujours. C'était toujours lui. Fragment de Neige. Toujours. Elle s'avança, de petits pas, toujours si timide à sa façon. Et elle attendit. Espérant que son sommeil le mène à elle.

Parce qu'elle l'aimait.
Parce qu'elle le désirait.
Parce qu'elle l'attendait.

Et qu'elle attendrait toujours, aussi longtemps qu'il le fallait.
Que ce soit des minutes, des heures, ou même des nuits, des années, elle attendrait le temps qu'il faudrait pour le revoir, pour entendre sa voix, et lui dire, lui dire tellement de choses, car il y avait tellement de mots à dire, tellement de mots à lui divulguer, tellement de choses qui n'avaient jamais été dites, alors qu'elles auraient dû et tellement de promesses enfermées dans le silence.

Fragment de Neige.
Un nom qui restait dans son esprit.
Parce qu'elle l'aimait.
Simplement.

|| HRP : Voilà, j'ai amélioré, mais j'ai réussi à ne pas trop écrire XDD ||
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Neph admineNeph admine
avatar

Je suis
Salve de Flammes
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Neph
Âge du perso (en lunes) : 20 lunes
Messages : 217
Date d'inscription : 20/12/2016
Age : 13


Lun 17 Avr - 15:50

Up ♪
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Ray admineRay admine
avatar

Je suis
Fragment de Neige
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Ray
Âge du perso (en lunes) : 33 lunes
Messages : 407
Date d'inscription : 20/06/2014
Age : 17
Localisation : Sûrement en train de vagabonder sur le territoire ...

Feuille de personnage
Mentor / apprenti : Nuage de Charbon
Relations :


Sam 22 Avr - 20:24



• We were a promise meant to be broken •


Ray ft. Luny
La nuit était froide. Juste froide. Simplement et étrangement froide. Le froid me consumait à petit feu. Il puisait mon énergie, si bien que je me sentirais fatigué à mon réveil. Couché dans la tanière des guerriers, je sentais lentement, très lentement, le temps passer. Les minutes succédaient aux heures interminablement. J’étais bercé d’un sommeil sans rêve. Vide. Un sommeil calme, comme je n’avais pas connu depuis un bout de temps. Les journées que je vivais m’épuisaient. Elles me terrassaient, me plongeaient dans un sommeil lourd à peine après avoir eu le temps de m’installer sur ma litière. Douces courbatures. La vie que je menais me confrontait sans cesse à un mur, un immense mur. J’étais coincé entre mes fonctions de guerrier responsable et celles de futur père responsable. Celui que j’essayais à tout prix d’être pour Bourrasque Hivernale. Et, oh Clan des Étoiles ce que c’était difficile. J’étais sans cesse tiraillé par l’idée que Bourrasque Hivernale s’apprêtait à mettre bas. Et je me devais d’être là. Je me l’étais promis comme je l’avais promis à Bourrasque Hivernale. Bien que j’eusse pu m’en passer - l’accouchement n’était prévu que dans quelques semaines selon Oeil de Violette - je n’arrivais pas à me dire que je pouvais m’éloigner et servir mon Clan. Chaque seconde de plus qui passait m’effrayait terriblement, chaque jour qui commençait, chaque soleil qui se levait à l’horizon, apportait toujours avec lui une boule au ventre, un stress palpable.

La vie me fatiguait donc. Et la nuit que je m’apprêtais à passer ne risquait pas d’arranger les choses, loin de là. Je ne ressentais rien, non, rien du tout. Pas de rêve. Une nuit de sommeil, sans plus. Une lourde et longue nuit de sommeil. Le vide. Et je dormais, ainsi. Rien de plus. Je dormais, jusqu’à ce qu’une lueur ne me réveille. Une timide lueur qui scintillait, faiblement, dans un coin de mon esprit. Une lueur douce et pleine de vie. Mes pensées s’agitèrent doucement, mon subconscient prenant les devants. Un rêve éveillé. Ou la simple réalité. Difficile de discerner les deux quand l’un semblait plus vrai que nature. Mon corps restait immobile, relaxé, avec des muscles détendus, tandis que mon esprit s’affolait. Il tentait, en vain, d’identifier la fameuse lueur, sans rien, aucun résultat. Le temps passa, et cette lueur devint plus claire. Des formes en sortirent. Un visage. Et enfin des yeux. Deux yeux que j’aurai pu reconnaître entre mille tellement j’avais passé de temps à les contempler. Des yeux envoûtants, un regard timide, et une lueur émeraude qui s’était mise à illuminer ce monde parallèle où seuls les esprits pouvaient se rendre. Nuage du Jade. Et le déchaînement de mes émotions qui éclata dans la seconde où ma mémoire reconnaissait celle que j’avais toujours aimée. La folie d’un amour mortel, assassin. Et le besoin de revenir à la réalité. Le besoin, le souhait de pouvoir caresser à nouveau, encore une fois, de mes pattes ce pelage crème.

Comment ne pas reconnaître Nuage du Jade, comment ne pas la reconnaître ? Comment empêcher, à ce moment, tous les souvenirs enfouis de remonter à la surface. Et l’aimer, l’aimer, l’aimer si fort que mon cœur en aurait explosé. Et, dans cet inconscient, je tendis mes pattes, voulant effleurer sa silhouette si pure. Rien, rien que le vide. Je voulus attraper l’apprentie étoilée, la serrer entre mes pattes et ne plus jamais me réveiller. Je voulais, à tout prix, me saisir de son cœur et le lier au mien, comme je l’avais toujours voulu. Dans cet espace inexistant, irréel, je tentais de me rapprocher. Mon corps se levait, et mon esprit était aussi libre qu’il avait pu l’être un jour. Cependant, l’agitation démentielle qui l'affolait me donnait des maux de tête tant l'incompréhension régnait en moi. Et les mots survinrent, sans que je ne puisse les retenir longtemps : “Nuage du Jade !, en un souffle, court, entre deux respirations saccadées d’impatience. Et son doux nom qui sifflotait à mes oreilles, rebondissant dans un écho déjà lointain.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Je suis
Fantôme.
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Une identité ? I don't think so. Well, vous pouvez prendre le pseudo de ce compte.
Âge du perso (en lunes) : Sans âge
Messages : 68
Date d'inscription : 10/01/2015

Feuille de personnage
Mentor / apprenti :
Relations :


Mar 13 Juin - 3:44



Nuage du Jade

Il était là. Il était juste là, devant moi, comme si rien de tout ça ne s’était jamais produit, comme si on avait toujours été ensemble… mais ce n’était pas le cas. Le temps nous séparait désormais. Si mon amour pour lui était intact, sur la terre des vivants le temps balayait les sentiments et, telle une tornade, dévastait les coeurs et les mémoires pour que la chance de vivre soit attribuée. Le temps s’écoulait, goutte par goutte, et permettait à ceux qui restaient de refaire une vie, même si parfois quelques chats manquaient ce train et s’enfermaient dans une étrange douleur que je ne pouvais que comprendre. Et plus j’y réfléchissais, plus je me disais que beaucoup de chats venaient à manquer cette possibilité d’oublier - non, pas d’oublier, de revivre, de se sortir de l’infernale spirale qu’est le manque pour pouvoir se relever et réapprendre comment la vie fonctionnait. Beaucoup oubliaient. Ils oubliaient comment rire, comment sourire, comment respirer seulement entre deux sanglots de terreur. Et j’ai longtemps pensé qu’il avait enfoui tout au fond de lui tout ça, que le manque et la douleur allaient l’accompagner si longtemps et que son passé ne cesserait de le mutiler psychologiquement. J’ai tellement voulu faire apparaître sur son visage magnifique dont je connais les moindres détails, les moindres proportions, un sourire qui aurait illuminé la nuit la plus obscure, qui aurait fait office d’une étoile guidant et réconfortant les âmes perdues. J’espérais pouvoir faire de ce sourire une éternité et que jamais il ne se ternisse.

Parce que je l’aimais.
Parce que je l’aime.

Mais quelque part dans tous mes espoirs, je me suis perdue, car j’ai échoué. Pas un tout petit échec qui peut se rectifier, mais un énorme échec qui t’annonce que tu ne pourras jamais plus retenter quelque chose, puisque tu as déjà lancé tous les dés et qu’au final, tu as tout perdu. J’ai tout perdu. C’est si clair et mes yeux se remplissent de larmes alors que j’entends sa voix crier - ou murmurer ? - mon nom. J’ai déjà tout perdu et je ne pourrais jamais retrouvé ce que j’avais réussi auparavant à obtenir. Il est trop tard et je dis à tous ceux qui pensent que ce n’est jamais trop tard qu’ils se trompent : la mort rend le “trop tard” que trop réel. J’aurais préféré que ce ne soit pas le cas, je le jure, j’aurais aimé avoir encore une chance de tout refaire, de tout recommencer, que l’on puisse effacer les larmes et redessiner les sourires, mais je ne peux pas faire ce tour de force : je ne suis que l’apprentie timide, que celle qui n’a jamais eu suffisamment d’assurance pour faire avancer sa vie, pour surmonter les épreuves, assumer les sentiments. Et je ne suis pas assez forte pour que l’histoire recommence. Je ne suis pas assez forte pour lui demander ça. De toute façon, je connais la fin de l’histoire. Parce qu’il y a toujours une fin et que je n’aurais pas dû l’oublier. Je n’aurais pas dû oublier que cette fin a été provoquée par moi et moi seule et que je ne pourrais jamais tenter de rejeter les torts sur ce grand guerrier si honorable, si beau.

Parce que je l’aime.

Je ne pourrais jamais lui faire porter le poids de la culpabilité alors que je suis celle qui se doit de ployer sous. Je ne pourrais jamais lui rejeter toutes les fautes que je me dois d’admettre parce que mon coeur ne cesse de battre pour lui. Chaque battement de mon coeur lui est adressé, chaque pensée se tourne vers lui, chaque instant, je pense à lui et je ne peux m’empêcher de l’imaginer à mes côtés, comme avant. Je ne peux m’empêcher d’imaginer son souffle sur mon pelage beige, particulier, je ne peux m’empêcher d’imaginer mon regard plongé dans le sien, non. Je ne peux pas effacer les souvenirs ni freiner mon imagination qui me plonge dans une nostalgie, une mélancolie assombrissant la couleur des mes yeux. Je le regarde et je m’approche. Un seul pas et ma gorge se serre. Je ne veux pas pleurer. Je ne veux pas le voir pleurer, je ne veux pas lui offrir ce spectacle, parce que je sais qu’il s’en voudra, qu’il aura mal. Et c’est hors de question que son coeur ne souffre un instant de plus par ma faute.

Parce que je l’aime.

Et que peu importe tous les sentiers que je pourrais tenter d’entreprendre, peu importe tout ce que je pourrais tenter de faire, oui, peu importe tout cela, je continuerais de l’aimer et ce pour toujours. Dans la mort comme je l’ai fait dans la vie, Fragment de Neige sera mon seul et unique amour. Le premier et le dernier. Celui qui occupe toute la place, celui pour qui je me serais toujours entièrement dévouée, pour qui j’aurais été prête à tout, même tuer. Il a toujours été tout, sans même qu’il ne le réalise. Il a été ce pilier qui m’a permis de tenir tout ce temps alors même que ma présence lui était inconnue, alors même que je n’étais rien d’autre qu’une apprentie qu’on ne remarquait pas, qu’il ne remarquait pas. Mon regard avait été posé sur ce guerrier - avant apprenti- tant de fois que je connaissais sa démarche par coeur, ses habitudes par coeur, je le connaissais par coeur et je savais.

Et parce que je l’aime,
J’acceptais.

Je m’approche de lui en retenant mes larmes, en respirant le plus calmement possible. Je m’approche de lui et chaque pas résonne comme ma sentence de mort, comme une mise à mort. J’ai le sentiment de m’approcher du feu et de me jeter dedans. Je pourrais presque sentir cette chaleur que j’ai pu ressentir alors que je foulais la terre en bas de mes propres pattes. Je le regarde. Je ne peux pas détacher mon regard de ce chasseur toujours aussi magnifique et la vague d’amour qui me submerge me fait vaciller. Quand est-ce que je cesserais de tout ressentir à cette puissance lorsque je suis à ses côtés ? Jamais, sans doute. Rien ne changera de mon côté. Mais du sien… Il aimait. Il avait posé son regard sur une autre et cette autre avait lentement effacé mon image de l’esprit de mon bien aimé, elle s’était imposée en me reléguant au plan de souvenirs, de passé, quelque part dans l’esprit de Fragment de Neige. L’amour pour moi avait flétri face à mon absence, fané, et une autre avait pris ma place et c’est si douloureux de se savoir supplantée. Mais j’aurais dû m’y attendre. Je m’arrête à quelques pas de mon amour de toujours et pour toujours et j’esquisse un sourire, une ombre seulement qui ne fait pas briller mes yeux de joie. J’ai accepté, mon coeur et tout ce que je veux, c’est que le bonheur s’instaure dans ta vie, que ton regard le porte et que tu souris vraiment, sincèrement.

Parce que je t’aime.

« Fragment de Neige »

Miaulement si doux, si gentil.

« Tu m’as remplacée… »

Un murmure qui résonne pourtant si fort dans le silence.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Je suis
Contenu sponsorisé
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••




Revenir en haut Aller en bas

 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» [MARQUAGE] ~ Broken-marked.
» Poil dur ou broken ?
» Mousse (Dove Broken Marked) X Shadow (Noir Tan)
» Broken Reverse Stripe Het APTOR
» [ Fauteuil ] Broken White Cube par Didier Faustino


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La guerre des clans RPG :: Les rêves :: Clan des Étoiles-