Météo
Chaleur, herbe verte, ciel bleu et fleurs resplendissantes… Nul doute, la saison des feuilles vertes est là. La chaleur se fera plus forte que jamais, mais une douce brise viendra de temps en temps rafraîchir vos fourrures. Attention aux orages et à la sécheresse. Il fera chaud : les températures iront de 20 à 35°C.

Infos
saison des feuilles vertes
aléas naturels : orages
évènement : Assemblées et baptêmes en cours

Top-Site

Vote pour nous toutes les deux heures !
Les pages se tournent, mais c'est ainsi que je commence un nouveau chapitre. Aujourd'hui, c'est le grand départ ~ Avec Kizuato, Kuraudo, Roc, Malawi et les escogriffes qui veulent



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Effectifs
Troupes Inondée et Embrumée PRIORITAIRES!
Effectifs
Préférez les guerriers aux apprentis et aux chatons (qui sont fort nombreux).
Vote !
N'oubliez pas de voter ici (click) !
Design des Exams en place !
Tumblr du fow
Regarde par ici et propose tes idées par !


Partagez | 
 

 Les pages se tournent, mais c'est ainsi que je commence un nouveau chapitre. Aujourd'hui, c'est le grand départ ~ Avec Kizuato, Kuraudo, Roc, Malawi et les escogriffes qui veulent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar

Je suis
Neyo
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Sun, Sunny, Nakin, Neyo, Nemo, Ombry, ...
Âge du perso (en lunes) : 18 lunes
Messages : 333
Date d'inscription : 01/10/2015
Localisation : Je vais retrouver mon père e.e

Feuille de personnage
Mentor / apprenti : En recherche de mentor !
Relations :


Sam 4 Mar - 19:08


Le grand départ


Ft Kizuato, Kuraudo, Roc, Malawi et les autres

Ça y est. C’est aujourd’hui, aujourd’hui que je pars. Aujourd’hui que je quitte cette Troupe hypocrite pour devenir libre. Aujourd’hui que je commence ma nouvelle vie, avec mon père et Malawi. Aujourd’hui que je dis adieu à maman et Sanza. Aujourd’hui que je trace une ligne sur le passé pour regarder vers l’avenir. Je m’en vais. Définitivement, parce que je ne reviendrai plus. Neyo chantant dans les Flammes devient libre aujourd’hui. Délivré de toutes les obligations de cet imbécile de Denaï. Je peux désormais penser par moi-même, penser ce que je veux, comme je veux, à qui je veux. Je peux aimer qui je veux, aussi. Aider qui je veux et pas seulement les imbéciles. Je peux être celui que je suis vraiment et pas celui que la Troupe m’a imposé d’être. Je suis Neyo, le vrai Neyo, et le vrai Neyo est libre et sans chaînes. Sans règles. Le vrai Neyo est un Escogriffe.

Je m’en vais, et je sors du Camp. Je lui jette un dernier regard, parce que lui dire adieu n’est pas un acte insignifiant. C’est tout le début de ma vie que je mets de côté, et pas seulement le mauvais. Parce que j’ai beau cracher sans cesse sur cette Troupe, mon séjour n’y a pas été que malheureux, il faut bien l’avouer. Et je suis désolé de laisser Kizuato et Kuraudo derrière moi. Mais je ne pouvais pas les emmener, c’est ainsi. Ils doivent l’accepter. Et mieux vaut que j’arrête de penser à eux, parce que ce ne sont que des pensées négatives que je traînerais derrière moi. Et je veux repartir de zéro, tout laisser derrière. Malawi m’aidera. Oui, aujourd’hui je commence une toute nouvelle vie, loin de la Troupe, loin de maman, loin de Sanza, loin de tout ce que j’ai connu. Je vais vivre avec ceux qu’on surnomme parfois les « monstres ». Peut-être suis-je devenu un monstre. Peut-être. Je m’en fiche. Je me fiche complètement de ce que les autres peuvent penser, désormais. Je suis libre, et libéré du poids de leurs regards également.

Ça y est, je suis parti. Je marche en direction des Marais, là où Roc m’a retrouvé. De là, il me montrera le chemin. Mon père me montrera le chemin, pour la première fois de ma vie. C’est triste à dire. Malgré tout ce qu’il m’a expliqué, ses excuses, ses regrets, je ne comprends toujours pas pourquoi il nous a abandonné. Pourquoi il n’est pas revenu plus tôt, surtout. J’accepte le fait qu’il ait été blessé et incapable de revenir directement vers nous. Mais il n’avait pas besoin de disparaître 12 lunes durant. C’est très long. Trop long. C’est toute mon enfance, toute mon enfance que j’ai passé sans lui, et Sanza aussi. On a grandi sans lui pour nous guider. Aujourd’hui, c’est le premier jour où il a véritablement le droit de porter le nom de père.

Je marche, et je suis décidé. Je ne me pose plus de questions. J’ai largement eu le temps de réfléchir à ma décision, de peser le pour et le contre, et de choisir de partir. Ce départ est mûrement réfléchi, et je suis un Chasseur désormais, c’est une décision prise par un adulte. Pas par un petit Novice sous le coup de l’émotion. Non, mon idée est née un jour, puis elle a grandi, elle a vacillé, avant de se raffermir. Et aujourd’hui elle est prête à se réaliser. Aujourd’hui je m’en vais, je me libère, et je deviens moi-même. Loin des pensées étriquées de Denaï, loin du carcan douloureux de la Troupe, loin des regards suspicieux de Mandoï et ses partisans. Aujourd’hui je marche enfin dans les véritables traces de mon père. J’ai toujours cru le faire et pourtant, jamais je n’avais été sur la bonne voie. Mais aujourd’hui, j’ai trouvé le chemin, mon chemin, le chemin de la liberté.

Je suis presque aux Marais. Je les vois là-bas, qui brille à la lumière du soleil. Les rayons se reflètent sur les flaques, et je suis presque ébloui. Mais je continue à marcher, fièrement, sans hésiter. Je ne me retourne plus. La Troupe Inondée n’est plus la mienne, son avenir n’est plus le mien. Elle ne me concerne même plus. Je suis un Escogriffe aujourd’hui, et pour de bon. Je suis un Escogriffe libre, comme mon père.
Un bruissement derrière moi. Finalement, je me retourne tout de même. Je me crispe. Aurais-je été suivi ? Chercherait-on à me ramener ? Non, c’est impossible. Personne n’était au courant de mon projet. Personne n’était au courant, à l’exception de Sanza… et de Kizuato.


© Codage par Neph pour Sun seulement


Ordre : Kizuato, moi, Kuraudo, Roc, Kizuato, moi, Malawi et les escogriffes qui veulent.


Dernière édition par Neyo le Dim 5 Mar - 14:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Neph admineNeph admine
avatar

Je suis
Kizuato
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Neph, Meoph pour Equi, Mac'Do pour Fuyu ♥
Âge du perso (en lunes) : 7 lunes
Messages : 75
Date d'inscription : 17/10/2016
Age : 13


Dim 5 Mar - 11:47


Today we walk to the future

J'avoue que maintenant que le moment est venu, j'ai un peu peur. Je quitte la Troupe, ça y est. Kuraudo n'a pas voulu venir ; tant pis. Je partirai seul. Enfin, seul avec Neyo, évidemment. Sauf que pour l'instant, il ne sait pas encore qu'on va partir ensemble. Il le saura dans quelques temps. Dès que je l'aurai rattrapé.

Pour l'instant, je suis encore dans le camp. Il fait nuit. Je suis fatigué, exténué même, mais je sais que Neyo va partir tôt ce matin et je ne peux pas me permettre de le laisser partir. Ou du moins, pas sans moi.
Kuraudo dort encore, et je meurs d'envie de le réveiller pour lui dire au revoir, une dernière fois, mais... d'une part, je ne vais pas le réveiller au beau milieu de la nuit, ce n'est pas très sympa pour lui ; d'autre part, je ne peux pas me permettre de perdre du temps à aller le voir, parce que ça serait autant de temps que Neyo pourrait utiliser pour s'en aller, sans moi.
J'attends dans la sortie de la Tanière des Familles. Il va sortir de sa hutte d'une minute à l'autre, et il ne me verra pas. J'en profiterai alors pour sortir. Oui, mon plan est parfait. Je ne vois pas pourquoi ça ne fonctionnerait pas.

Je suis tout excité. Oui, vraiment, j'ai hâte. Hâte de me débarrasser de cette maudite Troupe Inondée. Hâte d'être enfin libre.
Depuis le temps qu'il m'ont bridé, qu'ils m'ont laissé pourrir dans cette Tanière des Familles sans me laisser faire ce que je voulais, sans père, ni mère ! Depuis le temps que je suis seul, orphelin, et que même Kuraudo ne parvient pas à combler ce vide, depuis le temps que plus personne ne se soucie de moi ! Depuis le temps que je ne parviens pas à être davantage qu'un petit chaton craintif, noir, simple, quelconque, sans personnalité ! Depuis le temps que je ne suis rien de plus que Kizuato !

J'aurai enfin ma revanche, je serai enfin ce que j'ai toujours mérité d'être. Je retrouverai mon père, et peut-être ma mère, et je pourrai leur cracher toute ma haine au visage, tout ce que je ressens, je pourrai enfin avoir le sentiment d'être moi-même et de pouvoir dire clairement ce que je pense. Une fois que j'aurai fait ça, je serai libre, libre de mes ressentiments, et je pourrai enfin aller de l'avant.
En songeant à tout ça, et en entendant les doux ronflements de Kuraudo, j'éprouve un vague sentiment de culpabilité. Mais je sais qu'il comprendra. Il voulait que je sois heureux, et c'est seulement en partant que je le serai. De toute façon, il n'a pas le droit de m'en vouloir. Il ne sait rien de ce que j'éprouve, parce que même s'il est dans la même situation que moi, nous n'avons pas la même façon de penser, de réagir ; c'est pour ça que moi, j'abandonne le navire vers de nouveaux horizons, tandis que lui, il s'accroche à une coque fendue.

C'est fini, je n'ai plus rien à faire ici, de toute façon. Oui, c'est une décision prise sur un coup de tête, mais je suis convaincu que c'est la bonne. Oui, il n'y aura plus de retour en arrière une fois que j'aurai franchi la barrière de ronces, mais je n'aurai pas besoin de faire demi-tour. Je suis décidé, déterminé, je ne veux plus rester ici, je ne veux plus appartenir à cette société qui nous enferme dans une diction ponctuée de mensonges. Je n'ai jamais été à ma place ici et je ne le serai jamais, et quoi qu'en pense Neyo, les escogriffes sont ma seule porte de sortie.
Mais je ne suis pas triste. Et je ne suis pas triste quand je vois enfin Neyo émerger de sa hutte. Les sentiments de culpabilité et de mélancolie m'abandonnent, remplacés par le feu de la détermination. J'ai décidé de ce que j'allais faire de ma vie, et maintenant que ça arrive enfin, je ne suis pas triste. Je n'ai pas peur.

Lorsque je vois Neyo pénétrer dans le tunnel, je m'approche à petits pas et je commence à le suivre. Je n'ai pas un regard vers le camp. Rien ne me retient ici. Il n'y a rien que j'aime, personne qui m'aime, et la preuve : personne qui me retient. J'ai toujours été seul, un orphelin, sans frère ni soeur, je n'avais personne. Mais maintenant j'ai Neyo. Neyo est mon père et mon frère, Neyo est mon mentor que je n'ai jamais eu. Il est tout ce qui m'a toujours manqué, et maintenant, je n'ai plus peur.
Je marche d'un pas assuré, suivant la trace du jeune chasseur. Il n'y a personne derrière moi, je pense que personne ne m'a suivi. Enfin, je l'espère. Personne n'est au courant de ce qui se trame ; en tout cas, moi, je n'ai mis personne au courant. Peut-être que Neyo l'a dit à quelqu'un, je n'en sais rien ; mais c'était son plan, alors je pense qu'il a fait en sorte que personne ne le suive.
Sauf que son plan n'a pas été assez mûrement réfléchi, alors.

Bon, maintenant, c'est bon, le camp est loin derrière, je pense que je peux me montrer. Il ne lui viendra pas à l'esprit de me ramener, je pense, il n'est pas si cruel, il comprendra que je ne veux pas y retourner. Et il comprendra aussi que je n'abandonnerai pas, alors c'est inutile, parce que s'il me ramène au camp, et bien je partirai seul, je me ferai probablement tuer, et ce sera sa faute.
Il est juste devant. Je passe dans des buissons que je fais bruire. Il se retourne. Voilà, il m'a repéré. Il a peur, je crois. Bon, voilà. J'émerge des buissons, moi, avec mon petit corps noir qu'il doit avoir peine à distinguer, et mes grands yeux jaunes qui luisent dans l'obscurité. Je suis là, avec mon petit air déterminé, et la volonté se lit dans mes prunelles. J'ai décidé ce que j'allais faire, il ne peut rien contre.

Je te l'avais dit que je partirais avec toi.

© Codage de Sun pour Neph ♥ seulement


Dernière édition par Kizuato le Dim 5 Mar - 14:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Je suis
Neyo
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Sun, Sunny, Nakin, Neyo, Nemo, Ombry, ...
Âge du perso (en lunes) : 18 lunes
Messages : 333
Date d'inscription : 01/10/2015
Localisation : Je vais retrouver mon père e.e

Feuille de personnage
Mentor / apprenti : En recherche de mentor !
Relations :


Dim 5 Mar - 14:02


Je marche enfin dans tes traces, papa


Ft Kizuato, Kuraudo, Roc, Malawi et les autres

Kizuato émerge des fourrés. Ainsi, il m'a suivi. Peut-être que je me suis trompé sur son compte. Peut-être qu'il est plus fort, plus déterminé, plus résistant que je ne le pensais. Plus fatigué par la vie de Troupe. Peut-être que je me suis trompé, parce qu'il est là, juste devant moi, et ses yeux brillent. J'aurais dû me fâcher, ou soupirer, j'aurais sûrement dû le ramener. Mais je n'y arrive pas. S'il m'a suivi une fois, il pourrait recommencer, d'ailleurs. Et retourner en arrière ne m'arrange pas. Cela voudrait dire que je dois remettre mon départ à plus tard, parce que les Chasseurs me verraient. Je devrais renoncer pour aujourd'hui, et risquer de devoir rester là-bas pour toujours. Je ne peux pas. C'est aujourd'hui que je pars, et ce ne sera ni demain ni plus tard. C'est aujourd'hui. Et si ce petit bout de chat a décidé de venir avec moi, eh bien tant pis. Je ferai avec. Il est trop tard, je ne peux pas retourner en arrière.

— Je te l'avais dit que je partirais avec toi.

C'est vrai. Il a raison, et il est assez malin ce petit, au fond. Peut-être qu'il survivra. En tout cas, il est déterminé, ça c'est certain. Et avec de la détermination, on peut aller loin déjà. Bon, de toute manière je ne peux plus faire demi-tour, alors il faudra bien qu'il m'accompagne. Je ne peux pas faire autrement. Et je dois avouer que cela ne me déplaît pas tant que ça. Je suis content de voir que je ne suis pas seul à me révolter, et que d'autres ont de la détermination à revendre. Puis je suis fier, un peu. Un tout petit peu. En tout cas, il faut qu'il sache que s'il arrive quelque chose, il n'est pas sous ma responsabilité. Je lui avais refusé de venir, moi, alors maintenant je ne suis pas responsable. Je n'ai pas dit que je le laisserais mourir si j'avais l'occasion de le sauver, mais je ne me mettrai pas en danger juste pour lui. Qu'il le sache, il faut que ce soit clair dans son esprit. Parce qu'il n'est qu'un gamin, et que peut-être qu'il n'a pas encore tilté, pas encore envisagé l'ampleur de ce départ. Il est malin, mais il est jeune. Moi aussi, j'ai été jeune, et je sais ce que c'est. C'est pour ça que je l'avertis, en connaissance de cause.

— Si tu crèves, ce ne sera pas ma faute.

Voilà, maintenant il est averti. Un chat averti en vaut deux, dit-on. Et même si j'ai dit ça d'un air impassible, comme si je me fichais bien de lui, c'est faux. Et au fond, je suis content qu'il m'accompagne. Je l'aime bien, ce petit. Il mérite mieux que la Troupe. J'espère juste que ce départ ne lui sera pas néfaste. Je ne sais pas si je pourrai le protéger correctement. Je ne sais pas non plus si cela lui apportera quelque chose. Je l'espère pour lui. Mais je ne m'attarde pas plus, parce que mon père et ma nouvelle vie nous attendent. Je me détourne de Kizuato, et je reprends mon chemin. Je sais qu'il me suivra, il me l'a dit lui-même. Il faut bien que je lui montre qu'il doit assumer, maintenant, et que tout ne va pas tomber tout cru dans sa gueule comme lorsqu'il était encore un Inondé. Il faut qu'il apprenne ce qu'est la vraie vie, s'il a décidé de quitter la Tanière des Familles plutôt que prévu. Moi aussi, j'ai dû apprendre vite. La seule différence, c'est que j'y ait été obligé alors que lui, il l'a choisi. Alors maintenant, il doit assumer son choix.

On y arrive. On arrive aux Marais, ils brillent là, juste devant nous. Je m'arrête, et mon petit protégé fait de même. Je m'assoit, grand, fier, escogriffe, et je parcoure les lieux du regard. Mon père arrive, au loin. Je le vois qui s'approche, je reconnais sa silhouette, semblable à la mienne. Il a simplement le poil plus sombre et les yeux plus clairs. Quelques cicatrices supplémentaires, mais on se ressemble. Ça se voit directement, et à mon avis Kizuato a déjà compris. Roc est mon père et ça se voit. Et même s'il nous a laissés, même s'il n'est pas celui dont je rêvais petit, je suis fier d'être son fils. Et je suis fier de marcher dans ses traces, aujourd'hui, en devenant aussi libre que lui.

— Bonjour, papa. Je suis prêt.


© Codage par Neph pour Sun seulement

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
modo Kaylmodo Kayl
avatar

Je suis
Roc
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Kayl
Âge du perso (en lunes) : 46 lunes
Messages : 21
Date d'inscription : 15/06/2016


Dim 12 Mar - 12:35

J’attends. J’ignore depuis quand exactement. Des lunes que j’attends que quelque chose se passe. Et il n’y a que le temps, inlassablement, qui passe sans jamais s’arrêter. Jours et nuits se succèdent, et je rôde tel un spectre entre les bois et les montagnes. La nuit, on ne me distingue plus ; je deviens l’invisible, l’ombre des ténèbres dont on a peur sans jamais l’apercevoir. Une ombre qui se glisse et qui ne fait pas de mal. Elle est seulement là et elle effraie. Je suis là sans vraiment savoir pourquoi. Entre les terres des Troupes et les montagnes. Entre chez-moi, les terres des Escogriffes, et la Troupe de celle que j’ai aimée. Près de mon fils. Et ma fille aussi. Mais c’est à mon fils que j’ai parlé. C’est lui que j’attends aujourd’hui.

Neyo. Juste Neyo, pas de nom de Troupe, pas de particule derrière. Mon fils qui a failli ne jamais me connaître, qui pensait que je l’avais abandonné. Je ne ferais jamais une chose pareille. C’est mon fils et je l’aime, malgré mon passé, malgré la Troupe qui entravent notre chemin commun. C’est lui que je veux voir près de moi. Il est jeune et il doit encore réfléchir, alors je rôde en l’attendant. Je sais qu’il est intelligent. Je ne suis pas un meurtrier. Je ne tue que lorsque j’y suis contraint, et malheureusement, ici, on en est souvent contraint. S’il faut choisir entre notre vie et celle d’un autre, c’est la notre avant tout. Bien sûr, à moins de protéger quelqu’un. Comme Gaara protégerait ses gosses.

Ses gosses. Il y en a deux maintenant. Malawi, qui commence à être assez grande pour se débrouiller seule, et l’autre… L’autre c’est une gosse. Je ne sais pas d’où elle sort, elle est sans doute sa fille, mais sa mère… J’ignore si c’est Tieth. C’est qu’elle a disparu bien longtemps, elle aussi. La vie d’Escogriffe n’est pas de tout repos et ça, il faut que Neyo le sache avant de se décider. Aujourd’hui je suis plus impatient que jamais car je sens son odeur, celle de mon fils. Son odeur qui commençait presque à me manquer, malgré la dernière fois que l’on s’est vu. Lors de son épreuve pour passer Chasseur. Maintenant il sait officiellement se battre, selon sa Troupe. Oh, ils ne savent pas que se battre ne se résume pas à un simple entraînement sans les griffes. Ils ne savent rien des dangers qui les entourent.

Les Escogriffes sont loin d’être gentils. Ils tueront s’ils en ont l’occasion. La première leçon à donner à un jeune quelconque, c’est de ne jamais tourner le dos à un adversaire. C’est de ne jamais avoir peur. La peur paralyse et un chat paralysé, c’est un chat mort. Ici il n’y a pas de pitié. Ça n’existe pas, les chatons recueillis pour les sauver des méchants. Non, ici on les recueille pour en faire des machines à tuer. Je connais des félins qui aiment le goût du sang et qui n’hésiteraient pas une seule seconde à ne faire qu’une bouchée du premier chaton qui passe. Et pas seulement au sens figuré d’ailleurs. Je connais certains chats capables de bouffer des chatons s’ils ont faim. Mais aujourd’hui Neyo devait venir m’annoncer sa décision. J’ignore s’il en a parlé à d’autres. La Troupe les enchaîne et je ne veux pas que mon fils devienne corrompu et comme eux. Ils sont sales.

Bien plus sales que nous les méchants, ceux qui tuent parce qu’ils ont faim, ceux qui tuent parce qu’on les persécute. Pauvres petits Troupeux, il y a un Escogriffe sur le territoire. Alors on le tue, évidemment, il représente tellement un danger… Cette pauvre mère qui ne voulait qu’un peu de nourriture pour que ses chatons survivent. Nous avons toujours eu le mauvais rôle, celui des méchants qui tuent sans raison. Qui n’ont pas de coeur. Je préfère tuer sans raison que tuer pour de mauvaises raisons, tout comme je préfère n’avoir pas de coeur qu’avoir un coeur noir et rempli de haine. Les griffes sorties, je songe à tout cela tandis que mon fils et… D’autres chatons arrivent.

“Bonjour, papa. Je suis prêt.”

Il vaut mieux être prêt avant de faire ce pas. S’il n’était pas prêt j’aurais attendu encore. Je souris en hochant la tête. Nous serons enfin réunis. Ma famille. Il est ce que j’ai et je suis convaincu qu’il trouvera sa place. Désormais, il est libre et il n’est pas obligé de me suivre. Il peut encore rebrousser chemin. Il a encore grandi, il semble tellement puissant… Oui, Neyo est prêt. Et l’autre chaton ? Encore un gamin qui a choisi de vivre réellement, sans avoir de barrières pour le retenir. Il va falloir faire attention, les chatons doivent apprendre à se battre dès qu’ils savent marcher. Sinon, ils mourront. Ce serait dommage de laisser crever des chatons qui ont de bonnes capacités. Surtout intellectuelles, puisqu’ils ont choisi d’être libres.

Ça c’est une grande surprise, tiens. Je ne m’attendais pas à ce que des chatons de la Troupe accompagnent mon fils, et ça ne me dérange pas. Dans tous les cas je ne suis pas responsable d’eux. Tant mieux, même. Ces Troupes faibles n’ont pas le droit de pervertir leurs gosses. Au moins ici ils sauront ce qu’est la vraie vie. Ils pourront jouer et apprendre bien plus que s’ils restaient chez eux. Ils découvriront. Ils seront fier d’attraper leur première proie dans quelques jours, pas comme dans une Troupe où ils n’ont pas le droit de sortir jusqu’à six lunes. Pas la peine de tergiverser. Aujourd’hui il faut s’en aller, on ne reviendra pas par ici. Sauf si la faim nous y conduit. Tous ces territoires gâchés pour des chats qui laissent des restes. Pitoyable.

“Allons-y.”


HRP : Codage après
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Neph admineNeph admine
avatar

Je suis
Kizuato
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Neph, Meoph pour Equi, Mac'Do pour Fuyu ♥
Âge du perso (en lunes) : 7 lunes
Messages : 75
Date d'inscription : 17/10/2016
Age : 13


Lun 13 Mar - 11:00


Today we walk to the future

J'ai peut-être fait une erreur. C'est ce que certains pourraient penser. Denaï, par exemple. Lui, il va penser que j'ai gâché mon potentiel de chasseur et que j'aurais dû rester. Il va aussi regretter de m'avoir nourri pendant autant de temps pour rien, je suppose. Il doit me détester, à l'heure actuelle. Il doit détester Neyo aussi, qu'il a apparemment baptisé pour rien.
Mais il doit nous comprendre. On n'a pas fait ça pour rien, et c'était une décision qu'on a prise pour notre propre bien. Et puis tant pis pour le bien de la Troupe. Moi je fais ça pour moi, et à mes yeux je suis le plus important. Et surtout, je suis plus important que leurs valeurs stupides et fausses, ces valeurs qui ne valent rien, je ne veux plus en entendre parler. Et puis ce n'est pas parce qu'on n'a pas de valeurs qu'on n'a pas de valeur.

Si tu crèves, ce ne sera pas ma faute.

Très bien. Mais je ne crèverai pas, de toute façon. Je suis prêt et je resterai là jusqu'à la fin. Je m'habituerai, je le sais. Je n'ai pas le choix de toute façon. Je resterai ici, avec Neyo, avec les escogriffes. Ils seront ma nouvelle famille, et bien que pas très accueillants, je les aimerai. Je le sais. Et j'ai confiance en Neyo, je sais que s'il vient ici, c'est qu'on peut y survivre, et même y vivre. Ici, je sais qu'on peut être heureux.
Je me demande si je retrouverai mes parents ici. J'aimerais bien, mais il y a peu de chance. En même temps, je n'ai pas vraiment envie de leur parler. Et puis ils ne valent pas vraiment le coup. Quelles que soient leurs excuses, elles ne seront pas valables. Quel parent abandonnant son enfant est excusable ? Je ne leur pardonnerai pas la solitude que j'ai éprouvée, quoi qu'ils me disent. J'imagine qu'il y avait une raison à ce départ soudain de Volcan, mais je m'en fiche. Je ne veux pas savoir pourquoi elle l'a fait ; je veux juste qu'elle paye.

Bonjour, papa. Je suis prêt.

Alors c'est lui, le père de Neyo. Il est grand, impressionnant. J'ai un peu peur, pour être honnête. Je reste en retrait, à moitié caché derrière Neyo. Je ne crois pas que ce grand mâle soit dangereux — sinon, Neyo ne serait pas aussi confiant — mais je ne peux pas m'empêcher d'être inquiet. C'est surtout que je sais que s'il le voulait, il pourrait me tuer d'un coup de griffe. Je suis totalement à sa merci, et je suis certes assez grand, mais je le suis trois fois moins que lui.

Allons-y.

Allons-y. Oui, allons-y. Nous y allons donc. Je ne sais pas où nous allons. Peu à peu, nous quittons le territoire de la Troupe Inondée. Ma terre natale... non, ce n'est pas ma maison. Ça ne l'a jamais été. Juste un endroit où je venais, pour dormir et manger. Juste là où je vivais... N'y pensons plus. Maintenant c'est vers l'avenir que je me tourne. Nous voyons défiler les marais et puis maintenant, je ne sais pas où on est. Mais ce n'est pas important. Parce que peu importe où nous nous trouvons, c'est chez nous, désormais.

© Codage de Sun pour Neph ♥ seulement
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Je suis
Neyo
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Sun, Sunny, Nakin, Neyo, Nemo, Ombry, ...
Âge du perso (en lunes) : 18 lunes
Messages : 333
Date d'inscription : 01/10/2015
Localisation : Je vais retrouver mon père e.e

Feuille de personnage
Mentor / apprenti : En recherche de mentor !
Relations :


Mer 15 Mar - 22:22


Enfin, on se retrouve


Ft Kizuato, Kuraudo, Roc, Malawi et les autres

Mon père dévisage Kizuato qui est resté un peu en retrait par rapport à moi. Il n'a l'air ni fâché ni content, juste un peu étonné, mais il ne fait aucune remarque et c'est tant mieux. Je ne me serais pas expliqué à sa place, et je doute que le petit soit capable de répondre sans trembler à mon père. Il doit être franchement impressionné, c'est la première fois qu'il voit un véritable escogriffe. Certes, j'ai la même carrure, mais je suis encore plus jeune et je n'ai pas toutes ces cicatrices qui parcourent le corps de Roc. Cicatrices dont certaines ont probablement été causées par des membres de celle qu'on nommait notre Troupe, dont Mandoï, sûrement. Celui qui a attaqué mon père lors de notre naissance, à Sanza et moi. Celui que maman pensait être le meurtrier de notre père, de son compagnon. Celui qui nous a toujours détesté, ma sœur et moi. Et j'ai seulement compris pourquoi il y a une demie lune. C'est fou, non ? Grandir avec la haine de quelqu'un et n'en connaître la raison que lorsqu'on est quasiment Chasseur. Ce n'est pas fou, c'est surtout absurde. Mais tout est absurde, immoral ou irréel, ici. Rien ne tourne rond, dans ces Troupes. Et je suis bien content de les avoir quittées.

— Allons-y.

Et oui, on y va, on s'en va pour de bon. Je dis adieu à la Troupe Inondée et à tout ce que j'ai connu, à maman, Sanza et mes quelques amis également. J'ai même une dernière pensée pour Nex, qui m'a enseigné son savoir, et que je trahis malgré tout en m'en allant loin de ses valeurs. Il y croyait, lui, en la Troupe, mais moi je ne peux pas. J'y ai vu trop d'hypocrisie, trop d'ironie, trop de crimes cachés et trop de valeurs déchirées. Je ne peux plus y vivre, je ne peux plus la supporter. C'est ainsi. Je suis un Escogriffe, comme mon père, et on ne peut rien y faire. Peut-être que l'appel de la liberté est quelque chose de génétique, et un caractère que j'aurais reçu de mon père et pas Sanza. Elle, elle ressemble plus à maman et elle accepte sa vie. Tant mieux pour elle. J'espère qu'elle sera heureuse. Moi je le serai loin de la Troupe. Je suis libre, désormais, et plus rien ne me retiens. À l'exception des quelques valeurs qu'il me reste.

Ça y est, on a rejoint le camp des Escogriffes. Enfin, si l'on peut appeler ça un camp. Ils ne vivent pas vraiment en solitaires, en tout cas. Je le savais. Mais les voir ainsi me fait quand même bizarre. On dirait presque une Troupe qui s'est détériorée, une Troupe de parias et de hors-la-loi. C'est peut-être bien ce qu'on est, en réalité. Qu'importe. Je préfère ça à la Troupe Inondée. Je préfère ces camarades là aux Chasseurs que j'ai côtoyés.

Un instant, les têtes se relèvent vers nous, et j'ai soudain très chaud. Et si Kizuato et moi n'étions pas véritablement bienvenus ici ? Mais non, ils ne vont pas nous chasser. Je le sais. Et puis, je suis le fils de Roc. Ils le savent, eux aussi, ils savent donc qui je suis et pourquoi je suis là. Ils ne me chasseront pas. Au pire, ils ne me montreront que de l'indifférence, comme ceux qui s'écartent déjà. Je suis trop inintéressant, peut-être. Mais eux ne le sont pas pour moi. Je parcoure du regard les différents félins présents, tentant d'y reconnaître quelqu'un. Je ne vois pas Védeut, tant pis ce n'est pas vraiment elle que je cherche. Non, c'est Malawi. Et là-bas, je la vois. Près d'un grand matou qui semble être son père. Je souris, et soudain Roc et Kizuato disparaissent. J'ai l'impression de n'être plus venu que pour elle.
Je m'approche, jusqu'à être tout prêt d'elle.

— Bonjour Malawi.

Et je pose mon front contre le sien. Il y a nous deux, juste nous deux, et le reste du monde n'existe plus à mes yeux. Nous sommes réunis, et c'est tout ce qui compte. Aujourd'hui je suis un escogriffe comme elle, et on peut s'aimer en toute liberté. Je l'ai retrouvée. Je l'ai rejointe. Et je ne la quitterai plus. Là, maintenant, je me sens formidablement heureux. J'ai l'impression d'être enfin à ma place.


© Codage par Neph pour Sun seulement



|| HRP : Et voilàààà :D Et maintenant c'est à ceux qui veulent encore répondre, dont Malawi et Kuraudo, il y a plus d'ordre, ceux qui veulent dire quelque chose postent
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Je suis
Kuraudo
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Aido/ Cadow Sauvage for Fuyu/ Koro ou Janati for Mashy/ Audi for Snowy
Âge du perso (en lunes) : 7 lunes
Messages : 37
Date d'inscription : 12/10/2016


Dim 2 Avr - 12:43

Chantons aux esprits
ft. Tout le petit monde
Il faisait nuit dehors, et je dormais dans notre tanière à Kizuato et moi. Je savais que cette nuit il allait partir et j'avais prévue de le suivre de loin quand il partira car.. Je ne pouvais pas le laisser partir en faite. Bien que j'étais terriblement en colère contre lui je refusais de le laisser partir sans moi, de quitter l'endroit où nous avions passé une partie de notre enfance sans moi. Comment ferais-je, seul dans le camp? Je ne pourrais pas, il fallait que je le suive, que je le surveille de loin, que j'éloigne les dangers potentiel de lui. Car bien que j'avais envie de le voir souffrir pour ce qu'il s’apprêtait à faire, un frère reste un frère, un ami reste un ami.

je ne mettais pas endormis intentionnellement cette nuit là. En faite, j'avais fais tellement de nuit blanche ces derniers temps que j'étais épuisé, et alors que je luttais contre le sommeil, j'avais perdu mon combat. Mais je ne rata pas son départ car, je l'entendis sortir de notre tanière et cela me réveilla. Je me leva alors, le plus discrétement possible, j'attendis quelques instants pour creuser la distance entre nous deux et je me lança à sa poursuite.

J'entendis mon frère prononçait quelque chose mais je ne su identifier quoi. Tout ce que je peu reconnaître, c'est l'odeur de Neyo. Mon frère m'avait trahis pour ce chat? Gr... Est-ce que j'étais un si mauvais frère que ça? Peut-être que en faite il ne ma jamais aimé... Mais il m'avait quand même proposé de l'accompagné, peut-être alors qu'il tenait un minimum à moi et qu'il aurait voulu que je parte avec lui? Mais non, j'avais refusé car il ne méritait pas que je vienne avec lui. Il a choisis Neyo, il restera avec Neyo. Il a choisis de me trahir pour un autre, que bien lui fasse mais qu'il ne compte pas sur moi pour lui courir après. Et s'il revenait? Je ne l'accepterais pas, plus. Il a décidé de me tourner le dos, alors ça sera comme ça et pas autrement. Maintenant qu'il la fait, ça sera trop tard pour revenir ensuite en rampant vers moi.

Je les vois rejoindre un autre chat, un escogriffe et je comprend à ce moment qu'il s'agit en faite du père de Neyo, puis ils en rejoignent encore un autre et je commençais à avoir un peu peur pour Kizuato. Et s'il ne survivait pas? Ou qu'un Escogriffe le mangeait? Tant pis, de toute façon ce ne sont plus mes affaires, il a choisit de partir pour rejoindre des escogriffes mais... S'ils s'avisaient à lui faire du mal... je leur ferais payer.

Il reprenne la route, je continue de les suivre, toujours en guettant le moindre danger même si, dans le fond j'ai juste une envie, m'enfuir loin d'ici et de ne plus jamais revoir mon traître de frère. dans mon fort intérieur, je savais qu'il allait faire une grosses erreur mais je ne savais pas quoi, comment le saurais-je de toute façon? J'avais soudainement envie de chanter. Je chantais souvent mais jamais en public, jamais devant mon frère. Je chantais juste devant les esprits. Dès fois, certains me répondaient, dès fois non. J'aimais bien chanter aux esprits. Alors je me mis à chanter, à exprimer mes sentiments sans réfléchir au reste. Oubliant tout ce qui m'entourait. M'enveloppant dans les douces mélodies de mes chants et dans la protections des esprits.





© Kyro for Baie d'Oranger ( Aido )


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
admine Biketadmine Biket
avatar

Je suis
Nuage du Jaguar
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Alice
Âge du perso (en lunes) : 8 lunes
Messages : 224
Date d'inscription : 14/10/2016
Age : 15


Jeu 15 Juin - 18:43

Up ~
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://ella-code-forumtest.forumactif.org/t345-8-lgdc-rpg-me-mys
avatar

Je suis
Malawi
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Butterfly ou Ali'
Âge du perso (en lunes) : 13 lunes
Messages : 9
Date d'inscription : 03/01/2016


Jeu 15 Juin - 22:31

Sous les rayons du soleil peu chauds de l’aube, Malawi se réveilla. Elle avait pris l’habitude de se lever tôt. Son père lui avait souvent dit que c’était préférable. Dormir trop tard était prend la chance d’être vulnérable. Aucun escogriffe ne souhaitait être vulnérable. Malawi apprenait vite et son corps s’adaptait rapidement. Alors elle était réglée pour se réveiller à l’aube et ne manquer aucune seconde de la journée à venir. Elle avait souvent vu son père traquer les animaux et il lui avait appris. Alors elle savait même chasser, même si elle avait appris à combattre avant toute chose. Se défendre et attaquer étaient les deux choses les plus importantes. Un escogriffe ne pouvait se passer de ces compétences. Sans, il ne survivait pas ou pas longtemps dans le pire des cas. Ou le meilleur des cas, selon les points de vue.

Elle était rapidement réveillée et alerte, curieuse comme toujours. Malawi était de nouveau prête à sillonner les territoires. Ils étaient de retour sur le territoire des troupes et elle aimait narguer les frontières. Il lui arrivait souvent de les franchir quelques secondes. Sauf que son père n’aimait pas qu’elle le fasse. Il jugeait ça trop dangereux encore. Les chasseurs des Troupes étaient prêts à tout pour défendre leurs terres. Alors une petite comme Malawi était une proie facile. Mais les Troupes étaient faibles ! Elle les supplantait largement et elle le savait. Son père avait juste peur de la perdre, car il avait perdu sa mère. Malawi le savait aussi, qu’il avait peur de la perdre. C’était la raison pour laquelle elle lui obéissait la plupart du temps. Et aussi parce qu’elle estimait qu’il savait la vie beaucoup mieux qu’elle. Il savait tellement de choses, Gaara.

Elle s’étira longuement avant de se mettre en marche. Elle laissait le territoire de dévoiler sous ses yeux toujours émerveillés. Malawi avait beau voir et revoir le même décor chaque jour… à chaque fois, c’était comme la première. Elle adorait la beauté de la nature et de sa destruction. Au bout d’un moment, elle s’arrêta pour s’étirer encore une fois. Elle reprit ensuite la marche en regardant partout. Un jour, tout ça deviendrait un chaos sans nom, elle en était persuadée. Malawi s’amuserait alors à le regarder. Elle aimait la destruction, le sang et tout ce qui s’y rapportait. Quand son père se battait, elle restait près et notait mentalement des techniques. Elle serait la plus forte des escogriffes et son père serait fière d’elle.

Secrètement, elle espérait revoir Neyo en se promenant ainsi et longeant les frontières. Ce chaton d’une autre troupe avec lequel elle avait joué à plusieures reprises. Elle aimait lui exposer sa vision de la vie. Elle s’était jurée de le rendre fort, de le différencier des autres de la Troupe. Oh, il avait grandi au fil du temps. Il n’était plus vraiment chaton. Même qu’il était chasseur maintenant, mais Malawi ne comprenait pas trop les grades des Troupes. Le temps passé avec Neyo éclipsait tous les autres moments qu’elle pouvait avoir. Malawi ne pouvait pas supporter l’idée qu’il reste dans une Troupe de faible. Neyo était plus fort qu’eux, même s’il n’était pas plus fort qu’elle. Elle, elle était la fille de la Mort et du Silence, alors elle était la plus forte. Mais il valait beaucoup plus que les autres. Et elle l’aimait, ça changeait tout. Malawi ne pouvait pas dire quand ni comment elle était tombée amoureuse. Elle l’était, c’était la seule chose qu’elle savait. Ainsi, elle ne supportait pas que Neyo ne soit pas à ses côtés.

Il lui avait expliqué que les Troupes ne fonctionnaient pas comme eux. Qu’être le compagnon d’un escogriffe était une trahison. C’était horrible d’empêcher deux êtres de s’aimer ! Ce fait amplifiait la haine que Malawi avait à l’encontre des Troupes. Elle secoua la tête et retourna vers son père. Soudainement, elle n’avait plus envie de se promener et d’explorer. Elle voulait seulement détruire les Troupes pour avoir Neyo. Son père restait assis, pensant, tandis que Malawi soupirait et rêvait. Elle entendit alors du bruit et tendit les oreilles. Des chats arrivaient, elle pouvait l’entendre. Elle se releva et Gaara aussi se fit alerte. Personne ne pouvait dire si c’était un danger qui s’en venait. Gaara était toujours prêt à protéger la vie de sa fille. Mais ce que Malawi vit ne fut pas un danger quelconque. Le premier chat qu’elle aperçut fut Roc. Un escogriffe que Malawi ne connaissait pas vraiment et qu’elle aurait bien aimé connaître. Elle voulait tout connaître du monde, même les chats. Ensuite, elle aperçut un autre chat qu’elle ne reconnut pas. Son coeur s’accéléra lorsqu’elle posa ses yeux sur le pelage roux de Neyo et elle se dépêcha de le rejoindre.

« Bonjour Malawi. »

La voix du mâle remplissait de joie Malawi. Il était venu la rejoindre et plus rien n’existait autour d’elle. Elle s’était toujours dit que l’amour traverserait tout. Le fait que ce chat soit présent maintenant le lui confirmait. L’amour pourrait tout faire si on lui donnait le chance de le faire.

« Sois le bienvenu, mon Neyo. »

Elle voulait qu’il sache qu’il était le bienvenu ici, dans sa vie à elle. Jamais elle ne laisserait quelqu’un le repousser. Elle le protégerait de tout impertinent qui déciderait de ne pas le vouloir en ces lieux. Il était le bienvenu pour toujours.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Je suis
Contenu sponsorisé
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••




Revenir en haut Aller en bas

 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Chiot + Vieux Chat = ?
» Comment savoir si ma lapine est portante ?
» Question sol nutritif
» Règler l'harnachement
» oeufs fécondé ou poussins a vendre


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La guerre des clans RPG :: Au-delà des terres du Clan de l'Ombre :: Troupe Inondée :: Les Marais-