Météo
Chaleur, herbe verte, ciel bleu et fleurs resplendissantes… Nul doute, la saison des feuilles vertes est là. La chaleur se fera plus forte que jamais, mais une douce brise viendra de temps en temps rafraîchir vos fourrures. Attention aux orages et à la sécheresse. Il fera chaud : les températures iront de 20 à 35°C.

Infos
saison des feuilles vertes
aléas naturels : orages
évènement : Assemblées et baptêmes en cours

Top-Site

Vote pour nous toutes les deux heures !
Family [ft. Bourrasque Hivernale & Petit Noir & Petit Rêve]



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Effectifs
Troupes Inondée et Embrumée PRIORITAIRES!
Effectifs
Préférez les guerriers aux apprentis et aux chatons (qui sont fort nombreux).
Vote !
N'oubliez pas de voter ici (click) !
Design des Exams en place !
Tumblr du fow
Regarde par ici et propose tes idées par !


Partagez | 
 

 Family [ft. Bourrasque Hivernale & Petit Noir & Petit Rêve]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Ray admineRay admine
avatar

Je suis
Fragment de Neige
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Ray
Âge du perso (en lunes) : 33 lunes
Messages : 407
Date d'inscription : 20/06/2014
Age : 17
Localisation : Sûrement en train de vagabonder sur le territoire ...

Feuille de personnage
Mentor / apprenti : Nuage de Charbon
Relations :


Dim 14 Mai - 16:08



• Family •


Ray ft. Fuyu & Blacky & Kirby
Les journées se réchauffaient. Elles devenaient plus longues, plus ensoleillées, plus joyeuses. La vie reprenait, ne restait plus figée dans ce monde blanc, froid, désertique. Comment ne pas s’en réjouir ? Comment ne pas voir exclusivement le bon côté des choses ? J’étais heureux. La météo me rendait heureux. Un crétin heureux qui se satisfaisait rien qu’avec de simples rayons de soleil. Un idiot éclairé. Les chats pouvaient penser ce qu’ils voulaient, ça ne me touchait pas. J’étais trop euphorique pour en faire tout un plat. Aller me frotter à des guerriers qui ne parvenaient pas à attraper le bonheur pur et simple, quelle idée. Positif, rester positif. L’objectif d’une journée. Ça me plaisait bien. Je laissais échapper un sourire, encore couché dans la tanière des guerriers. Décompresser. Le mot d’ordre. Difficile, ah, difficile, quand la guerrière que j’aimais portait en son sein de nouveaux êtres, prêts à en découdre à n’importe quel instant. Quelle saleté. J’avais l’impression que le temps s’écoulait trop vite. Qu’il ne prenait plus la peine de m’attendre, de nous attendre. Ou alors, qu’il s’était arrêté. Qu’il s’était arrêté et qu’il n’avançait plus. L’impression que le ventre de Bourrasque Hivernale avait toujours été gonflé de cette façon. Je n’arrivais plus à me remémorer son corps fin. Zut. Trop de temps s’était passé, et c’était en parti de ma faute. Enfin non. Tout était si contradictoire, dans ma tête. Tou voulait dire exactement le contraire de ce que je pensais, de ce que je vivais.

Un rayon de soleil perça la voûte végétale pour atterrir en plein dans mon oeil. Poussant un grognement, je détournais la tête. Soleil de mes deux. Super, j’allais pas pouvoir rester couché bien longtemps, comme ça. Et, en suivant une habitude ancestrale, je m’étirais, baillais, plissais des yeux plusieurs fois, léchais mon poitrail, tirant sur les poils mal peignés, et finissais par me lever. Enfin. Aujourd’hui devait être une journée de repos. Ahaha. Mon sourire plissé, caché dans un coin, à la commissure de mes lèvres, n’avait pas l’air d’approuver. Sans blague. Jamais de ma vie je n’avais été aussi nerveux sur une aussi longue période de temps. Même pas aux moments de mes baptêmes. Aïe. J’avais beau avoir essayé de trouver du réconfort auprès de Cicatrice de Ronce, des connaissances auprès de Rêve d’Ébène, de la raison auprès de qui pouvait me rester, je restais perplexe. Limpide. Étranger à mon propre monde. D’un oeil désintéressé, je fixais la Pouponnière, aveuglement, réfléchissant à tout autre chose. Comment pouvais-je subir des descentes de cette manière ? C'était idiot. Perdre toute confiance en ne pensant qu’à la guerrière que j’aimais. Un véritable enfant. Enfant, que j’avais d’ailleurs toujours été. Je ne savais pas si je devais m’en plaindre ou passer à côté. Faire comme si je n’étais pas moi-même. J’étais plus perturbé que Bourrasque Hivernale, et le pire était que j’arrivais à me trouver des excuses.

Me justifier, toujours me justifier, oui. Comme si je ne savais faire que cela, et pas avancer, aller de l’avant pour braver ces peurs, ces coups de pression qui me faisaient tourner la tête. Un vrai chaton. Je sortais de cette discussion fébrile avec moi-même. Trop de temps avait déjà été perdu. Souriant, à nouveau, je m’avançais vers la Pouponnière, enfin réveillé. Il y avait quelque chose, j’avais quelque chose à régler. jeune adulte qui prenait des décisions, et les bonnes décisions. J’entrais, souriait aux gamins d’Ange Brisé, et, les pupilles brûlantes de cette joie que je ressentais à chaque fois que je croisais le regard de la petite guerrière, je m’approchais de Bourrasque Hivernale. Son ventre était plein. Souffrait-elle ? Non, non Fragment de Neige, il ne fallait pas commencer. Non, ne pense pas à cela, tu te fais du mal ! Ah. Quel idiot. La vie d’une mère devait être si fatigante, j’en avais déjà constaté les effets sur Cicatrice de Ronce. J’avais peur pour elle. Elle était si fragile, si petite. Je la couvrais d’un regard tellement compatissant que ça devait en être pathétique. Mon regard dériva vers une minuscule boule de poils noirs. Je restais accroché quelques secondes à Petit Noir, avant de détourner le regard. Pauvre chaton. Sa mère avait lâché son dernier soupir à sa naissance, et son père s’était volatilisé du jour au lendemain. Un poids affreusement lourd devait peser sur ses frêles épaules.

Je m’avançais de Bourrasque Hivernale, assez près pour lui murmurer à l’oreille sans que le chaton en l’entende : “Tu ne veux pas le prendre avec toi ? Regarde-le … ” je laissais mourir ma voix au fond de ma gorge, apitoyé par son sort.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
mdm fuyumdm fuyu
avatar

Je suis
Bourrasque Hivernale
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Fuyu ~
Âge du perso (en lunes) : 31 lunes
Messages : 247
Date d'inscription : 16/05/2016

Feuille de personnage
Mentor / apprenti : ~ Petit Quartz ~
Relations :


Dim 14 Mai - 16:26



Family feat Ray, Blacky and Kirby.






Tu en as marre. Tu ne souhaitais pas avoir des chatons. Ce n'était pas ton objectif, loin de là. Tu souhaitais devenir lieutenante et non avoir une famille. Avoir un compagnon est déjà compliqué pour toi mais ce n'est pas assez. Il faut toujours que tu t'enfonces encore plus. Si tu avais vraiment envie d'atteindre ton but final, tu aurais fais plus attention. Tu fais pitié. Jamais, tu n'aurais du faire une telle erreur. Tu devras faire d'énormes efforts pour réparer une erreur comme celle-là. Si tu recommences une nouvelle fois, tu n'auras plus aucunes chances. Alors, fais attention. Tu peux apprendre de tes erreurs donc fais le. Tu dois retrouver une toute autre image de toi. Pas de nunuche, pas de gentillesse, non. Tu ne souhaites pas détruire ta vie, fais preuve de bon sens. Des chatons tout de même, tu n'as donc rien dans la tête ? Tu devras les abandonner hors de question que tu les garde et que tu perde ce qui t'es cher. Fais preuve de courage et tire un trait sur cette vie misérable. C'est cela le bon sens. Ne recommence plus ou tu le paieras. Fais attention. Ne détruis pas ce qu'il te reste, tu as du potentiel. Tu sais ce qu'il faut que tu fasses alors fais le. Tu peux remonter la pente mais ne refoules pas ton chemin. Plus d'amour, d'amitié ni rien. Concentre toi sur ton objectif.

Tu n'en peux plus. Ton abdomen a énormément grossit. Lorsque tu marches, celui-ci ne cesse de valtinguer à droite et à gauche. De plus en plus, des coups de pattes se font ressentir à cette endroit. Tu es dorénavant une reine. Tu as hâte de redevenir guerrière mais ce n'est pas encore le moment. Il te faudra attendre encore quelques lunes. Ton compagnon, Fragment de Neige est heureux de devenir Papa mais toi, tu considères plutôt cela comme un fardeau. Cela sera ta première et ta dernière portée. Tu espères qu'il n'y aura pas plus d'un chaton. Hors c'est seulement le minimum. Cela serait un cauchemar d'avoir plus d'un seul petit. Mais si ça arrive, il faudra affronter cette épreuve. Pour l'instant, tu attends impatiemment que le temps passe. Tu reprends tes pensées et observe la pouponnière. Celui qui t'a procuré le bonheur et le malheur de cette épreuve. Tu l'aimes cependant tu ne veux pas que cela dure comme ça. Tu n'as jamais voulu de portée mais c'est arrivé sur toi sans que l'on te prévienne. Tu observes ton compagnon et tu lui souries parce que tout de même, tu l'aimes et personne ne pourras t'enlever cette émotion qui te sudmerge en le voyant. Tu le regardes approcher et tu ne te doutes pas de ce qu'il va te dire alors tu attends jusqu'à ce qu'il prononce enfin ce qu'il a à dire.

Tu ne veux pas le prendre avec toi ? Regarde-le …

Tu savais bien de qui il parlait. C'était Petit Noir. Sa mère était morte en lui donnant naissance et son père s'était enfuit. La mort ... Toi aussi, tu pourrais mourrir en accouchant, c'est même fort possible. Mais tu ne veux pas, tu souhaites rester pour Fragment de Neige. Hors tu as un but, devenir lieutenante alors tes sentiments ne peuvent pas compter. Que lui dire ? Réellement, tu souhaites le prendre sous ton aile mais tu ne peux pas. Tant pis, tu allais refusé. Tu ne peux rien faire d'autre après tout, tu ne peux pas t'opportuner avec un chaton de plus. Pour qui te prendrait-on ? Une mère adoptive et non une guerrière disciplinée. Tu n'es pas une reine, tu es une combattante et uniquement. Tu souhaites défendre ton Clan et non en engendrer, il faut que tu te mettes cela dans la tête. Si tu ne comprends pas cela, tu n'avanceras jamais dans ta vie. Alors fais ce qu'il te plaît mais ne pleurniche pas si tu n'as pas atteinds ce que tu voulais obtenir. Jamais tu ne seras lieutenante en ayant une attitude comme celle-ci. Tu dois avoir un mental exceptionnel hors si tu adopte chaque jour le même comportement qu'aujourd'hui, tu n'avanceras pas. Tu lui souris puis tu lui souffles à l'oreille d'une voix douce pour qu'il comprenne que cela ne changera rien qu'il soit abandonné ou non.

Je suis désolée ... Ne peut-il pas aller avec une autre reine ?”, terminais-tu en prenant une intonation plus mielleuse que d'habitude.

© Codage by Ella'
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://survivorsoftheworld.forumactif.com/
avatar

Je suis
Petit Noir
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Noir / Blacky
Âge du perso (en lunes) : 2 lunes
Messages : 14
Date d'inscription : 11/05/2017
Age : 21
Localisation : Rennes

Feuille de personnage
Mentor / apprenti :
Relations :


Dim 14 Mai - 19:02


FAMILLY

Seul dans un nid de la pouponnière tu sent le froid passer entre les poils de ta courte fourrure noir qui te glacé le sang, la nuit a été dure pour toi, jeune chaton que tu es seul dans un grand nid. Plus le temps passe plus la pouponnière se réchauffa, tu essais de te rendormir mais c'est au dessus de tes forces, tu es un jeune chaton tu veux sortir bouger mais les forces te manques donc tu décide de resté tranquillement en boule dans ton nid, à coté de toi tu sent une présence tu lève la tête pour regarder cette présence de tes jeunes yeux bleu. De l'autre coté de la pouponnière tu vois une chatte plus grande que toi, tu ne la connais tu te pose des questions. Qui es ce ? Que fait'elle là ? Pourquoi son ventre est'il si rond ? Tant de questions dans la Tête de petit Noir, et lui que fait'il là ? Pourquoi lui est si petit ? Tant de question dans sa petite caboche que la fatigue le gagne peut à peut, il se remit en boule tentant de se rendormir.

Quelque instant plus tard de l agitation le tira de sa somnolence. Il tourne la Tête est vus un deuxième félin entré dans le buissons de ronce de la pouponnière, il était grand il fixant l autre chat au ventre rond dans le fond de la pouponnière, après quelque instant celui ci tourne la tête vers Petit Noir. Petit Noir Penche sa tête de coté plus curieux que jamais  de savoir qui cela pouvait être? Pourquoi est'il ici, après quelques instants le chat détourne son regard de Petit Noir pour rapproché sa tête de celle de l autre félin. Petit Noir repris sont questionnement quand soudain un bâillement le prit court la fatigue le gagna de nouveau la faim la fraîcheur tout se mélangeais en sensation insoluble de vide. Suite à ça Petit Noir se remit en boule cherchant le sommeil une nouvelle foi tant bien que mal dans ce grand nid froid.


Dernière édition par Petit Noir le Ven 2 Juin - 10:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Kirby modotteKirby modotte
avatar

Je suis
Petit Rêve
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Kirby/Kiby/Toutouille pour Aido/Cookie pour Krys/Kirsch pour Fuyu/Flan pour Concombre
Âge du perso (en lunes) : 5 lunes
Messages : 49
Date d'inscription : 01/11/2015

Feuille de personnage
Mentor / apprenti :
Relations :


Dim 14 Mai - 21:42



Leur famille










Avec RAy, Blacky and Fuyu

Je rêve dans un monde de bruit lointain, d’ombres furtives, de senteurs enfantines et de douceur nuageuse. Je sens le souffle doux et continu de ma sœur contre moi. Hier soir on s’était endormis contre Maman, mais elle était partit plus tôt. Je ne sais pas quand, car quand on dort, le temps et l’espace, n’existe pas. C’est juste que maintenant, je sent ma sœur contre moi, et pas ma mère. Je ne sens pas son odeur ni sa chaleur. Où est-elle partit ? Qu’elle fasse ce qu’elle veut, du moment qu’elle ne se fasse pas de mal et qu’elle revienne. Elle reviendra. Elle doit revenir. Elle reviendra toujours, je devais croire en ça, sinon j’étais fini. Je gigote, je me tourne et me retourne. Mes rêves sont agités, j’ai l’impression de ne pas rêver et de rêver en même temps. Des sentiments contraire m’envahissaient, ils semblaient faits de pitié, de mépris, mais, était-ce seulement les miens ? Ces sentiments, est-ce qu’ils étaient les miens ? Ou bien était-ce les sentiments de quelqu’un d’autre qui s’étaient immiscés dans mon esprit. Je ne suis donc même pas tranquille dans mes propres rêves ? Je n’ai jamais demandé ça. Je veux dormir tranquillement, je veux vivre tranquillement et plus que tout, rêver tranquillement. Je ne suis qu’un chaton innocent, pourquoi devrais-je ressentir les sentiments des autres comme ça ? Je ne sais même plus faire la différence entre mes sentiments et ceux des autres. En ce moment même j’hésitais.
J’ouvris les yeux, lentement, puis je me secoue, toujours doucement, j’avais l’impression d’être fait en nuage. Pas très pratique pour se mettre debout. Et puis pour l’instant je n’avais aucunement l’intention de me lever. J’étais bien là, près de Petite Fleur, au chaud et proche de mes rêves. Je n’avais qu’à fermer les yeux et je retournais dans mes rêves. Mais je n’avais plus envie. Il se passait quelque chose devant moi. Je ne sais pas quoi. Je ne suis pas curieux par habitude, je me fiche bien de ce qui peut arriver aux autres. Mais là, c’était, comment dire, spéciale ? Les sentiments que je ressentais étaient ceux des chats en face de moi. « Fragment de Neige » et, « Bourrasque Hivernale ». Bourrasque Hivernale s’était invitée dans la pouponnière peux après le baptême de la bande de chatons surexcitée. Je n’avais pas été baptisé, pourtant j’ai l’âge, Petite Fleur aussi. Mais cela ne me dérange pas, on est bien ici. Il y a Maman et son odeur, si je serais devenue un « nuage », je serais parti, avec Petite Fleur certes, mais il n’y aurait plus Maman. Et ça ce n’était pas possible. Alors je restais ici, avec ce chaton sortit de nulle part. Sans parents, qui était-il donc ? Petit Noir, je crois qu’il s’appelle comme ça, parce qu’il a un pelage noir. Mais moi aussi j’ai un pelage noir, pourtant je m’appelle Petit Rêve. Quel manque d’originalité. Mon nom, c’était ma personnalité, il n’avait donc pas de personnalité ? Ca doit être triste pour lui, mais il a l’air de s’en foutre royalement, il somnole dans son coin. Sans personne, moi j’ai besoin de Maman ou Petite Fleur pour dormir. Lui, il est seul dans le froid et la solitude. Ce doit être dure pour lui, il n’a plus aucun parents, moi j’ai encore ma sœur et ma mère. Lui rien. Mais il ne semble pas atteint, bon après tout il est jeune, très jeune. Il est né il y a quelque jours à peines.
Alors je gigote, je m’écarte lentement de Petit Fleur, faudrait pas la réveiller. Je me glisse hors du nid de mousse, je jette un petit regard au couple qui semble en discussion, plutôt particulière.  La femelle est étrange, elle semble fausse ou je ne sais quoi. Et son compagnon qui ne remarque rien, pauvre abrutie. Je les laisses à leur discussion et m’approche de Petit Noir, doucement pour ne pas le brusquer. J’attends qu’il me remarque.



Copyright  by Kirby
[/b]
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Ray admineRay admine
avatar

Je suis
Fragment de Neige
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Ray
Âge du perso (en lunes) : 33 lunes
Messages : 407
Date d'inscription : 20/06/2014
Age : 17
Localisation : Sûrement en train de vagabonder sur le territoire ...

Feuille de personnage
Mentor / apprenti : Nuage de Charbon
Relations :


Ven 19 Mai - 12:58



• Family •


Ray ft. Fuyu & Blacky & Kirby
Il me faisait de la peine. Indéniablement. Comment ne le pouvait-il pas ? Qui y résisterait ? Seuls quelques sans coeur se défieraient de ne pas voir dans les yeux bleus du chaton toute la tendresse du monde. Si fragile. C’était une requête, oui, une demande. Un peu d’apitoiement, un peu de compassion, un peu d’amour que je demandais à ma compagne. Un petit cocktail, un mélange de tout cela. Comment refuser ? Dur, très dur. Et pourtant, je ne voulais rien imposer à Bourrasque Hivernale. Comment l’aurais-je pu ? Comment défier ses envies, alors que la nature faisait d’elle ce qu’elle voulait, actuellement ? Elle n’avait pas besoin d’une force supplémentaire qui pèserait inutilement sur ses épaules - autrement dit, moi. La peur de la faire souffrir physiquement plus qu’elle ne subissait. Je l’aimais trop pour cela. Mais j’avais encore plus de pitié pour le chaton noir. Ma compassion dépassait mon amour. Cela était quelque chose de négatif, sans aucun doute. Mais je l’acceptais comme ça, et Bourrasque Hivernale devrait faire de même. Sous quelles menaces ? Aucune. Quelles menaces vouliez-vous que je lui promulgue ? Quel monstre serais-je. Toujours cette histoire de bonne conscience qui traînait, çà et là, présente dans un coin de ma tête. C’était terriblement idiot. Il dormait, paisiblement, l’air de rien. Comme si, finalement, le monde ne pouvait rien contre, et pour lui. Comme si jamais il ne serait atteint de toute cette activité, tous les malheurs qui pouvaient lui tomber dessus. Intouchable, c'était le mot. Son innocence lui servait de carapace.

Je l’admirais, aussi jeune qu'il eusse pu être. Son courage, sa force, même s’il n’en avait probablement pas conscience. Tout cela, contenu dans un si petit corps. Je me comparais à lui, me ramenant à son âge. Un bout de chaton, un rien du tout. Une lueur parmi tant d’autres. Une lueur qui brillait, faiblement. Sans ses parents. On racontait des choses sur ces derniers. Que son père n’avait pas supporté la mort de sa compagne. C’était terrible ; c’était ce qu’avait vécu mon propre père, Neige Ambrée. La mort de sa compagne à la naissance de son fils. Une vague d’amertume me gagna, poison au goût de sang. Il était comme moi. Mais mon père n’avait pas fui. Il avait fait pire, il m’avait plongé, enterré, noyé dans l’ignorance. L’ignorance d’une vie, c’est beaucoup. Car je le voyais. Quotidiennement. Et, oh Clan des Étoiles, ce que ça m’avait fait du mal. Ignoré. Mis à part. J’en souffrais encore. Je les sentais, les séquelles, elles n'avaient pas totalement disparues. Elles se réveillaient, doucement, quand mon regard s’attardait trop sur un jeune père avec son chaton avec son fils. Comme moi, Petit Noir n’en connaîtrait jamais les bienfaits : le bonheur, l’amour d’une famille, si je, si nous ne faisions rien. Si la vie se déroulait comme elle l’avait toujours fait. Et pour le chaton, elle n’était pas bien longue. Ses souvenirs continueraient-ils à agir, dans les lunes qui viendraient ? La mémoire d’un nouveau-né ne restait jamais très fonctionnelle avant quelques semaines, voire quelques lunes.

Mais il m’était possible d’agir. Maintenant. Arrêter de repousser les choses au lendemain, car il serait trop tard. Offrir à Petit Noir la vie que je n’avais pas pu avoir. Générosité, peut-être. Ne pas lui faire souffrir des mêmes maux que les miens, surtout. Lui offrir un autre avenir que celui de l’absence de ses parents. Mon regard, perdu, continuait de fixer les yeux de Bourrasque Hivernale. Elle avait compris, dès les premiers mots, de qui je parlais. Elle avait compris avant même que je n’entre dans la Pouponnière, et nous le savions, tous les deux. Et nous savions aussi qu’elle n’en voudrait. Qu’elle n’accepterait pas. Elle souriait, dévoilant déjà sa réponse. En fait, cette discussion n’aurait pas dû avoir lieu. Mais elle existait, parce que je l’avais voulu. “Je suis désolée ... Ne peut-il pas aller avec une autre reine ?” et je l’avais prévue, celle-là aussi. Elle avait répondu gentiment, alors qu’elle aurait pu mille fois me cracher à la figure qu’elle ne se conformerait jamais à ma demande. Mais ça n’avait été qu’une douce mélodie, discrète, presque silencieuse, qui était sortie de sa gorge. Pour me supplier. Pour ne pas me repousser, brutalement. Me laisser digérer, calmement. Pour ne pas se disputer, encore une fois. Eviter, à tout prix, l’accrochement, l’engueulade, à répétition. Encore, et encore, et encore. Car je n’en voulais pas. Mais je la sentais, venir, toute proche. Là, à nos côtés, attendant le moment propice pour nous sauter dessus. L’atmosphère électrique, le défi. Le jeu de regard.

Tu le peux, tu ne veux juste pas …” je murmurais, à demie-voix, encore plus silencieusement qu’avant. Mes yeux prirent la couleur de la colère, de la méfiance, l’espace d’une seconde. Mais elle s’évapora juste après. Juste une vague, une brise. Rien de méchant. “Je t’en prie, Bourrasque Hivernale … Fais-le pour moi. Fais-le pour lui …” je re-demandais, imperturbable, peut-être plus mendiant qu’avant. Plus suppliant, un peu plus. Mon regard soutenait le sien, indéfiniment. Je voulais qu’elle accepte. Et je lui aurai demandé à ses pattes, je l’aurai suppliée, si ma fierté ne m’en avait pas empêché. “Donne-lui une chance, donne-lui une famille, s’il te plaît …

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
mdm fuyumdm fuyu
avatar

Je suis
Bourrasque Hivernale
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Fuyu ~
Âge du perso (en lunes) : 31 lunes
Messages : 247
Date d'inscription : 16/05/2016

Feuille de personnage
Mentor / apprenti : ~ Petit Quartz ~
Relations :


Ven 26 Mai - 16:42


Family feat Ray, Blacky and Kirby.





Pfff, une famille. Qui aurais cru que toi, Bourrasque Hivernale aurait un compagnon et donnerait naissance à des chatons ? Tu as fait de bien belles erreurs. Pour Fragment de Neige et toi, être son compagnon n'est pas si terrible pour ton but mais l'idée des chatons était bête. Tu me déçois, vraiment. Même si ce n'était pas forcément ce que tu voulais, tu n'as pas essayer d'éviter ce que te réservait cette amour. Tu as pris cela comme ça te venait sans te poser de question, grave erreur qui te coûte de terrible occasion dès à présent. Tu as sûrement compris la leçon cette fois-ci, de toute façon c'est ta vie, tu en fais ce que tu veux mais ne viens pas te plaindre si tu n'atteinds pas ton objectif. C'est dommage en plus, tu as des capacités et tu ne dois pas les enfermer plutôt les libérer afin que tu t'imposes dans ce monde de brute. Tu ne dois pas être sensible, ici on profite de ce sentiment. On peut aussi appeller cela de la faiblesse, et on peut avoir pitié de toi. Cependant, cela ne doit pas être comme ça, non. Tu dois faire ta loi que les félins autour de toi te craignent et t'envies pour ta juste valeur. Tu n'es pas une reine mais une guerrière, tu ne dois jamais oublier cela quoiqu'il t'en coûte, c'est ton avenir qui est en jeu, petite. Ne recommence plus ou ça ira mal pour toi. Moi je ne ferais rien contre toi, oh que non. C'est toi-même qui te fera souffrir. Tu sais ce qu'il te reste à faire pour ne pas subir un tel châtiment.

Revenons à cette triste et dure réalité.
Tu regarde Fragment de Neige en attendant sa réponse.
Soudain, il se met enfin à parler.

Tu le peux, tu ne veux juste pas …” te murmurait-il, à l'oreille. Ce n'était pas faux, il avait terriblement raison. Tu le pouvais mais cependant, tu avais d'autres contraintes. “Je t’en prie, Bourrasque Hivernale … Fais-le pour moi. Fais-le pour lui …”. On aurait dit qu'il te suppliait comme dans une bataille quand l'adversaire se plaint pour que l'on ne lui donne pas le coup de grâce et de toute façon, tu sais très bien que c'est interdit dans le code du guerrier.“Donne-lui une chance, donne-lui une famille, s’il te plaît … Tu voulais accepter de tout ton coeur mais une autre partie de toi refusait sans ciller, ton coeur était déchiré. De plus, notre règlement affirmait que l'on ne devait pas laisser des membres de notre Clan mourrir ou souffrir hors c'était ce qui était en train de se passer.”

Au fond, ta vie était pitoyable. Tu n'avais jamais voulu de chaton. C'était trop tard dorénavant. Cependant, tu allais montrer à Fragment de Neige que tu en avais marre de tous ces embêtements que tu devais subbir. Tu allais prendre Petit Noir parce qu'il le fallait. Mais tu allais faire payer cela à ton compagnon. Tu l'aimes, oui. On ne dirait pas hors c'est vrai. Tu doutes tout de même de la stabilité de votre relation, c'est allé trop vite. Tu n'en peux plus. Tu l'aimes mais s'en est trop. Tu veux que cela cesse, faire une pause ou autre. Pour l'instant, tu ne peux rien faire car tu as des chatons. Après tu t'en occuperas et tu espères que cela s'arrangera tout de même. Mais pour l'instant, passons aux chose sérieuses, tu allais lui dire le fond de ta pensée au matou noir et blanc, qu'il le veuille ou non. Tu en avais marre. Cela devait s'arrêter maintenant et même si cela fait du mal, il faut bien le dire. Ton opinion pouvait être dévoiler au grand jour sur ce chaton, tu n'allais pas te laisser faire. Tu es une nouvelle personne. Une véritable guerrière et non une stupide gardienne de chatons insolents. Tu allais enfin lâcher cette bombe, tu ne pouvais plus reculer. L'enfer allait commencer.


Tu sais quoi Fragment de Neige ? J'en ai marre.” lui disais-tu en lui crachant à la figure. Tu n'en pouvais vraiment plus et cela se ressentait. “Je vais te le prendre ce fichu petit braillard.”. C'était la fin, tu ne pouvais pas le regretter, c'était tes pensées et tu savais que Fragment de Neige t'en voudrait mais tant pis.“Je ne voulais déjà pas de chaton avec toi, je fais un effort pour toi alors laisse-moi, maintenant. C'est bon. Tu avais terminé ce terrible massacre. Avant de voir sa réaction, tu partais la queue se balançant dans tous les sens, furieuse. Tu avais quitté la pouponnière pour te réfugier dans la forêt. Seule. Trop Tard. Tu ne Pouvais Plus Revenir en Arrière Dès à Présent.”

© Codage by Ella'
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://survivorsoftheworld.forumactif.com/
avatar

Je suis
Petit Noir
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Noir / Blacky
Âge du perso (en lunes) : 2 lunes
Messages : 14
Date d'inscription : 11/05/2017
Age : 21
Localisation : Rennes

Feuille de personnage
Mentor / apprenti :
Relations :


Mer 31 Mai - 20:18


FAMILLY

Je ferme les yeux laissant mon esprit voguer à son imagination, je le sent le vent la terre je cours je laisse ces émotions m envahir me transporté loin de tout. Loin de ce froid et de cette solitude mes rêves mes pensées c'est surement le seul moment où je me sent bien. La vie de chaton est bien plus simple dans les rêves, je sent l herbe sous mes petites pâtes le vent dans ma fourrure. Ce vent ! il est étrangement chaud et agréable, je ne peut pas resté immobile ici j'ai... j'ai besoin de courir. Pris de cette sensation folle je m'élance à toute vitesse droit devant moi rien ne pourrai plus m arrêter rien ne pourra m’empêcher de courir. Je courrai encore pour mon clan pour moi c'est ma vie mon avenir ma destiné, je serai un grand guerrier comme ... , je m arrête net en haut d'une colline. Comme qui ? je n'ai pas de repères pas de modèle comme pourrai je être le meilleur guerrier de mon clan si je ne sais pas à quoi je doit ressembler ... Mes pattes trembles de frustration. Non ! je doit me débarrasser de ces pensées, je trouverai une solution pour l heure je ne suis qu'un chaton avec de bien grand rêves. je repris ma course avec vigueur à travers cette forêt, je cour encore encore et encore, je ralenti ce lieu me semble famille pourtant je ne connais rien de plus que la pouponnière  mon regarde se perdis vers un buisson, un buisson de ronce .
LA POUPONNIÈRE ! je suis à la pouponnière je me reproche de ce buisson qui est ma maison. Plus la distance se réduit entre moi et cette maison plus je me sent heureux d avoir un lieu où habiter, soudain j entendit quelque chose !

“Tu sais quoi Fragment de Neige ? J'en ai marre.”


cette vois. C est Bourrasque Hivernal je le reconnais car j'ai plusieurs foi eu l occasion de l entendre quand elle parle avec son compagnon et cicatrice de ronce. Je l aime bien moi Bourrasque Hivernal elle fait la grande méchante mais elle est en gentille. Mais de quoi peut elle bien parler avec Fragment de Neige ? soudain un voile noir tombe tout devient sombre devant moi puis je l entendit de nouveau !

“Je vais te le prendre ce fichu petit braillard.”

Me revoilà dans la pouponnière je rêvais paisiblement, quand elle cris elle serai capable de réveiller tout les blaireaux du monde dans leur terrier, m'enfin elle cris jamais pour rien, mais de qui peut elle bien parler "Petit braillard" mais qui est ce petit braillard ? personne de braille dans la pouponnière plus que ça elle semble plus calme que les événements dans le camps. Je lève ma petit tête pour observé ce qui se passe mais ce ne fut pas Bourrasque hivernal devant mais un autre chaton plus grand que moi en lunes. C'est Petit Rêve l'un des autres chatons qui partage la pouponnière avec moi mais contrairement à moi lui ne dort pas seul dans un nid. Je m’apprêtait à dire bonjour à petit rêve quand j'entend de nouveau crié derrière moi!

 “Je ne voulais déjà pas de chaton avec toi, je fais un effort pour toi alors laisse-moi, maintenant.

Je tourne brusquement ma tête et vus Bourrasque Hivernal et Fragment de neige qui discutait, non ils ne discutaient pas ILS SE DISPUTAIENT ! Comment deux félins qui s aimaient pouvais se disputer. Bourrasque Hivernal visiblement  énervé sortie brusquement de la pouponnière. Mon attention s’arrête quelque secondes sur Fragment de Neige puis glissa sur Petit Rêve a nouveau cette foi ci je pus lui présenter mes salutation

" Bonjour Petit Rêve comment va tu ? "
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Kirby modotteKirby modotte
avatar

Je suis
Petit Rêve
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Kirby/Kiby/Toutouille pour Aido/Cookie pour Krys/Kirsch pour Fuyu/Flan pour Concombre
Âge du perso (en lunes) : 5 lunes
Messages : 49
Date d'inscription : 01/11/2015

Feuille de personnage
Mentor / apprenti :
Relations :


Dim 4 Juin - 15:20



Leur famille










Avec RAy, Blacky and Fuyu

L’ambiance entre les deux adultes est de plus en plus tendue, la dispute imbibait l'air de la pouponnière, comment ces deux-là pouvaient se disputer dans un endroit pareil ? C'est censé être un lieu de vie et de repos pour le reines qui s'apprêtent à donner la vie et les jeunes comme moi. Même si je ne suis plus tout jeune à présent. Et puis normalement, je ne devrais pas être là. Je n'aime pas les gens qui se disputent, ça ne provoque que mal et tristesse, c'est mal, c'est mauvais, et en plus il était évident que le petit chaton était au centre de tout ça. Et lui il n'en savait rien, il dormait devant moi. Ho, il commençait à s'agiter, il allait bientôt se réveiller, en plein milieu des foudres d'une dispute. C'est pas le genre de réveil agréable, bon heureusement, qu'il ne comprenait pas tout.
Petit Noir ouvre les yeux, et il semble aller bien, heureusement, si il savait...
Et pourquoi moi je le savais? Hein ? Pourquoi ? Je n'ai pas demandé à le savoir, tout ça ne me regarde pas, c'est leur famille, et non la mienne. Mais pourtant, je suis bien là. Je suis devant ce chaton qui ouvre les yeux, qui ne sait pas qu'il est la cause, du souci de deux chats.
Un mouvement, de la haine, et un des chats à disparu. Bourrasque Hivernale, elle a préférée partir que continuer, et je ne sais pas pourquoi. Je ne suivais pas la conversation, j'écoutais seulement les sentiments qui en dégageaient. Et ils étaient pas très sympas, alors je préférais me concentrer sur Petit Noir. Et puis la dispute était terminé. L'une était partie et l'autre restait planté là comme un piquet. Fragment de Neige, dans la dispute, c'était lui qui avait de bons sentiments. Et c'est lui qui est là, sur le seuil de la pouponnière.

« Bonjour Petit Rêve, comment vas-tu ? »

Je me retourne en sursaut, je l'avais presque oublié, le chaton noir. C'est lui qui me demandait comment j'allais ? Bon, après tout c'est moi qui suis venu, je devais assumer ma décision jusqu'au bout.

« Bonjour, moi je vais bien... Et toi ? »

Je me demandais ce qu'il pensait de tout ça. Avait-il tout compris, savait-il ce qui se passait sous le toit d'épine de la pouponnière ? En avait-il conscience ? Est-ce qu'il était blessé ? Non, je ne pense pas, car il ne doit pas savoir, et quand on ne sait pas on est heureux. Le savoir est source de malheur. On ne doit pas tout savoir, et ça je le sais, je le sais très bien. J'ai accès à ce que certain n'auront jamais, et ça ne me cause que du souci. Mais près tout, comme ça, je comprends Maman ? Et puis c'est seulement grâce à ça, que je peux faire d'aussi beau rêves.


Copyright  by Kirby
[/b]
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Je suis
Contenu sponsorisé
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••




Revenir en haut Aller en bas

 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Petit caniche nain noir 8 mois à adopter
» EDGAR - Petit griffon noir et feu 10-386F - 13/07/10 - SAVIGNE
» Rudy petit chiot noir cherche une nouvelle maison
» Véloce, petit caniche noir de 5 ans
» Mouchou petit caniche noir tout mimi né en 2009


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La guerre des clans RPG :: CerfBlanc :: Clan de l'Ombre :: Camp :: Buisson d'épines de la pouponnière-