Météo
Indéniablement, la saison des feuilles vertes est là. Le soleil brille pendant toutes les journées, qui sont particulièrement longues. Les proies sont nombreuses mais la chaleur est accablante ; les chats de CerfBlanc et au-delà sont épuisés par les températures qui vont de 30 à 40°.

Infos
saison des feuilles vertes
aléas naturels : sécheresse
évènement : Assemblées et baptêmes en cours

Top-Site

Vote pour nous toutes les deux heures !
Et tu ne sais même pas encore quel avenir t'est réservé [ft. Patte de Ronces]



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Vote !
N'oubliez pas de voter ici (click) !
Design d' Été en place !
Tumblr du fow
Regarde par ici et propose tes idées par !
Recensement des Vacances
N'oubliez pas d'aller vous recenser ! Cliquez ici si ce n'est pas fait !


Partagez | 
 

 Et tu ne sais même pas encore quel avenir t'est réservé [ft. Patte de Ronces]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Ray admine
avatar

Je suis
Fragment de Neige
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Ray
Âge du perso (en lunes) : 35 lunes
Messages : 420
Date d'inscription : 20/06/2014
Age : 17
Localisation : Sûrement en train de vagabonder sur le territoire ...

Feuille de personnage
Mentor / apprenti : Nuage de Charbon
Relations :


Lun 15 Mai 2017 - 18:29



• Et tu ne sais même pas encore quel avenir t'est réservé •


Ray ft. Nexouille
Il pleuvait. Super, ça. Génial. Il pleuvait, et ça voulait dire qu’il y aurait de la boue. Enfin, qu’il y avait de la boue, c’était indéniable. Avec un tel temps de merde. Belle saison des feuilles nouvelles qui commençait. Je soupirais. Le stress passait, ainsi. Il s’évaporait, quelques secondes. Quelques précieuses secondes. Il fallait les saisir, juste au bon moment. Sauter dessus, précisément, pour ne pas les rater. Les saisir et ne plus les lâcher. Les garder entre ses pattes et reposer, pendant une durée indéterminée, où le temps n’avait plus aucune valeur. Je souriais, malgré les gouttes, malgré la pluie qui tonnait dehors. J’avais saisi ce moment. Souffler, inspirer, expirer, sourire. Parfait. Intouchable. Et j’essayais, de tout mon coeur, j’essayais de ne pas m’attendre à voir revenir le stress, au grand galop. Je l’apercevais, de loin, je devinais la tâche qu’il était. Le défaut. Une peur parmi tant d’autres. Et je me devais de la repousser, cette peur. Hors de ma vue. J’essayais d’être fort. C’était difficile, ardu. Mais il fallait essayer, c’était comme ça que j’avais toujours appris. Qu’on n’obtenait rien quand on ne faisait pas d'effort, qu’on était sûr de rien récolter quand on essayait même pas, quand on ne prenait même pas part au jeu. Une goutte tomba sur mon museau, m’éclaboussant, faisant frémir mes moustaches. Dans un réflexe naturel, je secouais la tête ; la goutte implosa en un millier de gouttelettes qui ne se firent pas prier pour venir asperger mes yeux. Je les fermais, à la hâte, protégeant mes globes oculaires le plus rapidement possible.

Trop tard. Je sentais déjà la chaleur, la brûlure me dévorer de l'intérieur. Rah. Ça n’arrivait qu’à moi, ça. Je soupirais, agacé. La plaie. Je serais les dents ; il n’y avait qu'une seule chose à faire dans ce cas-là. Attendre. Attendre stupidement. Parce que j’étais stupide et qu’il n’y avait rien d’autre à faire pour faire passer la douleur. Elle s’évapora, lentement. Je soufflais à nouveau. La soudaine douleur m’avait fait lâcher ce temps précieux. Je grognais. Mon pauvre moment singulier, disparu en une fraction de seconde. Gâché. Et ce fut le top départ de cette journée aux couleurs tristes et humides. Je me levais, péniblement, à cran, les muscles courbaturés. Pas de regard pour dehors ; je savais déjà de quoi il en retournait. J’avais ce minuscule espoir qui me laissait penser que je pouvais - encore - me tromper. Que tout cela n’était qu'imagination de mon esprit aigri, froid, mercenaire. Espoir immédiatement réduit au néant par une seconde goutte qui parvint, apparemment, à se faufiler parmi le dédale qu'était le toit de la tanière des guerriers, et à atterrir pile entre les deux oreilles, sur le haut de mon crâne. Deuxième soupir plein de sous-entendus. Sortir ? Quelle idée. Non merci. J’attendrais le beau temps. Oh, si, j’étais évidemment dévoué à mon Clan. Plus que tout, même. Mais la pluie était de loin l’un de mes pires cauchemars. Une abomination pour mon pelage à poils longs. Vous saisissiez la suite de l'histoire, pas besoin d’un dessin.

J’ai franchi le peu d'espace qui séparait comme il le pouvait la tanière des guerriers de la Pouponnière en un minimum de temps. Au sec, à nouveau. Un regard en arrière, je m’assurais n’avoir rien raté. Bien. La pluie se calmerait, elle parlait d'elle-même. Les torrents qui dévalaient la clairière s’assècheraient, dans quelques temps. Il fallait juste être patient. Mes yeux s’habituèrent à l’obscurité de la spacieuse tanière, et je discernais enfin les formes, les silhouettes des animaux. Premier réflexe, chercher Bourrasque Hivernale. Bien évidemment, elle n'était pas là. À quoi aurais-je dû m’attendre ? Je laissais une pointe d'anxiété monter, doucement, ramper le long de ma conscience, les crocs remplis du poison qu’était l’amour. Et toujours dans un silence couvrant la moitié de mes pensées, les aveuglant. L’imaginer, elle, trempée jusqu’aux os par cette pluie battante, grelottante, mourant de froid, attrapant un mal terrible. Quelle sorte de monstre étais-je ? La culpabilité me rongeait, à l'intérieur. J’essayais de me justifier. Elle allait bien. Tout allait bien. Elle rentrerait, bientôt, saine et sauve. Je n’étais pas son père. Pas son frère. Pas son fils. Pas son compagnon. Ça picotait, de penser cela. Même si c'était vrai. Même s'il elle avait elle-même affirmait que je n’étais qu’un ami. Pauvre de moi. Elle avait édifié ce mur aussi rapidement qu'elle avait pu, m'éloignant le plus loin possible de son regard, de ses yeux.

Chut. Arrête d’y penser. J’étais malade, j’étais fou d’elle. Taré. Se concentrer sur autre chose. Cicatrice de Ronce, ses chatons. Il en manquait un. Dans mon champ de vision, seuls Petit Baie et Patte de Ronces apparaissaient. Ou alors je ne me voyais pas. Ça devait être cela. Ces mêmes chatons qui avaient tant fait souffrir leur mère à leur naissance. Quelles blessures, quelles peurs … Mais tout allait bien. Tout allait mieux. Cicatrice s’était remise de sa chute, ses chatons étaient en bonne santé et il gambadait tranquillement. Enfin, pas Patte de Ronces. Je le regardais d’un œil triste. Et dire qu’ils passeraient bientôt apprentis. Le temps filait. Cicatrice de Ronce ne m’avait pas vu, pas encore. Elle était trop occupée avec la peste qu’était sa gamine. Quelle plaie, celle-là. J’avais mal pour sa mère. Un nouveau sourire, ironique, sarcastique, amusé, dans le fond. “Hé, bonhomme, tu ne joues pas avec ta sœur ?” d’une voix sympathique, légère.

HRP:
 


Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
admine Biket
avatar

Je suis
Nuage du Jaguar
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Alice
Âge du perso (en lunes) : 10 lunes
Messages : 207
Date d'inscription : 14/10/2016
Age : 15


Jeu 15 Juin 2017 - 16:44

Up ~
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://ella-code-forumtest.forumactif.org/t345-8-lgdc-rpg-me-mys
avatar

Je suis
Faucheuse de Rp's
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Cousine de Timmy
Messages : 223
Date d'inscription : 19/05/2017


Sam 15 Juil 2017 - 11:36

Second up ~
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Je suis
Faucheuse de Rp's
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Cousine de Timmy
Messages : 223
Date d'inscription : 19/05/2017


Mer 16 Aoû 2017 - 11:10

Dernier up
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Je suis
Contenu sponsorisé
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••




Revenir en haut Aller en bas

 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Quel avenir dans le Cantal ? surtout pour nos enfants !
» Nouveau nom pour son cheval
» Quel avenir pour l'horlogerie ?
» Ou placer la filtration interne
» A quel âge un chiot lève la patte pour uriner ?


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La guerre des clans RPG :: CerfBlanc :: Clan de l'Ombre :: Camp :: Buisson d'épines de la pouponnière-