min : 25°C   max : 40°C
saison : feuilles vertes
aléa climatique : sécheresses et orages
voir les assemblées et baptêmes en cours (www)
I know you, who are you now ? Look into my eyes if you can't remember. Do you remember ? ft Gaara alias Chou.



 

I know you, who are you now ? Look into my eyes if you can't remember. Do you remember ? ft Gaara alias Chou.

admin luny

avatar

Tieth
Puf/Surnom : Luny
Âge du perso : 62 lunes
Messages : 19
Date d'inscription : 08/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Tieth, Ven 7 Juil 2017 - 1:09



le silence du moment est la cacophonie d’avant

Le vent soufflait furieusement dans sa fourrure tout de même suffisamment courte alors qu’elle ne bougeait point, immobile, sur une petite côte surplombant l’espace. Elle avait fuit le champ de bataille en laissant sa rivale blessée sans le moindre état d’âme et elle ne s’en sentait toujours pas coupable. Personne n’avait le droit de prendre sa place auprès de celui qui habitait son coeur encore une fois, toujours et encore, malgré le temps qui s’était décidé de passer et de les éloigner. Parce que la mort avait presque réussi à les séparer. Tout de même, la vie avait triomphé et Gaara n’avait pas le droit de la remplacer. C’était hors de question. Elle ne le laisserait pas passer. Même si elle avait disparu pendant de longues lunes, il ne possédait pas le droit de s’enticher d’une nouvelle féline. Elle devait être la seule dans l’esprit et le coeur du mâle. De toute façon, combien d’autres félines étaient capables d’endurer les états d’âme de cet escogriffe, franchement ? Elle était la seule qui était capable de le réfréner, de l’amener à être moins meurtrier, elle était la seule qui pouvait apposer l’amour dans ce coeur et elle devait rester la seule. C’était obligatoire. Elle n’accepterait pas le moindre changement.

Elle s’étira longuement et se permit de soupirer. Le vent qui commençait tout juste à se réchauffer était le seul véritable indicateur de l’aube qui s’évanouissait pour laisser place à la journée étant donné que le ciel était recouvert d’une vaste couverture de nuages plus sombres les uns que les autres. Le vent, lui, gagnait constamment en force bien que par moment il donnait la fausse impression de se calmer. Son côté chaud ne venait pas empêcher les frissons d’avant tempête qui pouvaient traverser les chats. Dans l’atmosphère, les particules d’eau se chargeaient et l’humidité était définitivement à son apogée. L’orage se faisait sentir, l’odeur de la pluie était présente et la féline au pelage de la nuit la plus totale, sans la moindre petite lune ou médiocre étoile, pouvait sentir que la tempête allait tomber très bientôt et ne donnerait pas la chance aux chats des Troupes de sortir chasser l’esprit tranquille. Sauf peut-être ceux de la Troupe Inondée qui rechignaient bien moins à sortir dehors et se mouiller les pattes. Elle se souvenait des chasseurs qui sortaient malgré les gouttes d’eau gorgeant leur pelage, lorsqu’elle était encore Tieth parlant aux Sauvages.

Cette époque était révolue. Depuis longtemps. Maintenant, elle était une cheffe, une meneuse, elle était une traîtresse qui s’était retournée contre la Troupe qui l’avait vu naître. Elle était celle qui avait pris la fameuse initiative de regrouper le plus d’escogriffes possible pour les mener dans une guérilla contre les Troupes. Elle avait été la tête de ce regroupement au tout début, avant que la naissance de Malawi ne vienne tout débalancer, la laissant pour morte auprès de ceux qui avaient fait partie de sa vie : Gaara, Encre. Deux chats seulement. On ne pouvait pas dire que la femelle farouche était celle qui était la plus sociale et la plus ouverte, non. Ce n’était pas du tout le cas. Mais elle était tombée amoureuse de ce mâle au pelage du désert et ce n’était pas pour changer, et elle ne le partagerait jamais. Et elle n’accepterait jamais que Malawi grandisse auprès d’une autre escogriffe ou solitaire ou d’autres encore, parce que c’était sa fille à elle. Pas à une imposteure. Elle s’étira de nouveau et bailla avant de dévaler la colline jusqu’à l’endroit où reposait Ohyra. Son sauveur et son ami, son sauveur et celui qui parlait pour elle. Il était bavard, elle ne l’était pas. Et ça faisait une drôle de paire d’amis, et pourtant ils s’appréciaient.

Elle le retrouva près d’un arbre. Le solitaire soigneur dormait encore bien paisiblement et même s’il était mignon ainsi, elle se devait de l’admettre, la féline imposante s’était décidée qu’ils allaient bouger. Ils ne devaient pas traîner. Après tout, elle n’était pas patiente et quand elle décidait de quelque chose, elle n’acceptait pas le moindre changement de plans. Ohyra le savait. Il s’était habitué à la féline un peu particulière, mais terriblement attachante. Oh, il ne l’aimait pas d’amour. Plutôt comme une soeur qu’il aurait aimé pouvoir protéger, même s’il craignait un peu aussi celle qu’il avait sauvé maintenant qu’il l’avait vu enragée - et les mots n’étaient même pas assez forts. Il la voyait s’adapter rapidement à ce territoire hostile et il la voyait se fondre dans tout ce qui semblerait tant cruel et il se demandait à quel point il pourrait se retrouver surpris avec elle. Quand elle le secoua de la patte, avec douceur, il se réveilla en sursaut et Tieth ne put s’empêcher de rire un peu. Ce rire s’intensifia lorsque le mâle grogna. L’attitude du mâle parvenait toujours à attendrir la féline des ténèbres. Elle l’enjoignit silencieusement à se lever et ne pas traîner, parce qu’elle avait décidé de l’endroit où ils iraient se cacher de la pluie qui s’annonçait. Gentil petit plan qui s’était installé dans son esprit doucement pendant la nuit. Ohyra se dépêcha de se lever et d’aller leur attraper une proie pour qu’ils se nourrissent avant de suivre cette chatte qui déplaçait beaucoup d’air malgré son silence.

Ils marchèrent pendant un bon moment puisqu’ils se trouvaient assez loin de l’emplacement désiré, de ce lieu ciblé par Tieth. Son pelage noir se fondait presque dans le paysage contrairement au pelage blanc parsemé de gris de son meilleur ami. Le regard ambré rougeâtre de la féline ayant un comportement bien à elle vit dès le premier instant la caverne qu’elle avait occupé pendant de longs moments avec ce compagnon qui ne quittait pas son esprit, ni son coeur, ni même la moindre petite partie de son coeur. Elle s’arrêta à une distance respectable de la caverne et se tourna vers Ohyra pour lui adresser un sourire, de ce type de sourire qui ressemblait à la Tieth que ce félin solitaire et un peu en marge de la société connaissait. Elle se retourna ensuite, mais avant qu’elle ne puisse reprendre leur marche, la pluie tomba. Elle ne se fit pas douce, non, elle était forte dès le départ et les deux félins se retrouvèrent totalement trempés. Ils se mirent donc à courir et s’engouffra dans la caverne. Elle reprit sa respiration rapidement et elle planta ses yeux dans celui du mâle blanc et gris pour qu’il s’exprime à sa place. Autant maintenir la surprise jusqu’au bout.

« Le maître des lieux serait-il par hasard présent ? »



Equi admine

avatar

Gaara
Puf/Surnom : Equi, Cica, Cicoune pour Sauvagou et Chou pour ma Chou
Âge du perso : 57 lunes
Messages : 108
Date d'inscription : 04/12/2014
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Gaara, Dim 18 Fév 2018 - 15:03


La matinée avait bien commencé. Une petite partie de chasse, avec toutes les proies qui sont là. Malawi est sortie, elle. Sûrement partie jouer avec quelques camarades, puisqu’il y a de nombreux jeunes Escogriffes. Ils n’ont pas mauvaise influence sur elle, alors je la laisse faire. Mais si jamais un jour je vois qu’ils lui font du mal, je ne le laisserai pas passer. Faut pas croire que parce que je suis un Escogriffe, alors je dresse ma fille pour qu’elle devienne une tueuse sanguinaire. Je suis certes le chef des Escogriffes, ce n’est pas pour autant que je veux que ma fille devienne comme certains par ici. Mais si jamais on vient me déranger ou déranger ma fille, c’est moi qui serai un tueur. Il vaut mieux courir vite. Je ne plaisante pas avec ça. Je ne compte plus mes cadavres.

Il ne reste que Sieth ici. Mais c’est l’heure de la sieste pour elle. Voilà des jours que je n’ai pas vu Volcan. Des lunes même. J’ignore ce qu’elle devient, comment elle va. Où elle est. J’ai beau me rendre parfois près de la frontière, elle n’y est plus. Même son odeur s’est complètement évaporée. Elle est belle, Sieth. Si petite. Le pelage noir et sable, qui unit celui de Volcan et le mien à la fois. Je la regarde dormir un moment. Avant d’entendre du bruit, juste devant chez moi. Quelqu’un qui pénètre dans ma caverne. Dans ma tanière. Je sors les griffes, en position d’attaque. Sait-on jamais ; on pourrait me vouloir du mal.

« Le maître des lieux serait-il par hasard présent ? »

Une voix de mâle. Inconnue. Je m’avance, progressivement, vers la lumière. Et je vois ces deux félins qui me font face. Un parfait inconnu, le mâle qui a parlé. Et Tieth. Mon coeur semble s’arrêter. Je ne pensais pas la revoir un jour. Vivante. En forme. Je ne pensais pas qu’elle puisse revenir après tout ce temps. Elle était morte, elle était morte. Non, ce n’est pas possible. Et Volcan, et Tieth, et Sieth. Sieth, son nom en l’honneur de Tieth. Et maintenant Tieth qui revient.
Tout tourne dans mon esprit. Plus rien n’a de sens. C’est impossible, c’est impossible. Non. Tieth. Je l’aime, je l’aime tellement, comment ai-je pu faire tout ce temps ? Comment ai-je pu la remplacer ? … Non, je ne l’ai pas remplacée.

« Tieth. Tieth, est-ce bien toi ? Comment…? »

Je ne parviens plus à aligner deux phrases. J’oublie presque la présence de ce mâle. Peut-être qu’elle aussi a changé. Ça me rendrait fou qu’elle m’ait remplacé. Mais je n’y fais pas attention pour le moment, il n’y a qu’elle.



Ne me provoque pas, Invité, le sable est avec moi...




Merci ma chou <3:
 
admin luny

avatar

Tieth
Puf/Surnom : Luny
Âge du perso : 62 lunes
Messages : 19
Date d'inscription : 08/10/2016
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Tieth, Lun 28 Mai 2018 - 23:06

Elle était de retour et elle comptait bien le faire savoir, elle comptait bien reprendre sa place, ne plus laisser les choses dégénérer, reprendre la place qui lui est dûe, oh que oui, elle allait le faire et son retour ne resterait pas secret et muet. Tieth comptait bien faire beaucoup de bruit, elle comptait bien que son retour soit la catastrophe du temps actuel, que ça éclate comme un orage et que la nouvelle se propage bien loin jusqu’au sein des Troupes parce que la Troupe Inondée connaît bien cette femelle, oh oui, elle a fait des siennes avec cette Troupe. Elle avait les faire trembler et elle redeviendrait la reine. La reine reprendrait sa place et occuperait de nouveau le trône avec le roi. Ils seraient de nouveau deux. Et s’il ne veut pas… elle sévirait. Elle détruirait toute sa vie, tout autour de lui, elle attaquerait, elle ravagerait, parce que Tieth ne supporterait pas qu’on lui refuse de reprendre une place qui est sienne, et elle n’accepterait pas d’avoir été effacée, oubliée, et que son souvenir ne soit plus rien. Oh, elle ne toucherait pas à Malawi, elle ne toucherait pas à sa fille, parce que ça restait sa fille, son petit ange, mais elle le volerait à son père, cet ange. Mais si Gaara veut bien la reprendre, s’il l’aime encore, s’il ne l’a pas oublié - et il a intérêt - ils seront de nouveau reine et roi ensembles, deux jeunes dieux régnant sur le monde, deux jeunes dieux qui referont le monde et créeront de nouvelles lois, contrôleront. Ils retrouveront leur vie d’avant et en feront une histoire bien meilleure que tous les contes du monde entier.

C’était maintenant l’heure du verdict, de la sentence, c’était l’heure du moment où on se demande si les choses seront pour bien se passer ou si tout tournera à l’incendie ravageur, si le sang viendra à tâcher de nouveau la terre qui en a beaucoup vu, du sang. Le sang a souvent coulé sur cette terre et un jour elle prendra la couleur rouge foncé de ce sang tant elle en aura engorgé. Ce n’est qu’une pauvre petite question de temps. Et Tieth ne s’était jamais réellement montrée patiente alors elle montra les dents rapidement avant de se reprendre et de se calmer. Ohyra était à côté et venait de parler en demandant au maître des lieux de manifester sa présence si celui-ci était là et Tieth pouvait sentir la méfiance émanée dans cette grotte, cette méfiance propre à son amour, à son tendre amour, à Gaara, lui qui était toujours prêt à attaquer, pour défendre ou juste tuer. Même si elle avait changé un peu cette tendance de tuer pour faire régner la mort et faire couler le sang, sa présence et son amour, sa froideur calculatrice avait changé les choses. Mais son absence aurait pu tout faire revenir comme avant. Elle espérait qu’il n’ait pas oublié les enseignements qu’elle lui avait prodigué.

Il s’approche et elle attend parce qu’elle ne peut faire que ça maintenant, attendre qu’il la remarque et qu’il la reconnaissance parce qu’il n’avait pas le choix de la reconnaître. S’il ne la reconnaissait pas, il l’avait oublié et s’il l’avait oublié, la colère prendrait possession de tout son corps, de tout son être et il n’y aurait clairement plus rien d’autre qu’une fureur sans nom qui la pousserait à tout détruire dans la vie de son ancien compagnon, et de son peut-être de nouveau futur compagnon s’il avait décidé de ne jamais l’oublier et de ne jamais la remplacer. Il la voit et elle le voit reculer, défaillir, ne plus rien comprendre et elle comprend qu’elle vient de foutre le désordre dans la tête et dans le coeur de celui qu’elle aime. Il ne l’a pas oublié, mais il y a une ombre à ce tableau qui rend Tieth bien tendue. Elle n’aime pas que tout ne se passe pas comme elle l’avait prédit. Elle était le maître du jeu et les autres devaient respecter leur place. C’était ainsi. Elle s’approcha en faisant signe à Ohyra de ne pas bouger de sa place, quand Gaara parla et elle planta son regard ambré rougeâtre qui lui était caractéristique dans celui de Gaara. « Comment oses-tu douter de ce que tu vois ? Aurais-tu donc préféré ne pas me voir ? » Sa voix était froide, comme toujours et si rauque. Elle n’avait pas changé. La menace sous-jacente qui se faisait entendre aussi. Gaara savait très bien comment Tieth pouvait être lorsqu’elle était contrariée.





Contenu sponsorisé
message posté par Contenu sponsorisé,

Page 1 sur 1


Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum