Météo
La saison des feuilles mortes gagne de plus en plus de terrain, et ses conséquences se font de plus en plus ressentir : les pluies sont plus fréquentes, et les températures ont chuté et environnent les 10°C actuellement.

Infos
saison des feuilles mortes
aléas naturels : aucun
évènement : Assemblées et baptêmes en cours

Top-Site

Vote pour nous toutes les deux heures !
Alors, tu es une étoile? [Pv Silent]



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Vote !
N'oubliez pas de voter ici (click) !
Design d'automne 2017 mis en place :D
Lien ici
Tumblr du fow
Regarde par ici et propose tes idées par !
Priorités
Favorisez le Clan du Tonnerre et la Troupe Inondée qui manquent cruellement de membres, ils ont besoin de vous !
Course aux Rp's
Une course aux rp's est sur le point de commencer ! Inscrivez vous ICI (www)


Partagez | 
 

 Alors, tu es une étoile? [Pv Silent]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar

Je suis
Pythagore
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Watiti
Âge du perso (en lunes) : 55 lunes
Messages : 41
Date d'inscription : 01/03/2017
Age : 19

Feuille de personnage
Mentor / apprenti :
Relations :


Lun 24 Juil 2017 - 20:42

Le soleil, étoile impitoyable. Elle dardait, chaude et brillante, toute la journée. Et montrait sa puissance par la souffrance qu'elle pouvait infliger, cette chaleur étouffante, qui chauffait les fourrures et le sol. Néanmoins, j'y échappais un peu, avec ma fourrure claire, perchée sur une barrière en bois. Je pouvais toujours m'étendre dans la tanière de ma maîtresse, la tanière où l'on mangeait était très fraîche, s'étaler sur le sol était une très bonne idée. Mais je voulais trouver de la fraîcheur naturelle, et ces arbres haut perchés, à l'autre bout, après la route des voitures, me narguaient en bougeant leurs aiguilles lorsqu'un vent tiède soufflait.

Je me décidais, en descendant de la barrière. Je me faufilais rapidement, tout en surveillant qu'une voiture ne me fonçait pas dessus. Les humains avaient des animaux, mais ne faisaient pas attention quand ils conduisaient ces machins dangereux ! Rapidement, je posais mes pattes dans l'herbe, à l'ombre d'un pin. Je soupirais, heureuse d'avoir trouvé le couvert des arbres.

Après être restée à me lécher les coussinets, profitant de l'air pur, j'entrepris d'explorer un peu cette partie de la forêt.

Je voyais une petite maison de bipède, mais je sentais également un marquage, auprès d'un autre arbre. Une senteur féline, et sauvage. Ce devait être l'un des Clans qui vivait ici. J'en avais déjà senti un, mais l'odeur était très différente. Alors que l'autre odeur que j'avais en tête était plutôt à base de poisson et d'eau de rivière, celle ci sentait les fourrés, enfin la forêt en globalité. Combien y en avait-il, au total ? Je ne savais pas, et je ne savais pas non plus si j'aurai la force d'aller explorer suffisamment loin pour le découvrir.

Je sentais, dans le picotement de ma fourrure et ma queue nerveuse, que j'étais dans un territoire dangereux. Je me camouflais du mieux que je le pouvais, mais je n'étais pas tellement habituée à la forêt. Un craquement de brindille par çi, le fourré qui bougeait, et je poussais des petits feulements d'agacement, ne pouvant me retenir. J'étais sûre qu'un chat sauvage allait me repérer, et je ne savais même pas si je pourrai m'enfuir ou non. Je commençais à paniquer, les oreilles plaquées sur mon crâne. Là, j'étais sûre, il y avait eu un bruit de pas. Quelque chose se faufilait. J'essayais de m'enfuir, mais je me retrouvais bientôt acculée, la source du bruit se rapprochant.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
admin luny
avatar

Je suis
Silence des Étoiles
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Luny
Âge du perso (en lunes) : 41 lunes
Messages : 172
Date d'inscription : 16/11/2014


Dim 24 Sep 2017 - 8:17

Plainte Crispante était de nouveau dans la pouponnière. Ils avaient parlé le temps de manger un petit morceau. À l’ombre, évidemment, parce que le soleil se montrait beaucoup trop cruel pour qu’ils mangent au soleil. La saison des feuilles vertes n’était pas très douce en ce moment, bien au contraire, elle se montrait très forte au niveau de la chaleur et de la force du soleil, étoile du jour, astre du jour, soleil que Silence des Étoiles n’aimait pas trop en ce moment parce qu’il avait l’impression de défaillir. Dans des moments de chaleur intense, son coeur n’était pas celui qui suivait le rythme vraiment. Bien au contraire, son coeur avait tendance à faire des siennes quand la chaleur se faisait ressentir, mais ce n’était pas de sa faute, après tout. Il ne choisissait pas. C’était sa force physique qui n’était pas au top et qui, au final, ne l’avait jamais été puisqu’après tout, depuis qu’il était chaton il avait beaucoup de visites à faire dans la tanière de la guérisseuse.

Au départ, il avait été pris en charge par Abandon des Étoiles. Une guérisseuse très farouche et revêche qui ne semblait pas vraiment aimer les chatons, sauf lui. Parce qu’elle était gentille avec lui et que ça contrastait beaucoup avec son comportement lorsqu’elle faisait face à d’autres chatons, mais il n’avait jamais posé de questions parce qu’il avait toujours aimé se sentir privilégié, aimé par quelqu’un qui rejetait tous les autres petits chatons de la pouponnière. Il s’était toujours senti à sa place auprès de la guérisseuse qui entraînait une autre petite boule de poils semblant prendre beaucoup de caractère de son mentor. Parce que si Nuage d’Agate était beaucoup plus douce et gentille qu’Abandon des Étoiles envers tous sauf lui, l’apprentie guérisseuse avait quand même des mimiques et des tendances qui rappelaient sans hésitation la vieille féline pleine de sagesse. Maintenant, bien entendu, Abandon des Étoiles n’était plus. Ça rendait toujours triste le guerrier étoilé quand il se mettait à y penser parce qu’il s’était vraiment attaché à cette guérisseuse au caractère bien trempé sans qu’il ne puisse vraiment expliquer pourquoi. Mais entre eux, un lien étrange s’était tissé et il ne pouvait pas être expliqué. Il n’avait jamais tenté de le faire.

Dans tous les cas, maintenant, il était pris en charge par Agate Étoilée qui avait pris la relève depuis que son mentor avait rejoint le Clan des Étoiles. Agate Étoilée était tout aussi maniaque que l’avait été la défunte guérisseuse et ça rendait nostalgique Silence des Étoiles quand il se rendait dans le gîte de la guérisseuse pour recevoir les soins que son corps demandait souvent. Il ne pouvait pas s’empêcher de noter toutes les ressemblances entre les deux félines qui avaient partagé beaucoup de temps ensemble et qui semblaient aussi proche que deux soeurs l’auraient été. Agate Étoilée, par ailleurs, avait la même tendance que son ancienne mentor : privilégier le fantôme quand il avait besoin de soin sauf si elle avait un autre patient et que pour ce patient, c’était une question de vie ou de mort. Dans ces rares cas, Silence des Étoiles devait patienter pour se faire soigner. Sinon, elle le faisait passer avant les autres dans la plus grande des gentillesses et douceurs, comme le faisait Abandon des Étoiles.

Silence des Étoiles s’ébroua et soupira avant de sortir du camp en direction des Rochers du Soleil. Il ressentait malgré lui le début d’un mal de tête. Les rayons du soleil ne lui donnaient pas beaucoup de répit, après tout. Seulement, il devait ramener une boule de mousse remplie d’eau à sa compagne ainsi qu’à la guérisseuse. Il s’était donné ce rôle. Plainte Crispante devait boire et Agate Étoilée aussi. Il rentra lorsque les deux boules de mousse étaient imbibées de ce liquide vital et en donna une à celle qu’il aimait de tout son corps qui le remercia en ronronnant puis il en déposa une devant la guérisseuse qui le remercia aussi, la voix chaleureuse. Avant de sortir de la tanière de la guérisseuse, le guerrier fantôme ne manqua pas de lui rappeler de se nourrir parce qu’il savait qu’Agate Étoilée pouvait avoir tendance à le faire, se plonger dans son travail et oublier de manger.

Par la suite, il sortit du camp parce qu’il ne supportait pas la présence des autres guerriers en cette journée très chaude, surtout qu’un mal de tête commençait à se faire sentir. Il aurait tellement aimé pouvoir retourner dans le ciel pour éviter un tel ressentiment désagréable, mais il semblait que sa faute n’était toujours pas pardonnée parce qu’il était toujours sur terre. Malheureusement et aussi heureusement dans un sens parce que Plainte Crispante se retrouverait seule sans lui, et les chatons deviendraient orphelins et il n’était pas sûr de pouvoir supporter de rendre aussi triste la féline. Peut-être que c’était ça sa faute, il se l’était souvent dit : tomber en amour et penser à rester sur terre au lieu de rejoindre les étoiles, ou tout du moins de le désirer tellement ardemment qu’il oublierait toutes ses attaches. Il n’y pouvait rien, dans ce cas, et se condamnait à vivre une vie de reclus dans le monde des vivants, là où il n’y avait pas d’étoile terrestre autre que lui.

Son odorat finit par distinguer les senteurs d’un félin intrus dans les terres du Clan du Tonnerre. Il pouvait savoir que le chat était plus loin : l’odorat des félins sauvages étaient développés après tout. Silence des Étoiles ne pouvait pas s’empêcher de se dire que cet étranger avait de la chance de tomber sur lui parce qu’il ne défendait pas les terres avec une agressivité meurtrière. Le chat - domestique de ce qu’il pouvait sentir - avait de la chance de ne pas être tombé sur Étoile Machiavélique qui en aurait probablement fait qu’une bouchée. Parce qu’elle n’aimait pas les domestiques ou les étrangers tout court. Il se cacha dans les broussailles de la Forêt, se faisant le plus discret possible. Le vent était à son avantage et il se rapprocha rapidement et put le distinguer. À chaque fois qu’un buisson remuait, le chat domestique feulait. Il n’aurait pas pu rester sans se faire remarquer très longtemps. Le domestique semblait avoir repéré un bruit, un bruit de pas visiblement, mais vu que c’était un domestique, il avait sûrement confondu bruit de pas de félin avec toutes les autres bestioles qui pouvaient vivre dans la Forêt puisqu’il n’avait pas tendu les oreilles dans la bonne direction. Le fantôme le regarda se diriger vers un endroit entouré de petits arbres qui le tenaient malheureusement prisonniers et il sortit de sa cachette à quelques longueurs de queue de souris de lui.

« Tu ne devrais pas te trouver sur les territoires du Clan du Tonnerre. Par contre, tu as bien de la chance de ne pas être tombé sur certains guerriers ou sur la meneuse. Qu’est-ce qui amène un chat aussi peu habitué à la Forêt ici ? »

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Je suis
Pythagore
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Watiti
Âge du perso (en lunes) : 55 lunes
Messages : 41
Date d'inscription : 01/03/2017
Age : 19

Feuille de personnage
Mentor / apprenti :
Relations :


Mer 11 Oct 2017 - 20:30

Je me rapprochais lentement du tronc d'un arbre, collant mon dos au bois pour ne pas montrer mes poils hérissés, et je dressais la tête, le regard le plus sûr possible. La première chose que j'avais appris face à tout animal, surtout lorsqu'on avait peur, se dresser face à lui et le regarder, le suivre des yeux. Même le plus sûr des prédateurs pouvait être déstabilisé. Bien sûr, j'en profiterai pour faire demi tour et m'en aller, mais ça serait du temps gagné.

Le chat qui s'avança était très massif, un vrai matou de la forêt tel qu'on les imagine dans la ville. Il était blanc, la lumière du soleil se reflétait sur lui, et son regard était quasiment blanc lui aussi. Il fallait plisser les yeux pour voir son iris.

Les muscles tendus, je me préparais à son assaut, afin de sauter et de m'enfuir. Pourtant, je sentais que sa démarche et sa façon de venir à moi ne préparait pas une attaque. Si il aurait voulu me surprendre, il l'aurait fait depuis longtemps, non ?

« Tu ne devrais pas te trouver sur les territoires du Clan du Tonnerre. Par contre, tu as bien de la chance de ne pas être tombé sur certains guerriers ou sur la meneuse. Qu’est-ce qui amène un chat aussi peu habitué à la Forêt ici ? »


J'avais au moins un nom de Clan, le Clan du Tonnerre. Pourquoi le Tonnerre ? Il était pourtant dangereux pour des chats habitant sous les arbres. Ne cherchons pas la logique avec ces chats de la forêt.

Je ne voulais pas éterniser ce silence. Ses oreilles se tournaient, j'espérais qu'il ne pouvait pas trop entendre ma respiration que je tentais de contrôler. Lorsque je sentis ma voix se stabiliser, je lui répondis sans trop réfléchir à soigner mes phrases ou à ma manière de parler :

« Ce n'est pas une odeur qui dissuadera un chat de pénétrer sur un territoire ou non. J'ai appris que vos voisins le faisait bien à vos dépens non ? Alors pourquoi pas moi ? »


J'avais le sentiment d'avoir pris l'avantage, soudainement. Les chats sauvages ne s'attendaient généralement pas à une telle audace de la part d'une chatte de la ville. Mais je n'avais pas connu que la ville moi, je savais à quoi ressemblait des étendues désertes, dénuées de tout être vivant à des longueurs de queue à la ronde. J'avais rencontré des prédateurs bien plus grands et agressif que les chats, et j'en avais réchappé. Je pourrai très bien me débrouiller avec un chat sauvage. Et même communiquer avec lui.

Tentons de garder le contact, la discussion pensais-je. J'avais de bonnes cartes sous la patte, comme d'habitude. Je ne savais pas si ça pouvait l'intéresser, mais autant tenter le coup. Cela sera bénéfique pour mon expérience et mes réflexions.

J'enchaînais habilement sur mon sujet, la queue s'agitant de ci de là.

« Je me demande souvent comment on peut voir les étoiles d'ici. Ces grands arbres doivent vous gêner la vue non ? »

Je désignais du museau un bouleau tout proche, dont les branches s'étendaient très très haut, au loin. Malgré mon expérience de la vie sauvage, je n'étais jamais montée dans un arbre, ou alors pas très haut. A peine sur la première branche, afin de m'abriter d'un chien trop présent. Mais c'était bien plus haut qu'une simple barrière, et également bien plus haut qu'un toit de nid de bipède. Je me demandais si on voyait les étoiles de plus près, si on montait jusqu'au faîte d'un si grand arbre.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Je suis
Contenu sponsorisé
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••




Revenir en haut Aller en bas

 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Abri en toile cirée
» Une étoile va briller ce soir dans notre ciel, Lucky
» tissu ou toile metallique
» ma petite armée d'étoile de mer ( en photo)
» BILDIM / Impressions de vos photos sur Support Bois et Toile


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La guerre des clans RPG :: CerfBlanc :: Clan du Tonnerre :: Grands Pins-