min : 15°C   max : 35°C
saison : feuilles vertes
aléa climatique : sécheresses et orages
voir les assemblées et baptêmes en cours (www)
La vengeance impulsive est mauvaise conseillère || Milk et Fragm



 

La vengeance impulsive est mauvaise conseillère || Milk et Fragm

Neph admine

avatar

Perle de Lait
Puf/Surnom : Neph
Âge du perso : 28 lunes
Messages : 170
Date d'inscription : 12/06/2016
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Perle de Lait, Jeu 31 Aoû 2017 - 19:16

Standing on my own


Je traîne devant la Pouponnière. Il y a des gens heureux, dedans, forcément. Des mères, des chatons. Ceux qui connaissent le bonheur. Ou plutôt, qui n'ont pas encore connu le malheur. Ils ont de la chance. Je les envie, c'est vrai. Je peux même dire que je les jalouse. Moi, je n'ai rien. Ceci dit, j'ai rien à perdre, aussi. Mais bon. C'est bien d'avoir quelque chose à perdre. Je veux dire, ça rajoute du piment à la vie, de l'intérêt quoi. Moi... bof. Je ne suis qu'une guerrière. Sans avenir. Enfin, mon avenir c'est d'être guerrière, quoi. A part si je deviens lieutenant, mais bon, j'en doute.

Si j'avais quelqu'un pour m'aimer ça changerait beaucoup de choses. Mais pour le moment, rien. Personne. Il faudrait déjà que quelqu'un s'intéresse à moi, ce qui, pour le moment, n'est pas le cas. Ils sont tous occupés par leur petite famille. Qu'est-ce que ça m'énerve ! Ils sont égoïstes, ils ne pensent qu'à eux. Mais qu'est-ce que ça leur ferait si on leur retirait leur compagnon ? Ou leur chatons ? Ils redécouvriraient ce que c'est, le malheur, et ça leur permettrait d'accorder plus de valeur à ce à quoi ils tiennent. Ils ne pensent pas assez aux dangers de la vie. Je suis sûre qu'ils ne s'imaginent pas que la vie pourrait leur retirer tout ce qu'ils aiment du jour au lendemain. C'est vrai, ils ne se rendent pas compte. Ce n'est pas de leur faute, ils ne savent pas. Il faut leur montrer.

Il y a cette reine, Bourrasque Hivernale, par exemple. C'est la compagne de Fragment de Neige, et la mère de trois chatons. Mais je ne crois pas qu'elle les mérite, elle. Elle ne les aime même pas tous. N'est-ce pas immonde ? Elle a le bonheur d'être mère, d'avoir quelqu'un à aimer, et elle n'en profite même pas. Je trouve ça monstrueux et injuste. Injuste pour tous les autres, mois par exemple, nous tous qui cherchons quelqu'un qui tiendrait à nous. Quelqu'un auquel tenir. Et qui n'en trouvons pas.

Tiens, c'est justement Fragment de Neige qui sort. Je croise son regard bleu électrique. Au début, je ne fais rien. Il ne se passe rien. Je suis juste assise, là. Je ne le connais pas vraiment, je n'ai donc aucune raison de lui parler. Mais en même temps... J'ai envie de tester quelque chose. De le tester lui, de voir ce qu'il ferait si quelqu'un d'extérieur lui prouvait qu'il a tort de rester avec sa compagne. De voir ce qui se passerait si moi, quelqu'un de presque inconnu en somme, lui dirais qu'il se trompe. Comment réagirait-il ?

Au final, la tentation est trop forte, et tandis qu'il passe juste à côté de moi — parce que notons que j'étais très légèrement dans le passage — je lui souffle à l'oreille :

Tu ne t'es jamais dit que ta compagne ne méritait pas ce qu'elle avait ?

Il s'arrête brusquement. Je souris imperceptiblement. On dirait que ma remarque a fait mouche.


Codage by Kayl pour Neph only
Ray admine

avatar

Fragment de Neige
Puf/Surnom : Ray
Âge du perso : 46 lunes
Messages : 508
Date d'inscription : 20/06/2014
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Fragment de Neige, Sam 7 Oct 2017 - 13:01



• La vengeance impulsive est mauvaise conseillère •


Ray ft. Neph
La fatigue me menaçait, encore et encore. Cette routine allait finir par me tuer, sincèrement. Il me fallait du repos, je ne pouvais pas continuer à tourner dans ce cercle vicieux. Il me fallait quelque chose, quelqu’un pour m’aider à casser ce bordel infernal. Ça me puisait toute mon énergie. Tout ce que j’arrivais à garder, tout le peu que je mettais de côté pour venir visiter Bourrasque Hivernale et les chatons en fin de journée. Et Petit Eucalyptus qui venait me réveiller en pleine nuit … J’aimais ma fille, malgré toutes les minutes du sommeil indispensable qu’elle m’enlevait. J’aimais ma fille comme j’aurais aimé n’importe lequel de mes enfants, peu importait les handicaps ou les traumatismes. Chacun avait ses atouts et ses faiblesses. Je l’aimais peut-être même plus, mon amour pour elle était même peut-être renforcé à cause de cette maladie, cette maladie qui l’empêchait de vivre une vie normale. Mais, j’avais beau le démontrer, inonder mes enfants de cet amour, quelque chose continuait de barrer mon chemin. Quelque chose m’empêchait d’arriver là où je voulais arriver, et le pire était que je ne parvenais pas à l’identifier. Ça, ça m’emmerdait vraiment. Bref. La fatigue était, présente, ne me laissait jamais, aucun répit, depuis trois lunes. Trois longues lunes. Et Étoile Mortelle qui n’en avait, évidemment, pas grand chose à faire. C’était compréhensible. Je n’étais pas censé montrer mes faiblesses.

Mais tout cela était bien mal tombé. La naissance, le poste de lieutenant, les emmerdes avec le Clan du Vent … Que pouvait-il m’arriver de pire ? Je souriais tristement à cette idée. C’était sûr, que quand on était pas habitué à autant de tâches, ça nous faisait faire un bond conséquent. Les guerriers, les reines, les … Les autres ne s’en rendaient pas compte. Ne se rendaient pas compte de la montagne de travail que ça apportait. Peut-être que j’en faisais un peu trop, mais c’était ainsi que je le vivais. C’était ainsi que je ressentais mon si “honorable” poste de lieutenant. Mes muscles étaient raides et ma démarche bien loin d’être détendue comme habituellement. Une démarche fatiguée, lasse. Comme mon état d’esprit. Mais je pensais contrer cette défaillance, cette minime dépression en rendant visite à la perle de mes yeux. Aux perles de mes yeux. Une courte pause me le permettait, et je n’allais pas laisser passer cette opportunité. Machinalement, en cette fin de matinée, je me décidais à rendre visite à mes joyeux canassons. J’entrais, le sourire retrouvé, un sourire franc qui me seyait si bien, et lançait un joyeux bonjour à l’attention de ses habitants. Mais évidemment, quand tout essayait d’aller mieux, quand je faisais des efforts, il fallait qu’on me reproche quelque chose. Je ne savais même plus d’à cause quel sujet nous avions commencé à nous embrouiller. Je me souvenais seulement être sorti furieux de la Pouponnière.

J’en avais marre de ces conneries avec Bourrasque Hivernale. Marre de ces disputes qui ne prennaient jamais fin, qui tournaient en rond, qui revenaient à chaque nouvelle discussion, à chaque putain de mot que nous échangions. Ça me prenait trop la tête, ça me donnait des maux insupportables. Ça me rongeait de l’intérieur. Sans parler de la culpabilité que je ressentais après chacun de nos échanges musclés. Je m’en voulais tellement. Je m’en voulais de ce que je venais d’imposer à Bourrasque Hivernale, mais je m’en voulais aussi d’imposer tout cela à nos chatons, à Petit Eucalyptus, à Patte Fatale et à Petit Tyran. Ils n’avaient pas à assister à cela, à toute cette merde. Ils étaient trop jeunes et devaient restés préservés de toutes les méchancetés que l’on pouvait se dire. Quel idiot. Ça y était déjà, je regrettais. Je regrettais déjà, alors que j’étais à peine sorti de la Pouponnière. Mais je ne pouvais pas revenir aux pattes de Bourrasque Hivernale, en lui suppliant de me donner son pardon. Non, j’étais bien trop fier pour cela. Et puis, j’étais - pour moi - tout à fait dans le juste. L’idée que je venais de défendre contre la petite guerrière me semblait la plus favorable, la meilleure. Et pourtant, je n’étais pas tétu. Pas autant que certains, du moins. Ce que ça pouvait m’agacer. Non, je ne viendrais pas ramper à ses pattes. Pas cette fois. Levant fièrement la tête et m’apprêtant à quitter le camp d’un pas décidé, je m’approchais rapidement de la sortie.

J'entendis cette voix et m’arrêtai presque instantanément après que les mots aient percé mes tympans et aient grimpé jusqu’à mon cerveau. Un millième de seconde, et ma démarche décidée venait de prendre fin, soudainement. J’avais la réponse à la question que je me posais : nous avait-on entendu ? Oui. Clairement, oui. En même temps, Bourrasque Hivernale n’était pas du genre discrète. Non, la guerrière bicolore était plutôt du genre à se montrer en spectacle. Alors je commençais à me tourner vers Perle de Lait. Perle de Lait, avec sa fourrure blanche comme la neige. Elle avait bien grandi depuis le temps. Je me souvenais de l’entraînement que je lui avais fait, assurant la place de Lumière Angélique … Une gosse impertinente, trop franche, mais débrouillarde et pleine de bon sens, si l’on savait regarder où tournait son bon sens. Elle avait bien grandi. Elle n’était plus la gamine que j’avais connu, non, elle était une jeune guerrière tout à fait distinguée avec son regard bleu plein de malice. Je rembobinais ses mots dans ma tête. C’était une mauvaise idée. Une terrible idée. Mais j’avais besoin de m’appuyer dessus, sur le moment. Ce sentiment de révolte venait d’être alimenté par ce que la guerrière blanche venait de me sortir. Elle n’avait pas tort. Elle était bien loin d’avoir tort. Merde. C’était ce qu’il me fallait, alors ? Que l’on m’ouvre les yeux ? Parce que j’étais trop aveuglé pour voir la vérité en face ?

Face à elle, je restais impassible, fixais ses yeux bleus, quelques secondes, et lui miaulai : “Suis-je trop gentil ?

Neph admine

avatar

Perle de Lait
Puf/Surnom : Neph
Âge du perso : 28 lunes
Messages : 170
Date d'inscription : 12/06/2016
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Perle de Lait, Mer 11 Oct 2017 - 13:09

Standing on my own

Oh, oui. Elle a fait mouche. Je pourrais presque les entendre, ses questions qu'il se pose, dans sa tête. Et si... ? Ouais, j'ai raison, bien sûr que j'ai raison. Tu t'engueules tout le temps avec ta compagne, vos petits viennent juste de naître. Qu'en sera-t-il dans quelques lunes ? Ça n'a pas d'avenir. T'as pas d'avenir, mon pauvre. Enfin, pas sur cette voie là. Je serais toi, je laisserais tomber. On ne peut compter que sur soi-même. Ça sert à rien de s'entêter avec une idiote. Enfin... à moins que ce soit toi l'idiot.

Tu n'as pas honte de leur imposer ça ? À tes chatons, comment ils s'appellent déjà... ? Ah oui, il y a Patte Fatale, et aussi Petit Eucalyptus et puis Petit Tyran. Lui, tu l'aimes pas, et elle non plus. Lui, il a pas d'amour, il a que les disputes, que les engueulades. Il a pas grand-chose pour lui, le pauvre gamin. C'est peut-être un peu de ta faute aussi. Mais je pense que c'est surtout elle. Elle ne mérite pas ses chatons, elle ne te mérite pas non plus, je pense. Tu l'auras compris, je l'aime pas trop, ta compagne. Elle ne se rend pas bien compte de ce que c'est, ne rien avoir. Enfin, c'est difficile de se rendre compte, tant qu'on ne l'a pas expérimenté. Et c'est là que j'interviens ! Il faut bien qu'elle sache ce que c'est, non ?

Suis-je trop gentil ?

C'est une façon de voir les choses. Mais normalement, on devrait pas avoir à être trop gentil. Pas "trop". Au contraire, on ne l'est jamais assez, gentil. Je ne le suis pas assez. Sauf que je m'en fiche. La gentillesse c'est pour les hypocrites. Et les naïfs. Souvent, ceux qui sont trop gentils sont ceux qui se font foutre en l'air par la vie. Ceux qui subissent, toujours. Tu n'en as pas marre de subir, Fragment de Neige ?

Sans doute. Tu n'as pas à la subir.

Je ne les connais pas très bien, mais je sais que ces disputes ne sont pas fondées. C'est juste Bourrasque Hivernale qui est agressive, tout le monde le sait. Elle n'est pas assez gentille, elle. Et surtout, elle ne pense qu'à elle. Ne se demande pas assez si elle a le droit de toujours tout ramener à elle, et de ne jamais s'intéresser à ce qu'en pensent les autres.

Elle n'a pas à t'imposer tout ça. Tu mérites mieux.

C'est quoi, mieux ? Peut-être qu'il l'aime. Mais l'amour, le vrai amour, pas celui des contes pour chatons, ne survit pas à tout. Les disputes peuvent l'effacer, le malheur peut l'effacer. Tout dépend de notre capacité à y résister. Et là... où est l'amour, enseveli sous ces problèmes futiles ? Où est l'amour, enseveli sous le mauvais caractère de Bourrasque Hivernale ?

N'importe quoi serait mieux que ça. Ne serait-ce que pour les chatons.

Codage by Kayl pour Neph only
Ray admine

avatar

Fragment de Neige
Puf/Surnom : Ray
Âge du perso : 46 lunes
Messages : 508
Date d'inscription : 20/06/2014
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Fragment de Neige, Ven 27 Oct 2017 - 16:35



• La vengeance impulsive est mauvaise conseillère •


Ray ft. Neph
Et c’était bête, oui, c’était bête de poser une telle question. C’était con, vraiment, de demander ce que je valais à propos d’une guerrière qui ne me connaissait à peine. Une guerrière avec laquelle je ne partageais rien si ce ne fut que la mort de Lumière Angélique. Et je n’étais même pas sûr qu’elle l’appréciait autant que je le faisais. Qu’avait-elle, au fond, à m’apporter, qu’avait-elle à apporter à notre couple ? Presque rien. Presque rien sauf cette phrase. Et ma question, ma réponse qui s’était transformée en question, avait été aussi naïve que possible. Elle dépendait d’un chaton, pas d’un guerrier, et encore moins d'un lieutenant. Elle n’était pas digne de moi, cette question. C’était en question conne, oui, on pouvait le dire. Mes nerfs étaient à feu, et elle venait de balancer de l’huile dessus, remettant en question tout ce que j’avais eu terriblement de mal à construire avec Bourrasque Hivernale. Perle de Lait avait chamboulé mes pensées en l’espace de quelques secondes, avec juste une dizaine de mots. De pauvres mots qui ne valaient rien. Mais elle avait réussi à me faire réagir. En quoi les histoires de notre couple pouvaient-elles l’atteindre ? Qu’en avait-elle à faire, réellement, au fond, de si notre famille se portait bien ou pas ? Pourquoi s’intéresser à moi si subitement ? Mais ces questions là n’étaient que des questions secondaires. Elles n’avaient pas leur place au premier plan, occupé par la simple idée de notre toute récente dispute. À ce moment précis, je détestais Bourrasque Hivernale presque autant que je me détestais. Je me détestais de me voir m’emporter contre elle devant les chatons, je me détestais de me laisser faire lâchement. Ça me saoulait, vraiment.

Était-ce bien de Bourrasque Hivernale, cette Bourrasque Hivernale que j’étais tombé amoureux ? Que j’avais été attristé de me voir recaler pour finalement qu’elle revienne me voir ? Était-ce bien pour elle que j’avais des sentiments que je ne contrôlais pas ? J’en doutais. Je doutais actuellement de la réalité, et la réponse que j’avais apporté à Perle de Lait en témoignait. J’étais totalement perdu, mais cette perte était joliment dissimulée derrière tout cet amas de rage. "Sans doute. Tu n'as pas à la subir" j’avais presque oublié Perle de Lait. Enfin, juste sa présence. Sa remarque, elle s’était bien incrustée en moi, diffusait comme un poison dans mon âme. La subir. Subir, c’était ce que je faisais. J’étais donc le dominé. Et je détestais cette posture. Je ne voulais pas « subir ». Je ne voulais plus subir. J’avais subi trop longtemps déjà, trop longtemps pour que mon ego puisse le supporter. Perle de Lait avait raison. Je n’avais pas à la subir. Je devais m’imposer. Mais là, si j’y retournais maintenant, je n’y arriverai pas. Je ne voulais pas avoir cette discussion avec Bourrasque Hivernale devant tout le camp, et encore moins devant les chatons. "Elle n'a pas à t'imposer tout ça. Tu mérites mieux" continuait Perle de Lait, alors que j’étais dans un état second, vivant seulement par cette rage qui émanait de mon cœur. J’avais les crocs contre Bourrasque Hivernale. Parce qu’en tant que mère, elle passait plus de temps avec les chatons que moi. Clairement plus de temps. Et que la connaissant, elle leur dirait ce qu’elle voudrait sur moi. Elle leur dirait son point de vue. Pas la vérité.

Je l’aimais mais nos disputes me tuaient. Elles me tiraient vers le bas, m’obligeaient à m’incliner, à céder aux caprices de ma compagne. Non, elle ne pouvait pas m’imposer ce qu'elle voulait, comme ça. Elle ne pouvait pas décider de ma vie, elle ne pouvait pas décider de mes réactions. Ce qu’elle avait jusqu’ici fait. Mais je ne comprenais pas la partie « mériter mieux ». Je ne voulais pas la comprendre, et ici n’était pas là question. "N'importe quoi serait mieux que ça. Ne serait-ce que pour les chatons" Perle de Lait touchait une corde sensible. Très sensible. Les chatons, mes chatons étaient mon talon d’Achille, ma faiblesse numéro une. Je les faisais passer avant tout dans la mesure du possible. Je donnais tout pour eux. Il m’arrivait même, dans cette période de post-naissance tendue, de les faire passer avant Bourrasque Hivernale. J’aimais mes chatons plus qu'elle, c’était en réalité. Mais son comportement me laissait muet. Comment pouvait-elle préférait Petit Eucalyptus aux deux autres sans même le dissimuler ? Ça, c’était vraiment ce qui me passait au-dessus de la tête. Ou plutôt, c’était ce qui ne passait pas. Je pouvais laisser couler, mais il ne fallait pas trop abuser non plus. Le comportement qu’elle avait là me dégoûtait d’elle. Et pourtant, j’en aurais dû m’en douter, qu’elle ferait du favoritisme parmi nos chatons. J’aurais dû le deviner, avec son caractère. Pourtant je m’étais dit que ça lui passerait, que peut-être la naissance la transformerait et ferait d’elle une autre guerrière. C’était le contraire : elle était pire qu’avant. Et je m’en voulais terriblement. Je n’arrivais pas à me dire que ce n’était pas de ma faute, mais bien de la sienne. Et ce malgré même les commentaires de Perle de Lait.

Je soupirais, extériorisant un bout de cette colère et redemandais, à bout : "Je ne sais pas quoi faire, Perle de Lait" tout en lançant un regard vide vers la Pouponnière.

Neph admine

avatar

Perle de Lait
Puf/Surnom : Neph
Âge du perso : 28 lunes
Messages : 170
Date d'inscription : 12/06/2016
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Perle de Lait, Mer 21 Fév 2018 - 13:03

Standing on my own

C'est marrant, ça. J'ai réussi mon coup. Je l'ai mis en colère. Ouais, c'est un peu méchant, mais moi je trouve ça marrant. Puis il le méritait aussi. Fallait que quelqu'un lui foute une claque, le fasse se rendre compte que son couple est merdique. J'avais de bonnes intentions... Bof, pas trop en fait. C'était surtout la jalousie. Mais au final peut-être qu'il sera plus heureux s'il m'écoute. Ou peut-être que j'aurai foutu la merde. Bah, dans ce cas là, il pourra s'en vouloir qu'à lui même ! Ben oui, pourquoi m'écouter, moi ? J'ai pas la science infuse, eh ! Et en plus, aux dernières nouvelles, j'le supportais pas trop. M'enfin, à lui de voir.

Du coup je le regarde et j'attends sa réaction. Enfin une réaction autre que de buguer. Là c'est ce qu'il fait, il bouge plus, il s'étonne, qu'est-ce qu'il attend ? Le déluge ? Eho Fragment de Neige, réagis, y a quelqu'un qu'est en train de foutre en l'air ta vie ou qui est sur le point de le faire ; respectivement ta Bourrasque Hivernale ou moi. Ça serait marrant quand même que ta vie soit gâchée à cause de moi. Ça serait pas si dramatique. D'façon ta vie est déjà nulle. Oups, je suis en train de pas être très gentille, là, non ? Oh, tant pis, pas grave.

« Je ne sais pas quoi faire, Perle de Lait. »

Ah bah super, tu parles d'une réponse ! Eh arrête de regarder la Pouponnière j'te signale que j'te parle hein. Bon sinon, t'as pas mieux à dire ? Parce que ne pas savoir c'est bien joli tout ça, mais c'est pas pour dire mais c'est quand même mieux de savoir.
Il parle plus.
... Attends deux secondes Fragment de Neige, t'attends de moi que je te conseille ? N'importe quoi, j'ai pas signé pour ça moi, j'fais pas la conseillère conjugale hein ! Roh là là dans quoi je me suis embarquée moi encore. Bah écoute qu'est-ce que tu veux que je te dise, c'est ta vie hein c'est pas la mienne, moi je sais pas, pis j'ai passé j'sais pas combien de temps chez la guérisseuse alors on peut pas dire que ma vie ce soit un exemple hein. Bref, je vais tenter de te conseiller, mais faut pas t'attendre à des merveilles non plus sinon tu risques d'être déçu.

« Bah... Ecoute. Pour le moment, ta vue est nulle, pas vrai ? »

Wow, j'y crois pas, je crois que je suis vraiment en train de m'intéresser à ses petits problèmes conjugaux. Je m'épate.

« Enfin pas non plus nulle, mais bon, si tu pouvais y reprocher quelque chose ça serait bien que ta compagne est une pute avec toi, hein ? »

J'espère qu'il m'en voudra pas pour employer des termes un peu crus, mais bon faut dire ce qui est : Bourrasque Hivernale est pas très sympa avec lui ni avec qui que ce soit. Perso je l'aime pas, je pensais pas que ça se voyait autant ?

« Bah du coup pour améliorer ta vie faut se débarrasser du problème, exact ? Et le problème, c'est Bourrasque Hivernale. Donc tu t'en débarrasses. »

Et bim ! Admirez ma logique imparable. Y a pas à dire, je m'épate.

Codage by Kayl pour Neph only
Ray admine

avatar

Fragment de Neige
Puf/Surnom : Ray
Âge du perso : 46 lunes
Messages : 508
Date d'inscription : 20/06/2014
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Fragment de Neige, Mar 27 Fév 2018 - 17:32



• La vengeance impulsive est mauvaise conseillère •


Ray ft. Neph
Mériter mieux, mériter mieux … Y’avait-il seulement mieux, ici ? Aurais-je même la chance de trouver mieux ? Après Bourrasque Hivernale, j’étais pourtant prêt à affronter tout un tas d’autres choses, d’autres femelles, d’autres relations, non ? Y’avait-il pire qu’elle, que cette guerrière qui m’apparaissait maintenant comme un poison ? Notre relation était toxique. Toxique, oui. Elle me tuait. Bon sang. Et tout ce temps pour m’en rendre compte, tout ce temps pour m’en persuader, tout ce temps pour finir par me convaincre et arrêter de nier la vérité. Bourrasque Hivernale n’avait plus rien de bon à m’apporter. Mais comment la quitter ? Comment la quitter maintenant ? Comment assumer m’en éloigner alors que nos chatons n’étaient même pas encore apprentis ? Non, non, non … ça les perturberait bien trop. Ils ne devaient pas à avoir subir cela si jeunes. Mais pourtant, qu’est-ce que je n’aurais pas donné pour m’éloigner un peu de la furie qu’était Bourrasque Hivernale. Elle ravageait mes sentiments. Elle me détruisait, me poussait à l’auto-destruction. Merde à la fin. Perle de Lait avait terriblement raison. Elle venait de me tenir une perche sur laquelle je rêvais de m’appuyer depuis plusieurs lunes déjà. J’avais besoin de sortir de ce cercle vicieux, de mettre fin à notre relation. Pourtant, elle était censée tenir le coup, cette relation. Notre couple aurait dû encore pouvoir survivre des lunes durant. Mais toutes les bonnes choses avaient une fin. Cette bonne chose avait aujourd’hui plus d’aspects négatifs que d’aspects positifs, pour moi, du moins.

Je soupirais, une énième fois. Toujours le regard perdu dans le vide, mes pensées s’agitant à l’intérieur. Bourrasque Hivernale n’était plus la petite femelle timide de laquelle j’étais tombé amoureux, deux ans plus tôt. 24 lunes plus tôt. Elle avait changé. Trop changé pour que je ne puisse la reconnaître encore. Trop changé pour que j’en reste amoureux. J’avais fait des efforts, pourtant. Tellement d’efforts. J’avais délaissé tant de choses pour elle. Je lui avais laissé l’accès totalement libre à mon coeur, comme elle l’avait voulu. J’avais mis de côté mes sentiments, ma fierté … Quelle erreur. Quelle terrible erreur. L’amour m’avait réellement rendu aveugle. Mais comment défaire une relation aussi tendue que la notre, maintenant ? J’avais peur de tout foirer. Vraiment tout foirer. J’avais le plus peur pour nos chatons. Mais il me fallait le faire. Bientôt. Très bientôt. Je ne pouvais plus supporter de me faire descendre ainsi. Ma fierté et mon honneur avait déjà trop encaissé. J’en assumerais les conséquences, il le fallait. Mais pas tout de suite. Tout de suite, je devais juste parvenir à faire disparaître ma colère et mon amertume. Et bon sang ce que c’était compliqué. Je redressais la tête, cessais de fixer la Pouponnière pour aligner mon regard bleu électrique avec celui bleu ciel de Perle de Lait. J’étais suspendu aux lèvres de la jeune guerrière. J’étais prêt à accepter n’importe quoi. C’était terrible de le dire ainsi, mais j’étais tellement misérable que j’aurais sauté d’une falaise si elle me l’avait conseillé. Et pourtant, nous n’avons rien à voir, nous ne partagions rien. Elle s’était retrouvée au mauvais endroit au mauvais moment. Ou au bon, qui savait.

Bah... Ecoute. Pour le moment, ta vie est nulle, pas vrai ?” Ouch. Ça faisait mal. Et moi qui ne répondait rien. J’étais vraiment, vraiment, vraiment minable. Putain. Il fallait le faire. J’aurai à panser mon ego après cette profonde blessure. Quémander de l’aide à une tout jeune guerrière, quelle idée. Que savait-elle, elle, de l’amour ? De ce que je savais, je ne l’avais jamais vu en couple ou même simplement en flirt avec un des guerriers du Clan. Quelle connerie je faisais encore, là ? Mais je restais dans l’incapacité de bouger, de passer à autre chose. La dispute avec Bourrasque Hivernale m’avait trop mis à mal pour que je réussisse à aller de l’avant. “Enfin pas non plus nulle, mais bon, si tu pouvais y reprocher quelque chose ça serait bien que ta compagne est une pute avec toi, hein ?” et la voilà qui rajoutait une couche, enfonçait le couteau un peu plus dans la plaie. Aïe. Bon sang ce que ça faisait mal. Une pute. Elle avait dit une pute. Bourrasque Hivernale était une pute. Je n’aurais pas utilisé ce terme. Pas avant, du moins. Mais maintenant … Maintenant que j’y repensais … Elle prenait mon parti. Perle de Lait prenait totalement mon parti. Elle sortait à haute voix ce que mes pensées ne s’autorisaient pas à dire. Ça me soulageait, d’un côté. Vraiment. Ça me soulageait de pouvoir me dire que je n’étais pas le problème. Enfin, pas le seul problème, pas le seul responsable de la destruction de mon couple.

Bah du coup pour améliorer ta vie faut se débarrasser du problème, exact ? Et le problème, c'est Bourrasque Hivernale. Donc tu t'en débarrasses.” Je buguais à nouveau. Merde à la fin, il fallait que j’arrête avec ce tic idiot. Mais tout ce qu’elle disait me paraissait tellement vrai ! Tellement véridique, juste le reflet de ma relation, de notre relation actuelle ! Je ne pensais pas que Perle de Lait puisse avoir d’autres pensées. Des arrières pensées. Pour moi, elle souhaitait juste me sortir du pétrin dans lequel je m’étais embourbé. J’essayais de me convaincre qu’elle n’avait pas si mauvais fond. Pas un fond aussi mauvais que quand elle était apprentie, du moins. Sa blessure l’avait peut-être aidée à mûrir un peu. Et je considérais Bourrasque Hivernale. J’essayais de l’approcher d’un autre oeil. Compliqué, très compliqué. Soudainement le rêve et la visite de Nuage du Jade me revinrent violemment en mémoire. Non, non, non, non … Pas maintenant, pas tout de suite, j’en avais vraiment pas besoin, là. J’essayais tant bien que mal de chasser cette pensée de mon esprit, puis lâchais un soupir, avant d'enfin répondre à la guerrière au pelage blanc : “Aide-moi à m’en débarrasser” d’une voix que je ne me connaissais pas.

Neph admine

avatar

Perle de Lait
Puf/Surnom : Neph
Âge du perso : 28 lunes
Messages : 170
Date d'inscription : 12/06/2016
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Perle de Lait, Mer 28 Fév 2018 - 21:14

Standing on my own

Et le pire dans tout ça, c'est que je crois bien que je l'aide vraiment. Oui, il est en train de revoir sa vie, peut-être même de tout recommencer. Enfin, non. Il ne pourra jamais recommencer, parce qu'il aura toujours des chatons. Et Bourrasque Hivernale ne disparaîtra pas. Même s'il la largue, elle sera toujours là, dans le camp. À sa place, je craindrais le malaise que ça risque de générer. Mais je ne suis pas à sa place, heureusement. Finalement, mon sort n'était pas si terrible, parce que je savais que ça irait mieux, un jour. Lui... bah, ça ne tenait qu'à lui, certes, mais comme il ne semblait pas être décidé à réagir avant que je vienne lui parlait, ça risquait de durer pour l'éternité. Sa vie en aurait été inéluctablement gâchée.

Le plus bizarre, c'est que j'ai vraiment de l'empathie pour lui. Enfin je crois que j'en ai. De la pitié ? Quoi que ce soit, c'est quelque chose de la même famille. Et pourtant, je m'étais jurée que jamais je n'aiderais quiconque de ce Clan, parce qu'ils ne m'avaient pas du tout aidée. J'aurais dû le laisser et tant pis si ça n'allait pas. Mais en même temps, je sais ce que ça fait, de galérer, de se sentir abandonner de tous, de ne pouvoir compter que sur soi-même. Et si soi-même n'est plus fiable, alors plus personne ne l'est. Fragment de Neige ne l'est pas, fiable. Il fallait absolument que quelqu'un l'aide à se gérer. Si je ne l'avais pas fait, qui l'aurait fait ?

« Aide-moi à m’en débarrasser. »

Ah bah zut. Il est marrant lui. C'est pourtant pas compliqué, il a qu'à lui dire ses quatre vérités. Moi ça me semble pas compliqué. Évidemment ça nécessite de se bouger, mais c'est comme tout. Si on se bouge jamais on n'a jamais rien mais lorsqu'on se bouge, alors tout va mieux. Et ce ne sera qu'un mauvais moment à passer, ensuite, tout sera plus facile.

« Bah, je peux t'accompagner si tu veux, mais c'est toi qui dois lui parler. Lui dire ce que tu penses. Y a pas d'autre moyen, me semble-t-il. »

Et je me souviens de ses trois chatons. Ça doit pas être facile de voir ses parents se séparer. Mieux vaut qu'ils ne voient pas cette dispute. Quoique, n'ont-ils pas déjà vu les autres ?

« Tu t'inquiètes pour les chatons ? Tu as peur qu'ils voient cette dispute ? À mon avis, ils sont habitués. Tout le monde est habitué, vu votre discrétion. »

Je réfléchis un moment. Il y a peut-être mieux à faire ? Peut-être qu'en cherchant un peu, on trouvera une méthode plus discrète et moins franche pour se débarrasser de Bourrasque Hivernale. Sauf que je n'en vois pas. À part le meurtre, bien sûr, mais c'est complètement absurde, et je vais éviter de lui mettre ce genre d'idées saugrenues dans la tête. On ne tue pas sa compagne parce qu'on ne veut plus être avec elle, ça ne se fait pas, hein ?

« En tout cas, moi, je n'ai pas d'autre idée. Alors tu veux faire ça ? »

|| Bon je propose que soit on clôt ce rp après ta rep et on en fait un autre avec Fuyu, ou alors on l'incruste dans ce rp, je sais pas ce qui est mieux

Codage by Kayl pour Neph only

avatar

Bourrasque Hivernale
Puf/Surnom : Fuyu.
Âge du perso : 44 lunes
Messages : 278
Date d'inscription : 16/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur http://survivorsoftheworld.forumactif.com/
message posté par Bourrasque Hivernale, Sam 14 Avr 2018 - 20:47


C’est terminé.



Bourrasque Hivernale. Tel est ton nom. C'est un nom bien trop beau pour une horreur comme toi. Tu n'es qu’un monstre. Autrefois, ce n'était pas le cas. Avant, tu étais gentille même si tu étais timide. Tu ne montrais pas cette face de toi. Tu repoussais les personnes essayant de se rapprocher de toi. Maintenant, tu répands la haine autour de toi. Personne n'est épargné… À part ta fille. Petit Eucalyptus. La seule personne avec qui tu es à peu près normale. Tu l'aimes énormément,  tu ne veux pas qu'elle sache quel monstre tu es devenue. Tu la protège. Tu ne veux pas qu'elle souffre encore plus. Elle est déjà très malade, tu ne peux pas lui rajouter quelque chose. Ce serait ignoble. La pauvre petite n'a pas eu de chance. En plus d'être allergique au soleil, la chatonne a eu le droit à deux parents qui se disputent sans cesse. Parmi ses parents, sa mère qui la protège mais qui est folle. Tu ne sais pas si elle s'est rendue compte de ta soif de pouvoir. Si ce n'est pas le cas, c'est qu'elle est aveugle puisque parmi le Clan, tout le monde le sait. On te craint, on ne veut plus te voir. Les chatons ont peur de toi puisque tu n'es qu'un monstre. Personne ne te supporte. Ils ont pitié de ce que tu es devenue et tu le regrettes. Tu n'es pas quelqu'un de méchant au fond. Peut-être qu'un jour, tu te rendras compte que le pouvoir ne fait pas tout. En tout cas, ce qui est certain c'est que tu ne ressortira pas indemne des méchancetés que tu as fais subir à tes “camarades”. Camarades qui ne sont rien pour toi.  Tu ne sais pas ce que signifie réellement un camarade. Tu ne l'as jamais su. C'est dommage, puisque tu en aurais bien besoin. Tu te rendrais compte que tu n'es pas faite pour avoir une quelconque place importante dans le Clan de l’Ombre. Tu n'as pas la force pour. Si tu l'avais,  tu ne serais pas devenue ce que tu es aujourd'hui. C'est triste à dire mais toi même tu sais que c’est la pure et simple vérité. Il faudra que tu l'accepte un jour mais ce jour n'est pas arrivé. Pour l’instant, tu ne fais rien. Tu es auprès de tes chatons. Petit Tyran, Patte Fatale et Petit Eucalyptus. Tous trois dorment d'un sommeil profond. Tu en profites donc pour t'éclipser discrètement. Tu n'aimais pas rester enfermer dans cette pouponnière. Tu préférais l'air frais du dehors. Tu marchais donc à la recherche d'une quelconque occupation. Tu repéra quelque chose derrière la pouponnière, tu te dirigeais vers ce qui te semblait une boule verte. C'était une boule de mousse. Sans doute des chatons qui l'avaient oublié. Tu la pris donc dans ta gueule afin de la mettre autre part. Soudain, tu entendis une discussion. Tu te rapprocha des deux individus afin de l'écouter. Tu n'avais rien d'autre à faire de toute façon.

Ces deux individus n'était autre que ton compagnon, Fragment de Neige et d'une autre guerrière de ton Clan, Perle de Lait. Tu ne connaissais pas bien la féline, mais après tout peu importe. Même si cela n'est pas très poli, tu écouta tout de même la discussion. Qu’allais-tu faire de ta journée sinon? La jeune femelle commença à demander si ton compagnon ne s'était pas déjà questionné sur le fait que tu ne le méritait pas. C'est vrai que tu ne le mérite pas. Pourtant, ce ne sont pas ses affaires. Tu commença à t'énerver intérieurement mais tu ne dis rien. Cependant, ce n'était que le début. Fragment de Neige lui répondit en lui demandant si il était trop gentil. Sans aucune hésitation,  elle te rabaissa.  Elle s'accorda même le droit de lui dire qu'il méritait mieux. Tu commençais sérieusement à la détester, elle était en train de retourner le cerveau de Fragment de Neige ou tout simplement lui dévoiler la vérité sur ton compte. Pourtant, au fond de toi tu savais que Perle de Lait disait vrai. Tu n'es qu'un monstre. Cela se voyait et il le disait lui même,  ton compagnon avait besoin d'aide.  Plus personne ne te supportait. Perle de Lait insista sur le fait que c'était toi qui détruisait la vie de ton compagnon et que tu étais la cause de ce problème. Il fallait se débarrasser de toi. Enfin, le guerrier lui demande de le faire à sa place. Perle de Lait avait gagné. Tu n'étais plus rien dans le coeur de Fragment de Neige. Tu avais tout perdu. La guerrière avait tout prévu même le plan pour que tu ne fasses plus partie de la vie du guerrier. C'est terminé. Tu avais bel et bien plus rien à faire. Il ne te restait plus qu'une chose à faire. Laisser tranquille Fragment de Neige afin qu'il ait la vie qu'il mérite. Qu'il soit enfin heureux. Donc, tu sauta et te retrouva en face de ton ancien compagnon et de la guerrière.

Il n’y a pas besoin que tu l'accompagne puisque je suis là. J'ai tout entendu. Je sais ce que tu pense désormais de moi et j'en suis désolée. Je ne suis qu'un monstre et je ne te mérite pas. Occupe toi bien de nos chatons. Tu tourna la tête vers Perle de Lait. J'espère que tu es fière, tu as gagné. Tu as embelli la vie de quelqu'un mais tu as détruis la mienne.

Tu partis en courant du camp. Tu retenais tes larmes depuis le début mais tu n'en pouvais plus. Tu éclata en sanglot. Tu n'étais qu'un monstre. Tu ne voulais plus faire de mal à ce que tu aimes. Tu avais donc pris la décision de quitter le Clan puisque tu ne méritais pas d’en faire partie. Cette discussion t'avais fais autant de mal que de bien. Elle t'avait enfin ouvert les yeux.

©️️ Codage by Ella'
Ray admine

avatar

Fragment de Neige
Puf/Surnom : Ray
Âge du perso : 46 lunes
Messages : 508
Date d'inscription : 20/06/2014
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Fragment de Neige, Sam 28 Avr 2018 - 18:38



• La vengeance impulsive est mauvaise conseillère •


Ray ft. Neph
Trop tard. Et ou, trop tard ! Fini ! Impossible de revenir en arrière. Mon pauvre Fragment de Neige, c’est trop tard ! Tu as donné sa chance à Bourrasque Hivernale. Et maintenant, Perle de Lait va gentiment s’en saisir. Surprise ! Changement de programme, dis-doc. Je ne savais pas comment elle comptait s’y prendre. Je ne savais pas ce qu’elle comptait faire. Non, aucune idée. Mais elle n’était pas bête. La jeune guerrière blanche avait de la suite dans les idées. Elle savait s’y prendre. Elle savait me parler. Mais pourquoi, pourquoi venir me parler, à moi ? Qu’avait-elle à gagner ? Que comptait-elle attendre de ma part en me rendant un tel service ? Des faveurs de ma part ? Je ne pouvais pas lui en donner. J’étais lieutenant, je devais reconnaître chaque membre du Clan à part égale. Même si elle avait été l’apprentie de Lumière Angélique, mon défunt meilleur ami. Même si je l’avais déjà entraînée, par le passé. Nous n’avions jamais parlé personnellement. Jamais rien échangé. Et je me reposais sur elle. Parce qu’elle était intelligente, parce qu’elle était franche, et surtout, parce que c’était une femelle. J’aurais pu demander à Cicatrice de Ronce de m’aider. J’aurais pu, oui, mais sa récente blessure m’en avait dissuadé. Je ne voulais pas l’emmerder avec des histoires si puériles. Des histoires qui ne la concernaient pas. Des histoires qui ne concernaient personne ici, sauf Bourrasque Hivernale et moi. Et nos chatons. Personne n’avait à s’en mêler. Mais Perle de Lait n’en avait rien à faire. Elle avait eu envie de venir m’aider, elle s’était engagée personnellement dans ce merdier. Elle devait assumer. Et ça n’avait absolument pas l’air de la déranger.

Bah, je peux t'accompagner si tu veux, mais c'est toi qui dois lui parler. Lui dire ce que tu penses. Y a pas d'autre moyen, me semble-t-il.” me conseilla-t-elle. Oui, c’était à moi de lui parler. À moi. Je devais assumer mes actes, assumer mes pensées. Tout assumer. Et lui dire à quel point notre relation me mettait mal. À quel point elle m’emmenait plus bas que terre. À quel point je me sentais mal, avec elle. À quel point elle avait pu changer depuis le début de notre relation. À quel point elle me faisait souffrir aujourd’hui. De quoi essayais-je vraiment de me débarrasser, au fond ? De Bourrasque Hivernale ? Du souvenir de Nuage du Jade ? De Perle de Lait ? De mes responsabilités ? Quelle connerie j’avais encore pu sortir, putain. Quelle idée de parler à voix haute. Mais il fallait assumer, maintenant. Aller de l’avant. Faire bouger les choses. “Tu t'inquiètes pour les chatons ? Tu as peur qu'ils voient cette dispute ? À mon avis, ils sont habitués. Tout le monde est habitué, vu votre discrétion.” quatrième coup. Je commence à mal les encaisser, sérieusement. Ça fait un mal de chien, à l’intérieur. Mes chatons. Elle sait qu’elle touche à une corde sensible. Tout le monde le savait, ici, au camp. Tout le monde savait à quel point je les aimais. À quel point j’aimais mes chatons, nos chatons. Et c’était elle, leur mère. C’était elle, la femelle pour qui j’étais tombé, auparavant. Je n’arrivais pas à croire qu’elle avait tant changé …

En tout cas, moi, je n'ai pas d'autre idée. Alors tu veux faire ça ?” j’hochais la tête en guise de réponse affirmative. Évidemment. Il n’y avait rien d’autre à faire, si ? J’allais y aller. J’allais retourner la voir, dans la Pouponnière, là où je l’avais laissée, quelques minutes auparavant. Elle devait encore être sur les nerfs. les échos de notre dispute résonnaient encore dans la clairière. Au moment où je m’apprêtai à faire demi-tour, elle fit son apparition. Elle. Bourrasque Hivernale. Ma compagne. Elle avait tout entendu. Je le savais. Nous le savions. “Il n’y a pas besoin que tu l'accompagnes puisque je suis là. J'ai tout entendu. Je sais ce que tu pense désormais de moi et j'en suis désolée. Je ne suis qu'un monstre et je ne te mérite pas. Occupe toi bien de nos chatons. J'espère que tu es fière, tu as gagné. Tu as embelli la vie de quelqu'un mais tu as détruis la mienne.” Et elle partit. Elle s’enfuit, sans rien ajouter. Dans un autre cas de figure, mes pattes m’auraient poussé à la suivre. Je me serais mis à la poursuivre. Je me serais mis à l’appeler, à la supplier de revenir, à lui crier d’arrêter ses gamineries. Mais je ne fis. Je ne pus que contempler sa fourrure grise et blanche s’éloigner, pétrifié, muet. Elle était partie.

Neph admine

avatar

Perle de Lait
Puf/Surnom : Neph
Âge du perso : 28 lunes
Messages : 170
Date d'inscription : 12/06/2016
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Perle de Lait, Lun 28 Mai 2018 - 17:38

Standing on my own

On est bon. On y est. On va y aller, pénétrer dans la pouponnière. Fragment de Neige va dire ses quatre vérités à Bourrasque Hivernale et pouf ! ce sera fini. Je l'avais dit : juste un mauvais moment à passer. Rien de plus. Après il sera libre. Juste ça à faire. D'autant que c'est pas si compliqué, si ? Enfin, de mon point de vue c'est pas compliqué, mais j'imagine que du sien, c'est tout autre chose. Il y a sûrement une partie de lui qui l'aime encore et c'est ça qui rend les choses compliquées. C'est aussi pour ça qu'il a eu besoin de moi. S'il ne l'avait pas aimée, il se serait simplement affranchi d'elle et ç'aurait été réglé. Mais voilà, il a fallu que l'amour entre dans l'équation. Moi je dis, heureusement que je suis là, sinon je sais pas ce qu'il aurait fait, le pauvre bougre. Sûrement de la merde, comme à chaque fois que je suis pas là pour rattraper le coup. Héhé, non, j'rigole.

Et là, gros retournement de situation : Bourrasque Hivernale sort de la pouponnière. Eh merde, j'en connais un qu'est un peu foutu. Moi ça va, je m'en fous pas mal, même si elle m'en voudra sûrement aussi parce qu'on va pas se mentir, c'est moi qui ai foutu les coups de pied au cul à Fragment de Neige. Mais bon, c'est pas très important pour moi parce que bah, j'suis pas amoureuse d'elle et honnêtement, j'en ai rien à branler de ce qu'elle pense de moi parce que c'est qu'une conne. L'autre guignol à côté de moi qu'a l'air de se liquéfier, bah, disons que c'est différent. Lui, se soucie de l'avis de sa "compagne". M'enfin, je dirais plutôt "ancienne compagne", au vu de la tronche qu'elle tire.

« Il n’y a pas besoin que tu l'accompagnes puisque je suis là. J'ai tout entendu. Je sais ce que tu penses désormais de moi et j'en suis désolée. Je ne suis qu'un monstre et je ne te mérite pas. Occupe toi bien de nos chatons. »

Ah bah merde alors. La pauvre, elle s'est rendue compte de ce que tout le monde pensait d'elle, faut croire. Espèce de monstre, de folle, d'erreur de la nature. Ouais, j'suis d'accord. Je te déteste. Pourquoi ? J'en sais rien. Je crois que c'est juste ta tête qui me revient pas. Mais je suis contente que tu partes. Personne n'avait besoin de toi ici. T'es qu'une tarée et on n'a pas besoin de ça.

« J'espère que tu es fière, tu as gagné. Tu as embelli la vie de quelqu'un mais tu as détruis la mienne. »

Et je lui accorde le plus grand sourire dont je sois capable. Ouais, j'suis totalement fière de moi. Je sais. J'ai gagné, j'ai détruit ta vie. C'est cool hein ? Moi j'trouve ça marrant. C'est marrant de foutre en l'air la vie des connasses comme toi.
Je me tourne ensuite vers Fragment de Neige. Pauvre bichon, il a l'air plus mort que vif. Je lui accorde aussi un grand sourire et je fais, enjouée :

« Bon bah voilà, on est débarrassés du boulet ! On devrait fêter ça autour d'une bonne proie, non ? »

Je dois dire que je suis fière de mes talents de manipulatrice.

|| Je propose qu'on close là, ça me semble une bonne fin

Codage by Kayl pour Neph only


Contenu sponsorisé
message posté par Contenu sponsorisé,

Page 1 sur 1


Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum