min : 5°C   max : 20°C
saison : feuilles mortes
aléa climatique : aucun
voir les assemblées et baptêmes en cours (www)
Oh yes we are different, but damn I understand. | Luny



 

Oh yes we are different, but damn I understand. | Luny


avatar

Masque de l'Océan
Puf/Surnom : Lunette
Âge du perso : 65 lunes
Messages : 41
Date d'inscription : 20/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Masque de l'Océan, Ven 29 Sep 2017 - 11:29

Oh yes we are different, but damn I understand.
Sorry.

   Ce que le guerrier apprécie ces moments de repos, de petit bonheur dans sa douce solitude, dans le nuage soyeux de sa rêverie. Son pelage est plus terne qu’avant sous les nuages laiteux, il n’est plus aussi rayonnant, il perd de la vie, parce que forcément, il devient vieux. Il baille et entame une énième théorie sur pourquoi la vie et pourquoi la mort, parce que de toute façon il n’a rien de mieux à faire. Pas d’amis, pas de famille, pas de petit apprenti à faire chier, rien. Le néant total dans son cruel monde social. Peut-être que quelqu’un est comme lui dans le Clan de la Rivière ? Masque de l’Océan aimerait tellement trouver quelqu’un comme lui, quelqu’un qu’il peut comprendre, comme deux jumeaux. Il se sermonne d’arrêter de rêver parce que son vieux masque de petit con est un peu tombé, sa douce nostalgie dépérit, comme une fleur, Masque de l’Océan est une douce orchidée dans un monde de chardons.

Il dévore une pièce de viande amère, il n’a pas le goût pour manger aujourd’hui mais il est un peu plus heureux que dans sa triste nuit, parce que lui il veut pas dormir, hyperactif, il a toujours besoin de bouger, de parler. Mais il raconte ses problèmes et ses emmerdes de guerrier en silence à sa propre conscience, il a personne à qui se confier. Il aimerait bien qu’on ait pitié de lui, ouai ça ce serait cool, ça ramènerait de la population autour de sa si petite existence, mais rien, relation platonique avec le reste des membres, discussions qui tournent seulement autour de quelques faux “bonjour !” avec des sourires naïfs qui sont plus le visage d’un horrible monstre appelé “faux”. Parce que tout sonne faux, comme une mélodie brisée, mais Masque de l’Océan bah il est heureux.

En plus, il vient de tourner les yeux vers un apprenti en ce moment, un petit gamin qu’il avait pas repéré avant, dans ce troupeau de chats. Un certain Nuage Eclaboussant. Quelques fois peut-être, leurs yeux se sont croisés, mais c’est certainement juste encore la rêverie du guerrier au masque noir qui le fait marcher, il plonge un peu plus dans les abîmes fourbes de la gaminerie, ce qui exaspère en passant plusieurs de ses pseudo-camarades de Clan. Masque de l’Océan tourne son regard vers le tas de poissons, il en manque, voilà un bien bon sujet pour aborder le petit, pas vrai ? Alors il relève sa vieille carcasse d’ancêtre et s’approche d’un pas morne du gamin qu’il fixait depuis bien quelques minutes, maintenant, il priait pour que celui-ci n’ait rien remarqué, c’est un peu con-con comme situation.

« Yo gamin, ça te dirait d’aller pêcher avec un ancêtre ?  »

Absolument aucun tact, il lui donne un léger coup d’épaule mais c’est lui même que Masque de l’Océan cherche à rassurer. Et cette expression complètement débile pour dire bonjour. “Yo”. C’est peut-être pour faire le jeune, parce que lui maintenant, il se sent vieux, alors il tape une crise et il a peur qu’on l’oublie. Peut-être que le petit va juste se sentir agressé, et il aurait bien raison, une masse de graisse qui arrive près de lui, lui arrache l’épaule, essaie de faire le jeune alors que c’est juste lourd et en plus l’appelle “gamin”, c’est quand même quelque chose d’inédit. Et en plus, il a pas l’air grand le petit avec son duvet tout mignon, il doit avoir six lunes et encore, il est haut comme trois souris et il ne ferait même pas peur à un pigeon avec son joli museau et son visage plutôt calme, pas comme Masque de l’Océan, qui fait peur à absolument tout le monde avec ses grandes dents et son sourire de renard.

Mais il ne sait dire comment, il sent que Nuage Eclaboussant, il va bien l’aimer ce petit gars, alors que jamais il à osé lui parler, il l’a juste.. Epié.

   

   
Codage by Lunny pour Epicode
admin luny

avatar

Étrange Éclaboussure
Puf/Surnom : Luny
Âge du perso : 24 lunes
Messages : 22
Date d'inscription : 18/06/2016
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Étrange Éclaboussure, Sam 4 Nov 2017 - 0:33

Le temps. Le temps qui passe, le temps qui forge et qui tourmente. Nuage Éclaboussant avait passé sa nuit à parler avec Nuage de la Libellule, ils s’étaient amusés à s’imaginer des histoires, elle s’était aussi confiée à lui en lui parlant de son apprentissage, en lui parlant des amis qu’elle s’était possiblement fait et elle se confiait tout simplement en lui disant ce qu’elle pouvait avoir sur le coeur parce qu’elle lui parlait toujours à lui, elle le faisait toujours. Comme si quelque chose dans le coeur et l’âme du novice la poussait à être totalement et entièrement sincère à son égard et lui faire suffisamment confiance pour lui parler de ce qui pourrait, elle, la tourmenter. Il trouvait ça admirable et tellement beau tout en se reprochant le fait de ne pas être capable de faire la même chose. Il était si indigne qu’il n’était pas à même de parler de ses problèmes intérieurs à celle qui l’aimait. Elle lui avait parlé de Nuage Angélique qui l’aimait et elle lui avait assuré qu’elle, c’était lui qu’elle aimait, pas cet autre apprenti qui aurait pu chercher à s’interposer entre eux, mais comment Nuage Éclaboussant aurait pu lui dire la peur maladive qui s’était installé dans son coeur dès qu’il avait entendu les rumeurs d’un félin tombé amoureux d’elle ? Comment aurait-il pu lui admettre qu’il crevait d’effroi à l’idée qu’elle lui préférait cet autre à sa place, et comment, surtout, lui confesser qu’il comprendrait tellement qu’elle le laisse là pour rejoindre un mâle qui la méritait encore bien mieux que lui le faisait ? Il n’aurait jamais pu l’admettre à voix haute. Alors il se devait de le garder tout au fond de lui pour ne pas que cette si chère et tendre féline à ses yeux ne se retrouve blessée et offensée d’un tel manque de confiance, parce qu’elle ne comprendrait sans doute pas que ce n’est pas en elle qu’il n’a pas confiance, mais en lui et en sa propre valeur.

Il n’aurait jamais pu. Il ne savait même pas comment il aurait pu se débrouiller pour tenter de dépeindre ses sentiments, alors les expliquer et les clarifier se révélerait inévitablement totalement catastrophique, ce serait un échec monumental et ça ne valait même pas la peine de seulement tenter de le faire. Il se leva et s’étira. Il fallait sortir, s’activer, ne rien laisser paraître de la douleur qui résonne dans tout son coeur, dans son être, dans tout son âme, ne jamais rien laisser voir et toujours être gentil, toujours être doux, toujour être joyeux pour rendre joyeux et ne pas donner l’impression ou plutôt laisser voir que le monde derrière ce masque continue en permanence de s’écrouler. C’était depuis toujours ainsi et rien ne changera, le novice en fin d’apprentissage - bien qu’il n’y ressemblait pas du tout - le savait très bien et il s’était fait à l’idée depuis longtemps. Il ne fallait jamais permettre à ceux qui l’entouraient de comprendre que son âme regorgeait de noirceur, et pourtant, il ne comprenait toujours pas comment les autres faisaient pour ne pas le remarquer, parce qu’il ne se pensait pas si bon acteur. Il avait plutôt l’impression que les ténèbres entourant son âme se voyaient dès le premier coup d’oeil. Fallait croire que non. Il n’était pas capable de s’en convaincre malgré tout. Tout semblait si visible concernant toute sa souffrance et les raisons pour lesquelles il ne devrait pas être côtoyer, mais les autres semblaient toujours ne pas être d’accord, ce qui devenait si peu facile à comprendre pour lui.

Maintenant, il était en train de manger une proie seul, dans son coin, parce que sa compagne était en train de s’entraîner avec son mentor, pace qu’il n’avait personne à qui parler, parce qu’il préférait toujours rester dans son coin plutôt que de déranger. Il lui semblait que ce poisson n’avait pas la moindre saveur, il lui semblait que tout était fade, mais sans doute que c’était seulement la vie qui se trouvait à êter fade et non pas ce qu’il mangeait, ce qu’il buvait, ce qu’il disait. Seulement la vie qui ne possédait pas le moindre petit vestige d’intérêt. Ça faisait bien du sens. Beaucoup de sens. Mais ce n’était pas du tout parce que ça faisait du sens qu’il trouvait cela agréable et qu’il s’y faisait. Il devait seulement s’y faire, il n’en avait pas le choix. Il n’avait pas le choix, jamais le choix. Pas grave. Il était quand même capable de faire semblant que tout allait, il était encore capable de faire sourire, de les faire rire et ça lui suffisait. Il ne demandait pas plus. Il voulait seulement que les autres soient heureux puisque lui pouvait pas l’être, malheureusement. Tout était si sombre dans son esprit sans qu’il ne puisse l’expliquer.

Un guerrier s’approchait alors de lui. Il l’avait déjà croisé, ce regard, auparavant. Nuage Éclaboussant s’en souvenait. Il l’avait déjà croisé le regard de ce félin qui appartenait au même Clan que lui, Masque de l’Océan, un vétéran il lui semblait, et il ne comprenait pas pourquoi celui-ci s’approchait maintenant de sa personne, de sa personne si peu importante. Il ne comprenait pas pourquoi leur regard s’était déjà croisé, mais il n’allait jamais laissé voir ce tourment à ce guerrier, il allait lui montrer de l’énergie, de la joie, pour la lui communiquer, pour que lui soit bien, pour que lui sourit, alors que le novice, lui, se noyait dans l’angoisse de son coeur qui ne possédait pas le moindre sens. Mais c’était comme ça. L’apprenti ne bougea pas lorsque le guerrier lui donna un léger coup d’épaule parce qu’il ne savait pas du tout comment réagir, lui qui n’était pas le meilleur niveau social, mais il continuait de regarder ce félin qui était maintenant près de lui, avec un sourire sur le regard.

« Oui bien sûr ! La pile de gibier a besoin d’être remplie avant que la rivière ne gèle. Par contre, tu sais, tu n’es pas un ancêtre, tu es juste plus âgé que moi, mais ce n’est pas ce que je dirais un ancêtre. »

Sa voix était énergie, tout comme lui, mais tout cela n’était rien de plus qu’un pauvre mensonge. Parce qu’il n’était pas si énergie au fond de lui. Il n’avait pas envie d’aller pêcher, il n’avait qu’envie de se cacher quelque part pour ne plus jamais se faire voir, ne plus jamais se faire entendre, ne plus jamais déranger et être un poids. Et peut-être que là, il aurait mieux fait de se taire parce qu’il s’était perdu dans ses mots.


avatar

Masque de l'Océan
Puf/Surnom : Lunette
Âge du perso : 65 lunes
Messages : 41
Date d'inscription : 20/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Masque de l'Océan, Dim 12 Nov 2017 - 15:42

Oh yes we are different, but damn I understand.
Sorry.

 
« Oui bien sûr ! La pile de gibier a besoin d’être remplie avant que la rivière ne gèle. Par contre, tu sais, tu n’es pas un ancêtre, tu es juste plus âgé que moi, mais ce n’est pas ce que je dirais un ancêtre. »

Tu me dis que rien n'efface,
Ni la craie ni le sang.

Il est énergique, le jeune plante son regard dans celui du guerrier, il se passe quelque chose. Masque de l’Océan à l’impression que quand leur prunelles se croisent, il y a quelque chose entre eux, quelque chose de beaucoup trop étrange et impossible à définir pour en parler. Il se sent con, le guerrier gris, peut-être que son masque noirâtre étouffe juste les sentiments qui traversent ses yeux. Nuage Éclaboussant n’a pas l’énergie qu’il essaie de faire paraître au travers un ton légèrement enjoué.  Pile gibier bien remplie ? Un nouveau mensonge, en fait il s’en fout, Masque de l’Océan, de rendre service ou pas au Clan de la Rivière, c’est juste quelque chose à faire, un dommage collatéral à sa mélancolie. Il n’est pas un ancêtre ? Sa vieille carcasse se découpe dans le froid, au contraire de celle de l’apprenti, plus douce, chaleureuse.

« Oui, peut-être. Je passe devant. »


Il se donne un semblant de contenance. Il pense peut-être qu’il va arriver à faire genre qu’il est grand, qu’il peut encore assurer quelques tâches et garder sa dignité devant un apprenti. Il joue à être lui même, il ment derrière son masque. Ses pattes foulent une énième fois le sol qui mène le guerrier à la rivière, les mêmes depuis des lunes. Il est en train de faire sa crise de vieillesse, celle par laquelle passent tous les guerriers. Il a juste envie que ça s’arrête en fait. Ses griffes raclent le sol qui commence à peine à être gelé. Ses yeux parcourent un instant les roseaux, toujours les mêmes depuis sa naissance. Il soupire et ses épaules s’affaissent, de toute façon il n’a plus que la peau sur les os, et ceux-ci ressortent disgracieusement de sa silhouette maladive, il a maigri, il continue de perdre du poids, et l’odeur fétide de la tanière des anciens se rapproche de plus en plus de sa petite existence misérable.

Tu me dis que vient l'hiver,
Qu'on oublie le printemps.


Ils arrivent enfin devant la rivière qui coule tranquillement, elle suit son cours. Quelques ombres se faufilent entre les rochers glissants, des poissons encore vivants, mais plus pour longtemps. Peut-être que Nuage Éclaboussant est encore un peu jeune et qu’il ne sait pas bien pêcher ? Ce n’est pas le rôle de Masque de l’Océan que de lui apprendre, mais il a atteint un âge où les rôles ne sont que des poisons, qu’est-ce qu’on s’en fout en fait de qui apprends à un apprenti comment plonger ses griffes dans l’eau pour rapporter de la bouffe au camp ? C’était le rôle d’Etoile du Lynx pour le guerrier, il y a longtemps, et depuis sa disparition c’était comme une pierre dans son coeur délabré par les lunes. Il saute habilement jusqu’au bord de l’eau, trempe une patte palmée pour en tester la température, la rivière s’avère être froide comme la glace. Il retire brusquement sa patte et frissonne, la partie de pêche risque d’être longue.

« Brrr. Fais attention, elle est froide, ça surprend. »


Ca n’avait surpris que le guerrier, en fait.

« Tu sais pêcher j’imagine ? Où alors t’es peut-être un peu jeune ? Je ne sais pas, désolé. »


Qu'après tout la voix se perd,
Mais les mots sont vivants.



 

 
Codage by Lunny pour Epicode
admin luny

avatar

Étrange Éclaboussure
Puf/Surnom : Luny
Âge du perso : 24 lunes
Messages : 22
Date d'inscription : 18/06/2016
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Étrange Éclaboussure, Mer 14 Mar 2018 - 2:41

Connexion.

Nuage Éclaboussant n’aurait jamais pu dire pourquoi ni comment, il n’aurait jamais décrire ce qu’il venait de se passer, ce qui venait tout juste de se produire, mais il avait eu cet étrange sentiment qu’une connexion venait de se produire entre eux, une sorte de communion silencieuse que ni l’un ni l’autre ne pourrait expliquer et sans doute qu’aucun des deux n’allait tenter parce que ça ne servait à rien. Il avait cette impression que Masque de l’Océan avait compris. Compris que tout n’était pas aussi beau qu’il le laissait paraître, compris que son énergie n’était pas réelle et qu’elle cachait une réalité beaucoup moins enviante, que derrière tout ça, Nuage Éclaboussant était triste et détruit, que derrière tout ça, l’apprenti essayait d’apprendre à nager dans une détresse et que les vagues étaient beaucoup trop grandes, qu’il avait une trop grande difficulté et qu’il lui semblait qu’une rivière turbulante physique serait bien plus facile. Mais peut-être qu’il se faisait des idées et qu’il s’imaginait tout ça, après il imaginait que trop souvent des scénarios pour que ce ne soit pas le cas cette fois-ci. Personne ne voyait jamais derrière son énergie mensongère, ce n’était pas aujourd’hui que ça commencerait. Personne ne verrait jamais derrière les mensonges et c’était peut-être bien mieux ainsi. Peut-être qu’ils ne voient pas parce qu’ils ne veulent pas voir, qu’ils s’en fichent de l’apprenti et Nuage Éclaboussant les comprendrait si bien. Il s’en fichait lui aussi, de lui-même. Mais ainsi, les secrets étaient gardés.

Il fut soulagé quand le guerrier prit les devants. Parce que l’apprenti ne le faisait jamais, il avait toujours peur que ce soit mal perçu de la part de l’autre, il avait toujours peur que ce soit mal vu et de donner l’impression d’être hautain et snob.. Alors il fut vraiment soulagé que Masque de l’Océan ne se pose pas trop de questions et se décide de prendre le devant, d’aller tout de suite, de faire en sorte que le novice se doive de suivre sans poser de questions. « Je te suis. » Il le suivait parce que c’était plus facile pour lui de suivre que de prendre les décisions, parce que de toute façon, son père lui avait toujours bien fait comprendre qu’il était faible et son père avait tant raisons. Lui qui ne se battait jamais, lui qui ne chassait presque jamais, sauf lorsqu’il était obligé, lui qui ne savait même pas comment abordé la féline qu’il aimait alors qu’ils étaient officiellement en couple depuis un long moment, oh oui, qu’est-ce qu’il était faible et désespérant. Il ne savait même pas comment on pouvait l’accepter dans le Clan en tant que guerrier tant il était faible. Faible et inutile. Une pauvre petite poussière, un horrible petit microbe. Mais ce n’était pas important. Pas important comment il se voyait, pas important ce qu’il était, il devait sourire et suivre avec toute l’énergie possible pour ne jamais laisser savoir le tourment interne, au moins amener un doux sourire sur le visage des gens, au moins apaiser les coeurs. Au moins.

Il s’approcha doucement de l’eau quand ils furent arrivé à la Rivière. La saison froide approchait et avant que la rivière ne gèle, il fallait bien pêcher, mais l’eau allait être froide sans aucun doute, glaciale même. Aussi glaciale que ses inquiétudes. Il frissonnait d’avance. Il regarda le guerrier quand celui-ci se décida de mettre une patte pour tester l’eau et qu’il eut un frisson glacé. Il eut un petit sourire face à son commentaire. « Je vais faire attention. » Nuage Éclaboussant n’avait pas de difficultés à croire que ça surprend. On a beau s’y attendre, on ne peut jamais vraiment être sûr de la température avant que l’eau ne touche la patte. Alors oui, c’était évident que ça pouvait surprendre. Il s’approcha de la surface de l’eau en prenant soin de ne pas laisser son ombre être projetée sur l’eau. Un sourire restait sur son visage. Ses yeux mentaient. Fausse énergie. Les mensonges étaient constants, avec lui. Ne partaient pas. Mais c’était bien mieux ainsi, il pouvait aider les autres et on ne se souciait pas de lui. Il n’était pas important. Alors il ne fallait pas que les autres se concentrent sur lui, non, pas du tout. « Je serais bientôt guerrier, alors oui, ne t’en fais pas, je sais pêcher, tu n’auras pas à m’entraîner. On aura qu’à pêcher ensemble, comme deux amis. » Il s’arrêta et sourit. Il ne voulait plus voir cette étincelle triste dans le regard du guerrier.


Contenu sponsorisé
message posté par Contenu sponsorisé,

Page 1 sur 1


Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum