Météo
La neige recouvre Cerfblanc, les flocons tombent en permanence du ciel pour venir s'accumuler sur les tanières et les pelages des chats. Un vent glacial vient refroidir le plus hardis et le soleil a du mal à percer. Les températures ne dépassent pas les - 5°C, attention au mal blanc qui vous guette.

Infos
saison des neiges
aléas naturels : forte neige
évènement : Assemblées et baptêmes en cours

Top-Site

Vote pour nous toutes les deux heures !
Heureuses retrouvailles de fin d'été [ft. Varda volant avec les Mésanges]



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Vote !
N'oubliez pas de voter ici (click) !
Design de Noël mis en place !
Rendez-vous ici !
Tumblr du fow
Regarde par ici et propose tes idées par !
Priorités
Favorisez la Troupe Inondée qui manque cruellement de membres, ils ont besoin de vous !
Animation de Noël
Pas encore ouvert votre cadeau ? Venez ici


Partagez | 
 

 Heureuses retrouvailles de fin d'été [ft. Varda volant avec les Mésanges]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Ray admine
avatar

Je suis
Salvador
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Ray
Âge du perso (en lunes) : 67 lunes
Messages : 53
Date d'inscription : 18/10/2016


Mer 4 Oct 2017 - 13:28


Feuillou

Heureuses retrouvailles de fin d'été



J’ai constaté qu’un être vivant normalement constitué - je n’inclue donc pas la majorité de débiles mentaux, attardés et psychopathes qui composent la moitié des deux troupes - lorsqu’il lui arrive de croiser un être semblable à lui mais du sexe opposé, ne se posera pas d’autres questions que : pouvons-nous copuler ? C’est, en effet, purement psychologique et instinctif. Ce n’est rien de plus que la question de la création d’une progéniture dominant les autres questions lors d’une première et inédite rencontre. La question d’un possible plaisir charnel avec la personne qui se retrouve - malheureusement - en face de vous. Et le plus marrant, c’est qu’on ne peut pas s’en empêcher ; on a ça dans le sang, ce fameux plaisir charnel, ce désir constant. On l’a et il nous est indivisible. On ne peut pas nous l’enlever, comme ça. C’est dans nos veines. Et il va falloir arrêter de le nier, il n’y a que les enfants qui n’y pensent pas. Hors, vous êtes bien loin d’être encore des enfants, si ? N’ai-je donc pas raison, encore un fois ? Si, si, toujours raison ? Je souris. J’adore avoir raison, et devinez quoi, ça m’arrive assez souvent. Donc voilà, vous êtes là, vous croisez une jolie petite femelle, et c’est le premier questionnement qui vous vient à l’esprit. Avant même de vouloir savoir comment se nomme cette adorable demoiselle. Nous ne sommes qu’un bande de bourrins qui passons notre temps à nous demander qui nous avons le droit de culbuter. Ou pas. Il y en a pas mal qui ne demande pas trop d’autorisation.

Je marche, enfin, je marchais aussi, il y avait quelques minutes, avant d’arriver à cette constatation. Car il faut toujours un préambule, un prologue, une mise en bouche, avant l’arrivée d’une idée si saugrenue. Ça ne vous vient pas comme ça, voyons. Il faut un peu de jugeote, de réflexion. Et voilà qu eje suis chiant à nouveau, à parler philosophe. Arrêtez-moi plus tôt, la prochaine fois. Donc bref, je marchais, à une allure tout à fait convenable, pas trop pressée, quoi. Il faisait bon, et c’est toujours bien de dire ça, parce qu’au moins j’en avais pas les couilles gelées. Je venais de sortir du camp, qui était un peu trop rempli pour moi. C’est difficile, quand vos proches forment la moitié de la Troupe en question, de les éviter : on commence rapidement à tourner en rond. Et tourner en rond, ça fatigue, c’est chiant, ça sert à rien. J’étais donc dehors et je me promenais, jusqu'à ce que, subitement, des bruits, des échos d’une présence ne me parviennent. Fièrement, presque instinctivement, d’ailleurs, j'avais commencé à m’élever, à gonfler mon poitrail, à monter ma queue bien droite vers le ciel. Bref, un gentil petit paon se pavanant de sa carcasse or et noire. C’est une réaction que je ne contrôlais pas vraiment. Ça provenait de mes gênes, de mes gênes de gros frimeur. Pourquoi se voiler la face ? C’était simplement la vérité, et je l’admettais.

Quelle ne fût donc pas ma surprise quand j’apprenais grâce à mon odorat (fortiche, n’est-ce pas ?) que ces pas appartenaient à un membre de la troupe ennemie, la Troupe Embrumée, et qu’en plus de cela, il s’agissait d’une femelle. Voilà donc comment j’étais parvenu rapidement à cette conclusion. Oui, rapidement. j’avais une certaine vitesse dans tout ce qui était mise en relation d’éléments. Ce constat aurait été parfaitement vérifié et validé, si je n’en avais pas hormis un paramètre facultatif, un léger détail : la possibilité de connaître cet individu, mais aussi qu’elle eusse été par le passé une de mes conquêtes.

Codage de Sun pour Ray <3 seulement

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Je suis
Varda
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Feuille
Âge du perso (en lunes) : 44 lunes
Messages : 58
Date d'inscription : 21/11/2016

Feuille de personnage
Mentor / apprenti : Licaï
Relations :


Sam 7 Oct 2017 - 21:55

Heureuses retrouvailles de fin

d'été

« Entends-tu cette mélodie, c'est le vol d'une mésange ... »

La guérisseuse de la troupe embrumée était entrain de revivre depuis que les températures avaient commencé à redescendre. Même si Varda savait que cela signifiait aussi la fin du Temps de Jade et l'arrivée des premiers malades, elle ne regrettait pas les horribles chaleurs qui avaient sévi dans la forêt.

A présent il fallait se préparer à la venue de la neige et au froid glacial qui allait bientôt régner en maître, c'est pourquoi Varda n'avait pas beaucoup de temps pour aider le botaniste à ramasser des plantes. Ces-dernières disparaîtront bientôt, emportées par les premières gelées.
Elle aurait pu demander de l'aide à Licaï, son jeune novice aurait sûrement été très content de s'aventurer en dehors des frontières de la troupe embrumée. Cependant, la guérisseuse argentée préférait le savoir en sécurité au camp plutôt qu'avec elle en territoire inconnu. La surprise se lisait dans les yeux de Varda, elle accordait bien plus d'attention à ce jeune chat qu'à sa propre fille. Peut-être que si tout était à refaire, elle prendrait des décisions différentes ...

Son regard s'arrêta soudain sur un groupe de prêles qui poussaient non loin d'elle. Autant les ramasser avant que le botaniste ou les guérisseurs de la troupe adverse ne s'en chargent. Elle s'avança donc prudemment et commença à couper une par une les tiges à l'aide de ses crocs.
Soudain, l'odeur d'un autre félin qui venait dans sa direction sembla pétrifier Varda qui laissa tomber sur le sol les tiges qu'elle venait de cueillir. Cette effluve, la guérisseuse ne l'avait pas flairé depuis des années et pour être honnête elle avait souhaité ne jamais revoir son propriétaire.
La haine et la colère prenaient possessions de la femelle grise qui s'était redressée et attendait sans bouger que l'autre félin soit assez proche d'elle pour pouvoir l'entendre.

"Je ne pensais pas revoir ta vieille carcasse un jour !"

La guérisseuse ne cachait pas la colère qui l'habitait, Salvador allait regretter d'avoir de nouveau croisé sa route.
©️ Codage par Neph

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Je suis
Faucheuse de Rp's
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Cousine de Timmy
Messages : 738
Date d'inscription : 19/05/2017


Dim 24 Déc 2017 - 15:23

|| UP ||
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
Ray admine
avatar

Je suis
Salvador
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Ray
Âge du perso (en lunes) : 67 lunes
Messages : 53
Date d'inscription : 18/10/2016


Ven 5 Jan 2018 - 2:46


Feuillou

Heureuses retrouvailles de fin d'été



Premièrement, j’ai cru que c’était encore une farce. Une blague de mon esprit, un coup-monté, une hallucination, bref, que tout cela n’était pas vrai. Si seulement ça avait pu … Maintenant, je suis dans la merde. La bonne grosse merde. Vous vous souvenez, pendant le Temps de Jade, au début, y’a quelques mois, la Réunion des deux Troupes ? Allez, si, vous vous en souvenez, il y a de très petites chances que vous ne vous en souveniez pas. Bref. J’avais assuré, alors recouvert de boue, que c’était une bonne chose, car ainsi, je ne risquais pas de reconnaître Varda et Varda ne risquait pas de me reconnaître. Je vous avais ensuite expliqué pourquoi et … Bon, voilà, pas besoin de vous faire un dessin pour vous dire à quel point cette situation me met dans la merde. J’suis à moitié pétrifié mais il est hors de question pour un mâle avec autant de fierté que moi de le montrer. Je continue de garder ce torse gonflé comme je peux, même si maintenant que Varda a détecté ma présence, ça va être bien plus compliqué que prévu. J’peux plus trop faire demi-tour et me barrer, maintenant, c’est trop tard. Merde. Elle aussi, elle m’a reconnu. Ça n’a pas tardé. Elle a réagit au quart de tour au moment même où mon odeur est parvenue à ses narines. Oups. Le jolie bouquet qu’elle avait préparé vient de s’écraser sur le sol, tombant en morceaux. La pauvre, elle va devoir tout recommencer. Je masque un sourire à cette pensée. Non pas que je suis sadique, juste que ça me fait marrer de l’imaginer devoir refaire quelque chose de chiant par ma faute, quelque chose que j’aurais fait, une connerie, quoi.

Elle lève la tête et se retrouve presque à la même hauteur que moi. Ah bah, elle a pas bien l’air contente. Sans blague. Quelle surprise. La gueule qu’elle tire est à la fois fascinante et déconcertante. Je crois que là, maintenant, tout de suite et sur le champ, elle me sauterait bien dessus pour m’étrangler. Par chance pour moi, c’est une guérisseuse. Et si je n’arrive pas à me défendre contre une guérisseuse, c’est que j’ai vraiment un gros problème. Ouh, elle fronce les sourcils. Non, décidément, je porte la poisse. Mauvais endroit, mauvais moment. Elle aurait pas pu aller les cueillir autre part, ses foutues plantes ! Et c’est encore moi qui vais m’en prendre plein la gueule ! Super ! Ah, vraiment, c’est une super journée là. “Je ne pensais pas revoir ta vieille carcasse un jour !” Pardon ? Vieille carcasse ? Je suis offusqué. Il faudrait qu’elle commence par témoigner un peu plus de respect à ses aînés, non mais oh. Et puis, de toute façon, ça fait pas tellement longtemps, hein ! Ça doit faire … Merde. J’ai pas la notion du temps, moi, c’est vrai. Mais quand même, ça fait pas dix ans, quoi ! J’ai pas tellement vieilli ! Bon, j’avoue, j’ai deux trois poils blancs mais ils se voient à peine ! Mon égo souffre, actuellement. Elle a touché un point sensible. Je ne suis pas vieux, ok ? Mais son expression fâchée me fait redescendre sur terre. Oh, si elle avait été entraînée, sans doute que je ne serais déjà plus de ce monde. Elle me fait limite peur. Oh, vous entendez, une femelle qui me fait peur ! C’est très cocasse, ça. “Toujours aussi aimable, à ce que je vois” Et puis quoi encore, pourquoi y’aurait que moi avec des défauts ?


Codage de Sun pour Ray <3 seulement

Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur

Je suis
Contenu sponsorisé
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••




Revenir en haut Aller en bas

 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» D'heureuses retrouvailles !
» Bouboubalade ou les retrouvailles d'un frère et d'une soeur !
» retrouvailles printanière d'Elfy et de sa maman Cinna !!
» Retrouvailles de mes amis!!!
» Les bonnes retrouvailles


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La guerre des clans RPG :: Au-delà des terres du Clan de l'Ombre :: Territoires neutres :: Collines de Den-