min : 5°C   max : 20°C
saison : feuilles mortes
aléa climatique : aucun
voir les assemblées et baptêmes en cours (www)
À néant. {Aido - Utop}



 

À néant. {Aido - Utop}


avatar

Regrets Mortels
Puf/Surnom : Lunette'
Âge du perso : 65 lunes
Messages : 318
Date d'inscription : 23/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Regrets Mortels, Jeu 19 Oct 2017 - 9:55


 


 
À néant.

 
 
« Fairy tales are more than true: not because they tell us that dragons exist, but because they tell us that dragons can be beaten. »

 
Comme avant, son doux regard envoûté mes pensées les plus sombres, embrume mon esprit presque torturé par ses mêmes iris vertes émeraude dans lesquelles mes démons se plongeaient. Ses yeux me prennent dans les abîmes de ce qu’il reste d’un bout de “nous” incertain. J’ai encore la douloureuse impression que nos deux truffes se frôlent, que nos pelages remplis de la chaleur de l’amour se collent. Mais tout ce bordel incomplet n’est qu’un rêve qui avec toute la peine immonde qu’il contient, tire vers l’horrible cauchemar, pourtant tout est sorti de mes pensées. Je crois qu’on appelle ça les monstres du passé.
Je l’aimais.

Les rayons du soleil réchauffent mon pelage qui vagabonde dans le camp du Clan du Vent, entre deux discussion sans importances, deux ordres et quelques moments où je souffre de la solitude. Encore saoul de mes rêves cauchemardesques de la veille, mon corps titube jusqu'à la sortie, entravé par une multitude de corps inertes, ceux-ci ne sont pas encore morts. J’ai peut-être à nouveau plongé, dans un désespoir si profond que rien ne peut me remonter à la lumière des autres. Comme ils disent, ça passera, ce n’est qu’une foutue mauvaise phase, ce n’est que sa mort pas vrai ? J’ai besoin d’une échappatoire. J’ai besoin d’un défouler, de quelque chose que je peux frapper, de quelqu’un sur qui je peux hurler ma haine, pleurer ma peine.
Je l’aimais.

Alors que je mange, mes prunelles se portent sur quelqu’un, une guerrière de mon cher Clan du Vent au nom utopique que je ne connais pas encore bien. Ses yeux me semblent perdus, c’est bizarre, moi, c’est mon être tout entier qui est à la dérive. C’est en cela que je reconnais la future victime du lieutenant complètement con que je suis. Après le vétéran Cœur de Sapin que j’ai littéralement explosé, j’ai besoin de sang neuf à admirer couler, surtout depuis que j’ai revu Sourire Effacé, mes envies de meurtres ont ressurgi tellement rapidement que je ne pouvais que tuer. Sourire Effacé. Quel nom horrible pour une si parfaite beauté et une si douce voix.
Elle aussi, je l’aimais.


 
”Eh toi, attend un peu. Utopie des Rêves, c’est ca ?”

Je m’approche de ma proie à pas lents, comme un prédateur, mes yeux se plantent dans les siens. Ma démarche est décontractée et le silence règne, j’ai l’impression que certains se sont retournés, c’est bon j’vais pas l’aborder j’ai autre chose à foutre hein. Quand j’arrive à sa hauteur, ma fourrure sombre frôle la sienne et j’offre à la guerrière mon plus beau sourire de connard badboy, une vraie perle. Je dois à présent trouver une excellente excuse pour entraîner ma proie hors du camp, pas de violences physiques ou quoi aujourd’hui, juste apprendre à connaître son mental. Mais faire le tout au beau milieu du camp, c’est pas trop le top pour un futur lieutenant. J’ai plein d’autres techniques fourbes en tête, rassurez vous.

” Ça te tente de venir chasser avec moi ?”

En plus je suis poli, courtois, génial. Elle est clairement obligée d’accepter, là. Et à ce moment précis où elle va dire, oui, le gibier tombera tout droit entre mes pattes !

 
- Adrenalean 2016 pour Epicode

 

avatar

Utopie des Rêves
Puf/Surnom : Aido
Âge du perso : 66 lunes
Messages : 54
Date d'inscription : 19/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Utopie des Rêves, Sam 21 Oct 2017 - 19:04

Ouverture sur le Monde.
Ses pleurs s’envolent alors qu’il suffoque dans les ténèbres de la nuit. L’oxygène ne parvient plus à alimenter son être emplis de souffrance, aidez le la mort se penche au-dessus de lui avec un grand sourire. Il n’arrive plus à se relever, les chaînes de la tristesse le condamne à rester immobile alors que la peur se resserre autour de son âme couturer par les cicatrices du passé. Il veut s’échapper, il veut s’enfuir et ne plus devoir à affronter son destin si sombre mais les étoiles le repoussent, encore et encore. La musique éternelle de la vie se répète encore et encore alors qu’il ne demande qu’une seule chose, qu’elle s’endorme et arrête d'insuffler en son corps squelettique.
Sa silhouette se tord dans l’horizon parcouru par les rayons de la lune, son regard si brillant ne reflète que l’ombre de lui même alors qu’il vagabonde inconsciemment dans la lande. Ses rêves périssent dans l’aube naissant, ses hurlements se perdent dans la voûte céleste et ses pas le guident dans l’obscurité volant en éclat à l’arrivée de la lumière aveuglante du soleil.

”Eh toi, attend un peu. Utopie des Rêves, c’est ca ?”

Ouverture sur le monde et abandon du cauchemar. Son regard se tourne vers le chat alors qu’il trébuche sur le sol, reculant de quelques pas. Son regard devis, n’osant par rencontrer le siens, n’osant pas créer la collision des sentiments vous départageant. La voix du mâle résonne dans sa tête, sa gorge se noue alors qu’il n’a qu’une envie, partir très loin. Pourquoi est-ce que tu lui parles ? Tu ne vois pas qu’il ne va pas bien ?

” Ça te tente de venir chasser avec moi ?”

Il se recroqueville sur le sol, la peur lui tord le ventre. Il ne veut pas sortir, il ne veut pas être avec lui. Il veut mourir mais on l’oblige à vivre, il veut être seul mais on l’oblige à être accompagné.

Son regard croise le siens, le chat ne dit absolument rien. Il se lève et se dirige vers l’entrée du camp, donnant alors un oui, à contre coeur.
Ft Lunette

avatar

Regrets Mortels
Puf/Surnom : Lunette'
Âge du perso : 65 lunes
Messages : 318
Date d'inscription : 23/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Regrets Mortels, Dim 22 Oct 2017 - 14:56


 


 
A NEANT.

 
 
« Feat. Utopie des Rêves. »

 
Le regard du matou se fait fuyant. Parce que ouai comme un con je croyais que c'était une femelle, il me paraissait d’une faiblesse semblable à celle d’une femme quoi. Mais non, c’est véritablement un guerrier, je ne sais pas comment c’est possible. Pendant que je m’approchais, lui, il reculait, trébuchant sur le sol de la clairière du Clan du Vent. Il fait vraiment pitié comme ça, je sais pas qui a mis au monde cet espèce de truc mais c'était complètement inutile apparemment. Je vais pas m'empêcher de le lui faire remarquer d’ailleurs. J'espère que personne regarde, parce que sinon ils vont croire que je lui fait déjà du mal au pauvre petit matou complètement sans défense face au grand méchant loup que je suis. Je penche la tête d’un côté, il a trop peur que je m’énerve s’il refuse, il va accepter, c’est certain.

Utopie des Rêves se recroqueville sur le sol comme un chaton qu’on engueule, il est vraiment bizarre ce chat, il a pas l’air vraiment joyeux de chasser avec puisque ses yeux sont écarquillés par la peur qui doit certain lui défoncer le ventre, je sens son angoisse, ça me fait un certain bien de me dire que je suis pas devenu aussi faible que je le pensais. J’essaie de dévoiler mes crocs pour voir sa réaction, je m’amuse avec lui quoi, j’aime bien jouer un peu avec mes proies. Même si je suis toujours sur le cul que ce soit un mâle et pas une femelle. Il croise à nouveau mon regard et se lève sans rien dire, il se dirige vers l’entrée du camp, ce qui veut certainement dire oui. Alors tout heureux, je le suis en découvrant mes crocs en une grimace que j’appelle sourire.

 
Je le suis à l'extérieur du camp puis je passe devant sans lui accorder un regard, c’est moi le chef, c’est moi qui passe devant. Nous nous éloignons suffisamment du camp, j’y veille personnellement. Je sens l’odeur d’un lapin et je me mets à courir, puis j'aperçois la petite forme sombre qui galope à quelques mètres de moi, je pique un sprint et finit par briser la nuque de la proie et de la ramener près d’Utopie des Rêves. Bien devant lui, j’essaie de capter son regard, et je serre mes mâchoires tellement fort que les os du lapin se brisent et que sa peau se déchire, il retombe le sol, complètement brisé. Je souris de façon totalement innocente et hausse les épaules en lançant un regard de travers à Utopie des Rêves.

« Oups. »

Je lui tourne quelques instants autour et je reprends mon chemin. Pauvre petit matou sans défense, il ne sait même pas ce qui l’attend. Il voudrait rêver ? Dommage, je vais lui faire vivre un véritable cauchemar éveillé. Et le mieux, c’est qu’il ne pourra même pas en réchapper. Aile du Crépuscule n'aimerait pas que je fasse ça, mais elle ne le sait même pas, elle est peut être dans ce conte du Clan des Étoiles inexistant. Si elle était encore là, je ne serai pas comme ça. C’est entièrement sa faute si je suis devenu le monstrueux connard que je suis de nouveau aujourd’hui. Je soupire. Tant pis, je me ferai pardonner ma vie plus tard, pour le moment j’ai autre chose à faire.

 
- Adrenalean 2016 pour Epicode

 

avatar

Utopie des Rêves
Puf/Surnom : Aido
Âge du perso : 66 lunes
Messages : 54
Date d'inscription : 19/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Utopie des Rêves, Ven 3 Nov 2017 - 14:15

Le faible et le Connard.
La peur le ronge alors qu’une sensation de supériorité émane de Regrets Mortels. Il est inférieur, inférieur au maton. Il le craint, il sait qu’en un seul mouvement il pourrait lui briser la nuque. Il ne veut pas mourir, il ne veut pas succomber, il s’accroche à la vie. Pourquoi s’accroche-t-il à la vie alors que tout le monde souhaite le voir crever ? Personne ne l’aime, “dégage”. Pourtant il reste, comme si il avait envie de prouver qu’il est fort, prouver qu’il peut le faire, prouver qu’il peut se battre. Pourtant il en est incapable, il est si faible, si petit, si vulnérable.
Vous vous éloignez du camp, plus vous vous éloignez plus sa peur se fait grande, l’angoisse commence à prendre la possession de son corps. Il sait que tout ça est fait exprès, il sait que c’est un piège, il a si peur de la mort qu’il en tremble.

Regrets Mortels se met soudainement à courire et tu vois un lapin galoper de toute ses forces. Le lapin essaye d’échapper à son destin inévitable. Lui aussi fuit la mort, lui aussi n’a pas le choix, il est une proie. Utopie des Rêves aussi est une proie, on le traque, on le terrorise.

Il n’ose pas le regarder dans les yeux, il a tellement peur de se qu’il va y lire. Et puis, il ne veut pas qu’il découvre toute cette crainte qui sommeil en toi. Il tient un lapin dans sa gueule, la froideur de la mort est déjà en lui alors que ses os craquent sous la force de la machoir de Regrets Mortels. Il s'aplatit sur le sol, comme s’il avait le diable devant lui. Le sang tombe sur le sol, créant une douce mélodie qui lui paraît une torture. Puis la collision avec le sol lorsqu’il lâche sa proie. Le cou pend, les os sont broyés. Et lui, il sent les larmes monter en puissance dans lui quand il se rend compte que c’est sûrement ce qu’il va lui arriver. Il va se faire écraser sous la puissance de Regrets Mortels. Faible, c’est ça qu’il est. Les faibles ne méritent pas de vivre, pas vrai ? Au lieu de les relever on ne fait que les enfoncer encore plus parce que c’est ça qu’ils méritent, pas vrai ? On s’en fout de savoir s'ils vont bien ou pas, s'ils sont suicidaire ou pas. On en profite juste pour défouler sa haine et sa douleur dessus. Un connard et un faible. C’est un beau tableau, non ?

« Oups. »

La voix résonne dans sa tête comme un écho. Elle ne fait que faire augmenter la pression qui pèse déjà sur ses épaules alors qu’il commence à tourner autour du faible. Il établit une ronde, il établit les règles du jeu qui débute. Un jeu qui n’aura jamais de fin. Il va devenir son prisonnier et lui le maître, il va devenir son jouet.
Le faible recule d’un pas, toujours aplati sur le sol. Il croise un instant son regard avant d’aussitôt rabaisser les yeux et de se mettre en position de soumission. Sa seule chance de survivre ? Faible.
Ft Lunette


avatar

Regrets Mortels
Puf/Surnom : Lunette'
Âge du perso : 65 lunes
Messages : 318
Date d'inscription : 23/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Regrets Mortels, Ven 17 Nov 2017 - 17:19


   
Feat. Utopie des Rêves | Aido.

   
A néant.

   
   

   

   It's so hard to breathe, isn't it  ?
Your empty life is done.


Il est collé au sol, j’aime cette putain de sensation de puissance, j’aime pouvoir penser démonter chaque partie de son corps de faible, j’aime voir cette minuscule lueur désemparée dans ses yeux, j’aime voir cette souffrance, j’aime qu’il ait peur de la douleur, j’aime qu’il ait peur de ma fureur. Je pose une patte sur le sol, douce, qui contraste avec la froideur de la situation. Tic. Tac. Une deuxième, je prends mon temps et apprécie la panique qui s’empare de lui. Je n’ai pas envie de le tuer finalement, j’ai envie de m’amuser un peu avec ce que je croyais être une femelle à la base. J’ai toujours été très sexiste. Ca marche bien comme stéréotype pas vrai ? Un macho connard qui prend le pouvoir du Clan du Vent, peut-être bientôt de la forêt. Non je veux bien plus, je veux régner sur le monde entier.

Trois pattes, il m’en reste une à pauser et un léger mouvement de hanche à effectuer pour que ma truffe se retrouve serrée contre la sienne. Pour le moment je veux juste l’intimider, quand je m'ennuierai de lui faire peur je passerai à la prochaine étape, une petite coupure le long de son museau et il partira en hurlant chercher des camarades. Tic. Tac. Une dernière patte sur le sol. Son regarde effrayé croise un minuscule instant le mien, un instant de pseudo confiance, j’aurai aimé qu’il se batte, mais ça aurait été moins drôle, je serai fatigué plus vite. Il baisse les yeux sur ses petites pattes, ratatiné comme une merde au sol, une putain d’erreur de la nature, voilà tout ce que les chats comme lui sont. Le souvenir de Fauve Blanc me revient en tête, et comme un aimant collé à lui, celui d’Aile du Crépuscule.

Clac.

And there's nowhere left to run.
And you're falling.
And you're weeping.

Une griffe touche son museau, se plante, je souris et lance une petite excuse avec un bon sourire de charognard. La haine d’Aile du Crépuscule est plus forte que tout, plus forte que ce que je peux extérioriser, plus forte que toutes les injures que je peux hurler. Je m’en fous de la douleur d’Utopie des Rêves. Au fond je suis un putain d’égoïste, comme elle me le disait, je veux me venger, je veux me débarrasser du poids de la colère que je traîne comme un fardeau. Je ne veux pas sentir l’odeur des remords dans mon esprit non, je veux que tout s’arrête. Et l’autre part de moi qui prend le pouvoir. Est-ce que je mérite vraiment de faire les baptêmes de ceux qui me suivront dans ma perte ? Peut-être qu’un jour je les tuerai, peut-être que ce ne sera pas moi qui périrai. Ma haine est immortelle, pourquoi pas moi aussi ?

Je ne souris plus et plisse les yeux, je me retourne vivement quand ma queue fouette le visage d’Utopie des Rêves. Elle… Il ne dit pas un mot, je ne sais même pas ce qu’il fait, j’ai pas le temps de pleurer sur son triste sort. Mes yeux se perdent un moment dans les feuillages nus des arbres, j’ai l’impression de vaciller, de tomber, puis de revenir à moi même, j’ai les yeux dans le vague, je vois flou. Est-ce donc la rage qui m’aveugle enfin ? Tout redevient normal après cette pensée, j’en conclue que je suis fou à lier. Tant pis, ça ne fait qu’un détail compromettant en plus. Au point où j’en suis je peux bien me le permettre pas vrai ? Toujours aucun mot de ma victime, pas de rage, rien, c’est le silence le plus complet, silence que je compte bien briser, comme les os de la nuque du matou s’il ne se réveille pas.

« T’es un putain de guerrier oui ou non toi ? Tu vas faire ta fillette devant ton lieutenant ? »

Je rugis comme un lion, c’est même plus pour l’impressionner, même Fauve Blanc se défendait.

And you're kneeling.
And you're squealing.


   
- Adrenalean 2016 pour Epicode.
   

avatar

Faucheuse de Rp's
Puf/Surnom : Cousine de Timmy
Messages : 676
Date d'inscription : 19/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Faucheuse de Rp's, Lun 15 Jan 2018 - 20:16

// UP //

avatar

Utopie des Rêves
Puf/Surnom : Aido
Âge du perso : 66 lunes
Messages : 54
Date d'inscription : 19/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Utopie des Rêves, Dim 11 Fév 2018 - 23:46

Folie, colère et haine, connard.
La peur me tourne autour à la façon d’un vautour,
La haine incontrôlable meurt dans les profondeurs de mon esprit,
Je sens les pleurs rattraper ma douleur,
Je sens tout mon corps se tétaniser.
Hahaha, quelle misérable chose je suis. Tu te rappelles ? Oh mais oui je suis sûr que tu te rappelles lorsque je disais vouloir mourir, que je disais que je ne tenais en rien à la vie. Oh mais qu’est-ce que j’étais con et toi qu’est-ce que tu étais naïf. Tu crois toi qu’une personne désirant la mort ressent la peur ? Non.
La vérité tu vois, c’est que j’ai encore envie d’y croire. Que j’ai encore l’envie terrible de me dire qu’il y a encore de l’espoir, quelque part, et qu’un jour j’arriverai à me relever, qu’un jour un beau sourire se dessinera sur mon visage et que je m’en rappellerai toute ma vie.
Ah mais oui pardon j’avais encore une fois oublié que j’oublie tout, que je suis incapable de retenir la moindre petite chose. C’est con hein ? Comment est-ce que je peux espérer alors que je ne fais qu’oublier ?
Ouais, t’as sûrement raison. Comme tous les autres d’ailleurs ! Je ne suis qu’une misérable merde qui ne sert à rien à part salir ce putain de monde ! Tu veux savoir quelque chose ? Pour une fois je te donne putain de raison parce que de toute façon c’est ça que tu veux, pas vrai ? Tu veux que je te donne raison pour que tu puisses faire grandir encore un peu plus ton égo ! Sauf que tu sais quoi ? Bah t’as tord.
Parce que c’est à cause des gens comme toi que j’ai si mal, c’est à cause de toi que je suis comme ça, c’est à cause de ta putain d'existence que je ne sus plus qu’un minuscule tâche sur le globe terrestre.

Puis la douleur, puis le sang, puis le choque.
Oh je vais encore te dire une petite chose sale petit con, j’t’emmerde.
J’en ai marre de me soumettre, tu comprends ?
J’en ai marre d’être différent, j’en ai marre d’être faible juste pour la simple et bonne raison que je passe mes journées à dégueuler. Tu veux que je te confis un secret ?
C’est pas parce que je suis faible physiquement que je dois l’être mentalement.
Ça te plais pas que je change comme ça, d’un coup, sans prévenir personne ?
Mais qu’est-ce que j’en ai à battre franchement de ce que tu penses ?
Tout le monde en a tellement rien à battre de ma gueule. Je suis fatigué, tu comprends ? Fatigué. J’ai envie de gueuler un bon coup, j’ai envie de sentir pour une fois la colère m’échapper et l’envoyer dans la gueule de quelqu’un même si à lui, ça ne lui fera rien.

Puis ton hurlement. Ça paraît tellement facile pour toi de me gueuler dessus. Ha mais c’est vrai pardon, j’avais oublié que je sers à ça. À me prendre des coups, à voir mon sang couler et me prendre la haine des autres dans la gueule alors que j’ai absolument rien demander.
Pourquoi je me bat pas ? Oh tu veux que je te dise quelque sale petit con parce que là, pour la première fois dans ma vie j’ai l’impression d’être un peu normal. Enfin je veux dire c’est une sensation que je n’ai jamais ressentis, quelque chose de complètement inconnu. Parce que pour la première fois je me relève, tu vois ? J’me dresse devant toi, à travers les ténèbres de la nuit.

Je crois que, je sens de la folie. Qu’elle est en train de prendre la possession de mon corps et que je me métamorphose. Je sais c’est bizarre à dire comme ça mais pourtant c’est ça que je ressens. Je me sens changé, je ne suis plus moi, je suis, je sais pas trop en fait, quelque chose d’autre.

“ Hahahah, Tu sais quoi ? JE T’EMMERDE CONNARD ! “

Ha, tiens c’est nouveau ça.

Puis c’est la chute, la plus grande chute de ma vie et je baisse les yeux d’un seul coup. Je sens les larmes monter puis se mélanger au sang qui s’échappe toujours de mon museau meurtris. Je me sens encore lus faible, encore plus ridicul.
Pourtant quelque chose avait changé en moi.
Folie, haine et colère.
Elles avaient toutes les trois pris possession de mon être.
Ft Sophia

avatar

Regrets Mortels
Puf/Surnom : Lunette'
Âge du perso : 65 lunes
Messages : 318
Date d'inscription : 23/03/2016
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Regrets Mortels, Ven 23 Mar 2018 - 17:43


Feat. Utopie des Rêves | Aido.

A néant.




Like the flower and the scent of summer, like the sun and the shine
Well the truth may come in strange disguises.


Je suis réellement amusé par la situation, j’aimerai beaucoup que le gamin il se rebelle un peu mais je crois que c’est pas pour aujourd’hui, ou peut-être que si. Je sens ses muscles se crisper et je vois de là où j’suis qu’il est en train d’se vénère. Ca me ferait vraiment chialer qu’il essaie de me retourner parce que de toute évidence, je suis beaucoup, beaucoup plus fort que lui. Nos yeux se rencontrent un instant, c’que j’y vois me surprend sans me faire peur, au contraire. Depuis que l’autre con de Jaspe a jugé que sa petite copine pourrie serait meilleure que moi, j’ai bien besoin d’un exutoire, et surtout de tuer Aile Orangée. Peut-être que ce jeune fou pourrait m’aider ? Peut-être que finalement, j’avais vu juste dans ses manières.
Oh oui mon gars, celui-là c’est un bon.

« Hahahah, Tu sais quoi ? JE T’EMMERDE CONNARD ! »

Bien que ce rire tout droit sorti des profondeurs monstrueuses de l’enfer m’ait fait légèrement sursauter et écarquiller les yeux, sa soudaine rébellion de merde me fait quand même rire, même pisser de rire. D’ailleurs, je pars dans un grand ricanement pendant que l’autre, ayant fini sa petite crise, baisse soudainement les yeux et son museau tailladé par mes griffes. Je me mords la langue pour éviter de nous faire entendre mais c’est plus fort que moi. Si j’avais pas eu besoin de ce petit con, je lui aurait bien saigné la gueule pour le joli nom d’oiseau qu’il venait de me donner. Mais je n’en fais rien, je me contente de me calmer, les yeux larmoyants avant de lui proposer mon deal, le plus calmement possible.

She had been waiting all week for her knight on the town
He saw a lost soul of heaven that walked on the ground.[i]

« Tu sais quoi ? Je t’aime bien, tu m’intéresses, maintenant. »

Comment expliquer la situation comme dans une conversation normale hein ? Vous pourriez le faire, vous ? Moi j’pense surtout que je vais devoir combler le vide de sa tête par des pulsions meurtrières, peut-être qu’il lui en veut aussi, à l’autre cruche là. Putain comment je l’aime pas elle aussi. Sans le savoir, mes griffes se plantent fermement dans la terre sous nos pattes, bravo Reg’ maintenant il va se remettre à se chier dessus. Bref, retournons à notre discussion, comment expliquer clairement à un de mes guerriers mon plan ? “Ah bah t’sais quoi on va tuer Aile Orangée toi et moi mon vieux salaud”. Ok, non. On oublie totalement cette entrée en matière, soyons plus subtils pour appâter le gibier.

[i]Waiting for the night.


« Bon alors tu vois il se trouve que ton ancien chef adoré m’a viré pour l’autre conne de meuf là. Ouai bon tu vois de qui je parle, tu l’aimes ou pas toi ? »

Subtilité quand tu me prends.

« Ouai donc, je vais pas y aller par quatre chemins, soit tu m’aides à lui faire payer, soit tu fermes ta grande gueule au risque que je t’explose ton crâne de petit con, c’est compris ? »

Finalement, on va oublier quelques instants la définition de la subtilité, parce qu’au fond j’ai plus grand chose à perdre. Au pire si jamais j’me fais chopper un jour bah, j’irai rejoindre un autre groupe et hop on en parle plus c’est pas compliqué. J’observe quelques instants Utopie des Rêves, mettant tout le poids de mon regard sur lui pour lui faire comprendre que je déconne pas trop avec ce genre de complots.

Into the deep, the long forgotten sleep
You can feel that your eyes are shut closely now.
- Adrenalean 2016 pour Epicode.


avatar

Utopie des Rêves
Puf/Surnom : Aido
Âge du perso : 66 lunes
Messages : 54
Date d'inscription : 19/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Utopie des Rêves, Lun 16 Avr 2018 - 13:56

Je me souviens de vous, mon frère ma sœur.
« Tu sais quoi ? Je t’aime bien, tu m’intéresses, maintenant. »

Putain mais ferme la ta gueule, tu vois pas que j’en peux plus ? Tu vois pas que mes nerfs sont en train de craquer un à un et que bientôt je vais exploser ? Non, tu ne vois rien parce que pour toi je ne suis qu’une pauvre merde qui n’a aucun contrôle de sois même, je fais pitier pas vrai haha ? Tu me vois dans tous mes états, tu me vois en train de me plier sous ma colère et ma haine mais la vérité c’est que tu te marres bien devant ma faiblesse. T’en as strictement rien à foutre de ma gueule, tu veux juste m'utiliser à tes fins sauf que t’as pas compris que je suis un démon, que je n’aime personne et n’est aimé par personne.

« Bon alors tu vois il se trouve que ton ancien chef adoré m’a viré pour l’autre conne de meuf là. Ouai bon tu vois de qui je parle, tu l’aimes ou pas toi ? »

Il parle d'Étoile de Jaspe qui a choisis son ancienne compagne pour devenir cheffe au moment de sa mort alors que ça devait être lui ? Oh par l’univers, je ne veux pas être mêlé à ça moi. Non non non, ça ne me regarde pas, je nai absolument rien à voir avec ça. Pourquoi est-ce que tu m’en parles ? Je crois je préférais quand tu me faisais du mal que quand tu parles, c’est beaucoup plus flippant. Oui non en fait, J’EN SAIS RIEN merde.

« Ouai donc, je vais pas y aller par quatre chemins, soit tu m’aides à lui faire payer, soit tu fermes ta grande gueule au risque que je t’explose ton crâne de petit con, c’est compris ? »

Oh putain il va me tuer. Non, non je ne veux pas mourir, pas maintenant, pas maintenant que je suis en train de retrouver la mémoire. Je veux me rappeler, d’accord ? Je ne veux pas mourir sans savoir ce qu’il m’est arrivé, sans savoir mon passé et comment je suis devenus ce que je suis aujourd'hui. Allez Utopie des Rêves, dis non, c’est pas compliqué quand même de dire que tu ne veux pas. Je ne dois pas faire de mal aux autres, surtout pas à la cheffe. Puis en plus elle a encore toutes ses vies alors si je la tue avec lui elle verra que c’est moi et je me ferai exclure du clan. Non, je ne veux pas quitter le clan, j’en suis dépendant, d’accord ? Je ne peux pas vivre seul, je suis incapable de me débrouiller.

« N… No-on. Je ne pe-eux pas f….faire ça avec to-oi. »


La peur me tordait le ventre alors que je n’arrivais plus à faire sortir un seul mot de mon cœur. J’avais envie de m’enfuir, de prendre mes pattes à mon cou et de me réfugier auprès de mon frère. Reflet Magique, où est-ce que tu es ? J’ai besoin de toi mon frère. Et toi, Danse Illuminée, ma sœur où es-tu ? J’ai besoin de vous, je ne vais pas m'en sortir sans vous, vous comprenez ? Je suis dépendant de vous et vous êtes ma famille alors j’ai besoin de vous. J’ai besoin de ma famille et de votre sécurité. Besoin de votre amour. Parce que vous savez quoi ? Maintenant que peu à peu ma mémoire me revient j’arrive enfin à me souvenir de vous, de votre existence et de qui vous êtes.
Ft Louloute


Contenu sponsorisé
message posté par Contenu sponsorisé,

Page 1 sur 1


Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum