min : 15°C   max : 35°C
saison : feuilles vertes
aléa climatique : sécheresses et orages
voir les assemblées et baptêmes en cours (www)
NanoWrimo - L'aventure commence !



 

NanoWrimo - L'aventure commence !

admin luny

avatar

Étrange Éclaboussure
Puf/Surnom : Luny
Âge du perso : 20 lunes
Messages : 21
Date d'inscription : 18/06/2016
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Étrange Éclaboussure, Mer 1 Nov 2017 - 0:27

First day of Nanowrimo ! Pour les français, évidemment. Pour moi, c'est dans 5h. Ceci dit, je poste ici pour me motiver.

Pour ceux qui ne savent pas ce qu'est le NanoWrimo, c'est une sorte de concours organisée par le site portant le même nom qui consiste à écrire un roman en un mois soit 50 000 mots en un mois.

Je poste ici pour me motiver, comme déjà dit et surtout pour vous tenir au courant à chaque jour de mes avancements et poster des extraits de ce fameux roman. Comme ça si vous ne voyez pas de nouvelles à la fin de la journée, vous pourrez me relancer sur le sujet, par skype ou tout autre endroit.

Enfin !
J'ai commencé à rédiger mon roman, j'ai 2001 mots de fait.

avatar

Assy riant au Mal
Puf/Surnom : Kirby/Kiby/Toutouille pour Aido/ Kirsch pour Fuyu
Âge du perso : 51 lunes | Mort à 48 lunes
Messages : 57
Date d'inscription : 07/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Assy riant au Mal, Mer 1 Nov 2017 - 13:05

Courage Luny, t'es la meilleur :D
J'ai hâte de voir les extraits du roman

avatar

Masque de l'Océan
Puf/Surnom : Lunette
Âge du perso : 62 lunes
Messages : 41
Date d'inscription : 20/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Masque de l'Océan, Mer 1 Nov 2017 - 14:42

On croit en toi Lunyyy

avatar

Espoir Flamboyant
Puf/Surnom : Dusky
Âge du perso : 14 lunes
Messages : 78
Date d'inscription : 24/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Espoir Flamboyant, Mer 1 Nov 2017 - 14:48

Bonne chance !

Moi en deux mois, j'en suis seulement à 15 000 mots

avatar

Lune Ambrée
Puf/Surnom : Neigeou | Ocy
Âge du perso : 35 lunes
Messages : 389
Date d'inscription : 12/11/2016
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Lune Ambrée, Mer 1 Nov 2017 - 18:51

Je te souhaite déjà bon courage :keur:
Et puis ensuite, tu vas faire un truc génial, c'est sûr, vu que t'es Luny Je vais tout lire, j'ai hâte de voir ce que tu vas faire.
admin luny

avatar

Étrange Éclaboussure
Puf/Surnom : Luny
Âge du perso : 20 lunes
Messages : 21
Date d'inscription : 18/06/2016
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Étrange Éclaboussure, Mer 1 Nov 2017 - 23:10

Merci à vous tous. :keur:

Donc ! Récapitulatif de ma journée : 4018 mots au total dont 1002 mots faits en 15 minutes en wordsprint. On se dépasse grâce au NaNoWriMo.

Extraits.

UWHTG a écrit:
Les animaux étaient intelligents. Peu importe ce que les autres pouvaient dire, ces petits êtres possédaient une conscience qu’ils mettaient à l’épreuve lors de leurs contacts avec les humains. Aliwă était en mesure de le reconnaître et elle en était bien contente, dépréciant ceux qui traitaient ces bêtes comme des êtres relégués à devoir obéir à un instinct primitif. Parfois, c’était l’humain qui agissait de manière bien plus primitive que les animaux et c’était bien triste comme réalité. Sauf que c’était justement une réalité. Peu importe qu’elle soit décevante ou non. Elle était décevante, c’était bien évident et c’était malheureux. Tendant la main, Aliwă attendit que le labrador lui ayant été assigné présentant son museau humide pour le flatter au-dessus de la tête, le pelage doux de cet ami parvenant légèrement à la calmer.

UWHTG a écrit:
Allongée, les poings fermés, Aliwă respirait profondément pour ne pas laisser la panique l’envahir. Ça n’avait pas de sens. Elle n’avait aucune raison de se sentir paniquée, mais elle ne pouvait pas chasser l’angoisse qui la prenait, qui la détruisait et refusait de la laisser tranquille comme toujours. Combien de fois la femme qui dirigeait cette maison s’était retrouvée à devoir la bercer en lui murmurant des mots doux ? Combien de fois Aliă avait-elle frappé dans tous les sens pour ne pas qu’on puisse l’approcher parce qu’elle était terrorisée sans pouvoir expliquer la raison de cet effroi ? Trop de fois, il était évident. Elle ne voulait pas y penser, mais elle ne pouvait pas faire autrement. Les pensées venaient sans lui demander son avis et l’envahissaient d’une peur panique dont elle ne se défaisait pas.
admin luny

avatar

Prophétie Ensanglantée
Puf/Surnom : Luny
Âge du perso : 37 lunes
Messages : 44
Date d'inscription : 05/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Prophétie Ensanglantée, Lun 6 Nov 2017 - 20:55

BOUH !
Je vous ai oublié.
Mais faut me relancer voyoooons. Mais bref, je suis actuellement à 7929 mots. C'est pas autant que j'aurais aimé, mais faut dire que j'ai pas réellement eu de temps en fin de semaine et que j'étudie pour Zoo & Bio.
Ceci dit, ce soir je m'y mets pour atteindre au moins les 10 000 mots et je vous reviens là-dessus.

Faites place aux extraits !

UWHTG a écrit:
Ils ne connaissaient pas son histoire et ne la comprenaient pas tout comme ils ne saisissaient pas les dédales sombres de son esprit, alors ils ne pouvaient pas savoir à quel point c’était difficile de laisser de côté les souvenirs qui revenaient toujours en force pour la couper de la réalité. Elle le savait, elle, qu’ils n’avaient pas connaissance de ce qu’elle avait connu auparavant et elle pouvait leur trouver des excuses, mais elle aimerait bien qu’ils essaient de se dire que peut-être que quelque chose posait une barrière entre eux et elle. Sauf qu’ils préféraient toujours croire qu’elle était parfaitement semblable voire identique à leur cerveau et que tout fonctionnait de la même manière. C’était ridicule aux yeux de la jeune fille, mais jamais elle n’aurait la capacité de les faire changer de manière d’agir, ou de penser et elle ne désirait pas le faire non plus, elle voulait seulement s’évader du monde, ne plus exister. Ne plus rien entendre et ne plus rien imaginer. Elle ne voulait pas mourir, non, ce n’était pas ça. Elle voulait seulement disparaître pour ne plus être un déchet, ne plus déranger, ne plus être un élément perturbateur dans la vie de ceux à qui elle tient miraculeusement. Elle voulait seulement ne plus sentir son coeur se serrer d’une souffrance qu’elle ne pouvait même pas s’expliquer à elle-même. Elle voulait seulement que le vide prenne place autour d’elle et l’empêche de ressentir, d’être envahie de douleur.

UWHTG a écrit:
Elle le savait. Aliwă savait qu’elle posait beaucoup de problèmes en ne parlant pas, en ne s’exprimant pas, en ne laissant pas une petite once de direction dans les impressions des autres, mais elle ne pouvait pas dépasser les traumatismes. Elle ne pouvait pas passer au-dessus de l’impression qu’elle n’avait pas à parler, que ses paroles n’étaient pas utiles et ne servaient à rien. C’était beaucoup trop dur d’oublier le passé qui revenait toujours. Elle en était tout simplement prisonnière et ce n’était pas de sa faute, ils ne pouvaient pas le lui reprocher. À y penser, Nathan ne lui reprochait pas. C’était encore pire, il espérait qu’elle finisse par parler alors qu’il se trouvait là, il espérait qu’elle franchisse les barrières qu’elle posait entre le monde et elle en sa présence. Il imposait dans son coeur la peur de le décevoir en restant murée dans son silence. En espérant ainsi, il provoquait dans l’esprit de la jeune femme, de sa patiente, des sentiments contradictoires principalement guidés par de l’appréhension et de la frayeur. Même maintenant, alors qu’il se montrait si doux, elle ne pouvait pas s’empêcher de craindre le désespoir qui s’inscrirait dans son coeur si jamais elle ne venait pas à reparler un jour. C’est sûrement pour ça qu’elle laissa son esprit décider que sa main serra celle de Nathan, c’est sûrement aussi pour ça qu’une larme roula sur sa joue délicate. La douleur qui s’était imposée dans son coeur depuis que sa famille avait volé en éclat était pour une fois légèrement moins intense, et elle ne pouvait se mentir à elle-même. C’était l’espoir de Nathan qui permettait ce miracle.

UWHTG a écrit:
Ce n’était qu’un murmure qui s’était échappé d’entre ses lèvres, un tout petit filament qui avait écorché sa gorge, mais elle savait que son psychiatre l’avait saisi au vol et l’avait gardé tout près de son coeur pour ne pas le perdre. Aliwă pouvait ressentir cette étincelle de joie qui avait pris sa place dans l’âme de cet homme tout près d’elle alors qu’il prenait encore plus fort sa main, comme pour lui communiquer sa fierté. Elle avait envie de lui dire de ne pas trop se réjouir, elle avait envie de lui hurler qu’il n’avait pas le droit de la faire parler, qu’il n’avait pas le droit de lui donner de l’espoir ainsi. Il n’avait pas le droit de lui donner l’impression que peut-être qu’elle pourrait oublier d’où elle venait, peut-être que la vie pouvait se montrer belle et agréable, peut-être que tout n’était pas aussi noir que son esprit le concevait. Il n’avait pas le droit d’arriver à réussir là où elle-même échouait parce qu’elle n’avait jamais été à même de se convaincre que tout pourrait un jour bien aller. Lui, elle ne le connaissait pas avant que les services sociaux ne décident qu’elle doive consulter un professionnel de la santé et il était capable de faire en quatre mois ce qu’elle n’avait pas réussi en vingt années de vie. Mais chaque fois qu’elle essayait, son père était là. Chaque fois qu’elle tentait, son père réduisait tout en cendres et maintenant qu’il n’était plus dans les parages, les souvenirs se chargeaient de le faire à sa place. La force qu’ils possédaient était phénoménale et la plongeait dans un océan dans lequel elle se noyait sans pouvoir retrouver la surface pour respirer.

UWHTG a écrit:
La petite fille qu’elle était, alors qu’elle n’avait que 6 ans, s’était levée un peu trop tôt pour pouvoir préparer un cadeau d’anniversaire à son père. Elle l’avait retenu, cette date et elle comptait lui préparer un repas d’anniversaire, un bon déjeuner, des crêpes et des fruits avec un bon café moulu fraîchement du matin. Sa mère lui avait montré comment faire une journée où elle était «trop malade» pour aller travailler. Ça lui avait pris au moins 1h minutes tout préparer sans rien faire tomber et surtout sans faire de bruit parce qu’elle savait que son père ne serait pas content de se faire réveiller. Heureuse, le visage radieux, elle avait tout mis sur la table et attendit que son père arrive pour lui dire.

« Je t’ai fait à manger papa.
- Tu penses que j’ai le temps et l’envie de manger des crêpes à 4h du matin moi ?
- Mais…
- Et tu discutes en plus ! »

Le bruit du verre qui vole en éclat sur le carrelage de la cuisine résonna longuement dans les oreilles de la petite fille alors qu’elle voyait son père massacrer l’amour qu’elle avait pour lui. Elle ne fut pas assez rapide, cette matinée-là, pour rejoindre sa chambre avant que son père ne l’attrape par le chandail et lui dise de ne plus jamais essayer de faire quoi que ce soit. Elle n’avait pas compris sa réaction, elle n’avait pas compris l’impact de la main de son père sur sa joue, elle n’avait pas compris pourquoi il n’avait pas été content alors qu’elle avait pris sur ses heures de sommeil. Elle n’avait pas compris. Elle l’avait juste vu se diriger vers leur réfrigérateur et prendre une bière avant de sortir dehors sans que la petite ne sache où il se rendait. Parce que son père ne travaillait plus depuis longtemps. C’était sa mère qui assurait les dépenses de la maison avec son travail d'infirmière et d’autres petits boulots à côté.

avatar

Sourire Effacé
Puf/Surnom : Duskiche la quiche belge. Ou Dusky. Ou Dusky la patate, pour Fuyu. Ou Bella, de temps-à-autres pour JJ
Âge du perso : 61 lunes
Messages : 147
Date d'inscription : 23/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Sourire Effacé, Lun 6 Nov 2017 - 21:41

Waow, c'est trop bien °^°
Comme d'habitude j'ai envie de dire. J'ai juste bugué parce que l'un de mes frères s'appelle Nathan xD
J'ai vraiment hâte de lire la suite de l'histoire :mignon:


Contenu sponsorisé
message posté par Contenu sponsorisé,

Page 1 sur 1


Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum