Météo
La neige recouvre Cerfblanc, les flocons tombent en permanence du ciel pour venir s'accumuler sur les tanières et les pelages des chats. Un vent glacial vient refroidir le plus hardis et le soleil a du mal à percer. Les températures ne dépassent pas les - 5°C, attention au mal blanc qui vous guette.

Infos
saison des neiges
aléas naturels : forte neige
évènement : Assemblées et baptêmes en cours

Top-Site

Vote pour nous toutes les deux heures !
Les griffes sont mes armes, quant à toi, il te reste la fierté /ft Ocy/



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Vote !
N'oubliez pas de voter ici (click) !
Design de Noël mis en place !
Rendez-vous ici !
Tumblr du fow
Regarde par ici et propose tes idées par !
Priorités
Favorisez la Troupe Inondée qui manque cruellement de membres, ils ont besoin de vous !
Animation de Noël
Pas encore ouvert votre cadeau ? Venez ici


Partagez | 
 

 Les griffes sont mes armes, quant à toi, il te reste la fierté /ft Ocy/

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar

Je suis
Liberté Éphémère
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Moony/Mid'.Kiri for Asuna/Oasis for Lady/Petite Soeur for Espé
Âge du perso (en lunes) : 34 lunes
Messages : 19
Date d'inscription : 01/11/2017


Sam 6 Jan 2018 - 12:41

Le sang. Pourquoi le sentais tu encore ? Oh il n’y avait rien en soit, mais tu devenais fou. Meurtre après meurtre, ta lucidité s’effaçait avec lenteur. Et dès que les griffes s’enfoncent dans la chair d’une de tes proies, c’était ton âme qui prenait. Ne l’as tu pas cherché aussi ? Ne t’étais tu donc pas dis que tuer serait néfaste pour ta stabilité mentale ? Ou alors tu n’y pensais pas ? Ne mens pas, la vérité on la connait tout les deux. Bien sûr que tu oui tu conaissais les “risques du métier” mais tu voulais jouer. Et si tu perdais au fond, qu’importe ! Si tu perdais tout contrôle de ton être, tu deviendrais fou, et par conséquent, ton père ne pourrais jamais se vanter de toi. Chaque jeu à ses risques… Mais le tiens est probablement un des plus dangereux. Mais joue Liberté Éphémère, joue…
Tu as un programme aujourd’hui. Tu as ses petites habitudes pour tenir bon et ne pas céder. Mais qui n’en a pas ? Des petites choses qu’on fait si souvent, juste pour garder une sureté, quelque chose qui ne bouge pas et qui reste stable même dans tout le temps. S’accrocher aux petites choses pour ne chuter… Cela te résume bien. Mais il y a tellement de phrases qui te résume… Il ne faut pas compter voyons, pourquoi compte tu ? Tu es stupide de compter cesse donc… Et ne pense pas à ce genre de chose, qui y pense ? Personne, personne… Ne fait donc pas exception à la règle, qui voudrait sortir du lot ?
Va donc voir Phily et oublie ça. Oui oui, va la voir, n’est ce pas ce que tu as prévu ? Je ne l’ignore pas non, bien sûr, je sais tout de toi hm, garde ça en tête. Allez va. Et cesse de penser, cesse de penser…
Tu sais bien où elle se trouve, elle l’ignore et crois être à l’abri, mais elle ne l’est pas, oh non, elle ne l’est pas. Personne ne peut te fuir, personne… Sauf peut être la vie, mais veux tu vraiment en parler ? Non, tu ne le veux pas, je me trompe ? Alors marche droit et laisse de côté ces pensées. Elles sont bien sombres, tu ne trouve pas ? Alors garde un côté éclairé de tes pensée… la lumière doit rester.
La voici. Celle que tu as brisée. Tu plonges ton regard dans le sien, mais il est difficile de comprendre ce que tu lui veux. Peut être du mal ? Non, non, non. Tu lui as déjà fait voir les ténèbres qui t’envahissent, et tu voudrais recommencer ? Ne sois pas stupide. Tu dois la mettre au courant. Oui, voilà qui est mieux. Qu’elle sache.
Phily…
Voix rauque. Tu n’as pas parlé depuis la mort de ces parents. Devrais tu lui dire ? Que tu es devenue une ombre sanglante au glas sonnant ?
Il faut que tu saches.
Savoir quoi ? Que tu es un monstre ? Mais elle ne l’ignore pas voyons…
Je n’ai jamais voulu…
Bien sûr que si, ta volonté te contrôlais.
Te violer.
Les mots s’échappent avec cette tonalité plaintive que tu ne supportes pas. Mais tant pis, tu ne peux pas reprendre.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Je suis
Phily
Passe ta souris !

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Puf/Surnom : Ocyyy
Âge du perso (en lunes) : 35 lunes
Messages : 39
Date d'inscription : 14/10/2017


Dim 14 Jan 2018 - 9:23



Je suis une pierre muette

Elle a été chassée. Le chef de la Tribu était venu la voir et lui avait dit de partir. Alors, elle a dû reprendre le chemin, et continuer à vivre cachée, avec sa douleur,
avec la faim, avec la peur. Elle a dû continuer à fuir.
Elle va bientôt mettre bas, elle le sent; les petits, parce qu'elle est sûre qu'ils sont plusieurs, s'agitent sans cesse dans son ventre. Parfois, elle a un élan de tendresse pour eux, elle veut leur parler. Mais elle se sent aussi coupable. Où vivront-ils ? Sa vie compliquée n'est pas faite pour les chatons ! Elle ne se voyait pas vivre cachée en leur compagnie, il lui faudrait chasser -ce qu'elle ne sait pas bien faire-, et surtout les protéger. Parce que les prédateurs sont partout, et des petits chatons sans défense, cela doit leur faire envie.

Ses pattes traînent par terre tandis qu'elle avance, éreintée. Avancer, toujours avancer. Et ne jamais s'arrêter. Parfois, elle trébuche, elle reste par terre quelques minutes, le temps de récupérer avant de se relever tant bien que mal. Elle a la crainte de ne pas pouvoir le faire, de rester allongée et de ne jamais se relever. Elle a beaucoup d'autres craintes, aussi.

Soudain, elle s'arrête. Elle est retournée à l'étang où elle a rencontré Flamme-de-vie, cette gentille femelle qui l'a tant aidée. Peut-être intercéderait-elle en sa faveur après de son chef ? Elle l'espère, parce que bien que la vie en communauté ne l'attire pas, elle sait que c'est la seule chose qui peut l'aider à élever ses chatons et même à survivre.
Un vent léger souffle sur l'étang, tout comme au premier jour, produisant des ondes sur l'eau. Elle s'approche et commence à boire, assoiffée. Elle boit jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus, heureuse d'enlever cette impression qu'elle a la gorge desséchée. Il ne manquerait plus que quelque chose à manger et elle se sentirait presque... mieux.  
Elle est fatiguée. Une petite somme lui ferait du bien,
mais elle se trouve encore sur les terres de la Troupe Inondée et si quelqu'un la trouvait là alors que le chef lui avait dit de partir, elle n'est pas sûre qu'ils la laisseraient partir entière.
Ses yeux parcourent la vallée environnante; elle est toujours à l'affût. Ils s'arrêtent sur les buissons qui s'agitent, sur les petits mouvements que l'on peut percevoir sur le sol. Elle veut prévoir le moindre danger.

Son cœur manque un battement. Un regard orange. Elle a dû rêver, cela a dû être un effet de son imagination. Il ne peut pas être là, il n'a pas pû la trouver. Il est capable de tout, petite chose. De retrouver les gens qu'il souhaite tuer. Ou détruire.
Mais ce corps tâcheté... Cela ne peut être que lui. Et il se dirige droit vers elle.

Elle voudrait partir. Elle voudrait s'en aller, partir loin, mais ses pattes refusent de bouger. Une panique irrépressible envahit son corps tandis que sa respiration s'accélère.
Que va-t-il lui faire ? Pourquoi est-il venu jusqu'à elle ?
Bien malgré elle, elle sent un sourire se peindre sur ses lèvres. Un sourire éphémère, comme cette liberté qu'il lui a ôté. Parce que malgré tout, malgré toute la peur, toute la haine qu'elle éprouve pour lui, elle l'aime encore. Parce que l'amour est incontrôlable. Et cet amour incontrôlable détruit mieux que n'importe quel combat.

Il s'arrête devant elle et plonge son regard de braise dans ceux de la femelle, la plongeant dans des souvenirs intenses. Elle tremble maintenant; pas de peur, mais d'émotions. Et peut-être un peu de peur quand même.

« Phily... »

Sa voix rauque surgit, rompant le silence étrange qui s'était installé. Dans sa bouche, son nom est bien plus beau. Mais aussi effrayant.

« Il faut que tu saches... Je n'ai jamais voulu... Te violer. »

Le charme est rompu. Tout ce qu'il avait pû lui faire, elle l'a oublié, trop émue à l'idée de le revoir, trop... Ensorcelée. Mais tout revient avec sa phrase, toute la tristesse, ma destruction qu'il a semé. Elle s'écarte brutalement de lui.
Que faire ? Le croire ? Cela paraît tout de même étrange. Les mots sont paradoxaux, crus.
Elle voudrait parler. Elle voudrait s'exprimer, dire tout ce qu'elle ressent, tout ce qu'elle a refoulé jusque là. Lui exprimer sa haine et son amour, le fait qu'il soit sans cesse dans sa tête. Tout. Comme avant, lorsqu'elle s'ouvrait à lui et qu'il trouvait les mots pour la réconforter un peu.
Mais rien ne sort. Elle reste simplement là, légèrement éloignée de lui, ses yeux miroitants plein d'incompréhension, de tristesse. Ou tout simplement vide.

Il n'a pas idée de ce qu'il a provoqué en elle.  


(c) Codage par Neph pour Ocy only



| | J'ai choisis de faire avant ma naissance des chatons etsln intégration à ma troupe parce que fuck la chrono /paf/ ∅ | |
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires
-
» Quelles sont vos impressions quant à l'achat d'un chaton en Pologne ?
» la coupe des griffes tortues de florides
» Comment couper les griffes
» Neige et papattes, aïe + Saignement des griffes, que faire?
» Griffes de ma perruche


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La guerre des clans RPG :: Au-delà des terres du Clan de l'Ombre :: Troupe Inondée :: Etang de Lonn-