min : 15°C   max : 35°C
saison : feuilles vertes
aléa climatique : sécheresses et orages
voir les assemblées et baptêmes en cours (www)
Je découvre un cadavre cher, et sur les célestes rivages je bâtis de grands sarcophages [Ft Aido]



 

Je découvre un cadavre cher, et sur les célestes rivages je bâtis de grands sarcophages [Ft Aido]


avatar

Arabesque du Temps
Puf/Surnom : Biket
Âge du perso : 25 lunes
Messages : 18
Date d'inscription : 11/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Arabesque du Temps, Ven 26 Jan 2018 - 22:33

Clown de frère
Encore un jour qui se lève, encore le voile obscur de la mort qui enveloppe le camp, pesant. Personne n'est mort hier. Peut-être que ce sera le cas aujourd'hui. Peut-être qu'elle viendra pour moi, peut-être qu'elle viendra pour mes deux frères ou alors pour le reste du Clan. Qui sait ? Elle vient sans prévenir et emporte sans compter, jamais ne daignant baisser son regard de glace à la hauteur des mortels. Elle a pris mon père quand je n'étais encore qu'une enfant, détruisant à jamais l'innocence infantile qui était mienne. Aujourd'hui encore, je ne parviens toujours pas à m'y faire. Mes frères, eux, n'ont jamais semblé sans préoccuper plus que ça. Et ça, je ne l'ai jamais compris. Comment peut-on être insensible à la perte, la mort, d'un père ? Ou peut-être n'est-ce que moi qui suis beaucoup trop sensible ? Non, je suis normale.
Je suis normale.
Je suis normale.
Je suis normale.
Mon balancement est presque instinctif. Je n'en suis que trop habituée. Et lorsqu'il cesse enfin au bout de longues minutes, il me manque presque. J'ai envie d'aller voir mes frères. Ou au moins l'un d'eux. J'ai envie de sourire en pensant que je dois bien être la seule à savoir les reconnaître, les différencier l'un de l'autre. Pourtant, je ne souris pas. Je ne souris pas, jamais peut-être, je ne sais pas trop, je ne vais pas non plus compter tous mes sourires. J'ai autre chose à faire.
...
En fait non, pas vraiment. Mais ce n'est qu'un détail. Je reporte mon attention sur le camp qui fourmille déjà d'activité. Où sont donc passés mes jumeaux de frères ? Ce n'est pas bien difficile de les trouver, il suffit de chercher deux pelages identiques jamais très éloignés l'un de l'autre. Seuls leurs yeux diffèrent. Et encore. Pour moi, étant leur soeur, j'ai appris très tôt à chercher d'autres détails pour les différencier. La façon de parler, la démarche, des petits gestes exécutés sans vraiment y penser, tout un tas de choses qui font que, petite, j'étais toujours un peu surprise quand on les disait impossible à différencier. Pour moi, ils avaient toujours été différents, ne se ressemblaient qu'un peu. J'ai toujours su qui était qui, sans doute que je suis leur soeur et que je les connais depuis le débuts de nos vies.
J'en trouve un et m'attends à trouver l'autre mais ce n'est pas le cas. Inhabituel. Je m'approche doucement de Scarabée Sacré, car c'est lui, en me demandant pourquoi Folie des Nuits n'est pas avec lui. Enfin, peut-être que les choses ont finalement changé pour eux aussi. Ou peut-être pas. Je n'étais pas aussi proche d'eux qu'ils ne l'étaient l'un de l'autre, même enfant et même si je sais les différencier, je ne sais plus comment ils fonctionnent. Je me suis repliée sur moi-même depuis bien trop longtemps pour encore connaître ma famille. Pour les connaître encore. Alors peut-être que rien n'a changé et que Folie des Nuits est simplement occupé ailleurs à faire je ne sais quoi. Quoiqu'il en soit, mon frère ne bronche même pas lorsque je m'assois en face de lui et, brusquement, je ne sais plus quoi lui dire, je ne sais plus ce que je fais ici. J'ai l'impression de n'être rien de plus qu'une étrangère à ses yeux à présent.

« Tu n'es pas avec Folie des Nuits ? »

Usurpatrice.
Codage by Fuyu for Alice only.

avatar

Scarabée Sacré
Puf/Surnom : Aido
Âge du perso : 25 lunes
Messages : 27
Date d'inscription : 31/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Scarabée Sacré, Mar 20 Fév 2018 - 13:11


Haha.

Feat Biket
J’étais assis dans le camp. Qu’est-ce que je faisais ? Je réfléchissais. À quoi ? À notre prochaine victime, à moi et Folie des Nuits. Plus le temps passé, et plus j’avais de mal à contrôler ces pulsions. J’avais besoin de voir de la souffrance, d’apaiser ce désir qui me tord le ventre. De voir du sang couler, de voir de la terreur dans les yeux, d’enfin me sentir de nouveau puissant. Forcément, avec Folie des Nuits nous avions plusieurs proies en tête. Mais ces choses là prenait du temps. Il fallait observer la personne, connaître sa routine, ses habitudes, toute sa vie. Folie des Nuits avait choisis une guerrière du nom de Rêve Nocturne. Moi, j’avais fais un choix plus judicieux. Une personne que je pourrai détruire, une personne si naïve qu’elle ne se doutera de rien. Nuage Céleste.
Ce qui était drôle, c’est que la plupart des personnes ne voient qu’une seule personne en moi et mon frère. Soit elles oublient que nous sommes deux et pensent qu’elles louchent. Ou alors elles ont trop peur de nous, ou encore elles le savent et n’arrivent pas à nous différencier. Ce qui est tout aussi drôle, c’est qu’ils pensent nous connaître alors que pas le moindre du monde. Tout deux portons un masque et cachons extrèmement bien notre jeu. Personne ne s’en doute. Il n’y a que nous, et peut-être notre soeur, mais elle va tellement mal qu’elle s’en fout plus qu’autre chose.


«Tu n'es pas avec Folie des Nuits ?»

Tiens, en parlant d’elle, la voilà qui se ramène. C’est drôle, parce qu’avec ma soeur je ne m’obligeais pas spécialement à être drôle ou à montrer la face fausse de ma personnalité. C’est juste qu’elle s’en foutait sûrement plus qu’autre chose de moi ou de mon frère, c’est juste que nous sommes de la même famille et donc que nous tenons un lien unique, un lien ou nous tenons l’un à l’autre mais sans jamais le montrer.

“Non, il est partis en patrouille frontalière, moi j’étais dans celle de chasse.”

J’aurais bien voulu être partis avec lui, je préfère beaucoup plus les patrouilles avec lui qu’avec les autres. Mais bon, on ne décide pas de tout. D’ailleurs il ne devrait pas rentré, il faudra que je lui parle de Nuage Céleste, que j’ai commencé à la surveiller, à repérer sa routine et son cercle de proches. Que je compte en faire notre prochaine victime, que nous allons de nouveau pouvoir nous amuser avec un être plein d'innocence.

“Et toi, tu n’es pas partis en patrouille ?”



Codage by Ella'

avatar

Arabesque du Temps
Puf/Surnom : Biket
Âge du perso : 25 lunes
Messages : 18
Date d'inscription : 11/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Arabesque du Temps, Ven 30 Mar 2018 - 15:19

Clown de frère
« Non, il est parti en patrouille frontalière, moi j’étais dans celle de chasse. »

Oh, ceci explique cela.
Question banale pour démarrer une conversation qui promet d'être toute aussi banale. Et puis de toute façon, peut-être qu'ils ne font plus tout ensemble. Nous ne sommes plus des enfants. Nous avons bien changé. Depuis longtemps. Je ne suis plus une enfant depuis mes quatre lunes. Mais d'une certaine manière, je reste dans mon monde d'enfant traumatisée.
« Et toi, tu n’es pas partie en patrouille ? »
Je me crispe légèrement.
Non.
Non je ne suis pas partie en patrouille. Parce que je ne peux pas. Je n'ai jamais vraiment pu. C'est déjà difficile de traîner ma carcasse dans le camp alors dehors ? C'est encore pire. Alors j'essaie d'éviter de sortir au maximum, vais chasser seule, patrouiller seule pour ne pas m'encombrer de la présence des autres. Parfois, la solitude me pèse mais je m'y fais plutôt bien. Car même si un jour je me trouve des camarades sur lesquels compter et en qui je pourrais avoir confiance, je serais toujours seule. Dans ma tête du moins. Seule avec mes démons. Seule avec mon père.
Seule avec la mort.

« Non je... pas encore. J'irais peut-être plus tard. »

Peut-être. Mais sans doute que non. Je ne le lui dirai pas. J'ai cessé d'être proche de mes frères depuis bien longtemps. Je ne leur dis plus grand chose, les salue brièvement lorsque je les croise mais rien de plus. Pas de confidences, pas de secrets, rien. De toute façon, j'ai toujours été la plus détachée de la famille. Eux étaient toujours fourrés ensemble. Je les observais de loin, me rapprochant en parallèle de mon père. 
Et la mort a tout bouleversé sans nous demander notre avis. Elle ne demande jamais l'avis de qui que ce soit  de toute façon. Tout le monde a conscience que tout le monde meurt un jour mais personne ne l'accepte jamais. Moi, je l'ai accepté. Un jour, je vais mourir. Mais ce n'est pas si grave parce que tout le monde meurt un jour.
Papa est mort.
Ça, je ne l'ai jamais accepté.
Et je ne l'accepterai jamais.

« Dis, vous allez continuer vos affaires avec les autres femelles ? »

J'avais remarqué ça, quelques fois. Les jumeaux jouaient de leur charisme commun et indissociable pour se faire aimer des femelles. Pour jouer avec elles. Il m'était déjà arrivé de ramasser un ou deux coeurs brisés dans leur sillage mais je n'avais jamais rien osé demander à mes frères. Trop tolérante. Mais je pensais que ça s'arrêterait, que cela ne se produirait qu'une fois ou deux. Je m'étais trompée.
Alors aujourd'hui je demande.
Aujourd'hui, j'ose.
Codage by Fuyu for Alice only.

avatar

Scarabée Sacré
Puf/Surnom : Aido
Âge du perso : 25 lunes
Messages : 27
Date d'inscription : 31/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Scarabée Sacré, Sam 26 Mai 2018 - 19:35


Exquis.

Feat Biket
« Non je... pas encore. J'irais peut-être plus tard. »

Tu dis toujours plus tard mais jamais maintenant. Mais ne t’inquiète pas Petit Sœur, on avait remarqué que t’étais légèrement perturbée, que tu avais peur de tout, que tu voyais même peut-être des choses que nous ne voyons pas. Au final, tu es peut-être même aussi folle que nous. Nous sommes tous des fous, une famille de fous qui terrorise les gens qui passent sur notre chemin parce que nous en désirons que la douleur et la souffrance des autres. Enfin, j’espère que c’est aussi comme ça pour toi ma sœur parce que sinon ta vie doit être bien triste. La souffrance, haha, c’est tellement bon, tellement… Ça me propage
un malice plaisir dans tous les corps haha.

« Dis, vous allez continuer vos affaires avec les autres femelles ? »


Je lui jette un regard en même temps que je lui souris. Ça fait plaisir de voir que la sœur se préoccupe de ce que font ses deux frères. Elle nous connaît, après tout. Elle a dû remarqué mon manège avec Nuage Céleste, ou juste elle sait que je ne l’aime pas vraiment, que je veux juste lui faire du mal comme elle sait que nous épions Rêve Nocturne. C’est dommage, qu’elle ne soit pas comme nous. Elle elle est plutôt dans la peur et nous, nous sommes plutôt dans le concepte d’infliger de la peur. On est si différent. C’est dommage parce qu’on aurait pu faire une sacré équipe. Nous, nous défonçons le cœur des gens avant qu'elle fasse comme si elle était là pour eux avant de les achever violemment. Mais non, ça ne se passe absolument pas comme ça et je trouve ça triste, dommage, décevant qu’elle ne soit pas comme nous. Mais bon, nous n’y pouvons rien. Arabesque du Temps est bien la seule femelle que nous ne toucherons jamais.

« Bien sûr, pourquoi arrêter ? C’est tellement exquis haha. »

Et je détourne mon regard de ma sœur avant de le diriger vers la sortie du camp. Sans bouger, immobile, sans la moindre expression sur le visage. Puis je croise le regard d’une personne du clan et me met subitement à sourire. Voilà, c’est comme ça que je suis. Sans expression mais dès que quelqu’un me regarde, souriant, heureux.
Illusion.



Codage by Ella'

avatar

Arabesque du Temps
Puf/Surnom : Biket
Âge du perso : 25 lunes
Messages : 18
Date d'inscription : 11/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Arabesque du Temps, Mer 13 Juin 2018 - 9:14

Clown de frère
« Bien sûr, pourquoi arrêter ? C’est tellement exquis haha. »

Et alors qu'il détourne la tête, je sens mon être se glacer de l'intérieur à l'entente de ce rire qui sonne si faux dans mon esprit. Il ne peut pas être sérieux. Comment en est-il arrivé là ? Comment peut-il trouver ça excellent de détruire les autres ? Qu'est-ce qui a mal tourné ? Je sais qu'il a toujours eu l'air heureux, tout comme Folie des Nuits. Et tout réside dans ces simples mots. Avoir l'air. une façade, encore et encore. Une couche de façade peut-être. Haha. C'est quoi ce rire, pourquoi le ressort-il avec moi, je ne veux pas de son ironie. Peut-être qu'il sait que je ne parlerai jamais. Que je ne dirai jamais un mot de ce qu'ils font, que je suis trop peureuse pour ça. J'aimerais penser qu'ils me sous-estiment mais ce n'est pas le cas. Je ne dirai jamais rien. Je me contenterai de passer derrière et de m'assurer que la vie suivra son cours sans aucune difficulté. Je suis une sorte d'assurance, de barrière douce et pleine d'empathie. Quelque part, je ne vaux pas mieux qu'eux. 

« Je vais encore devoir passer derrière vous alors... »

Ma voix n'est qu'un murmure et je ne sais pas s'il m'a entendue, son attention est focalisée sur le camp, sans doute qu'il attend son complice de toujours. Non. Je ne vaux vraiment pas mieux qu'eux. Pourquoi est-ce que je ne peux pas être cette soeur forte qui serait capable de leur dire que ce qu'ils font est mal ? Capable de les engueuler, de leur dire ce que je pense réellement et d'essayer de les remettre dans le droit chemin ? Parce que je suis faible. Question stupide. Réponse évidente. Je ne suis rien et eux, à eux deux, ils ne sont que force brute et charisme mortel. Une combinaison fatale contre laquelle je ne peux rien faire. Et puis ce n'est pas comme si on pouvait compter sur notre mère pour essayer d'arranger les choses. Papa aurait sans doute fait quelque chose, lui. Mais il n'est plus là et je ne veux pas y penser maintenant. Je me doute bien que mes deux clowns de frères pensent que ça ne va pas, que je suis trop faible pour passer au dessus du deuil et ils auraient bien raison de penser une telle chose mais je ne veux pas montrer ouvertement à quel point tout cela me tue. À quel point ma propre vie me fout en l'air. À quel point c'est devenu si dur de tenir bon que je me contente de vivre ma vie en spectateur de mes propres actes.
Je ne ferai rien. Ils feront leurs affaires. Je passerai derrière.
Et tout ira bien. 
Codage by Fuyu for Alice only.


Contenu sponsorisé
message posté par Contenu sponsorisé,

Page 1 sur 1


Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum