min : 25°C   max : 40°C
saison : feuilles vertes
aléa climatique : sécheresses et orages
voir les assemblées et baptêmes en cours (www)
Et chaque lune de mon existence devienne plus longue et plus chiante. With; Ocy



 

Et chaque lune de mon existence devienne plus longue et plus chiante. With; Ocy


avatar

Koras
Puf/Surnom : Orenji
Âge du perso : 51 lunes
Messages : 77
Date d'inscription : 05/06/2016
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Koras, Dim 28 Jan 2018 - 18:16


Je m'éloigne de la Troupe, aussi vite que je peux. Il s'est passé quelque chose d'inacceptable, quelque chose qui fait froid dans le dos. C'est dur à dire mais j'ai chassé pour eux. OH MON DIEU JE L'AI DIS ! Je me dégoute moi-même. Est-ce que finalement, j'aurais une certaine forme d'affection pour cette troupe ? Eurk, non. Comment je peux oser dire ça. Je ne sais même pas ce que c'est l'affection hahaha ! Et ce n'est surtout pas avec ma Troupe que je vais découvrir ce que c'est. Imbécile que je suis.
Bon, je suis où là... Bah j'ai l'air d'être encore dans le territoire de ma Troupe et j'en conclus que je suis près des Marais. Vu qu'y a des grosses flaques dégueulasse à côté de moi, je conclus que j'ai raison. Qu'est-ce que je dis, j'ai toujours raison hahaha ! En plus d'avoir une bonne vue, je suis drôle. Excellent.
Je sens mes coussinets rosées contre le sol et l'air froid entre dans mes narines. J'éternue au contact glacial de l'air d'ailleurs, foutue temps. Les nuages sont gris et l'eau à mes côtés est sombre. On ne voit même pas le fond, j'espère ne jamais mettre mes pattes dedans. Est-ce que c'est possible de chasser ici ? J'ouvre la gueule pour mieux sentir ce qui m'entoure et je sens une proie. Une proie qui promet d'être appétissante... Un large sourire se dessine sur mon visage. Une femelle, elle ne vient pas des Troupes, j'aurais reconnue l'odeur. Je vais pouvoir raconter une tonnes d'histoires... Et de mensonges ! Oh oui ! Je fonce directement sur la cible, elle n'est plus très loin. C'est un plaisir qu'elle se soit égarée sur mon territoire. Je m'approche à pas feutrés et observe la femelle. Rien de spéciale, plus jeune je pense. Sa fourrure est magnifiquement sale. C'est dommage, elle a l'air jolie pourtant. Enfin sa fourrure hein, je parle bien de la fourrure de rien d'autre. Parce que sinon, ouai bah elle est mignonne mais rien de plus. J'en ai vu des femelles c'est normal que je sois plus exigeant à force. Mais elle a le critère qui m'intéresse le plus donc c'est parfait. Je sors des fourrées et devient enfin visible à ses yeux. Je prends une voix douce, pour ne pas lui faire peur. Allez, on va se la jouer le matou gentil qui s'inquiète pour une inconnue. Laissez moi me mettre dans la peau de mon personnage et...

- Que fais-tu ici ? Tu t'es perdue ?

C'est parti.

avatar

Phily
Puf/Surnom : Ocyyy
Âge du perso : 43 lunes
Messages : 68
Date d'inscription : 14/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Phily, Sam 24 Mar 2018 - 12:28


Egarée

Phily va bientôt mettre à bas. Elle devient de plus en plus lourde, et peine à avancer. Combien de pauses a t’elle fait ? Elle les aurait compté, peut être, si elle en aurait l’énergie. Mais elle n’a même plus le courage. Elle est fatiguée, bien plus qu’elle ne devrait l’être. Ses enfants vont bientôt arriver, et dans quel monde vont ils arriver ? La chatte ne sait pas. Mais elle ne leur souhaite pas ce monde. Pas le sien. Epuisée, elle fait une nouvelle pause. Le temps la surprend. Radieux, avec les oiseaux qui chantent. Elle aime bien leur chant. Elle lève son regard, allongée de tout son long, vers l’un d’entre eux. Elle l’envierai presque à la voir ainsi tourbillonné dans les airs. Surtout que lui ne semble pas si mal nourrit, par rapport à elle. Son ventre si lourd parait bien gros, mais c’est uniquement parce qu’elle attend des petits. Sinon, elle serait la plus maigre de toute les chattes. Elle mange bien peu, la plupart du temps, les proies qu’elle trouve sont déjà mortes, et il ne reste que quelques morceaux. Ou alors, on l’aide, comme l’a fait Flamme-de-Vie. Son dernier repas date de ce moment. Doucement, la chatte à la fourrure miteuse se dresse sur ses pattes. Si épuisée qu’elle est, elle manque de tomber. Elle voudrait dormir, mais, et si il la retrouve ? Non, il ne peut pas l’imaginer. Pourtant, elle l’aime encore, elle l’aime tant...Mais il l’effraie aussi. Elle se souvient bien de ses moments de colère. Il n’était plus lui alors.
Elle veut oublier.
Alors, elle ferme les yeux, et reprend sa marche. Elle ne sait pas où elle va arriver. Ou juste si elle va arriver. Ce n’est pas important, l’endroit où elle arrive. Du moment qu’il n’y soit pas, le lieu lui conviendra. Et elle le trouvera bien pourtant, ce lieu, elle n’a pas cessé d'espérer. Elle veut s’endormir dans un endroit, où, quand elle se réveillera, elle sera à l’abri. Assoiffée, elle se dirige vers une source d’eau. Et elle boit. Cela fait longtemps, ça aussi. Elle a perdu déjà beaucoup. Et cette fuite l’épuise de jour en jour.
Et la chatte reprend. Elle marche, elle marche, elle marche…
La seule chose qui l'interrompt et l’arrivée d’un mâle. Son premier réflexe est de vérifier si c’est lui. Pour sa plus grande chance, c’est quelqu’un d’autre. Il lui semble bien différent.
“- Que fais-tu ici ? Tu t'es perdue ?
Peut être que si elle en avait eu la force, elle se serait méfié. Mais elle est exténuée, elle a toujours aussi faim, toujours aussi mal. Alors, elle oublie ses principes et lui répond, la voix rauque. Depuis combien de temps elle n’a pas parlé ?
Non...Je ne sais pas…
Elle est bien trop fatiguée pour réfléchir correctement.
Phily…
Elle a faim, si faim. Peut être qu’il lui apportera de la nourriture...


(c) Codage par Neph pour Ocy only



avatar

Koras
Puf/Surnom : Orenji
Âge du perso : 51 lunes
Messages : 77
Date d'inscription : 05/06/2016
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Koras, Lun 16 Avr 2018 - 20:28




 
Et chaque lune de mon existence devienne plus longue et plus chiante.

 
Je ne sais pas quoi faire de toi.

 

Mon regard alterne entre son visage et son ventre. J’ai jamais joué avec une femelle pleine. C’est le putain de jackpot ! Elle est faible, je le vois. Son physique en dit long sur son état et je devine qu’elle n’a pas pu dormir depuis un moment. Et puis une femelle pleine quand même… Seule en plus. Son compagnon ne traîne pas par là, c’est clair et net. J’aurais senti l’odeur d’un autre mâle sinon. Tout ce que je sens, c’est l’odeur du lait signe que les chatons vont certainement bientôt arrivée. Quand elle me voit, elle a l’air paniquée, comme si elle avait peur d’être vue. Elle fuit peut-être ? Elle n’est pas des Troupes, c’est certain. Je sais reconnaître l’odeur des troupes, je la connais par coeur et arrive à la sentir de très loin. Surtout si c’est une femelle. Je commence à réfléchir vite. Très vite. Je pense que je vais partir sur une petite improvisation mais… Il faut toujours se préparer un minimum avant une impro. Et là clairement, je ne sais pas quoi jouer. Je joue un personnage gentil, attentif, pour mieux resserrer les vis du piège. Je vais l’aider, qu’elle se repose un peu et à la fin, quand elle aura confiance en moi… Je tenterai quelque chose. Avec son accord évidemment, je ne suis pas un violeur. Après, si elle ne veut pas, elle aura droit à quelques uns de mes coups. Mais ça ne devrait pas arriver, n’est-ce-pas ?

- Non… Je ne sais pas…

Hinhin. Je comprends rien mais bon. Hochement de la tête, pour lui signifier que j’ai compris. Je ne la quitte pas des yeux, avec cette lueur inquiète au fond du regard, pour apporter un peu d’importance à cette inconnue. Alors qu’au fond, qu’est-ce que j’en ai à foutre ? Elle est pleine, oui et ? Fallait pas s’écarter de son compagnon ou de chez elle. C’est sa faute, entièrement sa faute. Après elle tombe sur des connards et ils jouent avec elle. Ohlala. Comme je n’aime pas ces gens là. Je les déteste vraiment beaucoup hein. Ils sont si détestable. Ohlala. Ohlala. Ohlala.

- Phily…

Phily ? C’est qui Phily ? Mais tu précises rien derrière, comment veux-tu que je devine ! Je sais que vous attendez qu’on devine tout tout seul mais j’y connais rien à vos désirs ! Et puis, je pose deux questions, tu me réponds par des trucs qui n’ont aucuns rapport hein. Enfin bon, j’imagine que c’est la fatigue. J’ai envie de lâcher un gros soupir exaspéré mais retiens-toi Koras. Tu le feras après et au pire, si le coup marche pas, j’irais m’énerver sur elle. Tu me fais chier à répondre n’importe quoi donc un peu mon n’veu que je vais te faire chier par la suite si tu n’acceptes mes avances après tous les efforts incroyables que je fais pour toi.
C’est bien beau tout ça mais je crois qu’elle ne va pas vraiment bien. Je dois vraiment l’aider là ? Je m’approche doucement d’elle et la force à s’allonger. Limite, je la pousse par terre. Bah aussi elle tient pas debout, autant l’allonger. Elle ira mieux après et j’ai pas envie d ebaiser avec une moitié-morte. C’est un détail. Je regarde son ventre se gonfler vite. Elle a vraiment l’air épuisée et moi, je vais jouer de ça. Je continue de la regarder, et j’ai presque envie de partir pour la laisser, pour ne plus l’embêter. Peut-être lui apporter une proie, comme ça à son réveil, elle ira mieux puis je compte combien de temps j’ai passé sans baiser. C’est ce que je me disais. Si elle ne veut pas, je n’irais juste pas l’attaquer, juste l’insulter. Je ne savais pas que j’avais un coeur, même des sentiments pour les étrangers. Je me lève sans un bruit et pars à la recherche d’une proie pour le réveil de la future maman. Je vous passe les détails de ma chasse, on s’en fou. La question est: Est-ce qu’elle est toujours là ? Est-ce qu’elle dort encore ? Un sourire apparaît sur mon visage en voyant la chatte endormie. Je ne sais pas si mon sourire est doux ou juste profiteur. J’aimerais vous dire qu’il est doux et touché en voyant à qu’elle point elle est mignonne quand elle dort mais ce n’est pas le cas. Je ne pense qu’à ce qu’il va se passer après et si j’étais moins con, je me dégouterait. Malheureusement pour moi, et encore plus pour elle, ce n’est pas le cas. Je pose l’animal mort face à elle et ne la réveille. Je m’écarte un peu pour lui laisser de l’espace et attend juste son réveil. Je vais attendre.

 
By Moony for Orenji only


avatar

Phily
Puf/Surnom : Ocyyy
Âge du perso : 43 lunes
Messages : 68
Date d'inscription : 14/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Phily, Jeu 19 Juil 2018 - 13:30



Égarée


Sa vue se trouble, elle ne voit plus que des formes floues, indistinctes. Elle a l'impression d'être coincée dans une brume épaisse que rien ne pourrait percer, une brume lourde qui, en même temps, l'écrase au sol et l'empêche de penser correctement. Ses pensées, habituellement ordonnées et accessibles semblent bloquer par quelque chose, elles ne parviennent pas à s'exprimer, à venir à elle. Elle a l'imprimer d'avoir quelque chose dans la tête, quelque chose de lourd et qui bloque son cerveau.
La personne en face d'elle doit vraiment la prendre pour une folle et surtout ne pas comprendre ce qu'il se passe. Personne ne peut comprendre de toute manière. Personne n'a vécu ce qu'elle, elle a vécu. Ce calvaire qui ne prendra visiblement jamais fin, qui la hante, ne la relâche a aucun moment, ne la laisse jamais en paix. Il reste présent sous plein de formes, aussi bien dans les chatons qui naîtront bientôt que dans ce mal permanent, dans cette angoisse perpétuelle, et dans cette haine refoulée qui sortira peut-être un jour.

Elle sent qu'on l'allonge un peu brusquement. Mais elle est déjà partie, elle est déjà endormie, ou peut-être évanouie tout simplement. Durant son sommeil, ses pensées se remettent en ordre, elle arrive à réfléchir un peu. Elle ne sait pas si elle arrivera à se relever après, si elle en aura la force. Elle pense à cet inconnu qui l'a aidée, alors qu'il aurait très bien pu faire demi-tour en voyant une femelle maigre aux côtes visibles, épuisée, sale, perdue. Mais non, c'est forcément qu'il est bon, qu'il a eu pitié d'elle, et elle lui en est très reconnaissante. Même si ses sens n'étaient pas très actifs, elle a cru reconnaître l'odeur de Flamme-de-vie. Il doit sûrement appartenir à la même Tribu. Après ces quelques pensées, elle sombre dans un sommeil plus profond, dans lequel rien ne pourrait lui passer par la tête. Un sommeil noir.
Quand elle se réveille, elle ne veut pas lever la tête. Elle veut rester dans ce noir, rester pour tout le reste de sa vie, dans cette pénombre réconfortante sans pensées tristes, sans regrets ni remords, sans ces petites choses qui font d'elle une femelle perdue , désespérée. La mort pourrait être une solution, qui la libérerait de tout ça. La vie mérite-t-elle d'être vécue si c'est dans ces conditions ? Qu'est-ce qu'elle peut faire pour sortir de là à part mourir ?  
Oui mais. Il y a toujours un mais. Elle ne veut pas laisser mourir les chatons. Elle a beau savoir que sa délivrance serait la mort, les condamner eux aussi la rend malade. Ils n'auraient pas pu vivre, pas pu voir la lumière du jour, le soleil, le ciel, la nature, les autres félins, les couleurs, l'eau, la beauté, la vie. Parce qu'au fond, la vie peut être belle si rien ne se met au milieu de son chemin, si aucun obstacle la traverse. Il faut trouver le juste équilibre. Parce que sans obstacle non plus, la vie serait ennuyante sans intérêt.
Ses yeux restent fermés, elle ne se souvient même plus de la tête de celui qui l'a allongée, qui a eu pitié. Des yeux… Des yeux verts d'un beau vert assez pâle. Phily est comme ça, elle fait toujours attention aux yeux, c'est souvent la première chose qu'elle remarque. Et puis on peut voir plein de choses dans les yeux. Elle est allongée, elle pense au nom qu'elle pourra lui donner. Elle en a besoin. C'est quelque chose d'irépressible, sans quoi elle n'arrive jamais à se rappeler de qui elle parle. Les surnoms qu'elle donne lui servent à se repérer, et les seules personnes à qui elle n'en a pas donnés sont Liberté Éphémère, parce que son nom seul représentait beaucoup de chose et qu'elle pensait tout le temps à lui, et puis ses parents. Ses chatons n'en auront pas non plus, s'ils vivent, puisque c'est elle qui les nommera.

Elle prend une grande inspiration, décide d'enfin se relever, ce n'est pas poli de feindre de dormir alors que quelqu'un s'occupe de toi ; ses yeux miroitants s'ouvrent enfin sur le monde, et la lumière l'aveugle un instant. Malgré le fait qu'elle pensait être éveillée, ses sens semblaient d'être mis en pause ; aussi, une odeur de gibier fraîchement tué lui parvient. Elle salive, et puis se retient de se jeter d'une manière peu élégante sur la pièce de nourriture. Flamme-de-vie a eu beau lui donner à manger elle aussi, cela faisait déjà quelques jours qu'elle n'avait plus rien avalé. Elle se sent un peu honteuse de ne pas être capable d'attraper elle même ses proies et de laisser faire les autres, qui ont sans doute mieux à faire. Elle espère que ça ne les dérange pas, qu'ils font ça de leur plein-gré.
Elle parvient difficilement à se contenir, mais finit par y arriver. Son regard se détourne, elle le fixe désormais sur le mâle à ses côtés. Grand, le pelage long et épais, costaud. Et puis ses yeux verts la regardent. Protecteur. C'est le mot qui lui vient à l'esprit lorsqu'elle le regarde. Aussitôt, son esprit tourne et retourne ce mot dans tous les sens, afin d'en extraire un nom plus ou moins attribuable. Elle s'arrête finalement sur Pater, parce que la protection est censée être attribuée au père, ou plutôt aux parents, même si ça n'a pas été le cas pour elle.
L'odeur de la nourriture lui tourne autour, la nargue, mais elle ne fait pas un geste vers elle. Elle préfère paraître polie, gentille, devant cette personne qui pourra peut-être l'aider.

« Je… Merci beaucoup pour la proie. C'est gentil. »

Elle veut sourire, montrer sa gratitude, mais elle n'y arrive pas.


(c) Codage par Neph pour Ocy only


avatar

Koras
Puf/Surnom : Orenji
Âge du perso : 51 lunes
Messages : 77
Date d'inscription : 05/06/2016
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Koras, Jeu 2 Aoû 2018 - 23:25




 
Et chaque lune de mon existence devienne plus longue et plus chiante.

 
Je ne sais pas quoi faire de toi.

 

Phily. C’était donc ça son prénom, d’après ce que j’ai compris. Je sais pas trop quoi faire d’elle. Je sais pas si je dois partir maintenant ou simplement… Je ne sais pas, j’ai des idées tordus aussi. Elle est pleine merde, j’ai jamais niquer une femelle pleine mais c’est à tester, oui, c’est à tester. Mais autant le faire avec ma compagne, quand j’en aurais une et quand elle sera pleine. Deux choses qui ne sont pas près d’arriver. Du coup, je pèse le pour et le contre. Y a plus de contre que de pour là. Et puis, rien m’excite, je crois que j’ai juste pas envie de l’attaquer elle. Va savoir pourquoi elle a un traitement de faveur.

Adossé contre un arbre, je regarde le sol. Qu’est-ce qui me retient ici, je lui ai donné de la bouffe, je pourrais très bien partir nan ? Mouais, j’ai fais tout ça alors autant attendre qu’elle se réveille et qu’elle me remercie. Au moins, je pourrais voir si elle va bien. Mais c’est que je deviens sensible ! Je commence à m’inquiéter pour les autres, est-ce que j’aurais un coeur finalement ? J’ai du mal à le croire, je vais rester sur l’histoire de “ C’est un traitement de faveur. “ En plus, elle est mal en point, elle est pleine donc elle a certainement un compagnon. Ouai, c’est pas le moment d’avoir envie de lui sauter dessus. Pourtant, elle est jolie, ce n’est pas le problème. Son pelage est blanc crème et elle a un jolie visage. Ses yeux sont… Gris, si je me souviens bien. En même temps, j’ai pu les voir quelques secondes avant que ses yeux ne se referment pour s’évanouir. Ou dormir. Je crois que là, elle dort. Tant mieux, qu’elle se repose, j’ai rien d’autre à faire de la journée, je peux la surveiller.

Du mouvement. Mes yeux qui fixaient mes pattes se posent sur la femelle. Elle se lève mais elle a visiblement un peu de mal à comprendre où elle est, ce qu'elle fait, ce qu’elle est, bref, elle est dans les vapes. Je la regarde et ne bouge pas. Je ne veux pas lui faire peur. L’odeur de la nourriture arrive enfin à son museau et j’ai presque l’impression qu’elle se retient de sauter dessus et de la dévorer comme un vautour. Mais elle ne fait rien, tiens c’est bizarre. Elle n’en veut pas ? J’aurais pensé, vu la taille de son ventre, la sale gueule qu’elle a, le faîte qu’elle se soit évanouie aussi. Je pensais qu’elle serait même affamée. Son regard se pose sur moi. Je ne lui adresse ni sourire, ni regard compatissant car je ne sais pas trop comment réagir dans cette situation. Je pourrais lui demander comment elle va mais je ferme ma gueule. Je ne veux toujours pas lui faire peur. Je crois que je fais peur de base, à cause de ma taille ou peut-être que mon caractère dérange trop. Mais elle, elle ne connait pas mon caractère donc elle ne peut pas avoir peur de moi, si ?

- Je… Merci beaucoup pour la proie. C'est gentil.

Je hoche la tête, comme pour lui dire “ De rien. “ Elle m’a comprise de toute manière, enfin j’espère. Je suis assez bavard d’habitude mais là… J’avoue que je ne sais pas trop quoi lui dire. Est-ce que je lui demande ce qu’il lui arrive ? Bah nan, c’est pas mes affaires. Est-ce que je lui demande comment elle va ? Elle va me dire qu’elle va bien. Je regarde la proie que j’ai chassé pour elle. Elle n’y a toujours pas touché. J’ai pas chassé pour rien quand même ?

- Tu n’as pas faim ?

Si tu n’as pas faim, je peux la prendre et la rapporter à la Troupe. Autant faire une autre bonne action vu que je suis bien parti là-dedans.

 
By Moony for Orenji only



Contenu sponsorisé
message posté par Contenu sponsorisé,

Page 1 sur 1


Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum