min : 5°C   max : 18°C
saison : feuilles nouvelles
aléa climatique : aucun
voir les assemblées et baptêmes en cours (www)
C'est fini ? C'est enfin fini ? Luny ¤ Orenji



 

C'est fini ? C'est enfin fini ? Luny ¤ Orenji


avatar

Museau Murmurant
Puf/Surnom : Orenji ou Mumu'
Âge du perso : 52 lunes
Messages : 230
Date d'inscription : 30/12/2015
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Museau Murmurant, Mer 14 Fév - 21:50

C'est fini ? C'est enfin fini ?
Merci Nuage de Jade.


Papa, tout sera bientôt terminé.
Papa, tu vas arrêter de souffrir.
Papa, tu vas enfin nous rejoindre.



- Merde !

Je me réveille en sursaut, ne sachant pas où je suis. Ce n'est pas la tanière des guerriers... Je ne suis pas parti hier soir, si ? Je tourne sur moi-même, à la recherche d'un élément qui pourrait m'aider à me situer. Mais il n'y a rien, le vide m'entoure. Suis-je mort ?
...
Alors, c'est ça la mort ? C'est le vide, le néant ? C'est ça le fameux " Clan des Etoiles ", ai-je juste le droit d'y rentrer, malgré ma présence inutile chez les Ombreux ? Ca y est, je suis enfin mort.
...

- Aie !

Une douleur se fait sentir à l'intérieur de moi. Je me roule en boule, pour tenter de la faire disparaître mais rien n'y fait, elle est de plus en plus grande. Je ne suis pas mort. Ca fait des lunes que je le suis de toute façon... Je pense juste que ce soir, ça va s'officialiser aux yeux des autres.
Le minuscule chaton de mes rêves apparaît. Son pelage fantomatique se rue vers moi et ses yeux blancs me fixent joyeusement.

- Papa ! Tu vas bientôt arriver ! Je suis tellement content !

Mes yeux verts observent " mon fils ", incrédule. Donc je vais vraiment mourir ? Comme ça ? Je vais être avec un chaton flippant le reste de ma mort ?
Je m'assois face à l'être fantomatique. Et puis, lui c'est qui ? Est-ce réellement mon fils ? Mais j'ai pas de descendance... Avec qui j'ai pu l'avoir si c'est mon fils ? Bon il a l'air mort mais...
je me pose trop de questions...
J'ai mal à la tête, elle tourne et je commence à voir flou.
Mais putain, expliquez-moi !

- Oh quelqu'un arrive ! A tout à l'heure !

Un " attend " reste bloqué dans ma gorge. J'aurais aimé lui dire qu'il n'a pas répondu à mes questions, celles que je me pose depuis que je suis là. Certaines depuis ma naissance. A quoi à servi mon existence, hein ? Mais répond moi !
Mais non. Le petit chaton s'en va, sans répondre, me laissant paumé comme je l'ai toujours été. Une femelle sort de la pénombre, le chaton avait raison, quelqu'un été bien présent. Par rapport à mon soi-disant fils, la chatte a l'air plus vivante. Son pelage est beige, il ne ressemble pas du tout au pelage fantomatique de la petite chose et ses yeux sont bien assortis à la couleur de ses poils. Ils sont d'un vert livide, elle n'est pas très grande. Je la trouve assez petite pour une femelle du Clan des Etoiles. Serait-ce un chaton ? Non, elle n'est pas assez petite. Je dirais plutôt apprentie. Mes yeux se ferment brusquement lorsque mon ventre se tord une fois de plus. J'ai mal... J'ouvre la bouche, tentant d'énoncer une phrase, de sortir les fameuses questions que je me pose depuis des lunes mais tout ce que je ressens en essayant de parler, c'est la douleur dans mon estomac. Tout ce qu'il sort de ma bouche, est une phrase étouffée par mes gémissements:

- Où suis-je ... ?
©️ kyro. 015 for Orenji

avatar

Fantôme.
Puf/Surnom : Une identité ? I don't think so. Well, vous pouvez prendre le pseudo de ce compte.
Âge du perso : Sans âge
Messages : 87
Date d'inscription : 10/01/2015
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Fantôme., Sam 10 Mar - 20:32

Je le regarde d’ici, comme toujours. Mon regard se pose sur son pelage, sur sa silhouette, sur tout ce qui fait de lui le guerrier qu’il est et celui que j’aime par-dessus de tout. Je n’ai jamais cessé de l’observer et de le veiller, je n’en suis tout simplement pas capable parce que pour cela il faudrait que l’amour que je nourris à son égard s’efface ou s’atténue. C’est impossible. Je l’aime beaucoup trop. Fragment de Neige… comment puis-je vivre sans toi ? Je veux le retrouver. Je veux le retrouver ! Je n’y arrive pas loin de lui, j’étouffe et il m’oublie, il m’efface, je deviens souvenir. Je sais, je sais qu’il ne veut pas que je pense ça, mais je ne peux pas m’en empêcher quand je le vois, en bas, continuer de vivre et d’exister, avoir des enfants avec une féline. Oh qu’est-ce que je l’aime… je donnerais tout pour lui, je donnerais tout pour m’approcher de lui, pour me serrer contre lui et ne plus jamais m’en séparer, pour ressentir de nouveau son souffle contre mon pelage et que ce soit physique. Je ne veux plus rencontrer ce vide entre nous, l’avoir si près de moi et pourtant, pourtant si loin. Le voir et pourtant, pourtant ne pas pouvoir le toucher parce que je ne suis qu’un condensé d’étoiles, de matières en suspension et je ne veux plus jamais voir ce regard perdu et en détresse qu’il me lance quand il s’approche et essaie de m’attraper et que je lui échappe douloureusement en le laissant s’heurtrer au vide si cruel. Ayez pitié de moi… ayez pitié de nous.
Je veux une deuxième chance.

Je le regarde encore. Fragment de Neige, mon amour, mon si doux amour, que j’appelle toujours ainsi dans mon esprit. L’ai-je déjà fait de mon vivant ? Je ne crois pas, je ne crois pas. J’aurais dû. Oui, j’aurais vraiment dû. Je donnerais mon âme à la Forêt Sombre s’il le fallait pour le revoir, je vendrais mon âme aux pires ennemis du Clan des Étoiles pour pouvoir avoir de nouveau des contacts physiques avec lui, enfouir mon museau dans son pelage chaud et réconfortant, et entendre sa voix dans la Forêt des vivants, lui libérer certaines de ses nuits, ne plus avoir à l’appeler et lui voler des précieuses heures de sommeil, nous déchirer en deux parce qu’on ne peut pas toucher et que notre amour ne peut se vivre ici. Je m’en fous de la perdre, ma si petite âme peu importante, je m’en fous de devenir leur prisonnière et de leur être destinée par la suite, de devoir me plier à leurs désirs les plus fous et sombres, de devoir tuer, si c’est pour le revoir.. si c’est pour de nouveau pouvoir me blottir contre lui alors que la nuit tombe, que les éclairs résonnent et que mon pelage s’hérisse sous la peur. Parce que je ne suis qu’une pauvre apprentie timide et peureuse. Je le suis restée. Je le suis encore. Nuage de Jade. Nuage, Nuage. Éternellement Nuage.

Et cette féline, cette féline qui est la mère des enfants de mon tendre amour. Cette féline qui a pu avoir tout ce que j’ai toujours voulu : une vie aux côtés de ce guerrier, une vie de famille, une vie avec lui. Je lui en veux de m’avoir tout volé alors que tout est de ma faute. Parce que je suis partie. Parce que je suis morte. Tout est de ma faute, je ne devrais pas lui en vouloir, mais la jalousie est faite telle que la logique n’existe plus. C’est la logique de l’amour. On ne peut pas trop m’en demander. Pas vrai ? On ne peut pas trop m’en demander… bien sûr qu’on peut. J’ai qu’à assumer. Mais je veux tout recommencer, de a à z, une nouvelle chance pour ne pas tout foutre en l’air cette fois. Pour vivre avec lui, cette fois. Pour lui montrer que je l’aime, cette fois. Ne pas nous tuer, cette fois. Ne pas faire la même erreur. J’en tremble. Je ne demande que ça. Un peu de chance, un peu de pitié. Une deuxième vie. Une dernière vie. Parce que je l’aime. Je n’ai jamais rien fait dans ma vie qui n’était pas guidé par les sentiments que l’amour envers ce guerrier me procurait. Jamais. Tous mes gestes, toutes mes pensées, tout ce que j’ai toujours fait a été influencé par cet amour si puissant destiné à ce félin spécial à mes yeux. Et jamais personne ne serait en mesure de comprendre l’intensité de ces ressentiments, et tout ce que je pourrais faire pour lui, personne ne serait en mesure seulement de m’accepter en comprenant à quel point je pourrais me donner corps et âme dans une machination si cela me donnait la possibilité de le revoir.
… Parce que je l’aime. Je l’aime et je l’ai perdu. Et ça fait bien trop mal.

Je ne peux même pas mettre en mots la douleur si puissante que ça provoque de l’avoir perdu, je ne peux même pas tenter de l’imager, d’en parler, je ne peux tout simplement pas la formuler à intelligible voix, parce que je sais, je sais que je ne serais plus capable de tenir, je ne serais plus capable d’être forte, je ne serais plus capable d’être l’image de calme important que j’aimerais maintenir. Pour lui. Même s’il ne me voit pas, ici, lui. Même s’il n’a pas ses yeux posés sur mon pelage en permanence, le suivant dans chacun de mes mouvements, dans chacune de mes respirations, comme je le fais avec lui. Je me mettrais à pleurer, je perdrais mon sang froid et je n’ai pas le droit. Je n’ai plus le droit de pleurer, parce qu’il a pleuré. Parce qu’il a pleuré à cause de moi et parce que ce n’est pas quelque chose que j’avais vu venir, que j’avais prévu, que j’ai su supporté. Il a pleuré par ma faute et je m’en veux. Ses yeux n’ont jamais été fait pour pleurer. Il n’aurait jamais dû pleurer. Je nous ai tué. Et je veux tout recommencer. Parce que je l’aime. Parce que je l’aimerais toujours. J’ai pleuré, moi aussi. Je n’ai pas pu m’en empêcher. Je n’ai pas pu être aussi forte que je le désirais, parce que Fragment de Neige a toujours été tout pour moi, parce que Fragment de Neige a toujours été cet amour remplissant mon coeur, le seul que j’ai toujours vu, le seul que j’ai toujours voulu. Moi, apprentie timide, que personne ne voyait, pas même lui, n’a toujours remarqué que lui. Je n’aurais jamais pu faire autrement, pas vrai ? Fragment de Neige, tendre amour que je voudrais retrouver.

Je ne peux pas m’empêcher de penser à lui. Mes pensées se sont toujours dirigées vers cet être si fort, que j’ai toujours admiré et regardé de loin avant d’oser aller le voir et avant de tout détruire, tout foutre en l’air, nous tuer et l’achever. Ne reste que la promesse d’un avenir meilleur, cette promesse restée vivante, restée sur terre, qui recherche les fondements de sa personne. J’aimerais l’aider, la diriger, lui offrir une petite parcelle de la vérité, du monde dans lequel je vivais, de mon monde et de ces détours, sauf que la culpabilité me retient, me tient par la gorge avec les regrets qui ne me quittent pas, ne me quittent plus, ne l’ont jamais fait depuis que j’ai vu ses yeux avec des larmes. J’aurais pu vivre avec le manque. Je ne pourrais jamais vivre avec la certitude que je l’ai tué. Et il ne pourra jamais me convaincre du contraire. Je sais que je l’ai tué, j’ai fait bien pire, je l’ai achevé. De tout mon vivant, jamais, jamais je ne l’avais vu pleurer devant moi, jamais ses yeux n’avaient été autant ravagés que lorsque je l’ai vu perdre espoir et découvrir mon corps et jamais, jamais je ne saurais me le pardonner. C’est tout simplement impossible. Je ne pourrais pas. Et le Clan des Étoiles ne pourra point y faire quelque chose, parce qu’il a pleuré, parce que j’ai ravagé ses yeux, j’ai effacé son sourire, et que c’était quelque chose d’impensable, et que c’est impardonnable. Lui-même n’aurait jamais dû ne pas m’en vouloir, il aurait dû me détester, me rejeter, pour lui avoir fait ça. Il ne l’a pas fait. Non, il a décidé de me tuer en m’aimant encore. On s’est tué. C’est paradoxal. Il m’a tué en m’aimant alors que je n’ai toujours demandé que ça et il m’a tué de mon vivant en me m’aimant pas, en ne me voyant pas. Je l’aime. Tout revient toujours à ça. Je ne peux pas m’empêcher de penser cette toute petite phrase si simple. Parce que je l’aime, tout simplement. Parce que je l’aime. Et que je ne pourrais jamais arrêter.

Je ne désire pas non plus arrêter de l’aimer. Je ne désire pas arrêter de ressentir tous ces sentiments que j’éprouve parce que mon coeur s’est entiché de ce guerrier avec la tête dure, mais un coeur si éprouvant, si doux, si incroyablement bon. Il est lieutenant maintenant et je suis fière de lui. Il a été choisi par Étoile Mortelle. Je ne suis pas trop sûre du fait que ce soit une bonne idée qu’elle soit à la tête du Clan de l’Ombre, mon ancien Clan, mais je suis parfaitement convaincue par son choix de lieutenant. Fragment de Neige fait un merveilleux lieutenant et il mérite parfaitement cette promotion au sein du Clan. Je suis fière de lui. Il a travaillé fort. Oh, il n’a jamais cherché à devenir lieutenant, ça ne lui ait jamais passé par la tête qu’il pourrait être choisi par Étoile Mortelle, je le sais, je le connais, mais il s’est perdu dans le travail après ma mort, sans doute pour effacer la douleur, effacer la tristesse et essayer d’oublier le manque de ma présence à chaque fois que son regard butait sur la place vide au matin et au soir, avant de se coucher et en se levant. J’aimerais m’excuser indéfiniment, parce que tout est de ma faute, mais je nous ai condamné à ne plus pouvoir nous exprimer comme avant, alors je me dois de seulement le penser. Je ne peux pas lui faire sentir le poids de mes regrets. Je n’en ai pas le droit. Et les larmes qui viennent, je me dois de les chasser. Je ne peux pas pleurer. Je refuse. Je lui dois bien ça.

Je me lève et je m’étire. Je pourrais tout passer éternellement mes journées allongée à le regarder seulement exister, ça ne me dérangerait pas. Mais j’ai été attiré par un autre guerrier. Enfin, c’est une façon de parler, mon esprit s’est laissé quelques secondes dérangés, plutôt. Jamais je n’aimerais quelqu’un d’autre que Fragment de Neige. J’ose espérer qu’il le sait. Je me sentirais indigne de lui s’il ne le savait pas. Je l’aime tellement. Indigne de lui parce que ça voudrait dire que je n’ai pas su me montrer suffisamment à la hauteur pour qu’il sache sans le moindre doute la teneur de mes sentiments pour lui. Alors j’espère vraiment qu’il le sait. Et je crois qu’il en est conscience. Il l’est, n’est-ce pas ? Il n’y aura jamais que lui pour me le confirmer, mais je ne peux pas m’empêcher de me tourmenter avec ce type de questions. Parce que je l’aime.

Et en bas, sur cette terre, cette si douce terre que j’ai quitté et que j’aurais aimé ne jamais avoir délaissé, il y a ce félin qui divague, qui dérape et que je ne connais pas, que je n’ai jamais connu, sans doute jamais vu de mon vivant tant mes yeux étaient accaparés par la stature de mon amour. Mais aujourd’hui, ce guerrier est mal, si mal que le Clan des Étoiles s’apprête à le prendre, l’ammener et moi, moi qui ne veux pas le laisser mourir sans me battre. Parce que Fragment de Neige a besoin de ces guerriers, parce que Fragment de Neige a besoin de chaque membre de son Clan et que je ne veux pas qu’il perde ceux qui constituent son Clan. Ce mâle qui subit les foudres du mal blanc, ancien mal vert, ma bête noire, celle qui m’a fait perdre ma mère d’adoption. Je ne veux pas ne pas essayer. Je connais bien les plantes, après tout, moi qui écoutais si souvent la guérisseuse parler, m’expliquer comment faire, à quoi ça servait, sans pour autant être son apprentie, évitant mon propre mentor que je détestais, celle que j’ai laissé mourir. Elle m’a tué elle-même, après tout, à sa façon, effaçant toute confiance en moi.

Je le regarde. Je l’attire. Je veux le sauver pour peut-être sauver ma relation avec Fragment de Neige. Si je peux sauver un guerrier de son Clan, peut-être que je peux faire quelque chose pour nous deux, non ? J’aimerais bien que ce soit le cas. Qu’on puisse être sauvé. Le peut-on ? S’il vous plaît, dites-moi que oui, je meurs d’amour pour lui. Je veux le retrouver. Je le veux tellement. Tourbillon, le monde se dégrade et je nous forme un espace à nous, un espace à ce guerrier et moi, dans l’espoir de pouvoir le sauver. Mais l’espoir m’a que trop souvent trahi. Et j’ai bien vu où tout ça m’a mené… n’est-ce pas ? Que trop bien remarqué. Mais je ne peux pas abandonner.
Parce que je l’aime.
Parce que je l’ai toujours aimé.

Je regarde maintenant ce guerrier qui est près de moi, si malade, et les plantes qui se sont manifestées à mes côtés et je les prends dans ma gueule, j’approche, je les laisse tomber. S’il vous plaît, vis. Je suis triste. Je l’entends gémir et mes oreilles bourdonnent. Je sais que mes efforts sont vains. Je dois quand même me battre. J’approche des plantes de lui, je lui tends du bout de la patte. Mes yeux sont tristes.

« Je suis Nuage de Jade, du Clan des Étoiles.. j’appartenais à ton Clan avant. Tu ne te souviens sans doute pas de moi, non.. » Parce qu’il n’y a, en bas, seulement que mon amour qui peut encore penser à moi. Personne d’autre qui ne peut entretenir un souvenir de l’être effacé que j’étais. « Prends ça, tu es gravement malade. Je.. on peut peut-être te sauver.» Il est surtout condamné et je refuse de l’accepter.

Nous étions une promesse destinée à être brisée.
Mais l’espoir de notre promesse réside sur terre.
Peut-on être sauvé ?

avatar

Museau Murmurant
Puf/Surnom : Orenji ou Mumu'
Âge du perso : 52 lunes
Messages : 230
Date d'inscription : 30/12/2015
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Museau Murmurant, Jeu 15 Mar - 21:57

C'est fini ? C'est enfin fini ?
Merci d'avoir essayé de me sauver.

Je n’arrive pas à me souvenir des bons moments. Je n’arrive pas à définir quand est-ce que j’ai passé un bon moment. Peut-être quand Turquoise m’a annoncé la naissance des chatons ? J’ai été naïf de croire qu’ils étaient de moi. Naïf de penser qu’elle m’a un jour aimé, un jour éprouvé une quelconque émotion à mon égard. Si, je sais quelle sentiment elle a éprouvé en me voyant: de la pitié. Elle a su que je l’avais cherché tout ce temps, elle a su que j’étais éperdument amoureux d’elle, fou d’elle et ça depuis mon plus jeune âge. Elle en a profiter car c’est une profiteuse. Elle n’a jamais vécu dans notre Clan, elle y vivait pour son bien. Même pas pour le bien de mes enfants. Car ce ne sont pas ses enfants. Elle n’a jamais été un ebonne mère. Une bonne mère n’abandonne pas ses enfants, elle reste avec elle malgré tout le Clan sur son dos. Moi, je serais resté avec elle. J’aurais pu supporter avec elle car je l’ai toujours supporter. J’ai toujours été seul face à cette menace et avec elle, je n’aurais plus été tout seul. Mais elle s’en ai aller, avec son domestique. Ma si précieuse fille est l’union d’une traîtresse et d’un domestique…

Oh Nuage de Quartz. Ma fille, mon précieux, la seule personne qui me retient encore sur terre. Elle n’est peut-être pas de mon sang mais c’est tout comme. J’ai toujours été là pour elle et je le serais toujours. Si il le faut, je resterais sur cette terre pour elle. Elle mérite tellement mieux, tellement meilleur comme parent. Mieux que moi. Sa mère et son père ne la mérite pas. Elle est tellement bien pour eux, tellement intelligente et incroyable et fantastique et… Si seulement je pouvais lui dire. Énoncer mes mots avec une telle sincérité mais je n’y arrive pas, car j’ai perdu toute sincérité. J’ai perdu tout ce qui était de vivant en moi. Je suis malade vous savez. J’aimerais bien guérir. Enfin, je ne suis sûr de rien mais juste guérir pour la petite femelle qui m’attend en bas. Pour la femelle qui me retient, cette magnifique femelle qui sera seule à pleurer sur mon corps inerte. Tout le monde la regardera avec tristesse mais personne ne sera triste pour moi. Parce que personne ne tient à moi.

Pourquoi personne ne tient à moi ? Parce que je ne me suis attaché à personne. Sauf une. Et je n’aurais pas dû, j’aurais dû être un mauvais père adoptif, elle n’aurait pas souffert par ma mort car oui, je vais mourir. Je suis une cause perdue, comment me sauver ? Vous voulez que je vous annonce la vérité ? Je me suis laissé mourir. Je le savais. J’étais au courant que j’avais le mal vert. J’attendais juste qu’il devienne le mal blanc. Est-ce si grave que ça d’avoir fait ça ? Est-ce monstrueux d’avoir attendu sans me laisser une chance de m’en sortir ? Ce n’était pas un suicide. Se laisser mourir est-il une sorte de suicide ? Non. Les chats ne se suicident pas. Vous savez, on a l’instinct de survie, techniquement, on ne se suicide. On ne se tue pas nous-même. Ce qu’on fait est différent des humains.Et pourtant, on ressent exactement la même chose. On ressent l’abandon, la solitude, la dépression, on est comme vous.. On a vos émotions, vos sentiments. Quand on perd patte, on se laisse aller. Je me suis laisser tomber, laisser sombrer. Je n’ai laissé personne me rattraper. Je ne voulais pas être sauvé. J’ai laissé la maladie venir, je n’ai rien fait pour me défendre. Et maintenant je souffre, j’ai toujours souffert mais les dernières minutes de ma vie sont les pires. Ces douleurs, dans mon ventre sont terribles. Ces toux incessantes m’irrite la gorge et m’empêche presque de respirer. Mon sang bouillonne dans ma tête, je le sens tellement que j’ai l’impression de saigner des yeux et du museau. Et je me demande alors, seulement maintenant, seulement quand je sais que je ne peux plus retourner en arrière: Est-ce que c’était le bon choix ?

Est-ce que je n’aurais pas dû rester vivant ? Même si techniquement je ne suis pas mort, ce n’est qu’une question de temps. Est-ce qu’il n’aurait pas été préférable de continuer à me battre, de continuer à survivre comme je l’ai toujours fait ? Je n’ai jamais vécu, j’ai survécu. J’ai survécu aux épreuves de ma vie. Et j’ai tout de même vécu très longtemps pour ce qui m’est arrivé. J’ai tout perdu, tout. Nuage de Quartz est la seule femelle qui me reste. Evidemment la première personne à qui je pense, c’est elle, Berceuse Oubliée. Ma compagne, celle que j’ai aimé, que j’ai chéri. La femelle avec qui j’aurais dû avoir des chatons. Je crois même qu’on en a eu. Ils n’ont pas eu le temps de voir le jour, c’est tout. Vous savez, ce petit chaton fantomatique qui me suit partout ? Bah, je crois que c’est mon fils. Je pense que Berceuse Oubliée était pleine d’un chaton, mon chaton, mon fils. Même s’il est flippant, c’est presque rassurant de voir qu’il m’a attendu.

Berceuse Oubliée. Cette magnifique Escogriffe noire qui a fait chaviré mon coeur. Celle qui l’a reconstruit et l’a briser, encore. Méritait-elle de mourir, finalement ? Non. Elle était jeune, elle méritait mieux. Elle méritait mieux que moi, elle n’aurait pas dû m’approcher, elle aurait survécu. C’est à cause de moi si elle est morte… Peut-être que si j’étais arrivé un peu avant, j’aurais pu la sauver ? Je ne sais pas. Ce n’est pas arrivé et avec des si on referait le monde. Si seulement, je pouvais refaire mon monde. Si seulement je pouvais le changer, juste un instant de ma vie. Peut-être qu’elle serait totalement changée ? Je ne sais pas. Je ne le saurais jamais. Personne ne le saura. Pour eux, ma vie est une vie nulle, déprimante, sans rebondissement. Mais peut-être qu’ailleurs, dans une autre dimension, je suis un chat intelligent et aimé. Ce chat doit vraiment être heureux. Ca doit être bien, d’être heureux.

Mes pensées tournent encore autour de Berceuse Oubliée. Et je me pose une question: Où est-elle ? Elle ne peut pas être au Clan des Etoiles, c’est impossible car elle ne fait pas partie des Clans. Moi non plus, je n’aurais plus dû en faire parti. J’avais décidé de partir avec elle mais… Mais ça ne s’est pas fait. Vous devinez pourquoi. Alors, je ne la reverrais jamais ? Mais je ne veux pas. Je veux la revoir ! Si je meurs, je veux être avec elle ! On me la déjà enlevé sur Terre, vous ne pouvez pas continuer là-haut ! J’ai besoin de la revoir… De plaquer mon pelage brun contre son pelage noire. J’ai besoin de voir nos pelages sombres ensemble. J’ai besoin de revoir ses magnifiques yeux verts. J’ai besoin d’elle. Mais comment savoir où elle est ? Ce n’est peut-être pas un esprit… Je ne la reverrais jamais. Elle a totalement disparu le jour où son corps…

Mes yeux attristés se reposent sur la silhouette étoilée. La jeune femelle m’observe. J’avais oublié qu’elle était là. Je me suis perdu dans mes pensées pendant un cours instant. Ou peut-être que ce moment à duré si longtemps que je suis mort ? Non, je me sens encore respiré. Je sens mon coeur battre douloureusement dans mon ventre, dans ma poitrine, je le sens dans ma tête. J’ai la tête en feu, je vais exploser. J’ai chaud ou j’ai froid. Je ne sais pas, je crois que plus j’ai chaud ici, dans mon rêve, plus mon corps se refroidit. Plus j’ai chaud et plus j’ai froid. Ce n’est pas logique, je ne suis pas logique et je ne l’ai jamais été. Je meurs. Est-ce qu’elle va faire un truc pour m’aider ? Ou va-t-elle juste passer son chemin, comme toujours ? Personne ne s’arrête sur mon chemin. Personne ne prend le temps de savoir si je vais bien, ils ne veulent pas savoir. Ca ne les intéresse pas, je ne les intéresse pas. Je n’intéresse personne. Ce n’est pas grave, j’ai été habitué. Je ne parle plus, je n’y arrive plus. J’attends juste sa réponse, j’attends juste de savoir même si je me doute de où je suis. Je rêve n’est-ce-pas ? Je suis dans le Clan des Etoiles. Je me suis toujours demandé si les chats de là-haut m'accepterait. Je n’étais sûr de rien, après tout… Je n’ai jamais aidé mon Clan. Je suis un point faible qui le fait reculer. Mourir soulagera le Clan. Elle approche avec des plantes dans la gueule. Ca ne marchera pas… On ne peut pas tu le sais, personne ne peut… Nos yeux se croisent et j’arrive à comprendre ce qu’elle ressent.. Son âme est brisée elle aussi. Nous avons la même lueur dans nos yeux.

- Je suis Nuage de Jade, du Clan des Étoiles.. j’appartenais à ton Clan avant. Tu ne te souviens sans doute pas de moi, non.. Prends ça, tu es gravement malade. Je.. on peut peut-être te sauver.

Effectivement, sa tête ne me dit rien. Son nom non plus. Mais elle appartenait au Clan de l’Ombre. Donc je peux lui faire confiance mais au point où j’en suis, je pourrais faire confiance à n’importe qui. Je regarde les plantes puis la femelle encore une fois. Je lui demande silencieusement s’il y a réellement un espoir. Je sais que non mais j’avale quand même les plantes. Je ne sens même pas les herbes passés dans mon estomac. Peut-être parce que ce n’est qu’un rêve. Je regarde la femelle encore une fois, je ne m’arrête pas de la regarder avant de fermer les yeux. Je pense à Nuage de Quartz. Je ne peux m’empêcher de penser à elle. Ma fille… Excuse-moi.

- C'est gentil Nuage de Jade, d'essayer de sauver une cause perdue. Mais je suis mourant, n'est-ce-pas ?

Oui. Je sais que c’est oui. Je ne me sens pas plus détruit que ça par l'idée que je vais mourir. Je le savais. Ca fait des lunes que je le sais. J’ai arrêté de résister depuis un moment. Il faut que je me laisse emporter. Me laisser mourir, me laisser… Rejoindre le Clan des Etoiles.

©️ kyro. 015 for Orenji


Contenu sponsorisé
message posté par Contenu sponsorisé,

Page 1 sur 1


Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum