min : 15°C   max : 35°C
saison : feuilles vertes
aléa climatique : sécheresses et orages
voir les assemblées et baptêmes en cours (www)
♣ Bad day ft | Coeur Gelé | ♣



 

♣ Bad day ft | Coeur Gelé | ♣


avatar

Petite Aurore
Puf/Surnom : Kry
Âge du perso : 8 lunes
Messages : 17
Date d'inscription : 05/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Petite Aurore, Jeu 8 Mar 2018 - 23:07

♣ A bad day feat | Coeur Gelé | ♣

Je m’ennuie...

J’étais affalée dans mon nid, le museau posée sur mes pattes avants avec le regard qui ne surent se détacher du camp. Les rayons du Soleil traversaient déjà le camp. J’étouffais dans cette pouponnière, il n’y avait personne pour jouer avec moi et tout le monde a l’air de bien s’entendre dehors... J’en avais marre de rester ici. Ma maman est partie il y a quelques instants, sûrement pour aller se dégourdir les pattes, en me laissant, comme d’habitude... Cette pensée m’arracha un long soupir de désespoir : pourquoi a t-elle droit et pas moi ? Bon, je peux comprendre parce que c’est ma maman mais elle pouvait me faire confiance, et me laisser aller me promener avec elle ! Mais sa réponse fut brève et claire.


Non.


Meh... Rien que le fait de me remémorer de cette réponse cinglante, me donnait l’envie de laisser quelques larmes couler sur mes moustaches. Mais non... Sois forte ! Si elle n’est pas d’accord, c’est alors mon rôle, de prendre les responsabilités et de me bouger. Mes pattes se replièrent alors sous moi, afin de me permettre de me lever brusquement, trahissant ma détermination. Je m’ébrouai rapidement, laissant quelques plumes tomber de mon pelage épais, avant de prendre la direction de la sortie, poussée par une énergie inexplicable. Un sourire se dessina alors, sur mon visage. En passant le seuil de la pouponnière, je pris une très grande inspiration pour me familiariser avec les nouvelles odeurs. Des chats de différentes couleurs et tailles grouillaient dans ce camp. J’étais tellement petite que personne ne s’attardait sur moi. En profitant de leur désintéressement, je traversai le camp de façon silencieuse, tout en observant celui-ci avec des yeux illuminés, passant ma tête de droite à gauche, pour repérer l'Antre du Chef, la tanière des Apprentis, la tanière des Guerriers et enfin, la tanière du Guérisseur.


Comme c’est joli...


Après quelques moments d’observation, tout ne continuant de me promener, une idée me vint en tête. Et si j’allais plus loin ? Et si j’allais au bord de la rivière ? Mon clan porte son nom et je ne sais même pas à quoi elle ressemble ! Quelle ironie. Le tout était donc décidé, je fis en sorte que tous aient le dos tourné, pour me faufiler entre la flore, et disparaître de ce camp à pas de loutre.


Je veux voir cette rivière !


Etait ma dernière pensée, avant de filer en direction du territoire de chasse de mon clan.


***


La traversée était si longue... Ma respiration devint de plus en plus irrégulière, au fur et à mesure que je continuais ma marche. Je trébuchais sur presque toutes les racines pour me rétamer sur la neige salement par la suite et je mettais un temps fou pour me relever à chaque fois. Peut-être que sortir du camp était finalement une mauvaise idée... Mais trop tard pour faire retour arrière. Le vent glacial balayait déjà mon corps frêle de chaton, malgré mon pelage bien garni, où des particules immaculées se déposait dessus. Mes coussinets en avaient marre également, chaque pas était une torture pour moi car je n'ai jamais eu l'habitude de les poser sur le sol gelé. Mes muscles étaient endoloris à force de lutter contre ce froid mordant et la distance de marche que je m'imposais pour rejoindre cette foutue rivière.
Je plissais des yeux, afin de distinguer un minimum ce qui se trouvait devant moi et puis finalement... Ce serpent d'eau apparut devant moi soudainement, il était gigantesque, magnifique et une fine couche de glace le couvrait. La joie illuminait mes prunelles. J'étais comme submergée par la beauté du spectacle que nous offrait la nature. Sans vraiment réfléchir, je fonçai vers cette couche de glace, ayant presque oublié la douleur ressentie plus tôt, liée au froid. Mes coussinets étaient à présent sur cette rivière gelée et soudain, un craquement se fit entendre. Je n'eus pas le réflexe de survie, c'est-à-dire de me dégager dès que j'entendis ce craquement et j'aurai dû car quelques secondes à peine après, la glace se déroba sous mes pattes et je me retrouvai ainsi dans cette eau qui me glaça les os.
J'essayais de patauger tant bien que mal mais en vain, j'avais déjà usé toute mon énergie pour me rendre dans cet endroit. La peur, l'angoisse, le désespoir, la tristesse me remplirent, allais-je donc finir ma vie aussi simplement ? Comment va réagir ma maman en apprenant que sa fille unique est morte ? Et mes ambitions alors ?
Dans un ultime effort, je tentai de lever mon museau à la surface pour prendre une bouffée d'air, tout en remuant des pattes, avant de lâcher un cri déchirant.

- A l'aide !
admine Sun

avatar

Cœur Gelé
Puf/Surnom : Sun
Âge du perso : 35 lunes
Messages : 81
Date d'inscription : 19/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Cœur Gelé, Mer 4 Avr 2018 - 22:51

A day


La neige n’est pas l’alliée des chats. Elle tombe et recouvre tout de son manteau glacial et immaculé, elle enveloppe les pousses, elle pousse les proies à se réfugier dans leurs trous, elle gèle la rivière, fait fuir les poissons, et elle glace les pattes des félins. Elle détruit et chasse. La nourriture est bien difficile à trouver, par la suite. C’est pourquoi il faut redoubler d’ardeur pour nourrir son Clan, envoyer davantage de patrouille, farfouiller dans les moindres recoins. Coeur Gelé chassait donc, en quête de quelques proies, probablement maigres, à ramener au sien. Le devoir, le devoir avant tout, c’était ce qu’il faisait. Il chassait, fouillait sous la neige, pistait les empreintes minuscules. Il n’avait pu avoir qu’un mulot rachitique, tout en ayant raté une grive curieuse. Mais les chats du Clan de la Rivière ne sont pas les plus doués pour attraper les oiseaux. En été, cela ne pose aucun problème. En hiver, cette maladresse s’avère désolante.

Mais Coeur Gelé ne perd pas espoir - à vrai dire, il n’en a jamais eu, puisqu’il ne fait que son devoir. Il poursuit son inspection, hume, observe, écoute. Il ne perçoit rien de plus que le clapotis faible de la rivière à peine dégelée, ou le souffle du vent sur la poudreuse immaculée. Il poursuit son travail tout de même. Il continuera, même s’il ne doit rien trouver, jusqu’à la tombée de la nuit. Parce qu’il faut bien que quelqu’un le fasse.

Un bruit. Coeur Gelé relève la tête vivement, attentif. Et c’est là qu’il entend le cri, juste derrière, vers la rivière. Un cri, ou plutôt une plainte faible, mais heureusement audible. La chasse est reportée, et il tourne les talons pour retrouver l’émetteur de cet appel à l’aide. Quelques pas rapides, et la rivière s’écoule doucement devant ses yeux. Au milieu des eaux sombres, un chaton, bien trop petit pour se retrouver dehors, se débattant faiblement. L’eau est prête à l’engloutir mais Coeur Gelé saute à l’eau. Il ne lui a fallut qu’un instant pour savoir de quel Clan était ce petit être en détresse, et décider qu’il fallait le sauver. Il s’approche, à grands coups de pattes larges, attrape la chose qui résiste à peine aux profondeurs. La remontée est plus compliqué, mais Coeur Gelé se hisse hors de l’eau, et dépose finalement le chaton sur la neige aussi froide que l’eau.

Il frissonne, s’ébroue. L’eau est glaciale, la rivière est gelée par endroits. Le chaton n’aurait pas tenu guère plus de quelques instants supplémentaires. Coeur Gelé ignore son nom, mais il sait qu’il fait partie des siens. Encore une fois, il a fait son devoir mais ce n’est pas terminé. Il faut encore qu’il soit au chaud, parce qu’ainsi dans la neige, il ne survivra pas plus. Le félin gris passe un coup de langue rapide sur le corps frissonnant du petit, pour le réchauffer un minimum avant le trajet.

“Je vais te ramener à ta mère et à Torrent de Vie. Mais promets-moi que tu ne sortiras plus du camp toute seule.”

Si le Code du Guerrier interdit aux chatons de sortir seuls, ce n’est pas pour rien. Ils sont trop petits, trop faibles, et trop dépendants. Les guerriers ont autre chose à faire que les surveiller et les sauver, comme chasser pour eux, d’ailleurs. Tant d’impatience et de turbulence dans ces petites boules de poils. Pourquoi ne peuvent-ils pas comprendre que les règles servent avant tout à les protéger, et non à les contraindre à une vie désagréable ?


(c) Kayl
Page 1 sur 1


Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum