min : 25°C   max : 40°C
saison : feuilles vertes
aléa climatique : sécheresses et orages
voir les assemblées et baptêmes en cours (www)
Tu sais, je ne peux pas t'oublier. Le temps s'est peut être écroulé, mais je t'admire et je t'aime comme au premier jour. Tu es le père que je n'ai jamais eu. ~Ft Ray



 

Tu sais, je ne peux pas t'oublier. Le temps s'est peut être écroulé, mais je t'admire et je t'aime comme au premier jour. Tu es le père que je n'ai jamais eu. ~Ft Ray


avatar

Souffle d'Espérance
Puf/Surnom : Espé, Espéron pour Maman, et beaucoup de gens Espe
Âge du perso : 21 lunes
Messages : 606
Date d'inscription : 06/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Souffle d'Espérance, Ven 9 Mar 2018 - 21:47


Retrouvailles ~




Feat Fragment de Neige [Ray] & Souffle d'Espérance [Espé].

J’étais dans la forêt. Fragment de Neige n’avait assigné à une patrouille de chasse, et nous revenions vers le camp avec des proies. Le temps se réchauffait, la saison des Feuilles Nouvelles approchait et les proies étaient plus nombreuses et faciles à attraper. J’avais réussi à attraper une souris bien dodue. Je m’étais nettement améliorée en chasse depuis le temps où j’étais apprentie, une partie grâce à l’aide de Bourrasque Majestueuse. Il était toujours aussi chiant et vaniteux, mais il m’avait aidé. Peut être qu’il n’était pas si mauvais que ça. Je souris et rentra dans le Clan avec les autres guerriers.
J’en faisais partie désormais. Certes, mon baptême s’était déroulé en même temps que celui de Nu...Baie d’If, mais j’étais guerrière maintenant. Et je m’appelais Souffle d’Espérance désormais. Je me souviens du temps où, lorsque j’étais chaton, je regardais avec des étoiles dans les yeux les guerriers, si imposants et grands. Et puis lors de mon initiation, j’avais peut être pas la meilleure mentor du monde, mais j’étais toujours vivante et elle m'avait tout de même appris beaucoup de choses. Bien sûr que je lui suis reconnaissante, comme pour tout le Clan de l’Ombre.
J’ai enfin l’impression que maintenant, j’arriverais peut être à vraiment faire partie de ce Clan qui m'avait accueillie il ya si longtemps. Je souris et posa ma proie sur la pile de gibier qui grandissait de jour en jour. Voilà que maintenant, j’étais nostalgique ! Je vis Cicatrice de Ronce non loin, et je lui adressa un sourire lumineux. Je vis également Baie d’If, et son air supérieur, au lieu de me dégoûter, me fis rire. Il y a certaines personnes qui ne changent jamais vraiment…
Je vis aussi Nuage Spectral dans la tanière des guérisseurs, et je parcourus la pouponnière du regard. Elle était assez vide, il n’y avait que trois chatons. Aaah, que le temps passe vite. Je me souviens encore très bien de mon enfance dans ce cocon. Comment oublier ? Mon regard glissa vers celle des apprentis, et mon regard s'agrandit. Par le Clan des Étoiles, qu’ils étaient nombreux ! Ils étaient dix ! Lors de mon initiation, nous devions être quatre, cinq, mais pas autant ! Je suppose que lorsque les trois chatons vont devenir apprentis, si certains apprentis ne deviennent pas guerriers, il vont devoir l’agrandir. Je souris. Au moins, les guerriers ne seraient pas assignés à des tâches d’apprentis !
Je regarda les nombreux apprentis qui erraient dans le Clan. Ils n’étaient pas tous ici, et je ne les connaissais pas tous, mais je retenais le nom de quelques uns, pour la simple et bonne raison que ceux-ci venaient de faire leur baptême récemment.

Nuage Tyrannique, Nuage d’Eucalyptus et Nuage Fatal.

Les enfants de Fragment de Neige.

Je sais bien que Fragment de Neige n’est pas mon père, tout comme Cicatrice de Ronce n’est pas ma mère, parce que je me rappelle d'avant. Mais pour moi, il est tout comme. Je n’ai jamais su ce qu’il pensait de tout ça, si il savait tout ce qu’il représente pour moi. Il est important pour moi. Je l’aime beaucoup, très fort. Alors non, je ne suis pas jalouse de ses enfants, non, pas du tout, mais j’aurais tellement aimé que ce soit lui, mon père. J’aurais tout donné pour. Je soupira et parcourus du regard le Clan, à sa recherche.
Justement, il sortait de l’antre d'Étoile Mortelle. Il avait l’air fatigué, lassé et -je n’aurais jamais cru utiliser ce mot pour le désigner- vieux. Il avait l’air d’avoir pris dix lunes de plus. Je soupira et j’eus un pincement au cœur.

Même Cicatrice de Ronce avait l’air vieille -on avait tous grandi-, mais là ce n’était pas normal. Ça me fait peur et mal de le voir comme ça.  Je le regardais marcher et s'avança lentement vers lui.  Moi aussi, j’avais changé. Et grandi. A l’époque, je lui arrivais à la fin de la patte, maintenant, je lui arrive à l’épaule. Je souris en le regardant. Ses traits avaient peut être changés, mais ses yeux, eux, étaient restés les mêmes. Toujours aussi beaux. Je décida d'aller lui parler, lui demander ce qui n’allait pas, l’aider comme il m’avait aidé il y a des lunes, lorsque je me rendis compte que nous étions exactement dans la même position que lors de notre première rencontre. Je fis un grand sourire et le regarda dans les yeux. Le hasard fait parfois bien les choses…

-Cela fait longtemps, Fragment de Neige. Comment vas-tu ?

Je lui parlais d’une voix calme et mesurée, comme celle d’une guerrière. D’égale à égale.
Et puis je me rappela à quel point il était mélancolique de son enfance passé, et peut être que je le suis également. Mais je me demande si il se rappelle de notre première rencontre, si il se rappelle que nous étions là, ici même. Qu’il m’avait redonné l’espoir.
Et que c’est aussi grâce à lui que je suis celle que je suis aujourd’hui. Je me demande si il m’a vu grandir depuis notre première rencontre, et si il regrette lorsque j’étais chatonne, bien que je n’ai pas changé, tout au fond. Tout au fond de moi, je sais que je serais toujours Petite Espérance, et qu’il sera toujours le mâle grand et imposant que j’ai vu après avoir échappé à la mort.
Qu’il sera toujours le papa que j’aurais adoré avoir au fond de mon cœur.

©️ Codage by Ella'
Ray admine

avatar

Fragment de Neige
Puf/Surnom : Ray
Âge du perso : 48 lunes
Messages : 525
Date d'inscription : 20/06/2014
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Fragment de Neige, Mar 24 Avr 2018 - 17:06



• Time flies •


Ray ft. Espé
Apprentis. Woah. Ça claquait, non ? Mes chatons, apprentis. Je n’en revenais pas. Pas trop, du moins. Six lunes, ça allait vite, au final, quand on était vieux. Oh non. Je ne voulais pas être vieux. J’étais pas si vieux, si ? J’avais quoi, allez, quarante lunes. À tout casser. Quarante lunes, on est encore jeune, non ? Oui, oui, on est encore jeune, voilà. Mais quand même. Ces six dernières lunes étaient passées bien vite. Très, très vite. Depuis leur naissance, en fait. Et, oh Clan des Étoiles, ce qu’ils avaient grandi ! C’était incroyable de les voir, comme ça, ces petites boules de poils. Incroyable de voir qu’ils avaient autant grandi. Patte Fatale, pardon, Nuage Fatal me ressemblait davantage de jour en jour. Physiquement et mentalement. Il était mon portrait craché. Je défiais n’importe qui de me dire le contraire. Je finis par détacher mon regard de lui. Oh, ce que c’était difficile, de ne plus pouvoir et devoir les materner, maintenant qu’ils étaient apprentis. Je ne pourrais plus venir leur rendre visite à ma guise. Ils ne voudraient sûrement pas, de toute façon. Ils auraient honte de leur père, ahah. Leur pauvre père. Leur vieux père tout rabougri. Mais non, je plaisantais, voyons. J’étais parfaitement jeune. Juste un peu moins jeune qu’avant, mais ça allait. Il y avait toujours pire que moi, je pensais, laissant échapper par la même occasion un sourire. J’étais plus fier de mes chatons que eux-mêmes devaient l’être à force d’être passés apprentis. Et Bourrasque Hivernale ? Hum, Bourrasque Hivernale … Disons que … Mieux valait ne pas aborder ce sujet si je ne voulais pas commencer à déprimer ou à m’énerver. Mes chatons étaient désormais assez grands pour décider de ce qui était bon pour eux.

Mon regard croisa celui de Souffle d’Espérance, qui elle aussi semblait les observer. Notre dernière discussion sérieuse revenait à plusieurs lunes en arrière. Un grand nombre de lunes, même. Souffle d'Espérance n’était alors qu’une chatonne. Une minuscule chatonne de rien du tout. Un bout de chat. Elle avait grandi, elle aussi. Elle était guerrière, désormais. Elle avait sûrement grandi, aussi, à l’intérieur. Dans sa tête. Elle avait dû prendre en maturité. La voir ainsi me réjouissait. Je me souvenais d’une Petite Espérance ne se permettant pas de jouer comme les autres chatons. Elle m’avait marqué, à l’époque. Qu’une telle gamine puisse être aussi mature m’avait marqué. En même temps, comparé à moi, ce n’était pas bien compliqué. Je veux dire, en terme de maturité, j’étais parfois … Bref. Elle aussi fini par croiser mon regard, en tournant la tête. Je lui adressai un sourire, alors qu’elle s’approchait de moi. Elle avait grandi. Pas autant que moi, non, mais elle avait grandi aussi. Et c’était assez normal, tout de même. En douze lunes, il fallait bien que sa morphologie ait changé. Elle était devenue une charmante et élégante guerrière. Avait-elle un compagnon ? Oh, quelle question indiscrète. Mais qui se posait, tout de même. Une jeune et belle guerrière comme elle devait attirer plusieurs mâles. J’espérais qu’elle ne se faisait pas embêter. Elle pouvait et même devait me le dire si jamais on l’enquiquinait ! Oh, quel insupportable père protecteur je faisais.

Ses parents ne lui avaient toujours pas été révélé. Je ne m’étais pas assez penché et investi sur son cas pour mener ma petite enquête. Quoi qu’il en était, je doutais que ses parents soient des solitaires ou fassent partis d’un autre clan. Ils étaient très probablement ombreux. Peut-être encore vivants. Juste là, dans le clan, dans la clairière. Mais c’était des parents qui n’avaient pas assumé leur enfant. Et ça, je ne le comprenais pas. Mais Souffle d’Espérance avait eu la chance de tomber sur Cicatrice de Ronce. Oui, elle avait eu beaucoup de chance. Personne n’aurait mieux su s’occuper d’elle que ma meilleure amie. Ça avait été une bonne chose. Elle l’avait élevée mieux que n’importe qui aurait pu le faire. C’était son point fort, ça, à Cicatrice de Ronce. Ce fort esprit maternel protecteur, qu’elle avait sûrement elle-même hérité de sa propre mère, Volcan Ardent. Cette femelle lâche qui l’avait abandonnée sans rien dire. Pff. Quelle guerrière pathétique. Oui, je lui en voulais. Je lui en voulais d’avoir abandonner sa fille sans rien dire, d’avoir fui le Clan de l’Ombre de la même manière. Mais là n’était plus le sujet. Non, ce n’était pas Cicatrice de Ronce qui se dressait devant moi, mais bel et bien Souffle d’Espérance. “Cela fait longtemps, Fragment de Neige. Comment vas-tu ?
” me demanda-t-elle poliment. Comment j’allais ? Bien. Tout allait bien. Hormis le cas Bourrasque Hivernale, il fallait croire que tout allait comme sur des roulettes. Pas besoin d’en parler, si ? Non, c’était bon, tout allait bien. “Un peu fatigué, il faut croire. Et toi ? Contente d’être enfin guerrière ?” je lui demandais, retrouvant mon sourire et cette lueur paternelle dans les yeux.









Gifts:
 

avatar

Souffle d'Espérance
Puf/Surnom : Espé, Espéron pour Maman, et beaucoup de gens Espe
Âge du perso : 21 lunes
Messages : 606
Date d'inscription : 06/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Souffle d'Espérance, Dim 6 Mai 2018 - 13:40


Révélation ~




FT Souffle d'Espérance (Espé) et Fragment de Neige (Ray).

Je l’aimais de tout mon coeur, ce mâle. Et ça me brisait le coeur de le voir si fatigué, si lasse. Je me doutais bien qu’être le lieutenant du Clan de l’Ombre n’était pas une mince affaire, mais il ne pouvait pas être aussi abattu juste pour ça. Certes, sa fierté envers ses chatons - plus tant chatons que ça - transparaissait, mais il n’avait pas l’air…Comment dire ? Je connaissais suffisamment Fragment de Neige pour savoir qu’il y avait anguille sous roche. Et je comptais bien savoir pourquoi.

Il était lieutenant. Il allait devenir chef, et lorsque ce sera le cas, il devra à son tour choisir son propre lieutenant. Ce serait mentir de dire que je n’espérais pas être choisie. J’étais ambitieuse, et je voulais devenir chef depuis… depuis que j’étais chatonne, en fait. Mais il fallait que j’ai un apprenti, ce qui n’était absolument pas le cas. Et je devais l’avouer, si j’étais lieutenante, je devrais attendre la mort de Fragment de Neige avant de prendre sa place et… Je ne voulais pas qu’il meure.

Et sans compter que je ne pouvais plus m’échapper du Clan en douce, pour… Pourquoi ? Épine de Cactus m’évitait dans la mesure du possible, et je dois me rendre à l’évidence que je faisais un peu pareil également. Lune d’Argent était occupée dans son Clan, avec ses chatons et son compagnon. Ils me manquaient, tous. Ma mère me manquait. Je me rendis compte soudain que je n’avais jamais dit à Fragment de Neige, ce mâle que je considérais comme mon père, avec qui je ne voulais avoir aucun secret, que jamais de tout mon coeur, que j’avais été avec un guerrier ennemi. Je l’avais dit à personne. Pas même à Cicatrice de Ronce, qui m’aurait compris mieux que personne, j’en étais certaine. Ce secret me rongeait. Certes, je l’avais rencontré lorsque je n’étais que chatonne, je pouvais facilement faire passer ça pour une erreur de jeunesse, mais si c’était le cas, je ne serais pas encore amoureuse… j’aurais réussi à l’oublier maintenant. Mais il occupait mon esprit. Et même les chats les plus proches de mon entourage ne le savaient pas.
C’était con. C’était putain de con de laisser ce secret me ronger. Il fallait que je le dise. Il fallait que ça sorte pour oublier. Je savais que c’était l’amour de ma vie, mais je me voilais la face. Les amours inter-clan n’ont pas d’avenir, ils sont compliqués et… Je m'assied en soupirant. Le poids de mes actions faites naguère me pesaient. J’avais besoin de me confier.

Je regarda les yeux si doux, si protecteurs et si maternels, qui eurent l’effet d’une grande lapée d’eau fraîche un jour de grande chaleur, m'apaisèrent. Il était peut-être le lieutenant du Clan, mais c’était mon papa et il me comprendrait et continuerait à m’aimer, peu-importe mes actes.
J’allais me confier à lui et apprendre la raison de son tourment. J’avais besoin de lui et de son soutien, et je voulais savoir ce qui le tracassait.

“Un peu fatigué, il faut croire. Et toi ? Contente d’être enfin guerrière ?”

Mmmm… Je ne le croyais pas.
Quant à moi, étais-je contente d’être enfin guerrière ?
Oui, oui évidemment. J’attendais ce moment depuis plus de 12 lunes, et cela me faisait du bien de ne plus avoir Rire Dévastateur sur le dos. Mais d’un certain côté, ma vie de chatonne d’autrefois me manquait. J’étais si innocente, et insouciante à l’époque…

“Oui, oui. J’adore être guerrière. J’espère que mon Clan sera fier de moi.”

Voilà le moment de lui annoncer mon secret. J’alla vers un coin sombre et éloigné des oreilles indiscrètes, et je le regarda en chuchotant d’un air grave.

“Fragment de Neige, j’ai quelque chose à te dire. Comment dire… Lorsque j’étais apprentie, j’avais été avec un guerrier ennemi. Du Clan du Vent. Et je… je l’aime toujours.”

Ma voix tremblait en prononçant ces paroles, et je sentis mes yeux s’embuer tandis que j’essayais de déceler une quelconque réaction dans ses magnifiques yeux couleur de glace.

©️ Codage by Ella'
Ray admine

avatar

Fragment de Neige
Puf/Surnom : Ray
Âge du perso : 48 lunes
Messages : 525
Date d'inscription : 20/06/2014
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Fragment de Neige, Jeu 19 Juil 2018 - 22:17



• Time flies •


Ray ft. Espé
Souffle d’Espérance avait pour moi ce sourire compatissant que je ne parvenais pas à expliquer. Pourquoi un tel sourire venait irriter ses traits habituellement si beaux ? Je faisais donc autant pitié que cela ? Non, allons, il devait bien y avoir une explication. J’hésitais à demander à la jeune guerrière la raison de ce sourire compatissant. C’était pour moi qu’elle avait ce sourire, sans aucun doute. Mais pourquoi ? Qu’avais-je fait qui aurait pu lui donner ce regard si triste pour moi ? C’était un sourire qui mélangeait deux émotions bien différentes. On pouvait y lire à la fois de la tristesse, mais aussi tout l’amour qu’une fille pouvait avoir pour son père. Car son père, c’était moi. En déplaise à Bourrasque Hivernale, j’avais pris sous mon aile cette petite quand elle avait été recueillie par Cicatrice de Ronce. Cette dernière ne pouvant utiliser l’épaule de son défunt compagnon, je m’étais proposé comme père de la gamine, et j’assumais totalement ce rôle. Mais ces deux émotions, ces deux sentiments tant séparés, tant distincts et éloignés, donnaient à Souffle d’Espérance un regard bien étrange qui tendait bien vers des sentiments négatifs bien plus qu’il ne l’aurait dû. Je m’en voulais sans savoir pourquoi. Peut-être parce que je me disais qu’avec moi, qu’avec ma présence, qu’avec une possible garde, que si j’avais toujours à ses côtés jusqu’à aujourd’hui, elle ne serait pas dans cet état-là. Je me disais sûrement que j’aurais pu changer quelque chose, ou alors que j’y étais pour quelque chose. Quoi qu’il en fut, toujours cette rancoeur à mon propre égard. L’impression d’avoir encore raté quelque chose.

La question me sortit de l’esprit à l’instant même ou Souffle d’Espérance laissa échapper un sourire. Un soupir démotivé. Un soupir témoin de ce qui se passait à l’intérieur. Une sorte de messager de son humeur. Mais je ne fus pas au bout de ma stupeur, et Souffle d’Espérance finit de me faire hésiter quand elle s’assit à terre, découragée, laissant tomber en même temps que son arrière-train son courage. Je n’étais alors plus centré sur moi-même, je n’essayais plus de savoir s’il y avait eu quelque chose chez moi, quelque chose que j’aurais pu faire qui lui aurait déplu. Car avec un tel langage corporel, je comprenais que le problème ne venait pas de moi, mais bien d’elle. Qu’il y avait quelque chose, là, dans son coeur, qui la blessait, qui la faisait souffrir terriblement. Je m’apprêtais à lui poser la question avant qu’elle ne me dépasse, avant qu’elle n’y réponde par elle-même. Tant mieux, je ne me sentirais pas intrusif. Je n’avais pas besoin de ce sentiment en plus. Nos regards se croisèrent à nouveau et ce fut pour elle comme un top départ, comme une autorisation : “Oui, oui. J’adore être guerrière. J’espère que mon Clan sera fier de moi.” elle me répondit, par courtoisie et politesse d’abord. Quelle formidable guerrière elle était devenue. Évidemment que le Clan sera fier d’elle. Si je l’étais, alors tout le Clan devait l’être. Étoile Mortelle n’était qu’une étape, qu’un obstacle, elle n’était pas représentative de l’humeur du Clan. Moi, ça se discutait. Moi, j’étais plus proche des guerriers. C’était ça, aussi, le rôle de lieutenant. Faire le lien entre le chef et les guerriers. Alors si j’étais fier de Souffle d’Espérance, tout le reste devait l’être. Elle n’avait pas à en douter.

La femelle me fit signe de la suivre, un peu plus loin, dans un coin du camp, à l’abri des regards mais surtout des oreilles. Elle avait quelque chose à me dire. Ça m’intriguait. Que pouvait-elle me révéler ? J’espérais que ce ne fusse pas une mauvaise nouvelle. Ni pour elle, ni pour moi, ni pour le Clan de l’Ombre. J’espérais sincèrement qu’il n’y avait rien de grave. Mais si elle avait tant tenu à me parler en seul à seul, c’est que ce qu’elle avait à m’annoncer n’avait rien d’anodin. D’un chuchotement, elle finit par me dire : “Fragment de Neige, j’ai quelque chose à te dire. Comment dire… Lorsque j’étais apprentie, j’avais été avec un guerrier ennemi. Du Clan du Vent. Et je… je l’aime toujours” je la regardais, buvais ses mots, accroché à sa bouche. Elle avait donc été avec quelqu’un. Elle s’était trouvée un mâle et en était tombée amoureuse. Rien de mal jusque là. Mais il avait fallu que l’heureux élu soit un guerrier ennemi. Elle avait engendré une relation interdite, jugée comme une trahison envers son propre clan. Ils avaient, ensemble, enfreint le Code du guerrier. En donnant son coeur à ce mâle du Clan du Vent, elle avait exposé nos faiblesses. L’amour l’avait rendue aveugle. L’amour l’avait poussée à faire des choses qu’elle n’aurait sûrement jamais fait sinon. L’amour changeait les chats, et Souffle d’Espérance n’avait pas échappé à la règle.

L’avait-elle croisé à l’Assemblée ? Lui avait-elle parlé ? J’essayais de me rappeler, mais rien de la sorte ne me revenait en mémoire. Rien même sur plusieurs lunes. Non, elle n’avait pas dû lui parler. Et qui était-il, ce guerrier ? Qui était-il, pour ne pas essayer de la revoir, pour ne pas essayer de la garder auprès de lui, pour supporter la voir souffrir comme j’étais en train de le faire ? Qui était-il, ce merdeux ? Il ne méritait pas Souffle d’Espérance s’il l’avait lâchée, comme je le pensais. Il ne méritait rien. Lui était un véritable traître. Et il faisait souffrir Souffle d’Espérance. Il faisait souffrir ma fille. Je ne pouvais le tolérer. J’étais sur le point de m’énerver, mais je croisai à nouveau le regard de la femelle. Les larmes arrivaient, sa voix se brisait. Elle avait besoin de support. Pas de remontrances, pas de punitions. Juste quelqu’un purêtre là, car à ce moment précis, elle en avait besoin. Et elle m’avait choisi moi. Son père adoptif. Sa figure paternelle. Elle avait placé en moi ses espoirs, ses craintes. Elle s’était confiée à son père, qui de plus était le lieutenant de son Clan. Il en fallait du courage. Elle savait ce que cela représentait. Elle savait qu’elle avait trahi son Clan en agissant ainsi. Mais je ne pouvais pas lui en vouloir. Pas maintenant. Et sûrement jamais. Elle avait parlé au passé, donc ils n’étaient plus ensemble. Me rappelant mes déceptions amoureuses et toute la peine que ces dernières avaient pu m’apporter, j’estimais légitime de ne pas lui faire de leçon. Elle n’avait pas besoin de ça. Alors, d’un geste paternel, je l’invitais à se lâcher, à venir pleurer sur mon épaule si elle en avait besoin, et enfonçais mon museau dans son cou, lui présentant un poitrail contre lequel elle pouvait se blottir si elle le décidait. “Chhhhht, tout va bien, d’accord ? Tout va bien … Il n’y a pas mort de chat, si ? Ça va aller …” je lui chuchotais à l’oreille, d’une voix apaisante.









Gifts:
 


Contenu sponsorisé
message posté par Contenu sponsorisé,

Page 1 sur 1


Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum