min : 5°C   max : 18°C
saison : feuilles nouvelles
aléa climatique : aucun
voir les assemblées et baptêmes en cours (www)
Les pourritures dans ton genre ont le droit de fermer leur gueule et de crever. Rien d'autre. ~ Ndran & Maan



 

Les pourritures dans ton genre ont le droit de fermer leur gueule et de crever. Rien d'autre. ~ Ndran & Maan


avatar

Ndranghet
Puf/Surnom : Kayl
Âge du perso : 15 lunes
Messages : 59
Date d'inscription : 18/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Ndranghet, Dim 11 Mar 2018 - 19:25


Les pourritures dans ton genre ont le droit de fermer leur gueule et de crever. Rien d'autre.


Sun ft Kayl
Je suis Chasseur. C’est tout ce qui importe, maintenant. Je suis enfin Chasseur, je peux défendre ma Troupe. Ma famille, surtout. Je n’ai pas peur de sortir sur le territoire seul. Les autres ont peur. Pas tous, mais le Flambeau et le Meneur disent que c’est dangereux. Je veux bien les croire, on sait tous que c’est dangereux. J’en ai rien à foutre. Le danger, je le brave, je le terrasse. Je suis plus puissant que ça. Je n’ai pas besoin de compagnie si je veux chasser. Si j’avais voulu discuter, je serais allé dans la Tanière des Familles ou des Aînés. Pas en chasse. Ils m’emmerdent, tous, à se mettre dans mon chemin. Je suis tout le temps énervé en ce moment. Ce n’est pas ma faute s’ils m’agacent. Je sors dans les plaines.

Ça fait du bien de courir. Je déteste rester enfermé. Pourtant, je pense que demain, je m’occuperai un peu des Aînés. Je referai leurs litières pour que ce soit chaud et confortable, ils ont le droit d’avoir des litières bien garnies. J’écouterai leurs histoires pleines de sagesse ou dénuées de sens. J’écouterai leurs plaintes, j’irai chez les guérisseurs pour ceux qui ont besoin de cataplasmes pour l'arthrite et je me tairai s’ils crachent sur le Meneur. Il n’est pas capable de faire son travail. Je crois que personne n’est capable de faire le travail de Meneur. On ne peut pas satisfaire tout le monde alors quoi qu’il fasse, peu importe qui il est, ils seront toujours mécontents. Il faut s’y faire. Je n’aime pas les hauts-placés mais je me tais. Ils le savent, de toute façon.

L’odeur que je sens est étrangère. Ce n’est pas celle de ma Troupe ni celle de la Troupe adverse. Mais si ça avait été celle de la Troupe adverse, j’aurais fait la même chose. Un ennemi est un ennemi, peu importe d’où il vient. Mes poils se hérissent et je cherche une silhouette inconnue du regard. Un chat qui n’aurait rien à faire ici. Et je le vois. C’est un chaton, un gamin qui a déjà l’odeur des Escogriffes. Et je sais qu’il n’est pas volé à l’une des Troupes. Il a l’air de vouloir être ici. Une pulsion bondit en moi, et un frisson me parcourt l’échine. Éduqué dans ce milieu, un gamin va vite faire des ravages. Dès qu’il aura huit lunes, il sera capable de tuer. Son esprit sera formaté pour ça. Il pue l’Escogriffe à pleine truffe. Je peux lui régler son compte à ce morveux. Il faut retirer les mauvaises herbes lorsqu’elles sont encore graines.

Tu vas crever.
Les griffes sorties, je m’approche de lui.

« T’es un Escogriffe toi, hein ? T’sais que t’as pas le droit d’être là ? »

Je m’en fiche qu’il le sache ou non. Il n’est pas une menace à son âge mais il le sera bientôt. Et c’est dangereux de laisser un gamin grandir chez eux. Il va mal tourner. Il peut aimer les papillons et les jolis fleurs tant qu’il est gosse, mais crois-moi qu’il va vite devenir un tueurs sanguinaire. Ils sont comme ça, les Escogriffes. Son pelage tacheté avance un peu vers moi. Il ne me fait pas peur lui. Sa mère déjà un peu plus ; parce qu’il a forcément une mère qui s’occupe de lui, à cet âge là. Et je veux les tuer tous les deux. Un par un. Notre Troupe ne laisse pas d’Escogriffes passer sur ses terres.

C’est ma famille qu’ils mettent en danger. J’ai peur de sa mère, à ce môme, parce qu’elle n’est pas là et qu’elle se cache. Si je lève la patte sur le gosse, alors la colère d’une mère s’abattra sur moi. Et c’est ce qu’il y a de pire. J’hésite, je ne tiens pas à crever tout de suite. Tant pis. D’un coup de patte violent, j’envoie bouler le gamin. Ça fait quelque chose de tuer, et encore plus un gamin. Je ne suis pas si mauvais, normalement. Mais c’est ma famille qui est en danger si je le laisse en vie.

Codage by Kayl pour Ndran
admine Sun

avatar

Maan
Puf/Surnom : Sun, Sunny, Nakin
Âge du perso : 27 lunes
Messages : 160
Date d'inscription : 19/04/2016
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Maan, Ven 4 Mai 2018 - 9:53

Touche pas à mon fils


C’tait une belle journée. Le soleil plutôt caché, mais une température agréable. Un beau temps pour s’promener, quoi. C’pour ça qu’j’avais laissé Mystery sortir, y avait pas le soleil pour lui faire du mal, pas l’froid pour lui glacer les os, juste la plaine où il pouvait gambader tranquillement. J’restais là, pas dans ses pattes pour pas l’déranger, mais pas loin pour veiller un peu sur lui. Pis mes deux filles restaient à la grotte, pas loin, et elles étaient en sécurité aussi.

C’est dingue comme depuis qu’ils sont là, j’suis encore plus parano qu’avant. J’ai peur pour eux, peut-être plus à cause d’mon père, parce que Kotori a l’air d’l’avoir calmé et qu’il sait qu’il peut pas toucher à mes gosses, mais pour tout. J’ai l’impression que la nature entière complote pour me les enlever, que le moindre coup de vent pourrait les emporter, le moindre rayon les brûler, la moindre coup de froid les geler. Je vois les dangers partout, et je suis fatiguée. C’est fatiguant, d’veiller tout l’temps sur des chatons qui ont tendance à courir un peu partout !

Mais j’suis heureuse. Je les aime si fort ! Pis ils sont magnifiques, et ils grandissent et se renforcent à vue d’oeil. Ce seront des félins exceptionnels, une fois adultes. Tout comme leur père. J’suis bien contente qu’ils tiennent autant de lui. Ils sont si extraordinaires, tous les quatre. Et ce sont eux qui forment mon monde. Oui, j’suis heureuse.

J’entends soudain Mystery rouler dans la poussière. Je me lève d’un coup, cours dans sa direction. Lune, dis-moi qu’il s’est pas fait mal ! Mais alors que je m’approche pour l’aider à se relever, je vois la grande silhouette d’un autre félin. Adulte. Il a touché à mon bébé ! Il va me l’payer, ce connard ! Je m’place entre lui et Mystery, il n’est pas blessé, heureusement. Je grogne, les yeux fixés sur le troupeux. Il ne m’faut pas longtemps pour bondir la première, parce qu’il va se prendre une bonne raclée pour avoir oser toucher à mon fils.

“Laisse-le tranquille, connard !”

J’attaque avec plus de rage et de fureur que je n’en ai jamais eu. Il va payer. Il aurait dû savoir que pour survivre, il ne faut jamais mettre une mère en colère. On ne touche pas à mes chatons.

Codage by Kayl pour Sun only ♥️

avatar

Ndranghet
Puf/Surnom : Kayl
Âge du perso : 15 lunes
Messages : 59
Date d'inscription : 18/05/2016
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Ndranghet, Sam 5 Mai 2018 - 8:58


Les pourritures dans ton genre ont le droit de fermer leur gueule et de crever. Rien d'autre.


Sun ft Kayl
Je vais la tuer. Je vais la défoncer, elle et son gamin qui va mal tourner. Je vais tous les détruire, un par un. Elle a bien de la chance d’être arrivée maintenant, trois secondes plus tard et son fils était mort. Maintenant c’est les deux qui vont crever. Je jure que je vais les tuer, un jour ou l’autre. Je ne me sens pas tout-puissant non plus, certes. J’ai mes faiblesses et je les connais. Mais ça n’empêche que la haine que j’ai ne cesse de bouillonner, de se décupler, et ça finit toujours par exploser.
Exploser sur l’Escogriffe et son môme. Une mère en colère c’est pas une hyper bonne idée, j’avoue. C’est dangereux, une mère qui défend son enfant. Mais même si elle est puissante, elle va pas s’en sortir indemne. Personne ne peut s’en sortir indemne dans un combat où on ne retient pas ses coups.

« Laisse-le tranquille, connard ! »

Je lui souris, les griffes sorties, prêt à me défendre. Allez, viens. On sait se battre tous les deux. On sait tuer tous les deux, et on aura aucun scrupule à le faire, ni toi ni moi. Alors viens te battre, pour sauver ton fils et moi pour mon honneur. Je n’ai pas peur des combats, je n’ai pas peur de mourir. Je rendrai les coups, plus fort que les siens, je me battrai jusqu’à ma mort s’il le faut. Ou jusqu’à la sienne ?
Elle bondit la première pour défendre le gamin. C’est très bien, elle va s’en mordre les griffes. Je vais la mettre au sol et la buter. Et faire pareil avec son fils. Est-ce qu’elle n’en a qu’un ? Peu probable. Sauf si c’est un chaton volé ou que les autres ont déjà été bouffés par les autres Escogriffes.

Mes griffes tranchent sa chair, les touffes de poils volent. C’est comme si toute douleur avait disparu, anesthésiée par l’adrénaline. Je vais la tuer. Mes crocs rencontrent sa patte et je serre, j’esquive de justesse un coup qui aurait pu me faire perdre un œil. Le combat est acharné et je suis déjà blessé, mais peu importe. Plus rien n’a d’importance hormis ses yeux bleu, son pelage que j’ai envie de voir immobile à jamais, lacéré de coups, trempé de son propre sang. Si je parviens à viser la gorge ou le ventre, si je parviens à trancher au bon endroit…

Mais au fond de moi quelque chose m’en empêche. Tuer une mère et condamner son fils, ou tuer une mère et son fils de deux lunes… Je ne sais pas. Je ne veux pas être un meurtrier non plus mais… Je n’ai plus le choix, parce que maintenant c’est elle et moi.
Et j’ai décidé que ce ne serait pas moi.

Alors je me plonge à nouveau dans la bataille, luttant pour garder un peu de souffle, luttant pour ma survie, exactement comme elle. Parce qu’au fond la seule différence est que je suis né ici et elle ailleurs. Qui suis-je pour tuer des semblables ? Et elle ?
C’est juste la vie, c’est ainsi. Les Escogriffes tuent alors on se défend. Les Troupes tuent les étrangers alors ils se défendent. C’est une boucle sans fin, et peut-être qu’il faut seulement essayer de survivre, d’achever l’adversaire, de tuer.

Codage by Kayl pour Ndran


Contenu sponsorisé
message posté par Contenu sponsorisé,

Page 1 sur 1


Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum