min : 5°C   max : 20°C
saison : feuilles mortes
aléa climatique : aucun
voir les assemblées et baptêmes en cours (www)
Debout, mes amours [ft. Petite Avalanche & Petit Titan]



 

Debout, mes amours [ft. Petite Avalanche & Petit Titan]

Ray admine

avatar

Nuée des Anges
Puf/Surnom : Ray
Âge du perso : 25 lunes
Messages : 148
Date d'inscription : 02/06/2016
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Nuée des Anges, Mar 1 Mai 2018 - 14:35




Debout, mes amours


Avec Moony & Biket


Les voilà. Ils étaient magnifiques. Avait-on déjà fait plus beaux ? Plus incroyables ? Quelle question. Bien sûr que non. Personne n’avait jamais donné naissance à de si belles créatures avant moi. Personne n’en avait eu le privilège. Il n’y avait que moi, Nuée des Anges, qui avait eu le droit, la bénédiction de donner la vie à de si mignons chatons. Chatons qui grandiraient, deviendraient forts, robustes, talentueux, charismatiques… Je les imaginais déjà, tous les deux, à la tête de la Forêt. L’amour que je pouvais leur porter était plus puissant que n’importe quel autre amour. Et il n’était absolument pas faux et hypocrite comme je pouvais le faire avec d’autres chats, d’autres guerriers, d’autres chatons dont les noms n’avaient pas besoin d’être évoqués. Non, Petite Avalanche et Petit Titan, je les aimais. Je les aimais tellement fort que même la pire des trahisons venue de leur part n’aurait su défaire cet amour. Ils étaient ma chair. Mon sang. Comme le troisième. L’erreur. La boulette. Le troisième chaton, oui. J’avais été réveillée par ce souvenir tout droit sorti de ma mémoire vive. Il me faisait cauchemarder. Me souvenir simplement qu’il avait pu exister, qu’il avait pu sortir de mon corps, qu’il avait pu être le fruit de ma création me donnait des frissons dans le dos. J’essayais, en vain, d’oublier son souvenir, mais c’était compliqué. Difficile. J’espérais à tout prix que Satani avait fait son travail. Qu’il avait fait ce que je lui avais demandé, qu’il avait fait disparaître. Pour que jamais il ne vienne à nouveau foutre un tel bordel dans mes émotions. Tout allait bien. Ils n’étaient que deux, ils n’avaient jamais été que deux.

Ils ne connaissaient pas leur père. Enfin, Petite Avalanche ne connaissait pas son père. Son véritable père, je voulais dire. Elle ne connaissait pas son identité. Elle ne connaissait pas Satani. Elle pensait, et il était logique qu’elle le pense, que Flamme de Glace était son père, comme Petit Titan. Mais moi, je savais. Je savais que ce n’était pas la vérité. Que ce n’était pas le cas. Que mes deux chatons avaient deux pères différents. Et pour l’instant, je ne pouvais que leur cacher l’existence de cette vérité. De toute façon, ils étaient trop jeunes pour comprendre. Je levais la tête vers l’entrée de la Pouponnière, pour voir si j’aurais pu avoir l’occasion de voir passer Flamme de Glace là, traverser la clairière. Mais il ne semblait pas être là. Il avait dû sortir en patrouille ou je ne savais trop quoi. Ça ne me regardait pas, de toute façon. Je ne le pensais pas apte à assumer un rôle de père. Je ne voulais pas qu’il pense qu’il puisse venir voir Petite Avalanche et Petit Titan quand il le voulait. Il n’était pas digne. Il n’était pas digne de mes chatons. Il n’avait rien d’un père. Je voulais les éloigner du guerrier roux. Je croyais les protéger, au fond. Je pensais qu’en le voyant le moins possible, ils ne finiraient pas vers lui. Et surtout, je ne voulais pas me sentir trahie par mes propres enfants. J’avais peur qu’en se rapprochant de Flamme de Glace, il leur retourne le cerveau. Surtout à lui, surtout à mon fils, Petit Titan. Comme il l’avait fait avec le fils qu’il avait eu avec Lune d’Argent, Petit Soleil.

Je reposais mon regard sur leurs fourrures rousse et blanche, mes yeux reprenant instinctivement cette lueur maternelle et douce. Collés contre mon ventre, je jugeais, à la vue du soleil levant, que mes petits chéris avaient déjà bien assez dormi. “Debout, mes amours” je leur glissais à l’oreille, léchant le dessus de leur tête pas tout à fait encore bien garnies.

©️️ Code by Sun for Ray only ♥️








Gifts:
 

avatar

Nuage du Titan
Puf/Surnom : Biket
Âge du perso : 8 lunes
Messages : 35
Date d'inscription : 02/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Nuage du Titan, Mar 29 Mai 2018 - 15:33

FEAT RAY & MOONY

J'ai rien fait !

« Debout, mes amours » 

Je sens vaguement la langue de Maman me passer sur la tête alors que je me réveille doucement d'un sommeil revigorant. En regardant autour de moi durant quelques secondes je parviens à me resituer. Je suis dans la pouponnière, contre le flanc de Maman et contre Petite Avalanche aussi. Enfin, contre. Façon de parler sachant qu'elle m'écrase à moitié avec ses fesses ! Je lâche un petit grognement en essayant de me dépêtrer de cet amas de pattes. Non mais c'est pas possible, elle en a pas quatre mais quatorze ! Lorsque enfin je peux bouger librement, je me presse en ronronnant contre le flanc de Maman. C'est tout chaud et j'aime bien ça, la chaleur du contact. D'habitude j'ai toujours envie de sortir aussitôt que je suis réveillé, d'aller jouer et de sauter partout mais pas ce matin. Ce matin j'ai envie de rester avec Maman et avec Petite Avalanche aussi même si elle prend toute la place et qu'elle m'a écrasé toute la nuit ! 
D'ailleurs je vais lui faire payer cet affront...
Je me baisse tout près d'elle de manière à ce que ma bouche soit presque collée contre son oreille et avec un sourire malicieux pointant sur mes lèvres, je crie un unique mot à son oreille en évitant de réveiller le reste de la pouponnière parce que, quand même, je suis poli. Enfin, juste pas avec ma soeur. Mais c'est normal, c'est ma soeur. 

« Bouh ! »

Mwahaha je suis diabolique ! J'adore comment elle se réveille en sursautant c'est trop drôle ! En plus elle a une tête pas réveillée du tout du coup je pars dans un fou rire monstrueux. Je crois qu'en fait, je vais vraiment finir par réveiller toute la pouponnière... Maman va m'arracher les oreilles ! Mais je tiens à mes oreilles moi ! Comment je vais faire pour entendre ce qu'on me dit si j'ai plus d'oreilles ? Je veux pas perdre mes oreilles ! Mais c'est pas ma faute si j'ai envie de rire enfin. Faut me laisser vivre. De toute façon si on me laisse pas dire n'importe quoi pour rire bah... je dis encore plus n'importe quoi. 
Genre ça. 

« C'est pas moi c'est Maman. »

Sauf que le problème, c'est que je ne sais pas mentir donc mon air sérieux est très vite remplacé par un sourire qui, encore plus rapidement, se transforme en rire. Décidément, je suis de super bonne humeur aujourd'hui !


avatar

Nuage d'Avalanche
Puf/Surnom : La princesse Moony
Âge du perso : 8 lunes
Messages : 42
Date d'inscription : 30/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Nuage d'Avalanche, Dim 2 Sep 2018 - 18:46


Stand up !

«Debout, mes amours» murmure une voix. J’émerge alors de mon sommeil et cligne des yeux, à moitié réveillée. Puis décide de me rendormir. Sans faire le lien avec ma mère. Je replonge donc dans mes rêves avec une satisfaction incroyable. Il me semble bien sentir un truc bouger mais je suis siii bien là, les yeux fermés, au chaud...
« Bouh ! » s’écrie une voix dans mon oreille.
J’ouvre les yeux, en sursaut, bien réveillée cette fois ci. Stupéfaite et sur le qui-vive, je guette les environs pour savoir quel est l’insolent qui a osé avant de découvrir qu’il s’agit de mon… Frère ? Je toise Petit Titan, de haut en bas avec un air qui résonne avec mes pensées. Vous pensez qu’un fratricide m’attirerait beaucoup d’ennuis ? Je plisse les yeux, envisageant presque sérieusement l’option quand il ajoute, LE commentaire.
« C'est pas moi c'est Maman. »
Il prend un air sérieux. Mais vous avez déjà vu Petit Titan, concentré, se retenant de faire une blague ou une bêtise ? Non parce que de mémoire, ça n’a dû arriver que deux fois. Quand il est né et quand je lui ai volé sa part de lait. Remarque, c’était très, très, très drôle à ce moment là.
Je plante mes petits yeux glaces dans les siens prête à lui faire regretter son acte quand je note son sourire. Qui s’élargit. S’élargit. S’élargit. Puis il éclate de rire. Vous voulez que je vous dise ? Son rire, c’est le plus contagieux de la terre. Je vous jure, suffit qu’il rigole une minuscule seconde pour que vous soyiez écroulée.Donc qu’est ce que je fais ? Et ben, je ris à mon tour. Nous devons ressembler à deux crétins qui rigole pour quelque chose, franchement. Mais ça fait du bien. Peut être qu’à la réflexion, je vais le garder encore un ou deux jours… Après je verrais. Selon mon humeur. Et aussi selon ce que je trouve dans mon nid de mousse.
L’hilarité dissipée, je retrouve mon calme. Avant de lui tirer la langue. Nah, bien fait !
Je me dresse sur mes petites pattes et me dirige vers ma maman. Je me frotte contre elle en ronronnant. Ma maman, c’est la meilleure du monde. Tous les autres gosses peuvent prétendre que c’est leur mère n’y changera rien. La mienne, ça se voit dans ses yeux qu’elle m’aime, que je suis sa petite princesse et qu’elle pourrait donner sa vie pour moi. Ironie du sort, elle m’a déjà donné la vie. Je la regarde en souriant. Je crois que, je suis contente de vivre une vie paisible. D’avoir une mère parfaite, d’être amie avec tout ceux que j’ai décidé, d’être aimée. Et peut être même que, je suis contente que mon frangin, celui auquel je suis liée par le sang, soit incorrigible. Je ne me souviens pas d’un seul moment ou les mots “je m’ennuie” m’ont traversé la tête.
Je fronce les sourcils, sans trop comprendre ce qu’il m’arrive pour philosopher. Je ne sais pas si en top un des activités pour chatons se trouve “réfléchir”. Faire des bêtises, oui. Aller faire râler quelques adultes, pourquoi pas. Se plonger dans ses pensées non pas pour se demander quel est le prochain repas.. Mais pour se dire que le sort nous est favorable…Mouais.
Je tente vainement de contrôler mes pensées pour qu’elle prenne un tournant plus léger. Chose facile à dire.
«On fait quelque chose, aujourd’hui ? » j’interroge innocemment ma mère. Puis je reprends.
«J’aimerais bien sortir dehors.»
Dehors, ça veut dire à l'extérieur du camp, on s’entend. Je ne vais pas lui cacher. Après tout, c’est ma mère. Et il y a mon frère, aussi.
Entre nous, pas de tabous.
Jamais.

©️️️ Codage par Aido pour Moony :keur:


Ray admine

avatar

Nuée des Anges
Puf/Surnom : Ray
Âge du perso : 25 lunes
Messages : 148
Date d'inscription : 02/06/2016
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Nuée des Anges, Lun 5 Nov 2018 - 23:48




Debout, mes amours


Avec Moony & Biket


Mon fils s’éveilla le premier. J’aurais pourtant parié que Petite Avalanche, plus énergique, s’en serait chargée. Mais non, c’était lui, Petit Titan. Un grognement s’échappa de son petit corps, de sa si petite gorge. Inoffensif. Mon fils était inoffensif, n’aurait pas fait de mal à une mouche. Il ne méritait pas ce qui lui arrivait, ne méritait pas ce corps si frêle et ce système immunitaire si défaillant. Mais il grandirait. Ça s’arrangerait. J’avais confiance en lui, je savais que c’était un chaton qui deviendrait un guerrier fort et vigoureux. Un battant, mon fils était un battant. Pour être resté en vie jusqu’ici, il en était un, je n’avais aucun doute à ce sujet. Il se réveillait donc, grognait sur sa soeur, et finissait par s’apaiser, ronronnant contre mon ventre. Mon fils. Tout l’amour d’une mère que je pouvais lui offrir, je le faisais, et je le ferais. Autant pour lui que pour elle. Petite Avalanche n’en avait pas autant besoin, elle se débrouillait seule. Petit Titan était trop fragile, plus exposé, il fallait bien que je sois plus à ses côtés pour le soutenir. Petit Titan se désintéressa rapidement de moi pour s’en prendre à sa soeur. Un sourire s’échappa de mes lèvres, à nouveau. On aurait eu du mal à me le retirer.

Petite Avalanche, toujours pas réveillée, en fit les frais, à son désarroi. Mon fils, joueur, avait décidé de la réveiller. Certes pas de la manière la plus douce existante, mais pas brutale non plus. Petit Titan n’était pas comme cela. Il n’avait rien de violent. Il était mon fils, il était doux, il était gentil. Sauf avec sa soeur. Je ne pus réprimer un petit ricanement, pas vraiment méchant, non, ni moqueur, juste amusé. Je les voulais ainsi. Je voulais mes enfants ainsi, liés, soudés. Comme chien et chat, mais qui sauraient se parler, qui sauraient échanger, qui sauraient se soutenir quand … Quand je ne serais plus là. Je voulais qu’ils restent un frère et une soeur unis contre le monde. Qu’ils soient cette fratrie que je n’avais pas eu la chance d’être avec Taches Fauves. Qu’ils gardent cette complicité après leur baptême de guerrier et de guerrière. C’était ça, mon souhait. Ils ne le savaient pas encore, je ne leur avais pas dit, pas directement. Mais c’était ce que je voulais. Pour moi, pour eux. Seuls contre tous.

Devant la mine peu éveillée de sa soeur, Petit Titan finit par céder à un fou rire. Sa bonne humeur était contagieuse, si bien que je finis moi-même par me joindre à lui. Qu’avions-nous à faire des autres ? Qui étaient-ils pour oser interrompre un tel bonheur ? Qu’ils viennent donc me voir, qu’ils viennent me faire de reproches, je n’en aurais rien eu à faire. Mon rire n’était certes pas aussi fort et démesuré que celui du chaton blanc et roux, mais je riais de bon coeur tout de même. Petite Avalanche n’avait vraiment pas l’air heureuse. Je la comprenais. J’aurais coupé les moustaches de celui ou celle qui aurait eu le culot de me faire un tour pareil. Elle me ressemblait tant. Houh, regard mortel. Elle le faisait bien, elle le maîtrisait très bien, même ! Je ne fis que rire de plus belle. J’aimais ces moments. Ces moments intimes, ces moments qui n'appartenaient qu’à nous trois. Qu’à notre petite famille. Rien qu’à nous.

C'est pas moi c'est Maman” Petit Titan tenta de rejeter la faute sur moi. Moi ? Sa pauvre mère, trahie par son fils ! Il me faisait rire. Il n’y avait pas d’autres chats capables de me faire rire aussi facilement. Je faisais des gros yeux, démentant par le regard son propos. Mais Petite Avalanche avait déjà craqué. Elle riait déjà, contaminée elle aussi par le rire magique de son frère. Nous rions pendant quelques secondes, quelques minutes, je ne savais plus trop. Quelle importance, après tout ? Je ne savais pas s’ils m’avaient remarquée. Mon rire n’avait pas été aussi indiscret que les leurs. Pourquoi m’étais-je retenue ? Pour les bonnes apparences ? Qu’elles aillent se faire voir. La prochaine fois, je rirais à gorge déployée, et que les autres aillent en enfer. Petite Avalanche vint à son tour se frotter contre moi, similairement à son frère quelques minutes auparavant.

On fait quelque chose, aujourd’hui ? J’aimerais bien sortir dehors” finit-elle par lâcher, me paraissant hésitante. Sortir ? Du genre, vraiment sortir ? Je savais qu’elle ne parlait pas d’aller simplement dans le camp. Je la laissais faire, ça. Son frère, un peu moins, j’étais plus protectrice avec lui, et puis de toute façon il ne semblait pas autant enthousiaste que Petite Avalanche à l’idée d’aller simplement dans le camp. Mais ce que voulait dire ma fille, là, c’était vraiment sortir. Sortir dehors, à l’extérieur du camp. Je ne savais pas trop. Je me remémorais mes instants de chaton, ce fameux jour où j’avais rencontré pour la prochaine fois celui que j’aimais, Satani. Là, ce chaton, à peine plus âgé que moi, solitaire, parcourant les terres du Clan du Vent sans même savoir ce qu’il faisait. Il m’avait amusée. Satani m’avait intriguée et amusé dès le moment où je l’avais repéré. Il faudrait que je le présente à Petit Titan et Petite Avalanche, d’ailleurs. Peut-être pas tout de suite. Peut-être pas maintenant. Ils étaient encore trop jeunes.

Affirmer que je n’avais pas peur de sortir, c’était mentir. Je craignais. Pas beaucoup, non, mais un peu. Juste un peu. Ce n’était pas responsable, si ? De sortir, comme ça, seule avec mes deux chatons. J’hésitais, puis finissais par acquiescer, un sourire malicieux en coin. “D’accord, mais pas longtemps, alors” je me levais, m’étirais quelques secondes, sortais de la Pouponnière, toujours un oeil sur mes chatons, l’autre guettant que personne n’arrivait. Par personne, je sous-entendais Flamme de Glace. Je ne voulais pas le croiser. Car sortir de la Pouponnière, c’était m’exposer au mâle roux, d’un côté. D’un mouvement de la tête, j’encourageais mes deux trésors à me suivre, avant d’ajouter : “Et vous restez bien à mes côtés, c’est compris ?”.

©️️ Code by Sun for Ray only ♥️








Gifts:
 


Contenu sponsorisé
message posté par Contenu sponsorisé,

Page 1 sur 1


Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum