min : 5°C   max : 20°C
saison : feuilles mortes
aléa climatique : aucun
voir les assemblées et baptêmes en cours (www)
I'm free, and you ? ~ Vrij & Kaseï



 

I'm free, and you ? ~ Vrij & Kaseï

admine Sun

avatar

Vrij
Puf/Surnom : Sun, Sunny, La folle aux chats, La folle tout court
Âge du perso : 16 lunes
Messages : 34
Date d'inscription : 09/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Vrij, Dim 27 Mai 2018 - 18:35

I'm free, and you ?

Voilà, ça c’est la liberté. Je fais ce que je veux comme je veux. Je vais où je veux. C’est extrêmement euphorisant, la liberté. C’est dingue, genre c’est comme si on te place devant un grand vide. C’est limite flippant, mais c’est absolument génial. Je me sens tellement bien, tellement… moi. Libre. Vivante, aussi. Je marche, tranquillement. J’observe tout. Je ne connais pas trop cet endroit, je n’y suis même jamais venue. C’est au-delà des collines de mon père, au-delà des limites qu’il m’imposait. Et je m’y promène parce que JE l’ai décidé, et pas parce qu’il l’a voulu. Je me sens tellement bien, c’est fou. Je n’ai pas à rentrer ensuite, pas à faire attention à certaines choses, juste, je marche, je sens le vent qui souffle sur ma peau, le soleil qui réchauffe mes poils, l’herbe qui chatouille mes pattes. Je suis libre et plus vivante que jamais.

Je finis par tomber sur un chat. Je ne le connais pas, bien sûr, puisque je suis loin de chez lui. Il a l’air gentil. Je vais aller le saluer. Les gens aiment bien qu’on leur souhaite le bonjour, parfois ça les fait sourire. J’aime bien quand les gens sourient, c’est comme envoyer une petite parcelle de joie et de gentillesse aux autres. Bref, j’m’approche de ce chat gris tigré, calmement et tranquillement. Je me demande s’il se promène, lui aussi. Ou alors il chasse. En tout cas, il a bien raison, par ce beau temps. Ce n’est pas un jour à rester caché dans une tanière. Moi je ne le serai plus jamais. Je veux pour toujours sentir la caresse du vent. Parce que maintenant je suis aussi libre que lui.

“Hey ! Beau temps pour se promener, n’est-ce pas ?”

Ok, c’est un peu ridicule comme moyen de débuter une conversation, mais je n’ai rien trouvé de mieux. Je lui souris, parce que moi je suis aussi sympa qu’il en a l’air, et on ne sait jamais qu’il me prenne pour une ennemie. Je n’en suis pas une, en tout cas, je salue simplement un inconnu à l’air fort sympathique parce que je suis de bonne humeur.


avatar

Kaseï
Puf/Surnom : Biket
Âge du perso : 29 lunes
Messages : 53
Date d'inscription : 19/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Kaseï, Mar 5 Juin 2018 - 20:04

Alors, le monde ?


You know, you don’t have to face everything in the world on your own

J'ai cherché à être au calme aujourd'hui, ce qui est plutôt ironique sachant que je me sens plus seul que jamais. Kuraudo me manque. Keyla aussi même si nous habitons au même endroit. Le monde me manque. Cela fait bien longtemps que je ne suis pas évadé du camp pour aller observe le ciel, la terre, un arbre, les nuages, un papillon ou je ne sais qui d'autre encore. Le monde. Le monde qui ne sera jamais à moi, le monde que je ne verrais peut-être jamais. Il faut que je parte, telle est ma conviction. Mais je ne peux pas. Je ne peux pas laisser Keyla derrière moi comme ça, si ? Après tout ce qu'elle a fait pour moi, ça me paraît inconcevable. Je lui proposerais bien de m'accompagner mais je sais qu'elle est attachée à la vie qu'elle mène ici. 
Oh. Il y a quelqu'un. Je ne bouge pas mais j'ai senti une odeur. Et du mouvement. Le quelqu'un s'approche. J'ai le fol espoir que ce soit Kuraudo mais je sais bien que cette odeur ne correspond pas à la sienne. Dommage. 

« Hey ! Beau temps pour se promener, n’est-ce pas ? »

Je tourne vers la voix qui appartient visiblement à une femelle. Elle a l'air jeune, plus jeune que moi en tout cas. En souriant légèrement je lui rends son salut par un hochement de tête poli. J'aurais aimé que ce soit Kuraudo et non pas elle qui soit là mais je ne vais pas le lui dire, elle a l'air sympathique. Et puis je n'ai pas envie d'être seul finalement. Elle n'a pas l'air de venir d'une Troupe en plus, c'est sans doute une solitaire, peut-être une Escogriffe. Même si bon, la plupart des Escogriffes se contentent de tuer et non pas de saluer poliment les inconnus, tout sourire. Quoique. J'ai bien rencontré Roc il y a longtemps. J'ai l'impression que c'était il y a une semaine, pas plus. Le temps passe tellement vite. Kuraudo me manque. La liberté aussi même si elle, je ne l'ai jamais eu, je ne l'ai même jamais touchée du bout de la patte ni rien. Alors qu'elle, qui me fait face, elle respire la liberté. Ou peut-être n'est-ce que mon imagination mais en tout cas, j'ai besoin de savoir.

« C'est comment, le monde au-delà des frontières ? Est-ce que ça en vaut vraiment la peine ? »

Parce que je veux partir mais en même temps, j'ai sacrément peur de ce qui pourra arriver. Et si Kuraudo ne veut pas partir avec moi ? Et si je me retrouve tout seul ? Puis-je vraiment quitter Keyla sans me retourner ? Je n'en sais rien et, quelque part, toutes ces choses me terrifient. 
Codage by Ella'
admine Sun

avatar

Vrij
Puf/Surnom : Sun, Sunny, La folle aux chats, La folle tout court
Âge du perso : 16 lunes
Messages : 34
Date d'inscription : 09/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Vrij, Lun 10 Sep 2018 - 9:56

I'm free, and you ?

Aujourd’hui, je n’ai plus aucune contrainte. J’ai engagé la conversation avec cet inconnu, uniquement parce que j’en avais envie, parce que même si j’adore la liberté plus que tout, j’apprécie converser avec des gens. Et celui-là, il m’avait tout l’air d’être fort sympathique. C’est pour cela. Peut-être parce que je suis de bonne humeur, aussi, parce que je ne ferais pas ça si j’étais en colère. Bref, tout ça pour dire que c’est moi qui l’ai décidée, et moi seule. Personne ne vient plus entraver mes décisions et mes envies, et ça, c’est quelque chose d’absolument génial. Plus personne ne me dira jamais quoi faire, plus personne ne me demandera quoi que ce soit, plus personne ne me retiendra où que ce soit. C’est une promesse que je me suis faite à moi-même. Et croyez-moi, je vais la tenir. La liberté est trop enivrante pour laisser quelqu’un me la reprendre.

“C’est comment, le monde au-delà des frontières ? Est-ce que ça en vaut vraiment la peine ?”

Je lui souris. Comment lui dire que faire tomber les frontières est la chose la plus grisante qui soit ? Comment lui dire que je n’ai jamais été plus heureuse que depuis que je me suis détachée de tout ce qui me retenait ? Je ne sais pas, je ne sais pas comment l’exprimer. Ce sont des sentiments, des sensations, et ça ne s’explique pas par les mots, du moins pas suffisamment. Il faut goûter à la vraie liberté pour l’apprécier dans toute sa splendeur. Il faut y toucher pour savoir. Mais quand on y goûte, on ne veut surtout pas revenir en arrière. Une fois qu’on a fait le premier pas, on se demande surtout pourquoi on ne l’a pas fait plus tôt. C’est si bon, de se sentir si libre, de savoir qu’on pourrait aller n’importe où, rencontrer n’importe qui, voir n’importe quoi, faire ce qu’on veut. Tout, tout est possible. Ceux qui disent que l’impossible existe n’ont simplement jamais été libres. Moi je peux vous l’assurer, tout est possible. Une fois libre, on peut faire tout ce qu’on veut.

“Si ça en vaut la peine ? Mais rien ne vaut plus la peine d’être vécu que la liberté ! Tu ne peux pas savoir si tu n’y as pas goûté, mais c’est quelque chose de formidable, d’extraordinaire. C’est juste… Personne ne devrait avoir à vivre autrement. Les frontières ne devraient pas exister, et tout le reste, toutes ces chaînes, non plus.”

Je me sens tellement vivante, c’est indescriptible. Vivante, et euphorique. Lorsque j’aurai retrouvé mon frère et ma sœur, il faudra que je les emmène avec moi, pour leur montrer. Ils le méritent, eux aussi. Tout le monde le mérite, en réalité, il n’y a pas de question de mérite. C’est juste… je ne comprends pas pourquoi tout le monde s’enferme dans toutes ces chaînes, pourquoi ces gens s’attachent, cherchent de multiples raisons pour être retenus. À croire qu’être libre les terrifie. Mais moi, je n’ai pas peur. Et j’ai décidé d’être libre, de vivre. Moi, je ne veux pas survivre. Je veux vivre, vivre de toutes mes forces. Jusqu’au jour où je mourrai d’épuisement.

“Tu peux venir avec moi, si tu veux. Je te montrerai, et tu comprendras.”

Je souris toujours. Je n’ai pas de raison de ne pas sourire. J’ai plutôt une bonne raison d’être heureuse. Je suis partie, et je suis enfin libre.




Ici sa présentation ~ Mes dc's ♥️


Tant de beauté dans cette signa, merciiiii :keur:


Contenu sponsorisé
message posté par Contenu sponsorisé,

Page 1 sur 1


Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum