min : 5°C   max : 20°C
saison : feuilles mortes
aléa climatique : aucun
voir les assemblées et baptêmes en cours (www)
Je ressemble aux oiseaux, disait-elle. J’aporend à chanter dans les ténébres. [ft. Meoph]



 

Je ressemble aux oiseaux, disait-elle. J’aporend à chanter dans les ténébres. [ft. Meoph]

Equi admine

avatar

Larme de Crocodile
Puf/Surnom : Devines et je te donne une poutine.
Âge du perso : 38 lunes
Messages : 13
Date d'inscription : 01/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Larme de Crocodile, Lun 28 Mai 2018 - 5:07

Comme les oiseaux



 

Je m’inquiétais franchement pour Salve de Flamme. Bon, j’ai toujours été ainsi, une grande sœur qui pensait d’abord à la protection de son frère. Mais là, ce n’était pas pareil. Il avait changé, n’avait plus ce même éclat dans les yeux. Je détestais de voir ses prunelles se ternir. Il ne méritait pas d’être triste. Tout au fond de moi, je voudrais tellement prendre sa douleur et l’effacer. Dans ses paroles, il disait que tout allait bien. Mais son expression mentait. Je savais reconnaître amplement lorsque le guerrier bicolore me cachait quelque chose. Il n’était alors plus le même. Un très mauvais menteur en soit. Ou peut-être que c’était moi qui le connaissait trop bien. Peu importe. Je me devais de faire quelque chose. Je savais qu’il voulait me protéger comme je l’avais autrefois fait, mais il n’était pas nécessaire de me cacher cela, car je le découvrirai bien vite.

Je décidai de puiser dans mes forces et mon énergie pour aller le voir. Il fallait que l’on parle. Ce n’était plus un choix, c’était une obligation. Salve de Flamme devait me parler. J’étais inquiète pour lui, je me faisais un sang d’encre à son sujet. Comme je m’y attendais, il était seul. Où était donc passé ce jeune gamin qui adorait parler avec n’importe qui, même jusqu’à en être intolérable ? Il me manquait, ce jeune guerrier plein de vivacité, de convictions. Je ne pouvais pas le laisser sombrer encore plus longtemps dans sa dépression. Je ne pouvais pas le laisser se détruire. Je dû faire beaucoup d’efforts, mais je réussis finalement à le rejoindre en boitant. Je le regardai, avec ce regard qu’on aurait pu prétendre jugeant, mais il savait bien que je n’étais pas ainsi.

« Où est passé mon frère, que je puisse lui donner une bonne claque derrière la tête ? »

Je lui souriai. C’était affectif, bien entendu. Je ronronnai et me rapprochai un peu, fermai les yeux et profitai seulement et simplement de sa présence, de son odeur. Salve de Flamme savait que ces mots faisaient preuve de douceur, que jamais je n’irais jusqu’à le blesser. Je commençai à lui faire sa toilette, comme lorsque nous étions petits et qu'il s’énervait parfois quand j’en faisais trop. On pouvait presque dire que j’étais pour lui une deuxième mère, oui. Enfin, il était vrai que j’agissais ainsi envers lui depuis que nous étions chatons. Mais j’étais toujours là pour lui, toujours là pour le protéger, et jamais je ne voulais que mon infirmité le pousse à douter de mon dévouement.

 


(c) Kayl pour Equi only



Neph admine

avatar

Salve de Flammes
Puf/Surnom : Neph
Âge du perso : 38 lunes
Messages : 228
Date d'inscription : 20/12/2016
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Salve de Flammes, Dim 17 Juin 2018 - 11:53

Elle a remarqué. Larme de Crocodile a remarqué et je pense qu'il en est de même pour tout le Clan. Qu'est-ce que j'ai pu être stupide d'essayer de me cacher. J'aurais dû... Je n'en sais rien, je ne sais plus. J'aurais dû ne jamais faire tout ça, ne jamais la rencontrer. Tout comme je n'aurais pas dû affronter ce renard... Trop de regrets. Ça ronge le coeur et ça empoisonne la vie, à ce qu'on dit, les regrets. Mais je crois que je suis plus à ça près. Après tout ce qui s'est passé... Les regrets, c'est pas si terrible. Une fois qu'il ne restera plus que les regrets, je pense que je serais bien content. Mais on n'en est pas encore là... Non, je n'ai pas encore de regrets, enfin du moins, je ne crois pas. Je ne sais plus. Je sais seulement que j'ai mal, que j'ai toujours aussi mal. La blessure est restée béante depuis ce jour et je ne crois pas qu'elle cicatrise un jour. Mais ça non plus, je n'en sais rien. Personne ne sait. Pour le moment il n'y a rien qui puisse me faire du bien à part peut-être, parler à ma soeur. Mais même ça, je crois que j'en ai peur. Et si elle aussi, elle me trahissait ? Je lui faisais confiance et je n'aurais pas dû. Araignée Noire. C'était une guerrière du Clan de l'Ombre et je ne sais pas pourquoi je l'ai crue. Le coeur des guerriers du Clan de l'Ombre est durci par un froid glacial. C'est ce qu'on dit, du moins. J'aurais mieux fait d'écouter cette légende. J'aurais mieux fait de ne jamais la rencontrer, je n'aurais pas dû tomber amoureux d'elle, j'aurais dû...

Peut-être que si, je les ressens, les regrets. Oui, ce sont sûrement eux. Ils font mal. Je le sais, je les connais. Ils font mal. Tout fait mal. J'ai l'impression d'être en miettes. Et je ne peux pas recoller les morceaux, parce que je ne peux plus avancer, je ne peux plus rien faire. Je suis brisé et ce qui est brisé ne se reforme pas de soi-même. Je me demande ce que dirait Larme de Crocodile. Elle ne sait même pas ce qui se passe. Je ne lui ai rien dit. Je n'ai rien dit à personne. Je ne me suis même pas confié à ma soeur... Je n'en peux plus. Il faut que je lui dise, que je lui parle. Elle sera là pour moi, elle l'a toujours été. Pourtant je n'y arrive pas. Qu'est-ce qui se passe ? Pourquoi je bloque ? Je n'arrive à rien. Je n'irai jamais de l'avant, j'ai même l'impression que je recule. Oui je recule, et je vais finir par me prendre le mur. Ça ne va plus. C'est infernal. Qu'est-ce que je fais ? Merde, merde, merde. Je dois faire quelque chose. Elle ne doit pas supporter de me voir ainsi. Qu'est-ce que je suis devenu ? Je suppose que c'est ce que tu voulais, Araignée Noire. Tu voulais me voir sombrer, hein ? Tu t'en es pris à tes propres chatons, même ça, ça ne t'a pas arrêtée. Eh bien voilà, tu as réussi. Tu as sacrifié Lycose et Petite Tarentule et maintenant j'ai l'impression de mourir à petit feu. Tu aurais pu me tuer et les épargner mais non, tu en as décidé autrement... Tu savais bien que tout se passerait ainsi, tu savais que tu me toucherais et que tu me ferais bien plus de mal qu'en me tuant. Tu avais tout calculé, j'en suis sûr. C'était facile, pour toi. Je suis tellement idiot et naïf, il ne t'a suffi que d'un peu de gentillesse et de charme... Tu ne m'as sans doute jamais vraiment aimé et pourtant je t'ai crue tout de même. C'était ma plus grande erreur. Peut-être que j'en apprendrai quelque chose, que je deviendrai plus méfiant, mais c'est trop tard. Il aurait fallu que je les sauve et je n'ai pas réussi. Si j'avais été là, tu ne l'aurais pas fait, mais j'étais au Clan, et si je m'étais décidé un quart de lune plus tôt, les choses auraient été différentes ? J'aurais dû voir à travers ton jeu. J'aurais dû être plus malin que toi.

« Où est passé mon frère, que je puisse lui donner une bonne claque derrière la tête ? »

La voix de ma soeur me fait sursauter alors qu'elle ne devrait pas. Elle s'est plantée devant moi, je ne l'ai pas vue tout de suite, ou plutôt, je l'ai vue sans la voir, comme une silhouette floue. Et sa présence m'a fait peur alors que c'est ma soeur et ma camarade ; je ne devrais pas avoir peur de qui que ce soit dans ce Clan. Pourtant mon coeur bat plus fort et plus vite, je le sais, et je ne peux pas l'en empêcher. Si c'était elle ? Mais c'est impossible, on l'aurait remarquée, mais qui sait ? Elle est furtive, elle sait manipuler, peut-être qu'elle pourrait venir, peut-être qu'elle pourrait utiliser ma soeur, peut-être que... Mais qu'est-ce que je raconte ? C'est Larme de Crocodile, c'est ma soeur, elle ne me veut aucun mal, elle veut m'aider. Je me force à lui sourire. Ça me rappelle... avant. Bien avant. Un tout autre temps, en fait. Quand on était toutes les deux, quand il n'y avait pas sa blessure, ni Araignée Noire, ni Goliath, ni personne. Quand on était un frère et une soeur qui passaient leur temps à jouer, à parler, à s'amuser. Cette époque aussi, elle est morte ? Il faut bien que je lui réponde, je ne veux pas l'inquiéter, même si elle s'inquiète déjà. Je ne sais même pas quoi dire, alors je ferme juste les yeux et hume l'air imprégné de son odeur. La nostalgie aussi, elle fait mal. Tout fait mal. Je ne sais plus quoi faire... Lui parler ? Je ne sais pas pourquoi, je n'y arrive pas. Et pourtant... Il faut bien que je le fasse, un jour ou l'autre. Lui parler, à elle ou à n'importe qui. Je ne crois pas que j'y sois prêt. Mais alors qu'est-ce que je lui dis ? Je vois bien qu'elle s'inquiète, et c'est normal, qu'elle s'inquiète. Je ne suis plus dans mon état normal depuis un bout de temps maintenant.

« Larme de Crocodile... »

Ma voix est à peine audible. J'ai l'impression d'être plus faible que jamais. C'est normal, je ne mange plus, je ne dors plus. La belle saison est là et pourtant j'ai l'air maigre et décharné. Forcément qu'elle s'inquiète. Avant on se protégeait mutuellement, on était toujours là l'un pour l'autre. Comment je pourrais être là pour elle si je ne suis même pas là pour moi ?

« Je ne sais plus quoi faire... »

J'ai besoin qu'elle me rassure, j'ai besoin d'entendre sa voix me dire que ça va aller, même si c'est faux. Rien ne sera plus comme avant, ça ne va pas aller, mais j'ai besoin de l'entendre, comme une bouffée d'espoir. J'ai besoin de son aide. J'ai besoin d'elle. Maintenant c'est à elle de me soutenir. Sinon je vais continuer de chuter, et ça ne cessera que lorsque je serai effondré au fond du gouffre, désarticulé, brisé. Tout ça c'est ta faute, Araignée Noire. Regarde ce que tu m'as fait.







Vainqueur le temps d'un Bingo




Merci Nordy :keur:

Presque tous mes persos :mignon::
 
Equi admine

avatar

Larme de Crocodile
Puf/Surnom : Devines et je te donne une poutine.
Âge du perso : 38 lunes
Messages : 13
Date d'inscription : 01/01/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Larme de Crocodile, Hier à 13:08

Comme les oiseaux



 

J’ignorais réellement tout ce qu’il se passait. Avant, c’était plus simple. Il n’y avait pas tous ces problèmes, nous étions toujours ensemble et nous partagions tous nos secrets. Ça n’aurait pas dû changer. Je regrettais que nous nous fûmes éloignés, tous les deux, mais j’aimais toujours mon frère et j’étais toujours là pour lui. J’aurais voulu qu’il me parle, de lui-même, qu’il vienne me voir lorsque ça n’allait pas.
Mais c’était sans doute plus grave que cela. Il serait venu s’il n’y avait qu’un petit problème, un détail insignifiant qui le tourmentait un peu.
Là c’était bien pire.
Quelque chose l’avait détruit.

Je me souvenais de ce jour où ce renard avait détruit ma vie. Il m’avait rendue infirme, certes, mais il avait surtout détruit mes rêves de guerrière, de liberté. Je rêvais secrètement de pouvoir courir à travers les landes, sentant le vent sur ma fourrure. Mais la guérisseuse était claire ; je ne pourrais plus jamais. Et quelque part, cette douleur dans mon coeur m’avait fait paniquer, m’avait détruite au plus profond de moi.
Mais j’avais appris, tel un oiseau, à chanter dans les ténèbres.
Et quoi qu’il se passât pour mon frère, j’espérais qu’avec mon aide, avec mon soutien, il pourrait faire de même.

« Larme de Crocodile... »

Je me demandai s’il allait se mettre à pleurer, soudainement. Je ne le reconnaissais plus. Non, Salve de Flammes n’était pas comme ça. Salve de Flammes avait toujours été fort, il voulait devenir lieutenant, il voulait se démarquer des autres grâce à son courage légendaire. Et aujourd’hui il n’était plus qu’une ombre. Une silhouette qui déambulait dans le camp, comme un… mort-vivant.
C’était ça. Il était mort, à l’intérieur. Je voulais l’aider, mais sans savoir ce qu’il se passait, comment faire ?

« Je ne sais plus quoi faire... »

Je hochai la tête en me frottant contre lui. Ça arrivait, de ne plus savoir quoi faire. Il fallait tirer parti de ses blessures, pour en faire des avantages. Des forces.

« Que s’est-il passé, Salve de Flammes ? Tu sais, je suis là pour toi. Je te promets que ça va aller, on peut se redresser. Je t’aiderai à te redresser. »

Je serai toujours là pour toi mon frère, comme toi tu as toujours été là.

 


(c) Kayl pour Equi only





Contenu sponsorisé
message posté par Contenu sponsorisé,

Page 1 sur 1


Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum