min : 5°C   max : 20°C
saison : feuilles mortes
aléa climatique : aucun
voir les assemblées et baptêmes en cours (www)
this is murder with no killing ♗ Perle de Pluie



 

this is murder with no killing ♗ Perle de Pluie

Admin Foudry

avatar

Folie des Nuits
Puf/Surnom : Foudry le Génie Originel
Âge du perso : 31 lunes
Messages : 95
Date d'inscription : 13/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Folie des Nuits, Ven 13 Juil 2018 - 19:12

« this is war with no weapons, murder with no killing »

Une patte vint violemment te bousculer, te réveillant brutalement en cette fraîche matinée. Tu ouvris ton oeil droit, ta patte gauche posée sur l'autre et tu aperçus divers félins qui se levaient pour la journée. Mais impossible de voir qui avait été le responsable. Agacé, tu ouvris l'autre oeil et relevas la tête. Sans doute un con qui faisait pas attention là où il marchait. Soupirant d'agacement, tu te levas, bien incapable de t'endormir à présent. T'avais plus qu'à te rendre un minimum utile, histoire de pas avoir perdu pour rien ta nuit courte. Tu aperçus du coin de l’œil Scarabée Sacré, ton frère jumeau, qui dormait toujours. Tss, le veinard. Mais c’était ton frère, donc tu le laissais. À la place, tu t’attelas à ta toilette, l’étape sacrée de la journée. Tu prenais un soin fou de toi, c’était incroyable. Tu lissais toujours ton poil tricolore de manière appliquée, tu enlevais le moindre bout de mousse qui s’était logée sur toi… Tu faisais toujours en sorte d’être impeccable. C’était tellement important pour toi. L’image que tu dégageais était très importante, pour toi. Et puis, comment tu allais te vanter et séduire les gens avec un pelage négligé, aussi, hein ? Et puis, tu adorais prendre soin de toi comme ça, faire rouler tes muscles sous ton pelage noir gris et blanc sous les yeux des autres qui te regardaient. Tu aimais te vanter, te mettre en valeur, charmer les gens. C’était vraiment une passion, à ce niveau-là. Tu te considérais vraiment comme beau. Et puis, comme tu l’étais, ton frère jumeau l’était forcément aussi. Mais ça te dérangeait pas. Tu l’aimais, ton frère. Vous étiez très proches, fusionnels, tels deux frères jumeaux. Bon, c’était aussi votre cas, c’était pas étonnant. Vous formiez un sacré duo. D’autant plus que personne ne peut vous différencier spontanément. Vous avez exactement le même pelage, les mêmes taches noires, les mêmes tâches grises, les mêmes taches blanches, c’en était perturbant. Et vous aviez tous les deux les yeux vairons : l’un bleu, l’autre vert. Mais attention, vous n’aviez pas le même œil de la même couleur, et c’était là toute la subtilité du truc. Toi, tu avais l’œil droit bleu, tandis que ton frère, son œil droit était vert. Mais c’était une nuance trop subtile, et c’est pour ça que les gens avaient du mal à vous différencier. C’était plus une question d’habitude, maintenant, sûrement. Fallait vraiment vous côtoyer souvent et vous avoir suffisamment observés pour vous différencier. Et ça, vous adoriez. Vous en profitiez d’une manière totalement abusée, parfois excessive. Mais vous adoriez.

Ta toilette finie, tu te levas et t’étiras, faisant rouler tes muscles bien taillés. Suffit de traîner comme ça. Soyons un peu productif. Tss. Il fallait être serviable, tu te montrais toujours très courtois, prêt à rendre service à n’importe qui, à charmer, à draguer. À faire mal, aussi, mais ça, c’était un secret, chuut. Le secret de toi et ton frère. Vos petits plans, vos complots, vous, les deux sadiques. Vous avez ça dans le sang, comment lutter contre ce sentiment ? Actuellement, vous aviez deux proies. Nuage Céleste et Rêve Nocturne. Mais actuellement, vos plans tournaient au ralenti. Il fallait un peu de renouveau, un peu de fraîcheur, de renouvellement. Bon, même si tu ne trouvais pas une ‘vraie’ proie, tu voulais t’amuser un peu. Faire connaissance, quoi. Le lieutenant, Prédilection Mortelle, n’était pas là. Bon, tant pis. Qui était là ? Tu scrutas la clairière. Pas grand monde. AH. Perle de Pluie était par là. Tu n’avais jamais eu l’occasion de bien lui parler, elle devait bien avoir à peu près le même âge que toi. Ou plus jeune ? Tu ne savais plus. Qu’importe ! Apprenons à se connaître, eheh. Tu te dirigeas vers elle, tes épaules roulant sous ton pelage tricolore. Penserait-elle que tu es toi, Folie des Nuits, ou ton frère, Scarabée Sacré ? Une chance sur deux, il faut croire. Confiant, d’une démarche assurée, tu viens l’aborder :

« Prédilection Mortelle veut que nous allions pêcher. » Mensonge. Mais qui pourrait le savoir ? Courtois, comme à ton habitude, tu la laisses passer la première dans un geste élégant du bout de la queue : « Après toi. »

Ah, ce Folie des Nuits. Toujours poli et serviable ahah.



couleur rp #000000

avatar

Perle de Pluie
Puf/Surnom : Perlou
Âge du perso : 28 lunes
Messages : 46
Date d'inscription : 18/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Perle de Pluie, Sam 21 Juil 2018 - 7:58

J'avais tellement froid, l'antre était glacé, je tremblait de plus en plus, mais que se passait-il. Je voyais de nombreux arbres noirs tous identique, le vent soufflait à une vitesse effroyable, une douleur me pris à la cage thoracique, comme si on m'arrachait le cœur. C'était horrible.
Quand soudain, une odeur de chair fraiche me sortit de mon sommeil, j'étais en sueur, essoufflé, je ne savais plus ou je me trouvait...  Après avoir repris mes esprits, je me leva tout doucement pour ne réveiller ou marcher sur aucun chat. Il faisait bon dehors, il y avait un petit vent très agréable, le soleil brillait déjà alors qu'il était encore très tôt, d'ailleurs peut de personne était réveillé. Ohhh lala, mais c'est quoi se pelage tout poisseux, trempé, Perle de Pluie tu ne peut pas rester comme sa, les chats du camp vont faire une crise cardiaque en voyant se poils tout...moche, d'habitude il est magnifique, soyeux, brillant.
Je vais aller me poser sur le petit rocher là bas, comme sa grâce au soleil je pourrais sécher mon poils et en même temps le réorganiser... J'étais en pleine toilette quand je vois un guerrier s'approcher de moi, j'avais du mal à l'identifier, mais qui était... Ah mes si c'est Folie des Nuits avec son pelage tacheté et ses yeux verrons. J'avais beaucoup observé Folie des Nuits quand il était encore petit, il ressemblais comme deux gouttes d'eau à son frère Scarabée Sacré, la seul différence était leur yeux verrons. Il était donc très difficile de les reconnaître. Le jeune matou se dirigeait vers moi avec assurance, il roulait ses muscles et avait fait sa toilette pour que son pelage soit soyeux. Scarabée Sacré et Folie des Nuits était aussi réputé pour aimer trifouiller, faire des mini enquête ou pleins d'autre chose, beaucoup de chat trouvait sa débile ou immatures, mais moi je trouvais sa plutôt drôle et se jeux devrait être très cool car sa fait des lustres et des lustres qu'ils y jouait.

« Prédilection Mortelle veut que nous allions pêcher.

Ohhh !!!! Chouette j'en rêvais, sortir du camp et partir pêcher et me rafraîchir...
- Oh oui, avec plaisir...

- Après toi »

Il me suivait, on marchait doucement, en y repensant je ne connaissais pas grand chose sur Folie des Nuits, malgré qu'il soit des très serviable et gentil, je ne connaissais rien d'autre de lui, a vrai dire je n'avais jamais pris le temps de faire  connaissance, se qui est quand même dommage... On était arrivé à la rivière, sa sentait déjà le poisson se qui le mit l'eau à la bouche...
Admin Foudry

avatar

Folie des Nuits
Puf/Surnom : Foudry le Génie Originel
Âge du perso : 31 lunes
Messages : 95
Date d'inscription : 13/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Folie des Nuits, Sam 21 Juil 2018 - 22:11

« in the night came the killers with the cross »

Les gens qui vous différenciaient étaient rares. Très rares. Ou la plupart avait juste un peu de chance. La chance des débutants, comme on dit. Ou certains étaient même persuadés d’avoir raison alors qu’ils vous inversaient tout le temps. Futiles. En même temps, il fallait le faire, pour vous différencier correctement. Votre pelage était unique, ça, c’était sûr, on vous identifiait de très loin. Très bien, maintenant que vous savez que c’est l’un des deux jumeaux, comment faites vous ? Ahah, bande de malins. Allez-y pour trouver qui est qui. Les deux agissaient presque de la même manière. Il y avait de subtiles nuances dans vos comportements, mais qui était sérieusement capable de vous distinguer ? Surtout que vous échangiez sans cesse vos rôles. Impossible de dire qui est vraiment qui. Qui est Folie des Nuits ? Qui est Scarabée Sacré ? Lequel est le clown, lequel est le fou ? Lequel est le ‘compagnon’ de Nuage Céleste, lequel ne supporte pas les sangs impurs ? Impossible à dire. Attendez, deux minutes, soyez réalistes : si un chat s’approche, avec les yeux vairons, personne n’est capable de dire d’un coup ‘Ah, c’est Scarabée Sacré’, ou ‘Ah, c’est Folie des Nuits’. Il faut déjà retenir qui a l’œil vert à droite et l’œil bleu à gauche, qui a l’œil vert à gauche et l’œil bleu à droite. Déjà, rien que là-dedans, tout le monde s’embrouille. MAIS, mieux encore, quand le chat vient d’en face, quelle droite, quelle gauche ? La gauche du chat, ou celle du spectateur ? Ah ? Eh bien, ce dernier élément suffit à semer le doute. Une chance sur deux, voilà comment on vous reconnaît. D’autant plus que vous vous amusez à mentir à vos interlocuteurs pour semer encore plus le doute. Parfois, les deux se font passer pour Folie des Nuits. Parfois, ils jouent leur propre rôle. Parfois, les deux se font passer pour Scarabée Sacré, et le pauvre se retrouve à la fois en train de patrouiller au bord de la frontière  et en train de pêcher. Ah, quelle productivité ahah ! Parfois également ils échangent leurs rôles : Scarabée Sacré devient Folie des Nuits, Folie des Nuits devient Scarabée Sacré. Et parfois, ils ne répondent même pas. Difficile à dire, hein ? Tout le monde s’y perd, et personne n’y fait attention au final. Peut-être qu’ils abandonnent par dépit. Peut-être se disent-ils que ce n’est pas important, puisque ce sont les deux mêmes clowns. Les deux mêmes connards. Ah, chuuut. Personne n’est censé savoir que vous êtes des connards, par contre. C’est votre petit jeu. Votre secret. Personne ne le sait. Sauf les victimes. Et les victimes auraient aimé ne jamais le savoir, ne jamais le découvrir. Maintenant, elles sont condamnées au silence le plus religieux. Le plus total. Et elles regrettent leur vie d’avant. Elles regrettent de vous avoir croisés. Elles regrettent de vous avoir adressé la parole. Je dis ‘elles’, en parlant de personnes. Pas forcément de femelles. Toi, par exemple, tu ne te limitais pas au genre de la personne qui était en face de toi. Qu’importe ce que la personne était, c’était une proie potentielle, si tu commençais à te limiter parce que c’est un mâle ou une femelle, ou aucun des deux, les proies allaient drastiquement diminuer. Ce serait dommage, avec un tel potentiel, franchement ? Non, pas de tri. Tout le monde est concerné par la manipulation et la souffrance, tu n’allais pas exclure quelques chanceux. Tout le monde doit être concerné, personne ne doit y échapper. Vous êtes les prédateurs de tous. Et toi, tu l’étais encore plus avec les sangs impurs, tous ces déchets qui traînaient dans le Clan. Pour ne citer qu’Argus Bleu et Masque de l’Océan, par exemple. Un drogué et un sang-mêlé. Le Clan de la Rivière n’était plus ce qu’il était avant. C’était triste. Quelle décadence. Tout ça, c’était la faute d’Étoile d’Équinoxe. Ce chef qui se prenait littéralement pour le sauveur de la forêt, c’était les véritables portes ouvertes au Clan d ela Rivière. Un chat errant en piteux état ? Viens, entre donc. Un chat qui veut venir ? Viens, sois un “guerrier”. Un petit chaton faible ? Oh, pauvre bête, sauvons-le, il sera à nous ! Un chat domestique ? Viens donc, on est bien dans le Clan de la Rivière, viens dormir dans notre tanière et mange nos proies, nous te protégerons ! Des sangs-mêlés ? Chuut, ne dites rien à personne, nous allons l’élever et il sera un “guerrier loyal”. Bêtises. Inepties. Mensonges. Rien de tout ça n’était vrai. Les sangs impurs n’étaient pas dignes de confiance. Ils n’avaient jamais connu les batailles qui avaient forgé les guerriers, les vrais guerriers du Clan de la Rivière, ils n’ont pas ce sang pur qui coule dans leurs veines, ils ne connaissent rien de la fraternité qui liait les guerriers de la Rivière entre eux. Ils ne savaient rien de tout ça, ils ne l’avaient pas dans leur sang. Ils n’étaient pas liés par le sang aux autres guerriers. Les vrais guerriers du Clan de la Rivière sont comme des frères, ils sont prêts à tout pour défendre leur Clan et leurs frères au péril de leur vie. Est-ce que les domestiques, les chats errants galeux et les sangs-mêlés peuvent en dire autant ? Ils n’ont pas cette loyauté infaillible qui lient les guerriers. Ils n’ont pas ce ciment là. Ils sont coupés entre deux mondes. Il n’y a pas la place pour des traîtres. C’était la triste vérité.

Vous arriviez enfin à la Rivière. Elle t’avait suivi en miaulant un « Oh oui, avec plaisir… » Malgré son ton, elle avait l’air ravie d’aller pêcher. Oh, tu avais bien choisi, alors. Menteur. Bah, si ça lui faisait plaisir d’aller pêcher, on s’en fichait que ce soit un mensonge, non ? Qu’importe, en plus, vous étiez utile au Clan. Tu remarquas cependant qu’elle n’avait pas prononcé ton nom. Elle ne savait pas qui tu étais, ou alors elle s’en fichait. Seuls ceux qui vous côtoyaient souvent savaient vous différencier instinctivement, à simple vue, au son de la voix, à votre intonation et votre façon de parler, de bouger. Ces personnes n’étaient pas nombreux. Et c’est un doux euphémisme. Il n’y a que ta sœur, Arabesque du Temps. Peut-être ta mère aussi, Règne des Ombres, mais ça, tu en étais moins sûr, parce qu’elle se fichait de vous. Elle ne vous aimait pas. Ce sont les deux seules personnes capables de faire échouer vos jeux, vos plans. Mais elles ne le font pas. Arabesque du Temps ne sort jamais. Elle ne fait rien. Elle est dans l’ombre. Personne n’a retenu son existence. Quant à Règne des Ombres, eh bien, elle se fiche pas mal de vous.

Il y en avait même qui ne savait pas que vous étiez jumeaux. Certains pensaient que oui, il y a un Folie des Nuits ou un Scarabée Sacré…. Mais c’est tout. Il n’y a pas l’autre, il n’y a qu’un seul félin. Et ces gens n’avaient pas totalement tort, dans le fond. Vous ne faisiez qu’un. Vous étiez si proches, si semblables, vous vous complétiez, de sorte à ne faire qu’un, une seule et unique personne.

Perle de Pluie et toi commencez à regarder l’eau s’écouler sous vos yeux, à l’affût du moins poisson. Tu avais le regard fixe, prêt à plonger ta patte dès qu’une ombre apparaîtrait. Vous étiez concentrés, de telle sorte qu’aucun de vous ne parlaient. La discussion viendrait après, pour le moment, il s’agissait d’attraper quelques poissons, et donc de ne pas parler pour ne pas les faire fuir. On avait beau être à la saison des feuilles vertes, il ne s’agissait pas de tout rater, ce n’était pas une excuse valable. Soudain, tu aperçus un éclair argenté à ta droite et tu dégainas ta patte, griffes sorties pour faire jaillir le poisson hors de l’eau. Tu l’achevas proprement de la rive, satisfait. Pas énorme, mais ça faisait l’affaire.

« Ah, c’est pas un chat domestique qui en ferait autant ! »

Petite pique de rien du tout adressée à la domestique qui avait intégré le Clan grâce à Nuage du Caïman et Étoile d’Équinoxe. Sakari, ou un truc du genre. Elle avait même refusé de prendre un nom de guerrier. Bah, c’était bien vrai, elle avait raison sur ce point elle-même : elle ne serait jamais une vraie guerrière. Inutile de se voiler la face avec un nom sorti de nulle part. Tu jetas un œil à Perle de Pluie. C’était peut-être l’occasion d’apprendre l’opinion de cette dernière à ce sujet sensible qu’était les sangs impurs. Ton opinion était déjà toute faite. Tu ne t’en cachais jamais, mais tu modérais ton opinion en fonction de ton interlocuteur. Ainsi, tu n’en faisais pas trop. Il ne fallait pas l’effrayer tout de suite, si elle n’était pas de cet avis. Et si elle était partisane d’Étoile d’Équinoxe, tu trouverais moyen de la faire changer d’avis. Elle était à peine plus jeune que toi. Tu devais être son aîné de deux ou trois lunes de plus.



couleur rp #000000

avatar

Perle de Pluie
Puf/Surnom : Perlou
Âge du perso : 28 lunes
Messages : 46
Date d'inscription : 18/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Perle de Pluie, Dim 22 Juil 2018 - 13:18

Je suivait Folie des Nuits, j'étais contente de partir à la chasse avec lui, surtout a la rivière, sa faisait longtemps que je n'avais pas pêcher. Le matou se déplaçait doucement et me jeté des regard mystérieux, comme si il voulait s'assurer que je lui suive dans son piège, je me demande se que cela fait d'avoir un jumeau exactement pareil que soit même, les mêmes gestes, les mêmes expressions, de nombreux gens devait se tromper sur leurs identités. Moi personnellement je ne souhaiterais pas avoir un jumeau qui me ressemble comme deux gouttes d'eau, j'essaye toujours d'être unique, de me démarquer, la en ayant un jumeau sa doit être compliqué, d'ailleurs peut être que dans leur duo inséparable, il en a un qui copie sur l'autre pour se protéger et rester uni face au rejet de leur mère... J'étais persuadé qu'une faille énorme faisait que les deux matou soit inséparable, j'allais donc à partir d'aujourd'hui mener mon enquête, peut être que j'en parlerais avec quelqu'un ou je le garderais pour moi, mais une chose qui est sur, je découvrirait cette faille.
Nous étions arrivé, l'eau était claire, il faisait beau. Il ne fallait pas parler sinon les poissons nous découvrirait et là se serais un échec total. Ohh tient un poisson argenté, celui-ci il est pour moi... Ohhh zut, Folie des Nuits la vue avant moi et là attrapé, crotte de souris le prochain est pour moi :

« - Ah, c’est pas un chat domestique qui en ferait autant ! »

Mon souffle se coupa, il venait de parler d'un sujet tabou, mon opinion était très clair à se sujet, mais le partageais t-il, je ne sais pas.
Pour moi un chat domestique n'a rien à faire dans un clan  que sa soit le notre ou un autre. Ils sont tous civilisés, ils ont l'habitude de mangé des croquettes, ils ne bouge pas leurs popotins, il faut que tout soit parfait mais eux ne font rien du tout, ils ne savent pas nager, ni chasser, ni se battre. Ils ne savent rien faire à part miauler et se plaindre... Mon opinion était claire et nette mais qu'en est il de Folie des Nuits, sa se trouve lui il trouve sa normale et justement c'est un piège pour récupérer des informations... Ah !! Il en était malin.
« - Écoute Folie des Nuits, j'ai un avis très précis à se sujet, mais étant donner que je ne te connais pas assez , j'estime que je ne peut pas te partager mon opinion.


J'avais mon ton moqueur, en quelque sorte je le provoquait, pour observer son attitude face a quelqu'un qui résiste, et qui ne va pas dans son sens. Je voulais poser une question mais un énorme poisson venait se glisser près des rochers.
« - Celui là, il est pour moi !»


J'étais prête à bondir, je lança un regard provocateur au chat et me lança, le poisson était vraiment grand et lourd, j'avais du mal à l'immobiliser. Après l'avoir ramenée sur la rive, je remarqua que mon poisson était beaucoup plus gros que Folie des Nuits, un sentiment de satisfaction me parcouru. Et un point de plus.
Cette questions me brûlait les babines, il fallait que je la demande, mais comment car si je le braque, il ne me répondra pas et ma petite enquête sera foutue, je veux juste savoir si le faite d'être rejeté par sa famille l'affecte ou pas... Mais c'est quand même un sujet sensible, peut être que si je fait du chantage, cela pourrait marcher, en y repensant beaucoup de gens les critiquait parce que justement ils étaient fourbes, faisaient des enquêtes... Mais moi en se moment je faisaient exactement pareil, et si à cause de cela, je perdrais mes amies, et si Folie des Nuits commençais à me poser des questions sur ma famille comment je réagirait, mal, bien je ne sais pas, on jouait tout les deux avec le feu. Chaque point sensible de l'autre était une attaque pour achever son adversaire. Je commençais à prendre gout à se jeux dangereux qui pouvait détruire les autres mais aussi nous détruire.
Ma cervelle était en surchauffe, je réfléchissais, je réfléchissais mais aucune conclusion me venait en tête. Je ne connaissais pas Folie des Nuits et lui ne me connaissais pas, aucun de nous deux connaissais les limites de l'autre. Perle de Pluie, tu as commencé à joué à se jeux interminables, il faut que tu continue, tu te l'ai juré:
«- Folie des Nuits, comment tu sent après le rejet de ta soeur et de ta mère vis à vis de toi et de ton frère, juste parce que vous êtes jumeau ?»

Je n'attendais qu'une chose sa réponse...
Admin Foudry

avatar

Folie des Nuits
Puf/Surnom : Foudry le Génie Originel
Âge du perso : 31 lunes
Messages : 95
Date d'inscription : 13/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Folie des Nuits, Dim 12 Aoû 2018 - 16:35

« sharp edges have consequences »

Que voulais-tu faire avec Perle de Pluie ? Rien de spécial. En apprendre plus à son sujet, sans doute. La mettre dans ta poche, accessoirement. Pas forcément la charmer, hein, seulement la mettre de ton côté. Il y avait des chats qui se méfiaient de toi, alors si elle pouvait t’apprécier, te respecter, ce serait nickel. Toi, le chat parfait, le beau guerrier serviable, fort, un véritable modèle pour tout le Clan ! Tu exagérais un peu, tu forçais le trait, il n’y avait pas que d ela vérité là-dedans. Il n’empêche que tu ne pensais que du bien de toi. Ah, l’orgueil, aucune limite. Ton ego est assez gonflé. Qu’importe ! Qui se préoccupait de la modestie ? Qu’elle aille brûler, elle est inutile.

Tu regardas Perle de Pluie du coin de l’œil. Elle ne disait rien. Elle était de marbre. Tiens donc, l’aurais-tu offusquée ? Pauvre petit chat. Tu ne cachais pas ton avis sur les sangs impurs qui polluaient le Clan. Tu te faisais des alliés précieux grâce à ça, mais aussi des ennemis. Mais les ennemis ne valaient rien : c’était souvent des sangs impurs en personne, ou alors des partisans qui ne valaient guère mieux. Ta phrase avait été claire, tu annonçais ton camp d’entrée de jeu. Si la minette faisait une telle tête, c’est qu’elle n’était pas de ton côté… Ou bien, elle était choquée de ton honnêteté ? Tu ne la connaissais vraiment pas, ça, c’était sûr. Alliée ou ennemie ? Ou aucun des deux, qui sait.

« Écoute Folie des Nuits, j'ai un avis très précis à ce sujet, mais étant donné que je ne te connais pas assez , j'estime que je ne peux pas te partager mon opinion. »

Cette phrase t’arracha un sourire. C’était la chose la plus hilarante que tu aies entendue. Trop peur de donner son avis, tiens donc ? Étrange. Elle ne voulait pas se faire d’ennemis ? Et après, on osait dire que c’était toi, l’hypocrite ? Bien sûr, bien sûr. Tu haussas les épaules, ce sourire toujours présent. Puéril. Lâche. Mais si drôle. Son ton était moqueur. Ah oui ? Elle finirait par parler. Tu ne voulais pas d’autres déchets dans ton Clan. Mais c’était bien, elle voulait pas se laisser faire. Pas de bol, elle était tombée sur toi. Tristesse. Elle t’observait. Elle reporta son regard sur la Rivière. Tu l’observais toujours. Tu réfléchissais. Tu attendais qu’elle parlât à nouveau. Elle vit un poisson. Oulala.

« Celui là, il est pour moi ! »

Ta mine ne changea pas. Tu réagis à peine. Tu la fixais toujours. Qu’elle l’attrapât. Tu t’en fichais comme jamais. T’avais pas besoin de ça pour prouver ta valeur. Elle galéra un peu à le sortir et à l’immobiliser pour l’achever. Ah lala, cette force ! Fière comme jamais, elle te regarda comme avec… mépris ? Oulala, ça prend la grosse tête dis donc. Ça te donnait envie de rire encore plus. Tu remarquas que ton avis et ton comportement vis à vis de la jeune chatte avaient radicalement changé. Étrange. Pas de bol pour elle, elle ne savait pas à qui elle avait affaire. Elle regarda son poisson puis le tien. Il était plus gros. Bravo poulette. Elle réfléchit un instant. Ouh la. Pas trop, elle va se fatiguer. Tss. Toi aussi tu réfléchissais. Enfin, tu l’observais, surtout, attendant ce qu’elle allait te sortir. Elle était pleine de ressources, c’était amusant comme jamais.

« Folie des Nuits, comment tu te sens après le rejet de ta soeur et de ta mère vis à vis de toi et de ton frère, juste parce que vous êtes jumeaux ? »

Elle joue avec le feu.

Qu’est-ce qui lui prenait ? Tu n’en savais fichtrement rien. C’était assez perturbant. Inattendu, plutôt. Elle s’intéressait à toi ? Pourquoi donc ? On aurait cru que quelqu’un l’avait mis en garde contre toi. Qui donc ? Qui aurait osé faire une telle chose, voyooons. Qu’importe. Mais elle déformait tout, celle-là. Ta mère vous avait rejeté. Tous autant que vous êtes. Elle vous méprisait du plus profond de son être, depuis que votre père, Souffle Ardent, était mort. Tu t’en fichais, ça n’avait fait que te rapprocher de ton frère. Quant à ta sœur, eh bien… Arabesque du Temps était à part. C’est comme si elle vivait dans sa bulle, terrassée par la mort de votre père. Elle désapprouvait votre relation, vos jeux avec les autres, à toi et ton frère, mais a ne vous empêchait pas de continuer. Tu l’appréciais quand même. Mais qu’en avait-elle à foutre, Perle de Pluie ? Elle jouait à un jeu, visiblement, elle aussi, et c’était dangereux. Connaissait-elle les dangers ? Visiblement pas.
D’ailleurs, elle t’avait appelé Folie des Nuits. Tiens donc. Elle pensait savoir à qui elle parlait. Mais vous vous ressembliez tellement avec Scarabée Sacré que vous alliez finir par ne faire qu’un, alors, non, elle ne savait pas à qui elle parlait.

« Ma mère n’aime personne. Ça n’a pas dû t’échapper. Elle se fiche de tout le monde, et tout le monde se fiche d’elle, nous y compris, tu comprends ? » Nous, c’était ton frère et toi, bien sûr, quelle question. Peut-être même Arabesque du Temps également. « Quant à notre sœur… Oh non, elle ne nous rejette pas. On est ses frères, elle nous aime. À sa façon. »

Tu parlais de toi et ton frère. “Nous”. Comme si Scarabée Sacré était là. Mais il l’était, en quelque sorte, non ? Vous étiez indissociable. Vous ne faisiez qu’une.
Elle n’avait pas besoin d’en savoir plus. Ton ton était doucereux, tu la fixais, la queue enroulée autour de tes pattes, assis. Elle voulait jouer ? Allez.

« Notre vie de famille a l’air de t’intéresser, dis moi. » Qu’elle s’intéresse à toi, tu t’en fichais. Tu t’en flattais, même. « Mes opinions t’intéressent également ? »

Tu ne souriais plus. Un piège ? Il n’y avait pas de piège. Rien n’était calculé. Tout était improvisé. C’était ça, le plus beau.



couleur rp #000000

avatar

Perle de Pluie
Puf/Surnom : Perlou
Âge du perso : 28 lunes
Messages : 46
Date d'inscription : 18/08/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Perle de Pluie, Dim 16 Sep 2018 - 22:28

Mes pattes me picotait, j'adorait jouer à se jeux, à vrai dire je ne savais pas trop dans quoi je m'embarquais, Folie des Nuits etait connus dans le milieu pour réussir à obtenir des tous se qu'il voulait, tiens comme mon opinion... Je voulais le prendre à son propre jeux, même si peut-être qu'au final sa sera peut-être un echec, j'aimais bien asticoter les gens mais d'une manière assez différente de Folie. D'ailleurs celui-ci me regardait avec insistance, son regard me déstabilisait, comme si il lisait dand mes pensées.
« Ma mère n’aime personne. Ça n’a pas dû t’échapper. Elle se fiche de tout le monde, et tout le monde se fiche d’elle, nous y compris, tu comprends ?  Quant à notre sœur… Oh non, elle ne nous rejette pas. On est ses frères, elle nous aime. À sa façon. »



Je le voyais avec son sourire moqueur, il était satisfait de sa réponse, il pense peut-être que c'est gagné, aha, il ne sait pas qui est vraiment Perle de Pluie, il ne sait peut-être pas que je peut être aussi trés manipulatrice et trés fourbe quand je le veut...Je devait répondre et avec jujote, il ne fallait pas que j'en dise trop, sa serais trop facile... Nan, je doit me voiler la face sans trop me renfermer, car plus je me renferme plus Folie va en jouer... Mais je voyais le jeune chat qui ruminait, il n'avait pas terminé:

« Notre vie de famille a l’air de t’intéresser, dis moi. »« Mes opinions t’intéressent également ? »

Alala mais qu'elle ego...

- Oh oui, je comprend bien la situation de ta mére, c'est vrai que sa ne doit pas toujours être simple d'aimer des chatons qui sont détestés par tout le clan, car ses messieurs ne font que de jouer de leurs atouts et vont voir leurs  "amis " et vont les interroger un par un pour dégoter des petites informations... Et puis pour ta sœur, on lui dit qu'elle a deux frére geniaux, mais tellement ils en fichent d'elles quelle ne sais même pas les reconnaître, c'est moche...


Aprés se que j'ai dit, je sais que beaucoup de chat m'aurait sauter dessus, mais Folie était plus intelligent que sa,  plus fin, il ne ressemblait pas à se jors de chat à te sauter dessus à chaque insulte ou manque de respect et c'est se qui me plaisait bien chez se matou, lui au moins reflechissait et j'allais en jouer.
J'attendais  sa pique avec impatience... Mais juste avant il fallait que je réponde à sa cher et tendre dernière questions.
- Hahaha!!! Je rigole, quesque tu crois Folie, tu pense que l'opinion d'un petit chaton qui cherche à me faire cracher le morceau m'intéresse, essaye d'être original au moins change de disque, toi et ton frére vous connaissez tous les opinions de chaque chat de cette forêt.


En réalité, je mourrait d'envie de s'avoir se qu'il pensait, mais sa serais trop lâches de ma part de lui avouer.
Admin Foudry

avatar

Folie des Nuits
Puf/Surnom : Foudry le Génie Originel
Âge du perso : 31 lunes
Messages : 95
Date d'inscription : 13/09/2017
Voir le profil de l'utilisateur
message posté par Folie des Nuits, Dim 18 Nov 2018 - 17:36

« fuck off, if you don't wanna play. »

Tu ne savais pas trop ce qui se passait, actuellement. D’habitude, tu maîtrisais la situation, tu avais un contrôle total sur elle. Comme une proie qui se débatterait entre tes griffes. Mais là, c’était un drôle de spécimen, à vrai dire. C’est comme si t’avais une proie inconnue entre les griffes, une espèce nouvelle, que tu venais tout juste de découvrir. Cette chatte était étrange. Elle ne se laissait pas charmer. Mieux, elle croyait pouvoir te manipuler, jouer avec toi. Ça, ça te donnait envie de rire, de te tordre de rire, de te rouler par terre. Toi ? Le jouet ? Trop drôle quoi. Elle avait de l’espoir, la petite, dis donc. Non non, très chère, personne en manipule le grand Folie des Nuits. Même si c’est l’impression que t’en as, il s’avère dans ce cas que c’est le contraire. Le grand Folie des Nuits ne peut être trompé.

Bon, arrête de te faire ton connard, sale bâtard. Écoute. Sois attentif à ses réponses, ses gestes, ses regards, et agis en conséquence. Sois malin. Sois rusé. Sois futé. Sois fourbe, mon cher. C’est ça qu’on aime chez toi. Chez le grand Folie des Nuits. T’es un parfait connard, c’est ça, ton charme. Enfin, ton charme intérieur,parce que ça, t’évitais de trop le montrer pour pas effrayer les gens. Parce que si les gens savaient qui t’étais réellement, personne n’oserait te parler. Mieux, tu serais sans doute banni du Clan. Pff, non, même pas, jamais le grand Étoile d’Équinoxe n’oserait te bannir ! Il est trop gentil ce con.

« Oh oui, je comprends bien la situation de ta mère, c'est vrai que ça ne doit pas toujours être simple d'aimer des chatons qui sont détestés par tout le clan, car ces messieurs ne font que de jouer de leurs atouts et vont voir leurs  "amis " et vont les interroger un par un pour dégoter des petites informations... Et puis pour ta sœur, on lui dit qu'elle a deux frères géniaux, mais tellement ils se fichent d'elle qu’elle ne sait même pas les reconnaître, c'est moche… »

Oula oula ça fait beaucoup d’un coup. Et ça n’a aucun putain de sens. Tu ne sais absolument pas par où commencer. Alors, déjà, la fin, votre sœur est l’une des seule personnes de ce Clan à savoir vous différencier. De quoi parlait-elle alors ? Bah, tout n’était que bluff.Ou alors elle était convaincue par ce qu’elle disait, auquel cas c’était plus triste. Elle cherchait juste à faire son intéressante, pire, à t’imiter. Étrange.

« Hahaha ! Je rigole, qu’est-ce que tu crois Folie, tu penses que l'opinion d'un petit chaton qui cherche à me faire cracher le morceau m'intéresse, essaye d'être original au moins change de disque, toi et ton frère vous connaissez toutes les opinions de chaque chat de cette forêt. »

Ta queue battait l’air, signe de ton agacement. Elle mélangeait tout. Ça t’agaçait. Mais, dans un sens, c’était bien : elle ne te connaissait pas vraiment, donc. Le savoir, c’est le pouvoir. Donc ce n’était pas elle. Bien, entrons dans son jeu. Mais tu n’allais pas rester longtemps encore. Cette partie de pêche te lassait. C’était mortellement ennuyeux.

« Écoute, si tu n’en as rien à foutre, tu peux partir. » Tu la fixais intensément, maîtrisant ton agacement, comme toujours. Ton ton se faisait plus sec. « Tu devrais aller discuter avec ma mère, elle serait ravie de cracher son venin sur nous avec toi. Tu verras, elle est charmante. »

Puisqu’elle semblait bien informée, elle n’avait pas dû comprendre l’ironie de ta proposition. Agacé, tu te détournas de la féline sans intérêt et tu te reis à observer la rivière, cherchant un poisson du regard. Tu ne battais pas en retraite. C’était elle qui devait partir, pas toi. C’était toi le dominant, et personne d’autre. Parfois, le silence était le plus grand des mépris. Et tu ne voulais pas en arriver tout de suite à la force. Bientôt, si elle continuait, sans doute. En tout cas, tu devrais en toucher deux mots à ton frère. Faire quelque chose pour la faire taire. C’était chiant.



couleur rp #000000


Contenu sponsorisé
message posté par Contenu sponsorisé,

Page 1 sur 1


Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum