Votez !
Aller en haut Aller en bas

« Une aster bleue derrière l'oreille », avec @Torrent de Foudre

Nuage de Marron
Jeune recrue
Puf/Surnom Puf/Surnom : Loupiot, Lou
Messages Messages : 49

Le personnage
Sexe du perso: Mâle
Âge du perso: 10 lunes
Mentor / apprenti : Marchand de sable
Nuage de Marron
 Mer 25 Aoû 2021 - 18:25
C'est tellement furtif qu'il le voit à peine : juste entre les vagues, le long des roches, brille une peau qui fait suinter l'aube jusqu'à son œil d'enfant. Ce chat, de sa patte aguerrie, pourrait sans aucun doute s'essayer à l'attraper, pour lui demander : mais pourquoi donc s'élancer ainsi, à travers l'eau si pure, sans même respirer ? Ne faudrait-il pas plutôt s'enfuir tout là-haut, où trône un bec qui rit sans vergogne ? Attraper à travers monts et merveilles, entre l'humide rosée et la flaque du matin, autant d'insectes qu'il en faut pour rire et s'amuser ? L'indésirable solitude le place un temps en haut de son saule. Immédiatement, il le perd de vue ; et s'en va, au fond de la forêt.

*

|_ L'espace d'un instant, [la passeuse d'âme] - puisque c'est ainsi qu'elle est appelée – le regarde avec ces yeux grands et ronds, qui d'un mouvement sec du cil fait ton cœur taire à jamais, le tout entre les tiges des roseaux qui chantent tel le rossignol. La créature semble lui sourire avec compassion, il laisse couler son attention tout contre la boule de lumière accrochée au centre même de son corps et le voici : il s'en souvient bien maintenant._|

Nuage de Marron se réveille en sursaut. Ce rêve était pourtant doux.
Le soleil est bien descendu, et il soulève dans l'air une brume épaisse. Ce jeune chat s'ébroue dans l'ombre de sa tanière et s'en va quémander son mentor d'un simple regard. L'occasion est parfaite, son visage encore endormi devient radieux : ainsi il s'en va, jusqu'à la tanière de l'enfance.

*

Ses poumons s'emplissent d'eux-même, semble-t-il. Le calme règne ici bas, et le silence a quelque chose de mystique cette fois-ci. Le souffle de l'air est bas, presque frais pour la saison, et cette brume s'introduit partout. Que voilà la Lune qui bientôt chantera son entrée.
Le vieux chat est allongé tel un endormi. Il se souvient si bien maintenant : ce grand pelage d'autrefois, noir et blanc, qui le soir l'endormait plus facilement encore que l'affection de sa mère. Nuage de Marron, bien qu'un enfant encore, a bien grandit. Tant et si bien que l'être qui autrefois était si considérable, est dorénavant chétif. L'apprenti lui porte un regard bien différent, alors qu'entre chien et loup les souvenirs s'enveloppent de feuilles douces et d'une aster bleue derrière l'oreille. Aucun regret ne se glisse dans son cœur, seule la pure tendresse - son amitié si précieuse - s'amuse à créer des ombres lumineuses dans ses yeux d'amande.
Soudain, Nuage de Marron se rend compte qu'il est observé autant qu'il observe. Alors, d'une voix douce il s'annonce :

« - Bonsoir, Torrent de Foudre. Pardonneras-tu ma négligence ? Sans un son me voici à nouveau, as-tu besoin de quelque chose ? Peut-être ton ventre cri-t-il famine ; il y avait ce loir, qui, au détour d'un grand pin, jouait de sa queue pour gravir son écorce.
Torrent de Foudre
Expert des lieux
Puf/Surnom Puf/Surnom : Watiti
Messages Messages : 328

Le personnage
Sexe du perso: Mâle
Âge du perso: 114 lunes
Mentor / apprenti : ///
Torrent de Foudre
 Ven 27 Aoû 2021 - 20:03
Les journées s’enchaînaient de la plus douce des manières. Pas forcément des plus calmes. Nous recevions beaucoup de visites, surtout des jeunes chats, et ça faisait plaisir à voir. Dès que les chatons ouvraient les yeux, ils trouvaient rapidement le chemin vers la tanière des anciens pour quémander histoires, jeux ou compagnie. A l’instar de certains de mes camarades de tanière, je n’étais pas encore trop vieux et trop souffrant pour refuser tout cela. En grandissant, ces jeunes chats passaient de moins en moins nous voir, jusqu’à être forcé de chasser pour nous et changer nos litières.

Encore jeune pour un ancien, je veillais jusque tard dans la nuit, et lorsque les guerriers se couchèrent, je rentrais moi même à pas feutrés m’allonger. Je me sentais bien en ce moment. Cette vie me convenait mieux. Moins stressante, plus tournée vers la transmission envers les jeunes, quelqu’un de bon conseil. Malgré mon épaule douloureuse, je dormais mieux dans le calme qu’au milieu des combattants. Mes rêves étaient paisibles.

J’étais dans une forêt lumineuse, à la saison des feuilles mortes. Les couleurs or et marron étaient reflétées par le soleil tandis que j’entrais dans une grande clairière. Un petit point d’eau était présent. Je m’approchais pour laper l’eau de cette étrange source, lorsque je sentis un regard posé sur moi. Je relevais la tête et je regardais aux alentours. Personne. Pourtant, j’avais toujours l’impression de sentir ces yeux sur moi. Un peu raide, je retournais sous le couvert des arbres, je me terrais sous les fourrés. Rien à faire. La chose qui m’observait me poursuivait, arrivait à me suivre, à percer les feuilles. D’un pas mesuré, je passais à une course effrénée à travers la forêt onirique, jusqu’à mon réveil en sursaut.

J’étais toujours sur mon nid de mousse. Je clignais des yeux. La lumière de la lune et des étoiles éclairaient quelque peu les alentours. Je distinguais à l’extérieur de la tanière un jeune chat au pelage sombre. Je sentais l’odeur de Nuage de Marron.

« - Bonsoir, Torrent de Foudre. Pardonneras-tu ma négligence ? Sans un son me voici à nouveau, as-tu besoin de quelque chose ? Peut-être ton ventre cri-t-il famine ; il y avait ce loir, qui, au détour d'un grand pin, jouait de sa queue pour gravir son écorce. »

Nuage de Marron était un jeune chat jadis très présent dans la tanière des anciens. Du style à quémander des histoires. Mais en soirée, jusqu’à ce que la lune soit parfois très haute dans le ciel. En grandissant, il s’était peu à peu éloigné, prenant son indépendance. Et il était devenu apprenti. Cependant, j’étais étonné de le voir maintenant. Il y avait des lunes qu’il n’était pas venu. Que voulait-il ?

Je me faufilais en silence hors de la tanière pour arriver dans la petite clairière formant la tanière des anciens.

« Bonsoir Nuage de Marron. Je te remercie, mais je ne manque de rien en ce moment. Mais toi, que viens-tu faire ici ? Il y a des lunes que tu n’étais pas venu. »

A ces derniers mots, ma voix prit un ton un peu nostalgique, triste. Le chaton calme débordant d’imagination m’avait été d’une très bonne compagnie. Même si je savais que tôt ou tard, ils grandissaient. J’étais très curieux de savoir ce que l’apprenti me voulait. De plus, il m’avait réveillé en pleine nuit, il avait intérêt à avoir une bonne raison.

« Marchand de Sable ne sera pas content si tu n’es pas en forme demain pour l’entraînement. Tu n’es plus un chaton, tu ne peux plus veiller autant qu’avant. »  
Nuage de Marron
Jeune recrue
Puf/Surnom Puf/Surnom : Loupiot, Lou
Messages Messages : 49

Le personnage
Sexe du perso: Mâle
Âge du perso: 10 lunes
Mentor / apprenti : Marchand de sable
Nuage de Marron
 Ven 3 Sep 2021 - 17:27
|_ La fleur, qui n'attire l'attention que par sa couleur, n'a jamais plus quitté son nid ; voilà tout. La jeune, toute jeune âme de son long regard l'ensoleille avec la chaleur que renferme son œil, tandis que, d'un geste, la fourrure du second l'enveloppe sous un ancien manteau rassurant._|

La nostalgie a de longues pattes claires, un corps noir, et elle est si haute, tellement que son visage se perd dans les branches des arbres. Nuage de Marron la trouve terrible, et pourtant, dans le même temps, d'un crachat fulgurant elle s'élance et la voici telle l'arbre millénaire qui avec tendresse porte les mondes sur ses branches musiciennes. Ainsi c'est elle, qui de ses grands pas accompagnent les paroles de Torrent de Foudre. Nuage de Marron se dit qu'elle se trouve certainement au-dessus de lui aussi.

« - Bonsoir Nuage de Marron. Je te remercie, mais je ne manque de rien en ce moment. Mais toi, que viens-tu faire ici ? Il y a des lunes que tu n’étais pas venu. »

Ses yeux se ferment, un instant court, qui durera une éternité pour ce jeune chat. Il glisse, marche entre les braises que la nuit gobe d'une langue large et rêche. Coule tendrement cette aquatique larme, et elle se dépose, au centre même de ce soleil poussiéreux, sans esquisser le moindre son. Sa présence s'étiole dans le cœur de ce chat, non sans un regard il se tourne vers son passé et revoici : le bébé – avec ses pattes si douces - vient écraser les moustaches de l'adulte à l'inarrêtable parole. Ses grands yeux de nouveau affichent toute son amitié, et quelque chose arrive ; une explosion de couleur, des étoiles sortent de sa boîte crânienne et ses demoiselles viennent se planter dans les collines alentours. C'est ainsi qu’il développera son imaginaire, avec le conteur en tant qu'instigateur.
Nuage de Marron rouvre les yeux ; Torrent de Foudre s'est faufilé devant lui.

« - Marchand de Sable ne sera pas content si tu n’es pas en forme demain pour l’entraînement. Tu n’es plus un chaton, tu ne peux plus veiller autant qu’avant. »

C'est comme revoir un vieil ami, du moins c'est ce qu'il imagine. Ah, elle est donc là ; Nostalgie a baissé le cou, de ses grands yeux bleu-ciel elle le fixe.

« - Torrent de Foudre, ainsi tu n'as pas faim, ainsi tu n'as besoin de rien. Ainsi, j'ai tout le temps qu'il me faut devant moi ! Tu peux être rassuré : Marchand de Sable m'a autorisé à venir ici. »

Quelques secondes il s'interrompt, l'oreille se tourne vers l'arrière et il reconnaît : pas très loin d'ici, Saturnia Pyri à les ailes lourdes avec cette brume. Nuage de Marron se dit qu'il vaudra mieux taire son inactivité de jour, et son activité de nuit. Saturnia, peut-être fait-elle de même ?

« - En fait, je voulais te revoir, sans rien demander de plus je suis ici, et je te regarde : tu ressembles toujours à ce mâle, dont les pattes m’accueillaient alors qu'à peine je voyais. Peut-être voudrais-tu, à nouveau, me raconter ces histoires qui ont tant ravi mon cœur et mon âme, et ont construit mes yeux verts de mousse, à travers le souffle de ta voix perdue dans le vent. »
Torrent de Foudre
Expert des lieux
Puf/Surnom Puf/Surnom : Watiti
Messages Messages : 328

Le personnage
Sexe du perso: Mâle
Âge du perso: 114 lunes
Mentor / apprenti : ///
Torrent de Foudre
 Lun 6 Sep 2021 - 21:22
Le chat me répondit très calmement.

« - Torrent de Foudre, ainsi tu n'as pas faim, ainsi tu n'as besoin de rien. Ainsi, j'ai tout le temps qu'il me faut devant moi ! Tu peux être rassuré : Marchand de Sable m'a autorisé à venir ici. »


J’étais un peu dubitatif que Marchand de Sable puisse autoriser cela. Tout mentor préférait avoir un apprenti en forme et motivé pour l’entraînement. Enfin moi, c’est ce que je voulais à l’époque. Nuage de Marron faisait sa vie un peu comme il l’entendait, un peu dans la réalité, un peu dans sa tête. Il voyait et parlait de choses que l’on ne voyait pas. A croire que le Clan des Étoiles lui envoyait des rêves, comme si il était guérisseur. C’était très particulier.

« - En fait, je voulais te revoir, sans rien demander de plus je suis ici, et je te regarde : tu ressembles toujours à ce mâle, dont les pattes m’accueillaient alors qu'à peine je voyais. Peut-être voudrais-tu, à nouveau, me raconter ces histoires qui ont tant ravi mon cœur et mon âme, et ont construit mes yeux verts de mousse, à travers le souffle de ta voix perdue dans le vent. »

Ah, les histoires, les contes. Presque la seule raison de vivre des anciens, qui n’avaient presque plus aucune importance sinon. Je me satisfaisais bien de cette maigre importance. Je m’éloignais des litières de mes camarades de tanière. Nous avions l’habitude de nous installer à l’autre bout de la petite clairière, sur le sol sablonneux. Nuage de Marron savait très bien où me suivre. Je chuchotais.

« Bien bien, si Marchand de Sable est d’accord. Toutefois je doute qu’Étoile Spatiale le comprenne. »

Je m’allongeais, laissant de la place pour le jeune chat, qui avait bien grandit depuis la dernière fois. Je ressentis un peu de nostalgie en repensant à la petite boule de poils étendue sur mon ventre, les yeux brillants. Je baillais avant de reprendre la parole.

« Étoile Spatiale me fait penser aux membres du Clan du Léopard, mais ceux vivant sur les territoires où il n’y a que la saison des neiges. On dit que curieusement, il y eut une époque où les membres du Clan du Léopard ne naissaient pas tachetés mais blanc, comme Étoile Spatiale. Malgré leur puissance et leur talent, ils ne parvenaient pas à chasser. Les proies les voyaient venir. Sauf lorsque la neige recouvrait le paysage. Un jour, le Clan des Étoiles envoya un présage à l’un d’entre eux, d’aller trouver un territoire où la saison des neiges ne s’arrêtait jamais. Ils sont donc partis en quête de ce territoire. Il n’avait rien avoir avec la forêt ou même la lande du Clan du Vent. Il y avait des rochers partout, des sortes de collines rocheuses, recouvertes de neige. Les oiseaux étaient géants, capable de prendre un chat entier dans leurs serres. Ce territoire est très hostile, car il y fait toujours froid, venteux, et la neige y tombe très souvent. Mais les membres exilés du Clan du Léopard s’y adaptèrent. »


Je baillais en terminant ma longue tirade.

« Je n’aurai pas aimé vivre dans cet endroit. Je préfère le doux tapis que forme la forêt, le couvert des arbres et surtout, la saison des feuilles vertes. »

Spoiler:
Nuage de Marron
Jeune recrue
Puf/Surnom Puf/Surnom : Loupiot, Lou
Messages Messages : 49

Le personnage
Sexe du perso: Mâle
Âge du perso: 10 lunes
Mentor / apprenti : Marchand de sable
Nuage de Marron
 Jeu 9 Sep 2021 - 16:12
     |_ Ô [Ciel] mon cher et tendre, ainsi lentement tu ouvres tes yeux ronds, ronds comme la Lune, comme les larmes des oiseaux, ceux qui ont le bec qui rit par delà les terres. J'aime tes yeux, je les dévore, entre mes griffes palpitent mille cœurs : apprend moi, apprend moi le monde._|

     *

     C'était ainsi, déjà, il y a si longtemps : Nuage de Marron a l’œil brillant. Il s'allonge aux côtés de Torrent de Foudre - auréolé de brume - et il ferme les yeux pour mieux entendre encore, l'histoire qu'il entonne. Les mots avec tendresse se suivent, se tutoient ; la nuit est douce.
     Ainsi donc autrefois, ces grands chats blancs s'en sont allés, par monts-et-merveilles, jusqu'aux terres où la neige terrasse les Dieux. Nuage de Marron imagine : un parfait silence, parfois brisé par le souffle d'un vent glacial ou le craquement de ces grandes pattes, qui s'en vont chasser, sans esquisser mots. La brume de leur souffle tâche le ciel d'une odeur âcre, la faim au ventre mais la fierté gravée au centre même de ce visage, jusqu'au cœur, au fin fond du pelage. Pelage qui se gonfle, qui se frotte, pour se tenir chaud, et pour ne pas oublier, ne surtout pas oublier, que l'on est bien vivant.

« - Je n’aurai pas aimé vivre dans cet endroit. Je préfère le doux tapis que forme la forêt, le couvert des arbres et surtout, la saison des feuilles vertes. »

     Nuage de Marron laisse son regard vaqué un instant dans le noir, avant de s'ouvrir à nouveau. Il peut presque le sentir, ce souffle âcre, ce vent glacial qui le temps d'une seconde fige son sang dans ses veines éperdues. Le conteur à l'air fatigué.
     Il se voit, si seul au milieu de la pâle lueur des neiges, assis. Simplement là, se contentant d'être en vie. Et réfléchir enfin, au sens même de cette envie de respirer. Son roi n'est pas loin, car son odeur lui parvient, elle tisse une toile dans son cerveau, l'empêche de d'étancher sa soif de contemplation. Au loin, apparaît Étoile Spatiale, Nuage de Marron pense qu'il ne l'avait jamais regardé avant ce moment. Car il ne regarde jamais personne, au fond.

« - Quelle vie étrange mènent-ils donc là-bas ? Torrent de Foudre, crois-tu donc que les grandes créatures soient toujours en vie quelque part, et qu'il suffirait de missionner l'[Explorateur] pour qu'un jour il ramène aux Clans, toute la richesse et la sagesse de ces chevaliers blancs ? »
Spoiler:
Torrent de Foudre
Expert des lieux
Puf/Surnom Puf/Surnom : Watiti
Messages Messages : 328

Le personnage
Sexe du perso: Mâle
Âge du perso: 114 lunes
Mentor / apprenti : ///
Torrent de Foudre
 Lun 13 Sep 2021 - 21:41
Je pensais que le chat s’était endormi, lorsque je remarquai soudain son regard briller dans le clair obscur. Et il prit la parole.

« - Quelle vie étrange mènent-ils donc là-bas ? Torrent de Foudre, crois-tu donc que les grandes créatures soient toujours en vie quelque part, et qu'il suffirait de missionner l'[Explorateur] pour qu'un jour il ramène aux Clans, toute la richesse et la sagesse de ces chevaliers blancs ? »

Je secouais la tête, faisant frétiller mes moustaches.

« Non, les Clans des Félins de Jadis ont disparu pour nous permettre d’exister. Nous sommes leur descendant et dans notre sang nous portons l’héritage de tout ces chats. Grâce aux Lions, nous sommes nobles, nous aimons notre apparence et les rayons du soleil. Grâce aux Tigres, nous sommes puissants et nous voyons la nuit. Grâce aux Léopards, nous sommes rapides et bon chasseurs. Peut être certains membres isolés existent quelque part, mais plus des Clans. »

Je repris, l’air un peu pensif, regardant le ciel étoilé.

« Sinon, le Clan des Étoiles nous le dirait, je pense. »

Je n’étais pas guérisseur, et je n’étais pas le guerrier ayant le plus foi en nos ancêtres. Parfois je doutais de leur présence, dans les moments sombres et difficiles. Et il y en a eu beaucoup. Mais je suivais toujours les paroles des guérisseurs et des chefs. Même si en ce moment, entre les coups de sang de Blizzard Éternel et le lunatique Étoile Spatial, c’était compliqué.

« La vie qu’ils menaient devait être une vie comme nous, celle d’un Clan suivant le code du guerrier. »

J’imaginais alors ces énormes félins, d’un blanc pur, vivre dans un renfoncement rocheux leur servant de camp. Ceux revenant de la chasse, déposant leurs proies sur le tas de gibier. Et les reines s’occupant de leurs petits. Le lieutenant organisant les patrouilles et les anciens contant avec sagesse.

« Et comme nous, ils faisaient confiance au Clan des Étoiles pour les guider, et c’est pour ça qu’ils sont partis vivre dans ces collines rocheuses. Les prophéties du Clan des Étoiles sont parfois curieuses mais peut être que si ils n’étaient pas parti, les Clans des Grands Félins n’auraient peut être pas disparus, et nous ne foulerions pas ces terres. »

La fin de ma phrase se perdit dans un bâillement.

« Mais bon, peut être que si les Grands Félins n’avaient pas disparu, nos terres ne seraient pas envahies par les bipèdes à chaque saison des feuilles nouvelles. »

Un petit soupir sortit de ma gueule. Les bipèdes prenaient bien trop de place à chaque saison des feuilles nouvelles et des feuilles vertes. Même si je ne risquais plus d’être kidnappé par les bipèdes, car je ne sortais guère du camp, je m’inquiétais pour les jeunes apprentis, qui ne se rappelaient que peu les consignes. J’espérais que Nuage de Marron n’aurait jamais affaire aux bipèdes avant quelques lunes.

La lune était toujours haute dans le ciel, elle montait, de temps à autre voilée par les nuages. Je levais le museau.

« Et toi, aurais-tu préféré que les bipèdes n’arrivent jamais dans la forêt grâce aux Grands Félins de jadis ? »
Nuage de Marron
Jeune recrue
Puf/Surnom Puf/Surnom : Loupiot, Lou
Messages Messages : 49

Le personnage
Sexe du perso: Mâle
Âge du perso: 10 lunes
Mentor / apprenti : Marchand de sable
Nuage de Marron
 Ven 24 Sep 2021 - 16:17
     |_ Étoiles, tendres créatures brillantes, qui fondent colonies après colonies transforment le ciel en [miroir des ombres], véritable tourbillon de runes, de couleurs et d'horreurs hurlantes. Elles étendent leur pouvoir et leur beauté jusqu'aux tréfonds du monde, et parfois en voici une, la dissidente mais peut-être la plus jolie, qui se laisse tomber, si âgée, jusqu'à la terre des vivants. Elle rebondit en silence, forme milles ricochets sur l'eau, et nous pouvons l'observer sombrer dans la froide odeur de la mort. _|

     *

« - Et comme nous, ils faisaient confiance au Clan des Étoiles pour les guider, et c’est pour ça qu’ils sont partis vivre dans ces collines rocheuses. Les prophéties du Clan des Étoiles sont parfois curieuses mais peut être que si ils n’étaient pas parti, les Clans des Grands Félins n’auraient peut être pas disparus, et nous ne foulerions pas ces terres. »

     Nuage de Marron perd son œil dans celui du chat qui parle face à lui. Le Clan des Étoiles, cette entité étrange et suprême n'a pour lui de sens que ceux qu'il est. Le jeune chat croit, avec une forte sincérité, en l'existence de ces ancêtres mais au grand jamais il n'a vu en ces étoiles l'âme et la force de ceux qui l'ont précédé. Il ferme les yeux et les voici : ils sont brûlant, dans son ventre et ses veines, ils viennent froisser son pelage négligé et siffler à ses oreilles. En chaque goûte de pluie, si il se concentre, il peut entendre leur voix. Mais ces belles lucioles qui gouvernent les nuages ne le regardent point.

« - Et toi, aurais-tu préféré que les bipèdes n’arrivent jamais dans la forêt grâce aux Grands Félins de jadis ? »

     Nuage de Marron prend le temps de peser les mots. De réfléchir à l'implication, dans sa grande complexité, de ces peuples anciens et les bipèdes d'aujourd'hui. Alors, il commence doucement à parler, avec toute sa tendresse, ses yeux plissés comme si il souriait. Sa voix si jeune encore, fait rouler les mots sur sa langue.

« - Tu sais, Torrent de Foudre, moi je ne les ai jamais vu, ces bipèdes dépeint comme terribles créatures, de jour comme de nuit. Ils disent qu'ils sont grands, sans doute qu'ils le sont trop, qu'ils ont un visage mais il est trop loin pour qu'on puisse le décrypter. J'imagine donc qu'ils ont un œil ou deux, un museau pour respirer et des canines pour se nourrir. Ils marchent lentement et constamment parce qu'ils ne savent pas courir, comme ces grands oiseaux que j'ai vu à l’affût du poisson. Les hérons, et ils sont très élégants le savais-tu ? Les bipèdes ont aussi une voix, et elle est criarde parce qu'ils nous détestent, et ils kidnappent les petits. Ainsi donc, ils ressemblent à d'affreuses créatures retournant la terre avec leur monstres, et ils ont des chiens qui parlent fort à leur côté.
Mais moi, je ne crois pas que ça soit des monstres. L'animal n'est rien d'autre qu'un animal, après tout n'est-il pas imaginable qu'il ne s'agisse que d'une créature foulant la même terre que la notre ? La nature et [l'esprit de la forêt] leur ont offert le pouvoir de vivre, qu'ils ont pris et arracher. Mais tout comme toi, et moi. Tout le monde a le droit de vivre, et même si ce territoire, de ce qu'ils disent, leur appartient, je pense qu'ils peuvent marcher ici. Rien en ce monde n'appartient réellement à qui que ce soit le prétend. Alors, ces chefs si grands soient-ils, sont dans le tort lorsqu'ils affirment que chaque arbre est à eux seulement parce qu'ils ont laissé leur odeur sur ce bel écorce sans parole.
Ainsi, je ne préfère rien. Seulement, je pense qu'ils ont le droit de saisir leur opportunité, qu'est le fait d'exister.
En fait, je crois que j'aimerai bien en rencontre un, au moins une fois. »

     Achevé, éreinté, son dernier mot posé, Nuage de Marron laisse sa tête se reposer tout contre ses pattes, et il observe de ses grands yeux d'enfant, le visage de Torrent de Foudre se changer, et se préparer à lui répondre.
Spoiler:
Torrent de Foudre
Expert des lieux
Puf/Surnom Puf/Surnom : Watiti
Messages Messages : 328

Le personnage
Sexe du perso: Mâle
Âge du perso: 114 lunes
Mentor / apprenti : ///
Torrent de Foudre
 Jeu 7 Oct 2021 - 21:40
Le silence s’installa, brisé de temps à autre par une légère brise agitant les branches. La respiration toujours régulière m’indiquait que le novice n’était pas endormi. Il réfléchissait. Il pensait. Il était toujours perdu dans ses pensées, mais c’était toujours pour y construire des paroles logiques, sensées. Un peu comme Étoile Spatiale, sauf que lui ne miaulait guère des paroles compréhensibles pour moi.

[..]

Les paroles qu’il prononçât me partagèrent. Me laissèrent pensif. A travers une voix de chaton, qui n’avait pas encore muée, il remettait en cause les principes même des quatre Clans, de notre existence dans la forêt. D’une certaine manière, certains chats diraient que ce sont les paroles d’un traître, si ils l’entendaient. Pour ma part, je pouvais le penser aussi. Mais pas un traître au Clan du Tonnerre, plutôt un traître de tout les chats sauvages vivant dans la forêt, qu’ils fassent parti des Clans ou qu’ils soient solitaires. Un traître à la vie sauvage en somme.

Mes épaules se raidirent, faisant resurgir ma douleur dans l’une de mes épaules. Mes yeux profonds étaient perdus dans des souvenirs sombres que j’étais le seul à contempler. Un grognement s’éveilla dans ma gorge, un grognement tout bas.

Toutefois, il fallait rester rationnel et ne pas se laisser emporter par ses émotions. Ces paroles restaient celle d’un chaton. Il n’avait rien connu de la vie. Il n’avait même pas connu la faim, la famine. Ni le feu. Il n’avait pas jamais vu un bipède de ses yeux. C’était normal, et ça ne saurait tarder.

Je fis s’éteindre le grognement dans ma gorge. Mais ma voix était sèche et rauque.

« Les bipèdes ne respectent rien. Ils ne respectent ni le gibier, qu’ils peuvent tuer sans le manger, ni la forêt, qu’ils abîment. Tu n’as pas connu la période de l’incendie, où un feu a ravagé la forêt par leur faute. Tout les Clans sont gênés par les bipèdes, qui effraient nos proies et qui nous pourchassent. Le Code du Guerrier soutient que nous devons vivre en harmonie dans la forêt. Mais avec les bipèdes, ce n’est pas possible. »

Ma queue s’agita, faisant bouger quelques poussières de terre. Je fis une pause dans mon discours. Je repris ma respiration plus calmement.

« Tu n’as encore rien vécu. Tu es jeune. Tu ne sais pas à quel point la forêt peut être cruelle. C’est pour cela que nous suivons le Code du Guerrier et que nos ancêtres veillent sur nous, pour ne pas devenir aussi cruels. Le Code du Guerrier interdit de tuer un chat, car certains chats solitaires le font. La vie est combat. »
Nuage de Marron
Jeune recrue
Puf/Surnom Puf/Surnom : Loupiot, Lou
Messages Messages : 49

Le personnage
Sexe du perso: Mâle
Âge du perso: 10 lunes
Mentor / apprenti : Marchand de sable
Nuage de Marron
 Ven 15 Oct 2021 - 13:05
     |_ Entre les lignes se dessinent un subtil parfum. Tu ne vois plus rien.
     Il suffira de briller quelques secondes, avec ces braises, tout autours. Pour ouvrir la voie, derrière un ancêtre. Aux confins de la forêt il demeure ; la créature immense [à tête humaine] qui un jour volera ta vie. _|

     Nuage de Marron est bien éveillé. Il entend, les mots, prononcés avec humeur. Une humeur qui se glisse en lui, le long du museau, perçant ses boyaux. Est-il allé trop loin ?
     De ses grands yeux verts, hérités de son grand-père, il ne peut qu'observer en silence ce visage au précieux lointain se changer en aigle. Une brise passe entre eux, fraîche ; l'apprenti est allongé, à bout de souffle d'avoir tant parlé. L'aigle l'observe à peine, il s'enfuit dans l'au-delà semble-t-il, l'espace lunaire où se rejoignent tous ses souvenirs. Pourtant, il repense à cet instant subtil où chaque mot il pesait, les branchages de son esprit se sont affûtés au langage. Il cligne des paupière, sachant déjà qu'il ne reviendra pas sur ses paroles ; il sait.
     Quelques secondes passent, c'est comme s'il regrettait. Non. Simplement, il se demande s'il ne l'a pas blessé, Nuage de Marron ne lui voulait aucun mal. Seulement, il lui est facile de ressentir le tort qu'il vient de causer.

|_ « Mon tendre ami, vieillard qui de tes mots me berçait, ô ne me rejette point ; je te regarde sans mot prononcer, ne me déteste pas. Est-il donc si mesquin d'estimer chaque créatures qui vivent et grandissent, comme de simples assemblements de chairs, d'os et de sang ? Nous ne sommes que des âmes errantes, qui sévissent dans cette forêt, lançant les dés de temps à autre pour interroger l'Aube ; demain, serai-je encore en vie ? Les bipèdes et les chats dépendent peut-être d'une même mélancolie ; lointaine, perdue, enfouie et inscrite dans les os pâles des ruines. »_|

« - Tu n’as encore rien vécu. Tu es jeune. Tu ne sais pas à quel point la forêt peut être cruelle. C’est pour cela que nous suivons le Code du Guerrier et que nos ancêtres veillent sur nous, pour ne pas devenir aussi cruels. Le Code du Guerrier interdit de tuer un chat, car certains chats solitaires le font. La vie est combat. »

     Nuage de Marron laisse sa tête souriante glisser entre ses pattes. Il s'interroge lui-même ; a-t-il le droit de répondre ? Sans doute le fera-t-il, sans doute fera-t-il omission de ses avis. L'ourson l'imagine, dans ses jeunes années, s'écraser sous les pieds de la guerre et hurler au vent d'inventer une nouvelle danse.
     Quelque chose vient piquer son esprit ; si la vie est un combat, quelle est la valeur de celle-ci ? Soudain son amitié porte l'image d'une chaîne, lourde et rouillée.

« - Torrent de Foudre, les bipèdes t'ont-ils blessé dans le passé ? Quelle haine ont-ils planté, dans ton tiède cœur ? »

Torrent de Foudre
Expert des lieux
Puf/Surnom Puf/Surnom : Watiti
Messages Messages : 328

Le personnage
Sexe du perso: Mâle
Âge du perso: 114 lunes
Mentor / apprenti : ///
Torrent de Foudre
 Dim 24 Oct 2021 - 21:42
Roulé en boule, l’apprenti redevenait un chaton, avec ses larges yeux naïfs. Pourtant, je n’avais pu m’empêcher de me sentir piqué au vif par les paroles de Nuage de Marron. Déjà parce que j’étais assez susceptible lorsqu’on me contredisait. Mais concernant les bipèdes, je l’étais encore plus. Je voyais malgré moi des images de cauchemars, comme une fin du monde. La fin de mon monde. Même éveillé, je les voyais. Je clignais des yeux, comme pour revenir à la réalité. Néanmoins, Nuage du Marron me fit replonger dans le passé.

« - Torrent de Foudre, les bipèdes t'ont-ils blessé dans le passé ? Quelle haine ont-ils planté, dans ton tiède cœur ? »

Je voyais, j’entendais les arbres craquer. Les monstres ronflant, d’habitude si sages, prenaient possession de notre forêt. Des bipèdes à leurs cotés, comme pour les soutenir. Nous avions résisté, jusqu’au bord du lac. Mais même le lac n’avait pas résisté. Il s’était asséché, les bipèdes ayant construit un mur dans la rivière. Même les poissons étaient morts. Et je m’étais enfui. Lâche, ayant peur pour ma vie, sans penser à celle de ma famille. La faim et la peur qui me tordaient l’estomac, voulant m’éloigner des bipèdes, le plus loin.

Soudain, je regardais le chaton allongé contre mon ventre. Trop jeune pour le savoir. Personne ne lui avait raconté. Mon histoire, mon passé s’était perdu avec les saisons, avec les générations. Et tant mieux. Il était plus simple d’être vu comme un guerrier du Clan du Tonnerre pur souche qu’un chat errant. Je préférais oublier tout ça. Mais Nuage de Marron ne me jugerait pas. En tout cas, si il pouvait remettre en cause le code du guerrier, il serait prêt à l’accepter. Et il ne le dira pas à tout les autres apprentis. Pas que je croyais en sa capacité à garder les secret, mais son isolement ne le rendait pas prompte à propager toute sorte de rumeurs.

« Ils ont tout détruit. Détruit mon foyer, là où je suis né. C’était un endroit magnifique. Des pins, entourant un lac. C’est une grande étendue d’eau, plus grand qu’une rivière, mais l’eau ne bouge pas. Les bipèdes étaient tout près, mais ne nous gênaient pas. Un jour, leurs monstres sont venus. Des monstres géants, bien plus grand que ceux que tu verras sur le Chemin du Tonnerre. Et ils ont commencé à attaquer les arbres. Même les plus vieux arbres ont été abattu. Au début, nous avons cru qu’ils n’iraient pas plus loin, nous nous sommes rapprochés des rives du lac. Mais ils continuaient, insatiables. Ils creusaient des tranchées de boues plus hautes qu’un chat, le sol était parsemé de branches, d’écorce, et d’aiguilles de pin. Le lac était alimenté par une rivière. Les bipèdes y construisirent une sorte de mur, qui empêchait l’eau de passer. Toutes les proies disparaissaient. Nous mourrions de faim, alors que nous vivions en paix. J’ai dû partir pour ne pas mourir, et j’ai couru, très loin des bipèdes. Aujourd'hui dans la forêt, je trouve les bipèdes bien assez proches de nous. »

Après tout ces mots, prononcés d’un seul trait, je repris mon souffle, et je baillais de fatigue. C’était comme si la fatigue avait tout d’un coup engourdi mes pattes, qui devenaient de pierres. Ma queue tressaillit, comme si je revivais la fatigue du voyage.
Nuage de Marron
Jeune recrue
Puf/Surnom Puf/Surnom : Loupiot, Lou
Messages Messages : 49

Le personnage
Sexe du perso: Mâle
Âge du perso: 10 lunes
Mentor / apprenti : Marchand de sable
Nuage de Marron
 Dim 31 Oct 2021 - 16:27
     Le temps est furtif ; Nuage de Marron s'oublie, quelques secondes.
     Un voile se forme par delà le cristal d'un œil qui, cette nuit, brille d'une lueur étrangement pâle. Les branches se forment et le voici parti, dans l'imaginaire souverain : Torrent de Foudre, dans ses jeunes années, ses yeux clairs ouverts sur le monde, le pelage frais et luisant. Le pouvoir de la jeunesse coincé au fond de la gorge. L'étendue d'eau, immense, et ces pins splendides, tout autours ; il est ici, avec sa famille et ses amis d'autrefois, un aigle fait passer une ombre sur son corps blanc et noir. Nuage de Marron imagine la suite ; la sensation d'horreur qui assèche et fait crisser la gueule, la musique sourde des hurlements. Et ces immenses créatures qui jamais ne s'arrêtent, il les voit tentaculaires, avec des yeux d'araignées plantés au cœur d'un corps à la peau qui hurle par dessus le roulement des muscles. Et Torrent de Foudre se tient, là, au centre du carnage. Et l'aigle vient, lui offrir un morceau de vie.

     Nuage de Marron rouvre grand ses yeux, si bien qu'il semble distinguer un mouvement de surprise chez Torrent de Foudre. Il comprend, maintenant. La colère et la tristesse, assises sur son âme, formant l'ombre d'un regret enfoui.
     Ainsi, le mâle qui tant de fois l'a conduit aux portes du sommeil est né dans un lieu lointain, inconnu à la forêt du Clan du Tonnerre. Nuage de Marron n'est pas surpris ; au fond, peut-être, avait-il deviné.
     Il relève la tête, haute et droite, fixe son aîné droit dans les yeux ; Nuage de Marron ne sourit pas. Il se contente de l'observer, des secondes durant, qui se transforment en éternité. À l'intérieur de ce crâne bien trop large pour son âge, se glissent des pensées complexes ; « Te voici donc, Torrent de Foudre, lointain étranger qui porte l'odeur du Clan. Pourquoi ne m'as-tu jamais confié telle information ? La crise identitaire traversée par chaque être en ce monde a du te ronger si longtemps. Qui es-tu, qui suis-je. Le sang bleu coule dans les veines de tous ici, mais les tiennes ? Mais les tiennes ? Quelle est la couleur de ton sang. Quelle mesquine pensée que de douter ainsi de toi, il faut absolument que je grandisse. En réalité, je crois qu'il s'agit là de l'acceptation de l'autre, qui appartient à soi, et l'acceptation de soi, qui appartient à l'autre. Frères chats qui ensemble construisent un monde, portant le nom d'un clan où sévit la foudre. ». Enfin, son visage s'éclaircit.

« - Je crois que je comprends maintenant. Je ne voulais pas te blesser en évoquant mon avis sur les bipèdes, néanmoins j'ai dis et c'est trop tard. Sur ton âme existe une ombre dont je découvre l'origine aujourd'hui. Bientôt, je sais que j'aurai besoin d'y réfléchir plus longuement... Les bipèdes, comme tant de choses en ce monde, ne font naître en moi aucune animosité, méfiance ou frayeur. Ma mère me dit que c'est mal, de n'avoir peur de rien, car la peur est source de vie. Moi je ne sais pas, mais je connais les priorités ; si les bipèdes ou leur monstre t'attaquent à nouveau, je te défendrai jusqu'au bout. »

     Lentement, il cligne des yeux, puis penche sa tête sur le côté ; tel rouge-gorge, oiseau aimé de son père. Ses douces oreilles d'enfant tombent en interrogation :

« - Dis-moi, est-ce que cette histoire est un secret ? »
Torrent de Foudre
Expert des lieux
Puf/Surnom Puf/Surnom : Watiti
Messages Messages : 328

Le personnage
Sexe du perso: Mâle
Âge du perso: 114 lunes
Mentor / apprenti : ///
Torrent de Foudre
 Sam 13 Nov 2021 - 21:54
Nuage de Marron ne semble pas choqué. Pas le moins du monde. Ou même pas curieux, comme à son habitude. C’était étrange, je m’attendais à ce qu’il me demande de décrire là où j’étais né, la forêt où j’avais grandi, si les renards se baladaient autant sur les pourtours marécageux du lac qu’au milieu des arbres. Pourtant, il gardait le silence. Je croyais même qu’il s’était endormi, et je commençais à somnoler aussi, lorsque sa voix me réveilla en sursaut. Elle n’était pas forte. Nous ne faisions que chuchoter.

« - Je crois que je comprends maintenant. Je ne voulais pas te blesser en évoquant mon avis sur les bipèdes, néanmoins j'ai dis et c'est trop tard. Sur ton âme existe une ombre dont je découvre l'origine aujourd'hui. Bientôt, je sais que j'aurai besoin d'y réfléchir plus longuement... Les bipèdes, comme tant de choses en ce monde, ne font naître en moi aucune animosité, méfiance ou frayeur. Ma mère me dit que c'est mal, de n'avoir peur de rien, car la peur est source de vie. Moi je ne sais pas, mais je connais les priorités ; si les bipèdes ou leur monstre t'attaquent à nouveau, je te défendrai jusqu'au bout. »

Je ronronnais à cette promesse naïve, juvénile. Heureusement pour moi, en sécurité ici, je ne risquais plus rien. Les bipèdes semblaient tranquilles, même si ils pouvaient se retourner contre nous à tout moment. Je connaissais désormais les signes. Je saurai me tenir prêt et alerter le Clan. Tout en restant en sécurité, dans la tanière des anciens, à ronronner doucement.

Toutefois Nuage de Marron était quand même curieux. Heureusement, sinon je l’aurai cru trop bouleversé pour poser la moindre question. Il posa une seule question. Mais elle me fit légèrement tressaillir.

« - Dis-moi, est-ce que cette histoire est un secret ? »

Je savais qu’il ne le disait pas pour être méchant. Le chaton ne l’était jamais. Il avait sa maladresse d’enfant. Mais ses paroles me firent tressaillir. Le code du guerrier reniait les solitaires. Croyait-il que je me cachais ? C’était assez difficile de cacher sa propre naissance. Mais aujourd’hui, les vétérans ne m’en voulaient plus. Et les jeunes guerriers n’étaient pas forcément en courant. Ou s’en fichaient. Ils avaient grandi avec moi dans le paysage, je faisais parti du Clan autant que leurs parents ou leurs camarades de tanière. Je savais que dans sa maturité, Nuage de Marron comprendrait, mais je tenais à le mettre en garde. Je me léchais l’épaule.

« Ce n’est pas un secret. Toutefois je te demande de ne pas en parler autour de toi. Beaucoup l’ignore et ne s’en préoccupe pas. Ce qui compte le plus, ce n’est pas le sang mais la loyauté. »
Nuage de Marron
Jeune recrue
Puf/Surnom Puf/Surnom : Loupiot, Lou
Messages Messages : 49

Le personnage
Sexe du perso: Mâle
Âge du perso: 10 lunes
Mentor / apprenti : Marchand de sable
Nuage de Marron
 Dim 28 Nov 2021 - 22:42
     La Lune est haute, dans un ciel où ne sévit que fraîcheur et silence. Elle projette sur le clan sa lueur blafarde, la pâle lumière laiteuse. Un instant, Nuage de Marron relève les yeux vers elle, il observe le ciel, les étoiles qui brillent tout au fond, au cœur même de l'iris, éclatantes, jusqu'au cerveau.

« - Ce n’est pas un secret. Toutefois je te demande de ne pas en parler autour de toi. Beaucoup l’ignore et ne s’en préoccupe pas. Ce qui compte le plus, ce n’est pas le sang mais la loyauté. »

     |_ L'épervier bleu n'apporte que l'amour sur les terres qu'il survole ; ses yeux sont remplis d'âges, d'histoires et de contrées. L'astre solaire est éclatant, et un unique rayon vient illuminer chacune de ses plumes, brillantes comme un joyau, l'espace de quelques secondes. Et il redescend, s'assied sur une branche, et prophétise quelques mots :

« - Ciel et terre sont liés, comme tes pattes sont accrochées à la rouille crissante, glissante sous la pluie. Jeune être, tes yeux reflètent la forêt, mais n'oublie pas l'obsidienne. Va, va courir, ton odeur partout se marquera, telle la chanson ancienne de [Quetzalcoatl] tu habiteras le monde et vibreras sous la peau. Le trésor, il est partout. » _|

     Nuage de Marron repense à ce rêve lointain. Il se souvient bien de cet oiseau bleu, de ses mots, il était tellement jeune pourtant.

« - Je ne dirai rien, n'en sois pas inquiété. »

     Il le regarde sans un souffle, puis se détourne à nouveau, dans le vide de la nuit, par delà les arbres de cette forêt.

« - La loyauté... Ce doit être un trésor, ça aussi. »

     Une brise souffle sa tendresse, se glisse le long de leur pelage, caresse leur peau. Soudain, le jeune chat se lève.

« - Je m'en vais. Je vais me promener jusqu'à la rivière. Accompagne-moi ou demeure ici, c'est comme tu le souhaites. »

     Ses yeux brillent, ils brillent comme un trésor ; caché au fin fond de la forêt.
Spoiler:
Torrent de Foudre
Expert des lieux
Puf/Surnom Puf/Surnom : Watiti
Messages Messages : 328

Le personnage
Sexe du perso: Mâle
Âge du perso: 114 lunes
Mentor / apprenti : ///
Torrent de Foudre
 Dim 5 Déc 2021 - 21:42
« - Je ne dirai rien, n'en sois pas inquiété. »

La phrase tomba dans le silence de la nuit. Mêmes les broussailles ne faisaient plus aucun bruit, pas une onde de vent.

« - La loyauté... Ce doit être un trésor, ça aussi. »

Comme emportées par le vent cette fois, ces paroles s’élevèrent et se perdirent. Je ne savais pas quoi y répondre. Je n’avais été qu’un simple guerrier, je n’avais jamais pensé à tout cela. La loyauté, le courage, le juste. Je n’aurai jamais été lieutenant, car un lieutenant est un futur chef. Et un chef doit penser à tout cela. Je regardais le chaton, qui venait de se dresser sur ses pattes. Etait-il un guérisseur qui s’ignorait ? Ou bien, un chef en devenir ? Malheureusement, je ne pouvais pas voir l’avenir dans des visions, le Clan des Étoiles ne me montrerait le destin de Nuage de Marron.

« - Je m'en vais. Je vais me promener jusqu'à la rivière. Accompagne-moi ou demeure ici, c'est comme tu le souhaites. »

Je baillais et je me dressais moi aussi sur mes pattes, frissonnant un peu.

« Non je te remercie, mais il me tarde d’aller dormir dans mon nid. Que le Clan des Étoiles te garde, et fais attention. »

----

Quelques soirs plus tard, la nuit était moins fraîche. Je me grattais vigoureusement la nuque, tirant sur mes muscles au passage. Le soleil allait se coucher d’ici quelques instants. Le camp était enfin tranquille. Tournant ma tête vers la barrière d’ajoncs, je pouvais remarquer les oreilles du guerrier de garde, sa fourrure sombre se confondant avec les ombres.

Soudain, je captais un mouvement dans les buissons, près de la souche. Un petit chat sortait de la tanière des apprentis, et s’étirait. Je n’avais pas besoin de réfléchir pour savoir que c’était Nuage de Marron. Je le saluais du bout de la queue et j’attendis qu’il arrive pour me saluer en retour.

« Bonsoir Nuage de Marron. Veux tu que je te raconte quelque chose ce soir ? Si oui, rejoins moi. Et ramène une souris, si il en reste dans la réserve de gibier, tu pourra la partager avec moi. »
Nuage de Marron
Jeune recrue
Puf/Surnom Puf/Surnom : Loupiot, Lou
Messages Messages : 49

Le personnage
Sexe du perso: Mâle
Âge du perso: 10 lunes
Mentor / apprenti : Marchand de sable
Nuage de Marron
 Mer 15 Déc 2021 - 14:19
     Les rêves s'éteignent d'un brusque mouvement, l'aile d'un papillon de nuit étend son ombre douce sur le museau brunâtre du jeune chat. Sa journée était si longue, il a passé tant de temps à observer les frontières de la forêt, en compagnie des guerriers de foudre, les puissants, ceux dont les pattes se plissent avec souplesse, ceux dont le cœur vibre en silence. Ceux qui savent, ceux qui connaissent, la petitesse de ce monde. Nuage de Marron pensait ce matin, lorsqu'il se trouvait à l'orée des quatre chênes : « Comment pourrai-je ? Comment pourrai-je un jour accepter de vivre ici, enfermé dans la cage vêtue d'or et d'argent ? J'attends avec impatience, le jour où quelqu'un ouvrira la porte en fer rouillée, j'attends avec impatience. ».
     À peine éveillé, les ténèbres bientôt installées, Nuage de Marron est seul dans sa tanière. Cette fois-ci, il n'a aucune certitude sur le rêve de sa longue sieste ; mais il sait, qu'on le tourmentait, qu'on lui murmurait depuis l'ombre.

     Alors il s'en va, la nuit commence dans le royaume. Doucement, il sort sa tête de la tanière, invisible, à la recherche des plaintes du guerrier. À gauche, à droite ; il ne le voit pas, ce soir personne ne lui reprochera de vivre la nuit. Souriant, il s'étire et s'imagine retournant voir la reine qu'il a croisé quelques nuits plus tôt. La biche immense, aux grands yeux sévères, qui de ses hautes pattes le toisait ; il espère la voir à nouveau, devenir un de ses sujets le temps d'une nuit, la suivre elle et son troupeau jusqu'au fin fond du sous-bois, se muter en un guerrier aux bois extraordinaires.
     La surprise se glisse dans son cœur, lorsqu'il aperçoit Torrent de Foudre lui faire signe de s'approcher, bien vite remplacée par l'enthousiasme. Rapidement, il vient s'asseoir face au vieux chat, quelques feuilles mortes crissent sous ses pattes.

« - Bonsoir Nuage de Marron. Veux tu que je te raconte quelque chose ce soir ? Si oui, rejoins moi. Et ramène une souris, si il en reste dans la réserve de gibier, tu pourra la partager avec moi.
- Bonsoir, je me joindrai à toi avec grand plaisir, Torrent de Foudre. Je reviens tout de suite. »

     Nuage de Marron s'en retourne vers la réserve, cherche la meilleure pièce possible afin qu'ils puissent la partager. Il n'a pas mangé de la journée, et bien que cette souris de la mauvaise saison ne soit pas bien grasse elle lui permettra aisément de tenir la nuit. Le chat repense, aux cerfs qu'il va traquer. Se dit qu'il aura bien assez de temps, car Torrent de Foudre dort la nuit contrairement à lui.
     Sautillant, Nuage de Marron se glisse dans la tanière des vieux chats, ainsi ils mangeront au chaud. Torrent de Foudre est ici, il l'attend, allongé les yeux clos. Qu'il ouvre dès que l'odeur de l'ourson se propage dans son espace. Nuage de Marron observe cette antre un instant, se demandant comment elle a pu rapetisser autant ; dépose la souris à l'intention de son aîné et s'allonge face à lui.

« - Je n'ai pu trouver mieux, mais j'espère que cette souris te contentera. Cette nuit je chasserai, si tu veux je te ramènerai une pièce bien meilleure, grasse et chaude, rien que pour toi. »

     Tout son visage vient refléter son plaisir et son humeur joyeuse, il sourit sans émettre un bruit. Et il respire, lentement, comme s'il craignait de prendre trop de place, d'inspirer tout l'air de la tanière dans son propre corps.

« - Que vas-tu me raconter ? J'ai hâte de connaître l'histoire de cette nuit. Moi aussi, quand je serai plus âgé, je pourrai te conter les histoires de mon esprit et de ma vie ! »
Spoiler:
Torrent de Foudre
Expert des lieux
Puf/Surnom Puf/Surnom : Watiti
Messages Messages : 328

Le personnage
Sexe du perso: Mâle
Âge du perso: 114 lunes
Mentor / apprenti : ///
Torrent de Foudre
 Lun 20 Déc 2021 - 21:42
Je vis les oreilles du jeune chat se dresser, comme si il ne s’attendait pas à me voir. Je m’installais confortablement sur le sol de sable de la tanière des anciens, et je ne résistais pas à l’envie de somnoler un peu. Espérons que Nuage de Marron revienne bien vite, si il décide de venir, sinon il me trouvera au milieu de ronflements.

Toutefois j’entendis les pas du petit chat résonner dans ma tête. Lorsque je rouvris les yeux, je détaillais un chat bien différent. La lune était couverte ce soir là, pourtant il était possible de voir les traits du félin se détacher sur les buissons. Assez chétif lorsqu’il avait commencé son apprentissage, je n’avais jamais remarqué qu’il avait grandi si vite. Il perdait même son duvet de chaton. Nous étions tous soumis à la course du temps, et même Nuage de Marron. Je souriais. Il vint me déposer une rongeur, que je m’empressais de commencer.

« - Que vas-tu me raconter ? J'ai hâte de connaître l'histoire de cette nuit. Moi aussi, quand je serai plus âgé, je pourrai te conter les histoires de mon esprit et de ma vie ! »


Et quand il sera un ancien, il racontera des histoires tellement pleine d’imagination, de rêverie et de légende que les chatons le prendront sûrement pour un fou ! Mais je me gardais de lui dire. Je lui présentais un avenir plus grand qu’un simple guerrier au Clan du Tonnerre. Voire même, allait-il y rester, au Clan du Tonnerre ? Ses pattes le guideraient peut être sur un autre sentier. Mais ce n’était pas le moment d’y réfléchir.

Je le regardais, pensif, avant de commencer à raconter quelque chose.

« Tu ressembles à un lion, dressé ainsi. Pourtant, tu aimes chasser et vivre la nuit, tel le tigre. Veux-tu que je te raconte comment Clan du Lion et Clan du Tigre se sont rencontrés, bien avant la création des Assemblées ? »


Je fis une pause, laissant mes cuisses tressaillir de froid.

« Les Clans n’ont pas toujours été tels que nous les connaissons, de mémoire de chat. A moins que tu préfères une histoire plus proche de nous ? »
Nuage de Marron
Jeune recrue
Puf/Surnom Puf/Surnom : Loupiot, Lou
Messages Messages : 49

Le personnage
Sexe du perso: Mâle
Âge du perso: 10 lunes
Mentor / apprenti : Marchand de sable
Nuage de Marron
 Mer 22 Déc 2021 - 16:26
     Tigres et lions, voici donc l'imaginaire que Torrent de Foudre tissait dans son esprit malléable. Les félins antiques, il les imagine ainsi : le premier est aussi grand que les chênes les plus âgés, rayé de couleurs chatoyantes, du bleu, du rose, du vert et tant d'autre, par-dessus un pelage grisâtre qui ondule tel l'herbe pliant sous le vent que la Lune souffle sur le monde. Le second est encore plus grand, si grand qu'il pourrait attraper l'astre solaire dans sa gueule aux dents brillantes, ses yeux sont d'un rouge profond et sa crinière est au monde ce qu'il y a de plus épais, elle irradie d'un bleu perle splendide. Alors, Nuage de Marron se demande comment il peut voir en lui un lion, ou un tigre. Peut-être ne les imagine-t-il pas de la même manière. Le jeune chat a compris depuis longtemps que dans l'esprit de ceux que l'on appelle les autres, se déploient des poésies bien éloignées de la sienne. Quelque chose explose dans sa tête.

     |_ Elle lui disait ainsi :

« - Tu es unique au monde. Moi aussi. Je suis unique au monde, je suis unique au monde, je suis unique au monde. »

     Et lui la regardait avec ses grands yeux verts, ses grands yeux d'enfant, et la chatte n'arrêta jamais de répéter cette phrase. Elle était si grande, et elle brillait autant que ses mots hurlaient dans le ciel. D'immenses racines blanches s'échappaient de sa fourrure ; elle était si belle, d'un blanc d'une pureté aveuglante, effrayante.
     Deux autres chattes se sont assises aux côtés de lui, l'encadrant avec leurs pelages épais. Elles ne brillaient pas, mais elles étaient identiques ; noires, avec une tâche blanche sur le poitrail. Et lorsqu'elles se mirent à chanter en chœur, de voix aiguës et puissantes, [la dame blanche] s'enfuit, et c'est comme si il était aspiré sous l'eau : la lune s'était éteinte._|

     C'était donc ça. Nuage de Marron rouvre les yeux, il vient de se souvenir du rêve qui le troublait lorsqu'il est sortit de sa tanière, avant que Torrent de Foudre ne l'appelle.
     Celui-ci tressailles avant de reprendre la parole :

« - Les Clans n’ont pas toujours été tels que nous les connaissons, de mémoire de chat. A moins que tu préfères une histoire plus proche de nous ? »

     Nuage de Marron hésite. Il aimerait lui demander, si les chats savent chanter, comme l'oiseau qui dans le ciel guide son armée. Alors il se perd dans ses yeux quelques secondes, cherche à savoir si lui aussi a déjà rêvé d'inconnues semblables.

« - Je me demande comment ils se sont rencontrés, c'est vrai. Étaient-ils amis, rivaux ? Apprends moi leur histoire. Il y en avait combien, des lions et des tigres ? »

     Surtout, Nuage de Marron se demande si Torrent de Foudre lui décrira leur apparence. Peut-être les voit-il vêtus de pelages bien différents, sont-ils vraiment aussi grands que des chênes ?
     Le jeune chat s'allonge après avoir pris une bouchée de leur repas. Et Torrent de Foudre s'apprête à commencer son histoire, mais Nuage de Marron l'interrompt avant même qu'il puisse parler :

« - Attends, avant que tu commences j'aimerais te poser une question, après je me tais. Dis-moi, est-ce que tu as déjà vu deux chattes identiques, noires avec une tâche blanche sur le poitrail ? »
Torrent de Foudre
Expert des lieux
Puf/Surnom Puf/Surnom : Watiti
Messages Messages : 328

Le personnage
Sexe du perso: Mâle
Âge du perso: 114 lunes
Mentor / apprenti : ///
Torrent de Foudre
 Sam 25 Déc 2021 - 21:25
Comme d’habitude, le chat bien trop curieux ne savait pas par où commencer. Un simple mot pouvait évoquer en lui de multiples émotions et images.

« - Je me demande comment ils se sont rencontrés, c'est vrai. Étaient-ils amis, rivaux ? Apprends moi leur histoire. Il y en avait combien, des lions et des tigres ? »

J’ouvrais la gueule pour bailler. Ce n’était pas vraiment un bâillement soudain. Mais il était plutôt là pour détendre ma mâchoire, qui n’allait cesser de répondre aux questions par de longues descriptions, se perdant dans le fil de l’histoire.

Je réfléchissais à comment commencer. L’origine des Grands Félins. Même moi je ne me rappelais plus d’où ils venaient. Je tenais ces histoires d’esprits bien plus vieux que moi, bien des saisons auparavant. Voyons voir.

Nuage de Marron me coupa dans mes pensées.

« - Attends, avant que tu commences j'aimerais te poser une question, après je me tais. Dis-moi, est-ce que tu as déjà vu deux chattes identiques, noires avec une tâche blanche sur le poitrail ? »

Je penchais la tête en le regardant. Loin d’avoir son regard rêveur, il portait cette fois un regard lointain et troublé. Comme si la réponse à cette question était vitale pour lui. Et je fus troublé également. Je ne m’attendais pas une intervention de sa part, de cette manière. Avec un tel ton dans sa voix. Je n’allais pas jusqu’à dire que je sentais sa peur. Mais la surface calme du lac était troublée par un écho, qui se répétait dans son esprit.

Je lui répondais en toute franchise.

« Non, je ne me souviens pas de telles chattes. Ce sont sûrement tes ancêtres. Les as-tu vu dans un rêve ? »

Je me doutais qu’elles n’étaient pas réelles. En tout cas, je ne connaissais aucun chat de Clan, enfin deux chattes de Clan comme ça. Et j’espérais que Nuage de Marron ne s’approchait pas des bipèdes au point de voir des chats domestiques ! L’imagination de Nuage de Marron était débordante. Il n’était pas étonnant que ça l’effraie de temps à autre.

« Le Clan des Étoiles peut parfois venir à nous, apprentis ou guerriers, pour nous transmettre des messages. Peut être devrais-tu en parler à Blizzard Éternel ? C’est lui qui communie avec nos ancêtres. »

Je restais toutefois dubitatif. Le Clan des Étoiles communiquant avec des guerriers, c’était plutôt de l’ordre de l’exception et de la prophétie. Et puis, Blizzard Éternel avait déjà une apprentie guérisseuse.  Si Nuage de Marron avait une relation particulière le Clan des Étoiles, il devait changer de voie non ? C’était déjà arrivé par le passé, ce n’était pas si rare, mais Nuage de Marron le voulait-il vraiment ? Pas besoin de réfléchir à tout cela maintenant. Et puis, pourquoi me torturer l’esprit ? Ce n’était pas à moi de réfléchir à tout cela.
Nuage de Marron
Jeune recrue
Puf/Surnom Puf/Surnom : Loupiot, Lou
Messages Messages : 49

Le personnage
Sexe du perso: Mâle
Âge du perso: 10 lunes
Mentor / apprenti : Marchand de sable
Nuage de Marron
 Lun 3 Jan 2022 - 21:04
« - Non, je ne me souviens pas de telles chattes. Ce sont sûrement tes ancêtres. Les as-tu vu dans un rêve ?
Le Clan des Étoiles peut parfois venir à nous, apprentis ou guerriers, pour nous transmettre des messages. Peut être devrais-tu en parler à Blizzard Éternel ? C’est lui qui communie avec nos ancêtres. »

Nuage de Marron prend un temps de réflexion. Juste un temps, qui l'espace de quelques secondes le coupe de son monde.
« Alors elles seraient mortes ? Ce qui signifie. Ce qui signifie qu'elles ne foulent plus le sol, n'entendent plus le chant des oiseaux, ni le grésillement des petites bêtes qui sous terre, loin, construisent leur royaume. Pourquoi ? La vie est tellement précieuse, pourtant, pourquoi la quitter. Que devient-on. Lorsque l'on s'en va. Où est-ce que l'on va vraiment. Je sais, je connais l'ordre des choses, il existe un début et une fin à toute créature, mouvante ou non. Mais il existe encore une chose, tellement floue qu'elle m'échappe, qu'elle s'éloigne ; puisqu'il est certain que l'on ne peut devenir des étoiles, alors qu'est-ce que l'on devient ?
Je veux devenir une chrysalide et éclore. Éclore, éclore, éclore, éclore. »

L'apprenti s'étire lentement, s'approche un peu de Torrent de Foudre.

« - D'accord, c'est dommage qu'elles soient mortes. À l'occasion je me rendrai dans cette antre, pour quérir les mots de Blizzard Éternel [la sentinelle]. Excuse-moi de t'avoir interrompu. »

Nuage de Marron lui sourit, pour l'encourager à commencer son histoire.

« - Je suis prêt à t'écouter maintenant, racontes-moi l'histoire des lions et des tigres. »
Torrent de Foudre
Expert des lieux
Puf/Surnom Puf/Surnom : Watiti
Messages Messages : 328

Le personnage
Sexe du perso: Mâle
Âge du perso: 114 lunes
Mentor / apprenti : ///
Torrent de Foudre
 Dim 16 Jan 2022 - 22:12
Nuage de Marron prit son temps. Comme à son habitude. Puis, il s’étira, comme pour chasser ces pensées issues d’un autre monde.

« - D'accord, c'est dommage qu'elles soient mortes. À l'occasion je me rendrai dans cette antre, pour quérir les mots de Blizzard Éternel [la sentinelle]. Excuse-moi de t'avoir interrompu. »

« - Je suis prêt à t'écouter maintenant, racontes-moi l'histoire des lions et des tigres. »

Je sentais que l’apprenti était toujours perturbé, mais il ne voulait pas en parler plus. Je soupirais. Je n’aimais pas que de si jeunes chats se sentent tourmentés ainsi. Ils avaient toute la vie pour vivre ainsi, avec des questions, des mystères. La vie des Clans en avait bien trop.

Bien, les lions et les tigres donc. Il fallait que j’aille fouiller dans ma mémoire.

« Les félins de jadis étaient très nombreux. Je pense plus nombreux que les monstres sur le chemin du Tonnerre, ou plus nombreux que les bipèdes. Les bipèdes n’existaient pas d’ailleurs, pas plus que les chemins du Tonnerre. Il n’y avait que des forêts touffues, de la lande à perte de vue. Le territoire du Clan du Lion devait être bien plus étendu que le territoire des quatre Clans réunis ! Et ce n’était pratiquement que de la lande. Même si le Clan du Tigre vivait tout prêt, ils ne se sont pas croisés avant des saisons, là où les arbres et la brousse se mêle. »

J’avais moi aussi dans la tête l’image de ces fiers félins, presque deux fois plus grand qu’un blaireau, galopant dans l’infini, le soleil se reflétant sur leur fourrure doré. Leurs pattes puissantes faisaient trembler la terre. Aucune proie n’échappaient à leurs crocs. Au contraire, à l’opposé, les tigres traquaient dans la forêt, bien plus touffue que maintenant. Dans l’obscurité, leurs rayures noires se confondaient avec les rainures des fougères. Leurs yeux n’étaient visibles qu’au dernier moment, deux étoiles brillantes, avant de bondir lestement.
Nuage de Marron
Jeune recrue
Puf/Surnom Puf/Surnom : Loupiot, Lou
Messages Messages : 49

Le personnage
Sexe du perso: Mâle
Âge du perso: 10 lunes
Mentor / apprenti : Marchand de sable
Nuage de Marron
 Sam 29 Jan 2022 - 17:46
« - Les félins de jadis étaient très nombreux. Je pense plus nombreux que les monstres sur le chemin du Tonnerre, ou plus nombreux que les bipèdes. Les bipèdes n’existaient pas d’ailleurs, pas plus que les chemins du Tonnerre. Il n’y avait que des forêts touffues, de la lande à perte de vue. Le territoire du Clan du Lion devait être bien plus étendu que le territoire des quatre Clans réunis ! Et ce n’était pratiquement que de la lande. Même si le Clan du Tigre vivait tout prêt, ils ne se sont pas croisés avant des saisons, là où les arbres et la brousse se mêle. »

     |_ Par-delà les rives de l'inconnu, il tissait son monde d'une toile éphémère, douce et brillante ; il se contractait sous l'osmose puissante et il la sentait, toute proche, la transfiguration des esprits. Celle de [Ciàula] lorsqu'il découvrait la Lune n'était plus qu'un souvenir lointain.
De ses grands yeux verts il les regardait se perdre dans les nuages, leurs larges visages disparaissent lentement ; ils étaient happés par le monde déchu, celui de l'oubli, de la tendre vieillesse.
     Il fermait les yeux, à nouveau._|

     Nuage de Marron a les oreilles dressées bien haut, il cligne quelques fois, lentement, des paupières jusqu'à les sceller complètement.

« - Mais pourquoi donc sont-ils partis ? Où sont-ils aujourd'hui ? J'imagine les lieux que tu me contes : la terre riche et molle grouillait de la vie de ces créatures minuscules qui la façonnaient, et en son cœur les graines des fleurs se développaient, se développaient tellement qu'elles perforaient la terre aux côtés de leur semblable à feuilles ; les arbres, les plantes des guérisseurs, les bulbes et les buissons. Les montagnes parcouraient le monde de leur grandeur, et les roches organiques qu'elles abritaient inspiraient à l'espace des chansons très douces, très lentes. Il y avait des peupliers par centaine, jamais ils ne fléchissaient et leurs branches ils les abaissaient seulement pour offrir fraîcheur et cachette aux animaux ; car ils étaient bons avec eux, bien qu'aucun visage sur leur écorce ne permettaient d'accéder à l'esprit millénaire qu'ils gardaient si précieusement. Les camphriers étaient si jeunes, mais leur beauté dépassaient déjà celle de nombreux autres arbres ; peu à peu leur racines noueuses se frayaient un chemin jusqu'aux profondeurs les plus reculées, là où résidait, sans doute, la reine des insectes. Je vois aussi des ruisseaux, si nombreux, qui dans la forêt couraient en tout sens, glissaient autours des racines, nourrissaient les champignons et les écureuils. La richesse émanait de la terre et elle était foulée par ces immenses félins, plus grands encore qu'un chêne, plus beaux encore que le ciel. Et la puissance de la vie se nouait en filaments tressés dans les corps, aux creux des pattes, des vivants et des félins. Alors je me demande ; si la terre était ainsi baignée de couleur et d'abondance, vers quel lieux sont-ils donc aller ? »

     L'éloquence si rare s'essouffle finalement, se perd comme un murmure s'éloigne dans le ciel. Nuage de Marron le regarde maintenant, et il se dit que la vieillesse est aussi magnifique qu'elle est fascinante. Lui aussi, lui aussi, il vivra longtemps. Suffisamment pour amasser les couleurs sous ses pattes, il aura étanché sa soif d'aventures et d'imaginaires pour se reposer, enfin.

« - Le monde d'autrefois, il n'est peut-être pas exactement comme je l'imagine. Pourtant sous mes paupières il s'est développer ainsi. Mais, vraiment, je ne vois pas pour quelles raisons ces grands félins ne sont plus ici. Ce seraient incroyables, de si grandes créatures, vivant à nos côtés ! »

Torrent de Foudre
Expert des lieux
Puf/Surnom Puf/Surnom : Watiti
Messages Messages : 328

Le personnage
Sexe du perso: Mâle
Âge du perso: 114 lunes
Mentor / apprenti : ///
Torrent de Foudre
 Sam 12 Fév 2022 - 20:38
Je le regardais admirer les nuages de ses yeux perçant, comme si il pouvait voir les formes des grands félins s’y découper. Pourtant il était difficile de distinguer les nuages du tissu bleu sombre étoilé. Je plissais les yeux, en vain.

A la place, je préférais écouter la voix de Nuage de Marron, qui me berçait. Je ne savais pas trop si il aimait m’écouter raconter des histoires, ou si je préférais écouter ses propres histoires. Il avait un talent, un don même, à faire naître des images si réelles dans les esprits. A croire que quelque chose lui soufflait ces paroles, le Clan des Étoiles ou quelque chose d’autre. Il était difficile d’imaginer une autre force, ou une autre puissance, qui pouvait parler à des félins, et leur faire évoquer des choses comme cela. Bien sûr, j’étais capable d’user de mon imagination, mais au point de sentir mes pattes vibrer, comme si les grands lions galopaient autour de moi. J’en avais des frissons. Mais pas des frissons de peur.

Toutefois Nuage de Marron répéta sa question. Il répéta car je ne l’avais pas vraiment entendu. S’en était suivi un silence, qui me fit ouvrir les yeux.

« - Le monde d'autrefois, il n'est peut-être pas exactement comme je l'imagine. Pourtant sous mes paupières il s'est développer ainsi. Mais, vraiment, je ne vois pas pour quelles raisons ces grands félins ne sont plus ici. Ce seraient incroyables, de si grandes créatures, vivant à nos côtés ! »

Je ronronnais. Les chatons posaient souvent ces questions, parfois émerveillés, parfois effrayés que de si grands félins puissent encore vivre avec nous. Je secouais la tête.

« Les grands félins sont partis. Personne ne sait où, ni pourquoi. Pourtant, aucun animal ne pouvait leur résister. Les renards se soumettaient d’un seul coup de patte, si ils osaient se montrer. Et les premiers blaireaux ne firent pas long feu également. Est-ce que je t’ai déjà raconté le jour où le Clan du Tigre a rencontré les premiers blaireaux ? Ils voulaient s’installer dans leur forêt luxuriante et ils étaient déjà tout un groupe lorsque le chef du Clan du Tigre se résolut à les chasser. Une guerre s’en suivit. Les blaireaux furent vaincus, mais ils avaient appris à creuser les terriers que nous connaissons aujourd’hui. Les membres du Clan du Tigre pouvaient à peine passer la patte à l’intérieur. C’est uniquement grâce à cela qu’ils ont survécu. »
Nuage de Marron
Jeune recrue
Puf/Surnom Puf/Surnom : Loupiot, Lou
Messages Messages : 49

Le personnage
Sexe du perso: Mâle
Âge du perso: 10 lunes
Mentor / apprenti : Marchand de sable
Nuage de Marron
 Dim 20 Fév 2022 - 18:04
     Le jeune chat, qui de la nuit a fait son royaume, se secoue la tête afin de chasser cette sensation qu'on lui fouille le pelage. Sans doute une poussière ou un insecte quelconque.
     Torrent de Foudre lui raconte la guerre qui, autrefois, opposait blaireaux et tigres. Ses oreilles tressaillent ; comme elles devaient être grandioses, les batailles qu'ils ont mené, comme elles devaient être affreuses et tristes ! Nuage de Marron a conscience de la nécessité de guerroyer ; il sera toujours là pour défendre le clan, son entraînement porte ses fruits et les jours passent au rythme du gonflement de ses muscles et de sa taille, plus qu'impressionnante. Mais verser le sang de tout ce qu'il respecte, pourrait bien lui faire détourner le regard.

« - Chaque membre du clan estime que les blaireaux sont une menace. Ils ont sans doute raison, mais ne sont-ils pas nécessaires à notre équilibre ? Tout comme les lions ou les tigres l'étaient à leur époque. »

     Cette réflexion, Nuage de Marron la tire des pensées de son père.
     Un soir, il s'en souvient si bien, Épaisse Rosée sa mère et Vol d'Oiseau son père, débattaient au sujet de ces animaux qui habitent la forêt. Son frère et lui ne faisaient qu'écouter, comprenant encore difficilement le sens de leur parole. La mère soutenait l'idée qu'une créature devait être éliminée ou chassée – et ce quelque soit sa nature – dès lors qu'elle posait problème au Clan du Tonnerre. Tandis que le père affirmait que la vie et l'équilibre de la forêt était plus précieuse encore qu'un clan de chat ; réduire à néant l'impact des blaireaux était pour lui une terrible erreur. Épaisse Rosée n'a pas réussit à convaincre son compagnon ce soir là. Le lendemain, Vol d'Oiseau s'en est allé à contrecœur, avec la patrouille du lieutenant, afin de chasser une femelle pleine. Nuage de Marron se souvient parfaitement, de son air abattu lorsqu'il est rentré ; malgré tous ses efforts d'éloquence, personne ne l'avait entendu. « Maman a raison ! Papa devrait l'écouter, il n'écoute jamais rien ! » ; « Je crois pourtant, qu'il n'avait pas entièrement tort. ».
     Ses pensées retournent à l'histoire de Torrent de Foudre, lorsqu'une idée lui traverse subitement l'esprit.

« - Dis-moi, pourquoi donc n'ont-ils pas décidé de vivre ensemble, en harmonie ? Si cela c'était produit ainsi, peut-être qu'aujourd'hui nous serions amis, nous aussi, avec les blaireaux. Nous n'aurions pas besoin de les craindre ou de les chasser. Ce serait sans doute mieux, de les avoir pour alliés plutôt que pour ennemis. »

Torrent de Foudre
Expert des lieux
Puf/Surnom Puf/Surnom : Watiti
Messages Messages : 328

Le personnage
Sexe du perso: Mâle
Âge du perso: 114 lunes
Mentor / apprenti : ///
Torrent de Foudre
 Lun 7 Mar 2022 - 21:40
« - Chaque membre du clan estime que les blaireaux sont une menace. Ils ont sans doute raison, mais ne sont-ils pas nécessaires à notre équilibre ? Tout comme les lions ou les tigres l'étaient à leur époque. »

Je réfléchissais à ce point de vue. Il était peut être difficile pour lui de concevoir qu’il existait des dangers au sein de la forêt. Même les Clans ne devaient lui paraître que rivaux. A part quelques escarmouches, il n’y avait pas eu de conflit majeur, de bataille, depuis des lunes. A son âge, il était plus qu’heureux qu’il évite toute confrontation avec un blaireau. En avait-il déjà vu un de ses propres yeux d’ailleurs ? J’en doutais. Son corps se développait, devenait adulte, mais son esprit restait enfant. Avec les bons aspects et les mauvais aspects.

Avant que je puisse miauler une réponse, Nuage de Marron reprit :

« - Dis-moi, pourquoi donc n'ont-ils pas décidé de vivre ensemble, en harmonie ? Si cela c'était produit ainsi, peut-être qu'aujourd'hui nous serions amis, nous aussi, avec les blaireaux. Nous n'aurions pas besoin de les craindre ou de les chasser. Ce serait sans doute mieux, de les avoir pour alliés plutôt que pour ennemis. »

Je répondis aussitôt, un sourire se dessinant sur mes babines.

« Déjà, il faudrait que l’on parle la même langue, et vraisemblablement, ils n’ont pas pu discuter ! »

Je me disais qu’il faudrait peut être revenir à un discours sérieux. Lui enseigner quelque chose. Je ne voulais pas qu’il se retrouve dans des problèmes, au sein de son Clan ou en dehors. Par exemple discuter avec un renard, ou du moins tenter de discuter avec lui !

« Ensuite, les choses ne sont pas si simples. Avant de s’associer à d’autres animaux, déjà, pourquoi ne formons nous pas un et un seul Clan ? »

Je le laissais réfléchir à cette idée lui même, avant de continuer.

« Ce n’est pas possible. Premièrement, notre force vient de notre séparation. Notre Clan est notre famille, nous la défendons, chassons pour elle car des liens nous lient. Et ce n’est pas le cas avec les autres Clans. Ce qui ne veut pas dire que nous ne pouvons pas nous entraider de temps à autre. »


Je m’arrêtais, hésitant à continuer avec la seconde raison. Mais Nuage de Marron n’était plus un chaton, je devais m’en convaincre.

« De plus, la nature de certains chats les poussent à vouloir le pouvoir. Le pouvoir, c’est diriger, avoir un territoire. Et surtout ne pas collaborer. Ces chats ne peuvent se supporter entre eux. Ils voudront absolument tous être chef, et être chef seul. Peu importe s’ils nous laissaient mourir de faim au bout du compte. Et nous aurions des guerres au sein du même groupe, ce qui est terrible. »


Je soupirais. Il fallait dire les choses clairement, pour qu’il comprenne.

« La nature des chats est ce qu’elle est. On ne peut pas la changer. Il y en aura toujours qui voudront tout contrôler, garder le pouvoir pour eux. C’est ce qui a dû créer les quatre Clans à l’origine, et c’est ce qui fera que nous ne serons jamais un et un seul Clan. »
Nuage de Marron
Jeune recrue
Puf/Surnom Puf/Surnom : Loupiot, Lou
Messages Messages : 49

Le personnage
Sexe du perso: Mâle
Âge du perso: 10 lunes
Mentor / apprenti : Marchand de sable
Nuage de Marron
 Sam 30 Avr 2022 - 14:29
« - Déjà, il faudrait que l’on parle la même langue, et vraisemblablement, ils n’ont pas pu discuter ! »

Nuage de Marron ouvre en grand ses yeux ; soudainement, cette idée étrange du langage traverse son jeune esprit, aussi tendre que malléable et dont la conscience effleure à peine encore les réalités qui s'imposent à l'existence même du vieux chat. Pourtant, cela doit être si évident, pourquoi n'y a-t-il pas pensé plus tôt ? Les espèces qui s'harmonisent et s'effleurent au cœur de la forêt sont tellement dissociables les unes des autres, la langue est forcément un aspect qui diffère et les éloigne. La voici donc, la barrière opaque qui impose son pâle rayon devant le visage de chacun, les rendant si mystérieux, si lointains. Nuage de Marron se souvient de cette biche qu'il regardait, elle le regardait aussi. Mais impossible de lui arracher la moindre parole ; la raison est claire aujourd'hui.

« - Ensuite, les choses ne sont pas si simples. Avant de s’associer à d’autres animaux, déjà, pourquoi ne formons nous pas un et un seul Clan ? »

Cela ne durera que quelques secondes, juste, le temps d'y réfléchir.
Il voit une chatte dont le regard pénétrant fixe l'assemblée entière ; ils sont tous ici, réunis sous une bannière chaude. La paix pousse dans une fleur protectrice qu'ils arrosent d'une pluie invoquée sans un bruit, et la cheffe qui toujours les observe laisse les pétales s'accrocher à son pelage noir. Nuage de Marron voit les chats qui se mélangent dans une danse mélancolique, ancienne, guidée par la poussière des âges oubliés. La cheffe en noir est l'amie de tous ; c'est contagieux, ça s'éparpille, mais ce n'est pas tout à fait comme une maladie des neiges. Le jeune chat voit son frère, un peu plus loin. Il semble un peu perdu dans la foule d'inconnus. Et pourtant, pourtant, ils les connaissent tous, ils se rejoignent en plusieurs points : ils arborent la même fierté en tant qu'espèce et pour toujours ils discuteront avec les mêmes ancêtres. Nuage de Marron se dit que ce serait bien ainsi, et aussi, il pourrait redevenir l'ami de son frère, peut-être.

« - Ce n’est pas possible. Premièrement, notre force vient de notre séparation. Notre Clan est notre famille, nous la défendons, chassons pour elle car des liens nous lient. Et ce n’est pas le cas avec les autres Clans. Ce qui ne veut pas dire que nous ne pouvons pas nous entraider de temps à autre. »

Ô, cela, il le sait sans doute déjà. Mais Nuage de Marron ne peut s'empêcher d'arborer un air quelque peu déçu. Les rêves ne sont que des rêves, après tout.

« - De plus, la nature de certains chats les poussent à vouloir le pouvoir. Le pouvoir, c’est diriger, avoir un territoire. Et surtout ne pas collaborer. Ces chats ne peuvent se supporter entre eux. Ils voudront absolument tous être chef, et être chef seul. Peu importe s’ils nous laissaient mourir de faim au bout du compte. Et nous aurions des guerres au sein du même groupe, ce qui est terrible. »

Torrent de Foudre soupire, mais cela ne laisse pas suffisamment de temps au jeune chat pour lui répondre.

« - La nature des chats est ce qu’elle est. On ne peut pas la changer. Il y en aura toujours qui voudront tout contrôler, garder le pouvoir pour eux. C’est ce qui a dû créer les quatre Clans à l’origine, et c’est ce qui fera que nous ne serons jamais un et un seul Clan. »

Ils se regardent longuement, Nuage de Marron ne se doutait pas de ce qu'un clan pouvait réellement impliqué. En vérité, l'idée ne lui plaît guère.

« - Je comprends, Torrent de Foudre, ce que tu me dis. Néanmoins, je ne suis pas sur que la situation soit aussi immuable que tu le dis. Mon père me disait cela quand j'étais petit ;  que le monde est un changement constant, que rien ne se fixe jamais réellement et que le temps est, en quelque sorte, le seul maître incontestable. Je ne sais pas si il a raison. Mais je pense qu'il y a quelque chose de juste, quelque part. »

Le jeune chat a soudain envie de changer de sujet, il se fait tard et il s'est promis de se rendre dans la forêt afin de chasser quelques loirs et mulots. Mais, une question quelque peu curieuse lui vient à l'esprit :

« - Je me demandais, Torrent de Foudre, pourquoi t'appelles-tu comme ça ? Y a-t-il une raison au choix de ton nom ? »
Contenu sponsorisé
 


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum